Skip to content

Galerie

Photo
Audio

Perspectives

Imam Khomeiny

Biographie
Discours du Guide suprême à un groupe d'étudiants Version imprimable
10/08/2011

Ce qui suit est le texte intégral du discours prononcé le 10 août 2011, par l'Ayatollah Khamenei, Guide suprême de la Révolution islamique, lors d'une réunion avec des étudiants à Téhéran.

 Au nom d'Allah, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux

Je suis reconnaissant à Allah le Tout-Puissant du fond du cœur, qui m'a donné une autre occasion au cours du mois de Ramadan, de passer quelques heures en votre compagnie, chers jeunes motivés et dynamiques, et d'écouter vos avis.
Les points qui ont été soulevés à cette réunion par mes chers frères, sœurs et enfants sont exactement ceux que j'attendais de nos chers jeunes. Dans certains cas, mon humble avis peut être différent de l'opinion de ceux qui se sont exprimés à cette réunion.
Il se peut que je ne sois pas d'accord avec certaines opinions exprimées mais la réflexion, faire des choix et exprimer ses opinions avec motivation, sont des choses que nous attendons de nos jeunes.
Je veux que vous réfléchissiez, fassiez des choix et ayez le courage d'exprimer votre opinion.
Il se peut que ce que vous dites, demandez ou proposez ne soit pas réalisable à court terme. D'ailleurs, il se peut aussi que votre opinion change avec le temps et de nouvelles expériences. Tout cela est possible et il n'y aucun problème mais l'enthousiasme dans les exigences et la réalisation des objectifs est ce dont nos jeunes ont besoin aujourd'hui.
Avant de commencer mes propos, je tiens à faire quelques remarques sur les déclarations de nos chers amis étudiants. Tout d'abord, je dois préciser que ceux qui ont pris la parole se sont très bien exprimés et que certains commentaires étaient très avisés et très bien argumentés. J'ai noté les principaux thèmes de chacun des intervenants et intervenantes.
L'un des amis m'a demandé mon opinion au sujet des prochaines élections. Je crois qu'il est trop tôt aujourd'hui pour en parler. J'ai des remarques au sujet des élections que j'exprimerais dans l'avenir.
Un des amis a annoncé qu'une institution estudiantine avait été formée pour mener des recherches sur l'économie et la résistance. C'est très intéressant. Des actions profondes comme celle-ci sont exactement ce que dont pays a besoin. Vous devez penser, étudier et faire des recherches. Vos recherches, même si elles ne seront pas bénéfiques ou favorables pour les organisations qui en sont chargées, seront certainement fructueuses pour vous-mêmes. La création de cet institut est très intéressante.
Un autre ami a indiqué qu'un centre de recherches avait été créé à l'Université de Technologie « Sharif » et a énuméré les domaines de recherches. Ce sont des travaux très importants. Cette motivation des jeunes étudiants et des intellectuels est très importante pour le pays.
Bien entendu, certaines solutions proposées étaient très justes. Je sais que certains points qui ont été soulevés au sujet des questions économiques, sont les mêmes que ceux que nos responsables ont à l'esprit et sur lesquels ils travaillent, prennent des décisions et des mesures convenables, mais tout n'est pas signalé ou ne doit pas être signalé dans les médias. Quoi qu'il en soit, il ne faut pas penser que nos responsables sont indifférents aux questions économiques.
Des critiques ont été faites sur la performance de certaines organisations. Il n'y a aucun doute que certaines d'entre elles sont tout à fait valables. J'accepte certaines critiques, mais beaucoup de choses qui semblent possibles au niveau théorique, sont difficiles à réaliser dans la pratique. Lorsque vous entrez dans le domaine pratique, de nombreux obstacles apparaissent dans la réalisation de vos souhaits, de vos décisions et de vos avis. Les obstacles doivent être éliminés, mais il n'est pas facile de franchir tous les obstacles. Cela prend parfois beaucoup de temps et il est nécessaire de prêter attention à ce point.
