Skip to content

Galerie

Photo
Audio

Perspectives

Imam Khomeiny

Biographie
Le Guide suprême a reçu le Président turc, Abdullah Gül Version imprimable
16/02/2011

 L'Ayatollah Khamenei, Guide suprême de la Révolution, lors d'une rencontre avec le Président turc Abdullah Gül qui est en Iran pour une visite officielle de quatre jours, a déclaré que les relations actuelles entre les deux pays frères, l'Iran et la Turquie, dans les domaines politiques et économiques, marquaient une étape exceptionnelle dont il fallait profiter pour exploiter les possibilités qui existent dans les deux pays.
Au sujet de l'accord entre les deux pays pour tripler les échanges, le Guide suprême de la Révolution a déclaré : "La République islamique croit que les pays voisins de la région peuvent coopérer dans les affaires politiques et économiques, et travailler de commun pour obtenir de meilleurs résultats.
L'Ayatollah Khamenei a déclaré que l'actuelle situation de la Turquie dans le monde de l'Islam était différente de celle des années passées et a signalé que l'indépendance vis-à-vis de l'Occident, la distance prise par rapport au régime sioniste et le soutien au peuple palestinien étaient les grandes raisons du rapprochement entre la Turquie et le monde de l'Islam.
« C'est une politique très juste qui profite à la fois à la Turquie et à la communauté islamique», a-t-il dit.
Faisant allusion aux positions communes des deux pays sur les questions régionales notamment l'Afghanistan, l'Irak, le Liban et la Palestine, l'Ayatollah Khamenei a ajouté que les récentes évolutions égyptiennes étaient très importantes et qu'il était possible de travailler dans l'intérêt du peuple égyptien.
Son Eminence a déclaré que la domination américaine et sioniste en Egypte, depuis des dizaines d'années, et l'humiliation imposée au peuple de ce pays étaient à l'origine de ce soulèvement. « Le peuple musulman d'Egypte avait aussi d'importants motifs islamiques», a-t-il souligné.
L'Ayatollah Khamenei a rappelé que les évolutions apparaissaient chaque fois qu'un peuple entrait en scène, que les méthodes traditionnelles, politiques et militaires, avaient perdu leur efficacité et que le peuple égyptien était au cœur du mouvement.
Le Guide suprême de la Révolution a également déclaré que les Etats-Unis cherchaient à prendre à leur compte l'énorme soulèvement du peuple égyptien et que la République islamique, quant à elle, était opposée à toute ingérence étrangère dans les affaires de l'Egypte et qu'elle estimait que c'était le peuple qui devait décider.
Pour l'Ayatollah Khamenei, la question la plus importante du monde de l'Islam est de préserver et de renforcer l'unité de l'Oumma islamique et d'éviter le piège des divergences.
« Si le monde de l'Islam se rend compte de ses grands potentiels, l'actuelle situation se renversera et il pourra jouer un rôle important sur la scène internationale, en tant que pouvoir influent», a constaté le Guide suprême.
L'Ayatollah Khamenei a signalé que le gouvernement anglais était le principal responsable des divisions entre les musulmans et a conseillé aux pays musulmans d'avancer vers l'union et vers le renforcement du pouvoir du monde de l'islam.
Le Guide suprême a aussi rappelé la promesse divine de la victoire des musulmans et a considéré l'actuelle situation et les progrès de la région comme des signes de l'aide divine.
"Il y a trente ans, la région appartenait aux Etats-Unis et aux grandes puissances, mais aujourd'hui, la situation est toute autre. La situation du régime sioniste est aussi différente de ce qu'elle était il y a trente ans. C'est aussi le cas pour l'Iran et la Turquie, l'Irak et la Palestine, ces dernières années. Ce sont des signes de l'aide divine et ce mouvement va aller en s'accélérant", a-t-il dit.
Lors de cette rencontre à laquelle participait également le Président iranien, Monsieur Ahmadinejad, le Président Abdullah Gül a exprimé son bonheur d'avoir rencontré le Guide suprême de la Révolution islamique, et a qualifié les relations Téhéran-Ankara de très anciennes et les négociations avec son homologue iranien de très satisfaisantes. Il a souhaité un avenir prospère à la coopération bilatérale dans tous les domaines.
M. Abdullah Gül a également fait le point sur les évolutions de la région et a noté que tout cela était le signe de grands changements et qu'il espérait que ces changements soient au profit des peuples et des pays de la région.
Le Président turc a aussi mis l'accent sur le renforcement de la cohésion et de l'unité des pays islamiques.

 
< Précédent   Suivant >

^