Par exemple, concernant les évolutions de la région, l'un de nos amis a dit que le gouvernement avait manqué d'action et de dynamisme. Je dirai que ce n'est pas le cas. En ce qui concerne les développements dans la région, nos organisations gouvernementales ont fait preuve d'un bon dynamisme. La région est actuellement un terrain d'évaluation des puissances et les organisations qui sont en chargées sont engagées et font des efforts. Certaines choses ne peuvent pas être rendues publiques. Les rendre publiques est impossible ou inutile, ou parfois problématique. Cependant de bonnes mesures ont été prises. Faites attention à ce point. L'atmosphère intérieure du pays est également très bonne à cet égard. La présence de nos étudiants dans différents domaines et les opinions qui ont été exprimées au sujet des évolutions régionales, sont toutes utiles. Ces efforts se poursuivent et par la grâce d'Allah, leur portée va s'étendre et s'améliorer chaque jour. Je tiens à dissiper cette fausse idée qu'aucune mesure n'a été prise. Non, il y a eu des réactions et nous sommes encore en train d'agir de manière appropriée.
Le point que l'une des intervenantes a mentionné au sujet des sciences humaines, est tout à fait juste. Ce qu'elle a dit est absolument juste que derrière chaque progrès scientifique, se trouve un progrès de la pensée, et que dans l'évolution des nations au long de l'Histoire de la pensée, les idées ont toujours devancé les sciences et les expériences. C'est un propos tout à fait juste et bien argumenté. C'est pour cette raison que je suis si sensible à la question des sciences humaines. Je n'ai jamais dit que nous ne devions pas acquérir le savoir des Occidentaux qui ont fait beaucoup de progrès ces derniers siècles. Je n'ai jamais dit que nous ne devions pas lire leurs ouvrages. Par contre, j'insiste sur le fait que nous ne devons pas les imiter. La chère intervenante a, à juste titre, souligné la même chose dans ses déclarations.
Les sciences humaines occidentales s'enracinent dans le matérialisme. Ceci est évident pour quiconque a étudié l'Histoire de la Renaissance et a certaines connaissances sur cette époque. La Renaissance a occasionné différentes transformations en Occident mais nos principes intellectuels sont différents des principes intellectuels occidentaux. Il n'y a rien de mal à bénéficier de la psychologie, de la sociologie, de la philosophie, des sciences de communication et d'autres branches de sciences humaines promues en Occident. J'ai dit à plusieurs reprises que nous n'avions pas du tout honte d'apprendre. Nous avons besoin d'apprendre à la fois de l'Ouest et de l'Est.

«اطلبوا العلم ولو بالصّين»
«Cherchez la connaissance même si elle est en Chine. »
[Célèbre citation du Prophète Mohammad (SAWA)]

Cela est clair. Nous n'en ressentirons aucune honte si cet apprentissage permet l'augmentation de notre savoir et de nos capacités d'interprétation mais nous ne devons pas rester éternellement des apprentis. Nous étudions auprès d'un maître pour devenir maître nous-mêmes. Les Occidentaux ne veulent pas de cela. La politique coloniale de l'Occident depuis bien longtemps, veut qu'une discrimination et un déséquilibre s'installent définitivement dans les domaines scientifiques.
L'Histoire est une des branches des sciences humaines que je vous conseille d'étudier. Lisez l'Histoire du colonialisme pour voir les grandes violences qu'ont faites les Occidentaux, sous une apparence trompeuse et attirante, et leur prétention de soutien aux droits de l'homme. Ils n'ont pas seulement tué les gens mais ont fait beaucoup d'efforts pour garder les pays colonisés en arrière et les empêcher de faire des progrès dans différents domaines. Nous voulons éviter cela. A mon avis, nous devons juste apprendre les sciences humaines pour pouvoir produire une forme autochtone de sciences humaines et l'exporter dans le monde. Oui, si cela est réalisé chaque personne qui sort de nos frontières sera une source d'espoir et de confiance. C'est pourquoi je dis que nous ne devons pas imiter les Occidentaux dans le domaine des sciences humaines.
Un des amis a souligné que dans sa lettre à Malek al-Ashtar, le Commandeur des Croyants, l'Imam Ali (AS), lui avait dit de dénoncer publiquement ceux qui avaient transgressé les lois et que j'avais recommandé le contraire. Le Commandeur des Croyants (AS) n'a jamais dit Malek al-Ashtar de dénoncer les gens avant que leur infraction ait été prouvée. Le Commandeur des Croyants (AS) n'a jamais dit une telle chose et certainement, une telle recommandation n'est pas islamique. Comment pourrions-nous dénoncer publiquement une personne sur une simple accusation portée contre lui et qui n'a pas été prouvée ? Une accusation peut être considérée par les gens comme une réalité, sans aucune preuve ou raison logique. Nous n'avons pas le droit d'annoncer publiquement les noms des accusés. Dans une réunion avec des magistrats, je suis même allé plus loin et j'ai dit que même si une infraction avait été prouvée, la dénonciation publique du condamné ne devait pas être le principe de base du processus. Après tout, il peut arriver que quelqu'un doive être puni pour un délit mais sa famille, ses enfants et ses parents n'ont rien commis de mal pour être ainsi déshonorés. Il n'y a aucune raison de déshonorer leur famille à moins que cela soit en relation avec un grand intérêt public. Oui, parfois l'intérêt public exige une dénonciation publique. Dans ce cas, il n'y a aucun problème à procéder de cette manière. Ceci est notre logique et il n'y a aucun propos du Commandeur des Croyants (AS) ou d'autres Imams infaillibles (AS) qui la contredise. Nous n'avons pas le droit de désigner publiquement les gens par leur nom dans les sites internet, les journaux ou d'autres lieux, tout simplement parce qu'ils sont accusés d'un délit. Ce n'est pas du tout légal. Il est nécessaire de respecter la dignité des personnes.
On m'a également demandé d'exprimer mon opinion sur les mesures prise pour la mise en œuvre des politiques de l'article 44 de la Constitution. Je ne m'étendrai pas sur les détails car chacune des parties et sous-parties nécessitent une explication détaillée. En bref, je dirais que de bonnes choses ont été faites. Bien entendu, cela ne veut pas dire que ce qui a été fait est suffisant. Non, il y a des lacunes, mais certaines parties du travail ont été accomplies. Nos représentants du gouvernement ont présenté un certain nombre de rapports à cet égard auxquels il est nécessaire de faire confiance. Nous ne devons pas supposer que tout ce que les représentants du gouvernement disent est un mensonge ou une illusion de leur part. Non, ils présentent des rapports que nous devons considérer comme exacts bien qu'ils puissent contenir un peu d'exagération ou un manque d'attention aux aspects négatifs. Les rapports officiels sont en général exacts. Il y a certaines lacunes mais des mesures ont été prises pour y remédier.
En ce qui concerne la réforme du Haut Conseil de la Révolution culturelle, je dois dire que nous avons fait ce qu'il fallait. Il est vrai qu'il existe à ce sujet des procédures spéciales et il convient de noter qu'il peut y avoir une distance entre ce que vous pensez et ce qui se passe effectivement. Certaines mesures ont été adoptées afin d'augmenter les bénéfices de ce Conseil.
L'un des chers jeunes intervenants a déclaré que si la jeune génération voulait prendre des responsabilités, elle devait entrer elle-même dans l'arène. Je suis d'accord mais de quelle manière la jeune génération doit-elle entrer dans l'arène ? La jeune génération a besoin de qualifications théoriques et pratiques. Il y a des gens qui ont travaillé dans le domaine théorique et scientifique mais qui ne sont pas prêts à travailler dans les domaines de gestion ni d'affronter les problèmes opérationnels. Ceux qui veulent prendre des responsabilités dans le gouvernement et pensent que cela est important, doivent avoir des qualifications et rendre des services. Bien sûr, endosser des responsabilités est aussi un service plus efficace et plus général. Mais l'obtention de tels postes requiert au préalable, des qualifications scientifiques ainsi que certaines qualifications pratiques, et aussi une forte motivation.
Lorsque vous marcher sur un trottoir bondé, il se peut que vous bousculiez d'autres personnes ou vice-versa. Cela est naturel. Si vous ne voulez pas bousculer ou être bousculé, vous devez rester chez vous. Bien sûr, il est possible à la maison et en dehors de la vie publique, de faire quelque chose de positif. Mais quand une personne entre dans le domaine social de la politique ou de la gestion, elle doit être prête à affronter les obstacles.
Remarquez qu'un groupe de jeunes au cœur pur et motivé, a pris la parole dans cette réunion et critiqué tous les responsables et les organisations du pays. Personne ne vous le reproche et moi, en tant qu'interlocuteur, je vous en félicite non en paroles mais du fond du cœur. Mais qui sont les gens que vous critiquez ? Ce sont les jeunes qualifiés d'hier qui ont travaillé dur et avec abnégation, assument maintenant une responsabilité et font des efforts pour s'en acquitter.
Il se peut qu'ils fassent certaines erreurs et que vos critiques soient justes, c'est dans la nature du travail de gestion. Lorsque vous entrerez dans ce domaine, les mêmes critiques vous seront adressées et un jeune homme ou une demoiselle viendra vous critiquer à partir de cette même tribune.
Actuellement vous vous plaignez du fait que le directeur est vieux et que le conseiller est jeune. A votre avis, le directeur doit être jeune et le conseiller doit être vieux, et vous m'écrivez des lettres dans lesquelles vous vous plaignez de ces jeunes conseillers qui travaillent au ministère alors que le jeune conseiller est étudiant en maîtrise ou en doctorat, ou a obtenu récemment son doctorat. Il n'a pas commis aucune erreur mais devient la cible de critiques. De telles motivations doivent exister et avant de s'engager dans de telles professions et responsabilités, car ces personnes auront assurément des postes de responsabilité, il faut être prêt au niveau des qualifications.
L'un des intervenants qui s'est très bien exprimé dans cette réunion, a déclaré que nous travaillons de cette manière afin qu'on sache "qu'il y a encore des gens" qui veulent travailler. N'utilisez pas le terme «encore». Cela signifie qu'on s'attendait à ce que ces gens n'existent plus. Non, nous n'avons pas de telles attentes. En ce qui concerne la Révolution, nos attentes dépassent de loin ces propos. Ne dites donc pas "Il y a encore des gens ....". Je soulignerai par la suite quelques points en relation avec cette question.
Le mouvement de mobilisation des étudiants pour la construction est aussi très intéressant et absolument nécessaire. C'est une très bonne entreprise.
Je tenais à faire quelques remarques à propos de ce que vous avez déclaré et dont j'ai résumé les différents thèmes pour les avoir à l'esprit et en parler brièvement.
Bien sûr, vos déclarations sont également disponibles dans leur intégralité et seront ultérieurement étudiées et suivies. Il est faux de penser qu'elles tomberont dans l'oubli. Non, vos déclarations seront l'objet d'une étude particulière ou serviront au moins à augmenter nos connaissances et nos expériences collectives. Aucune de ces déclarations et opinions ne sera ignorée.
Ce que je veux aborder dans mon discours est en fait le début d'une discussion dont vous, chers jeunes, assurerez le suivi dans vos réunions. Ces six ou sept derniers mois, j'ai fait allusion dans plusieurs discours à la stabilité de la République islamique. J'ai souligné que la stabilité et l'équilibre de la République islamique sont les facteurs qui ont insufflé l'espoir dans le cœur des nations de la région et des nations musulmanes, et jouent un rôle important dans le déclenchement des mouvements impressionnants dans la région, qui sont des mouvements pour la liberté et l'éveil. Aujourd'hui, je parlerai de la stabilité, de la permanence et de l'équilibre de la Révolution, et je m'attarderai un peu sur cette question.
De grandes évolutions peuvent se produire dans une société. Les révolutions politiques et sociales en sont des exemples saillants. Qui donne lieu à de telles évolutions ?
C'est toute une génération qui les met en place. Bien entendu, ce qui se produit est le résultat de certaines conditions qui n'existaient pas chez la ou les générations précédentes. La Révolution islamique en est un bon exemple. Il y a deux possibilités, soit la révolution effectuée par une certaine génération, est poursuivie, complétée et sauvegardée par les générations suivantes dans un mouvement permanent, remplacé par d'autres mouvements et révisé continuellement.

«و امّا ما ينفع النّاس فيمكث فى الأرض»
«Quant à ce qui profite au peuple, il demeure sur terre» Coran 13:17

par «générations suivantes», je n'entends pas nécessairement la distinction entre deux tranches d'âge. Je me réfère à ceux qui reprennent l'action là où le premier groupe s'arrête et qui peuvent être de la même génération, soit les générations suivantes dans le sens que nous avons défini, ne poursuivent pas cette évolution pour différentes raisons. Dans ce cas, la stagnation s'installe avec des déviations et des distances vis-à-vis de le la révolution qui échoue sans profiter au peuple comme elle l'aurait dû, alors que les dégâts causés naturellement par cette évolution sont irréparables. C'est ce qui arrive en général.
J'ai étudié attentivement les évolutions qui ont eu lieu au cours des deux ou trois derniers siècles qui sont de grandes évolutions mais je n'ai pas trouvé un seul cas similaire à celui de la Révolution islamique. Je vous conseille d'étudier l'Histoire de cette époque peut-être en trouverez-vous un. Je n'ai trouvé aucune révolution qui ait débuté d'une manière particulière et ait suivi le même chemin, les mêmes objectifs, les mêmes idéaux et les mêmes positions aux étapes ultérieures. Soit elles n'ont pas continué comme la Révolution russe, soit elles ont continué mais avec un décalage temporel considérable et de nombreuses épreuves, comme la Révolution française ou le mouvement qui a conduit à l'indépendance de l'Amérique, qui pourrait ne pas être considéré comme une révolution. Les objectifs initiaux ont été atteints d'une façon ou d'une autre, mais avec beaucoup d'efforts et sur un grand espace de temps. Par exemple, la "Grande" Révolution française a été appelée ainsi parce qu'après cette révolution, deux ou trois autres révolutions ont également eu lieu en France au cours des 50 et 60 années suivantes. La première révolution étant la plus importante et la plus significative en 1789 contre la monarchie française, comme cela s'est passé en Iran. Bien sûr, la famille royale qui régnait la France à cette époque, était beaucoup plus enracinée et plus puissante que la pathétique famille des Pahlavis en Iran. Les Bourbons avaient gouverné la France pendant plusieurs centaines d'années et il y avait eu parmi eux, des dirigeants très puissants. La Révolution française s'est donc produite en 1789.
La Révolution française fut une révolution populaire où les gens ont joué un grand rôle comme dans notre Révolution. Les dirigeants étaient issus du peuple, avaient de nouvelles idées et voulaient créer une société démocratique. Bien sûr, ce mouvement n'avait rien d'idéologique, ils voulaient un gouvernement populaire et démocratique. Trois ou quatre ans après la révolution en 1789, le groupe qui avait fait la révolution a été écarté par un groupe plus extrémiste. Certains de ces révolutionnaires ont même été exécutés et le groupe extrémiste a pris le pouvoir pendant quatre ou cinq ans. Puis le peuple a réagi et les a écartés du pouvoir à cause de leur radicalisme et la façon dont ils traitaient les gens. Certains d'entre eux ont été exécutés et un troisième groupe est arrivé au pouvoir.
C'est-à-dire qu'en moins de douze ans, trois groupes différents sont montés au pouvoir éliminant à chaque fois, les membres du groupe précédent. Pendant les onze premières années, de célèbres personnalités politiques de différents groupes révolutionnaires ont été exécutées. Plus tard, le chaos qui résultait de ces événements qui est d'ailleurs évident dans un tel pays, a mis le peuple à bout. À la fin, un groupe de trois membres a été formé dont Napoléon qui était un jeune officier célèbre pour ses conquêtes en Egypte, qui parvint à dominer les deux autres membres du groupe, devint roi puis empereur. Ce pays qui avait fait tant d'efforts pour éliminer un roi, avait exécuté le roi Louis XVI et sa femme, était redevenu une monarchie avec Napoléon en tête du pouvoir. Bien sûr, Napoléon était une figure militaire active et puissante et a fait beaucoup de choses pour la France. Il a eu aussi certaines réalisations non-militaires mais pour la plupart, ses actions étaient de nature militaire. Il a annexé à la France plusieurs pays européens dont l'Italie, l'Espagne et la Suisse. Bien sûr, après la chute de Napoléon, ces pays ont retrouvé leur indépendance. Ces conquêtes n'étaient que provisoires. Mais nous voyons qu'un pays qui a souffert toutes ces pertes pour la victoire de cette révolution et l'établissement d'un gouvernement populaire, s'est facilement transformé en un pays monarchique. Après l'exil de Napoléon et sa mort vers 1815, la monarchie est restée le mode de gouvernement en France pendant environ 50 ans. Bien sûr, il y a eu des évènements très difficiles et très amers. Si vous lisez les romans du 19ème siècle français, les livres de Victor Hugo, de Balzac et d'autres romanciers, vous ressentirez clairement ces bouleversements, ces difficultés et l'amertume du peuple de France, à cette époque.
Plus tard vers 1860, une autre révolution a eu lieu et Napoléon III qui était un parent de Napoléon Bonaparte a été écarté du pouvoir. Un gouvernement républicain s'est installé au pouvoir. Les républiques ont aussi changé. Il y a eu la Première République, la Deuxième République, la Troisième République et ainsi de suite jusqu'à ce que le pays devienne ce qu'il est aujourd'hui et sa démocratie à la française. La Révolution française a dû faire face à toutes ces difficultés. C'est-à-dire qu'après son émergence, elle n'a pas eu la capacité et la force de s'implanter dans le pays ni d'établir ses bases pour continuer son parcours. Cela a été presque le cas de tous les mouvements dans le monde, ces 100 ou 200 dernières années.
Les mêmes choses se sont produites en Amérique. La soi-disant révolution américaine et la libération de l'Amérique du contrôle des Britanniques ont eu lieu 5 ou 6 ans avant la Révolution française, autour de 1782. La population de l'Amérique ne dépassait pas les 4 ou 5 millions à cette époque. Un mouvement a été lancé et un gouvernement a été établi. Certaines figures comme Georges Washington et d'autres, sont arrivées au pouvoir, mais ce fut la même chose que dans la Révolution française. La nation américaine a connu beaucoup d'épreuves et d'étranges guerres civiles. Au moins un million de personnes ont été tuées lors d'une de ces guerres entre le Nord et le Sud, plus précisément entre la partie nord-est de l'Amérique et la partie sud-est, parce qu'à cette époque le gouvernement américain venait de prendre le contrôle de la partie ouest du pays. Au moins un million de personnes ont été tuées. Bien entendu, des statistiques précises n'existaient pas à cette époque. Ce chiffre se base sur les estimations de ceux qui ont parlé ou écrit à cet égard. Enfin, après près de 100 ans, depuis l'indépendance de l'Amérique, un gouvernement américain s'est progressivement mis en place et a continué son mouvement sur la trajectoire initiale.
Bien entendu, les crimes qu'ils ont commis et les massacres perpétrés par leurs dirigeants et leurs armées sont une longue et triste histoire avec les attaques contre les pays voisins et le massacre des indiens et des tribus indiennes. Je regrette que nos jeunes ne connaissent pas ces événements. Savoir que la civilisation, le progrès et la richesse de certains pays sont le résultat de leur vandalisme, de leur brutalité et de leurs injustices dans le passé, ouvre de nouvelles perspectives sur ce qu'il y a à faire et nos responsabilités.
Les mêmes choses ont eu lieu en Union soviétique sous une autre forme. Les objectifs de l'Union soviétique n'ont pas été remplis. Les objectifs étaient idéologiques. Le gouvernement soviétique était censé être un gouvernement populaire et socialiste, qui s'appuyait sur le peuple et s'engageait à répondre à ses besoins. Ces principes ont été abandonnés dès les premières années. Après la révolution russe en 1917, le chemin a changé et au bout de 5 ou 6 ans, les gens ont été éliminés des calculs du gouvernement. Un parti communiste avec des millions de membres, est arrivé au pouvoir et au sein du parti, figuraient quelques individus qui étaient au plus haut niveau. A certaines époques comme celle de Staline, le pouvoir était entre les mains d'une seule personne. Plus tard, le noyau central du parti communiste composé de ces individus, a pris le contrôle de tout le pays. Beaucoup de pressions ont été infligées au peuple. De nombreuses restrictions ont été imposées. Le peuple a subi de grandes épreuves. Certains ouvrages ont réussi à franchir la frontière et ont été traduits en persan et j'avais l'habitude de les lire. Avant l'effondrement de l'Union soviétique, beaucoup de ces dimensions amères et désagréables étaient restées cachées. C'est seulement après l'effondrement de l'Union soviétique que les informations ont été données sur ce qu'ils avaient fait et les contraintes qu'ils avaient imposées au peuple. Les œuvres littéraires de l'époque montrent les difficultés que le peuple de Russie a traversées à l'époque de l'Union soviétique. La révolution a totalement déraillée dès le début, et les promesses initiales n'ont pas du tout été respectées.
Voilà le destin des révolutions au cours des derniers siècles. Bien sûr, il y avait aussi eu des pseudo-révolutions au Moyen-Orient et surtout en Afrique du Nord et en Amérique latine, qui n'étaient pas des révolutions mais plutôt des coups d'état. Pendant les années 1950 et au début des années 1960 un mouvement révolutionnaire de gauche est apparu dans les pays d'Afrique du Nord, en Egypte, en Libye, au Soudan et en Tunisie. Tous ces pays sont devenus des pays révolutionnaires. Mais à quelques exceptions près, ceux qui avaient fait la révolution se sont éloignés de la trajectoire initiale. Les révolutions étaient gauchistes, antiaméricaines, antibritanniques et antifrançaises. C'est ainsi qu'ils ont poussé les gens à entrer dans le mouvement. Mais les personnes qui ont conduit ces révolutions à la victoire s'en sont écartées et ont développé ensuite des tendances pro-coloniales. Bourguiba, le leader de la Révolution tunisienne, est devenu une marionnette aux mains de la France et de l'Occident, et s'est dirigé dans une direction qui fut plus tard suivie par Ben Ali. En Egypte, Anouar el-Sadate était un des partisans de Jamal Abdel Nasser et faisait partie de ceux qui avaient effectué le coup d'Etat ou ce qu'ils ont appelé "le mouvement des officiers libres".
A l'époque de Jamal Abdel Nasser, ce mouvement avait été lancé dans le but de libérer la Palestine. Mais il y a eu tellement d'écarts qu'ils se sont réconciliés avec les occupants de la Palestine et ont encouragé les complots contre la Palestine. Il y a quelques années, ils ont même coopéré avec les sionistes pour assiéger Gaza et éliminer le peuple de Palestine. Le mouvement a fait demi-tour.
La même chose s'est produite au Soudan. Je ne pense pas que vous vous rappeliez Nimeiry. Je me souviens du temps où il a obtenu son premier poste officiel. Cet officier révolutionnaire a réellement sauvé le Soudan de l'emprise occidentale mais peu à peu s'est penché vers l'Occident dont il est devenu le jouet. Le peuple révolutionnaire qui est actuellement au pouvoir au Soudan s'est soulevé contre lui et l'a écarté du pouvoir. D'un élément antioccidental qui avait réalisé un coup d'Etat contre le gouvernement pro-occidental du Soudan, Ja'far Nimeiry est progressivement devenu un inféodé et un mercenaire de l'Occident. C'est encore ce qui est arrivé dans d'autres évolutions de ce genre.
Je me souviens qu'en 1960, lorsque Jamal Abdel Nasser était au pouvoir, nous avions l'habitude d'écouter la station de radio égyptienne "Sawt-al-Arabe" à Machhad. Jamal Abdel Nasser avait voyagé en Libye et avait prononcé un discours sur Sawt al-Arabe en compagnie de Ja'far Nimeiry et Mouammar Kadhafi qui était alors un jeune homme de vingt-huit ans et venait tout juste de terminer son coup d'Etat. Ils se rassemblaient chaque année et faisaient des déclarations révolutionnaires radicales. Même Kadhafi inventait des slogans qui nous remplissaient d'enthousiasme à l'époque. Nous étions engagés dans des activités révolutionnaires et il était illégal à l'époque, d'écouter la radio égyptienne. Nous nous rassemblions donc dans une maison pendant la nuit, pour écouter Sawt al-Arabe.
Voilà un aperçu de des révolutions qui pour différentes raisons, ont dévié de leur trajectoire dès le début ou après quelques années. Dans certains cas, cet écart a duré des décennies. Dans un pays comme la France, l'écart a duré plus de 70 ans avant qu'ils ne réussissent progressivement à réaliser certains des objectifs initiaux et non dans leur ensemble.
À cet égard, la Révolution islamique est une exception. La Révolution islamique est un mouvement qui a été réalisé avec des objectifs généraux mais clairs et progressivement plus précis et plus détaillés comme l'application de l'Islam, la lutte contre les puissances arrogantes, l'indépendance, le respect de la dignité humaine, la défense des opprimés et l'aspiration aux progrès scientifiques, technologiques et économiques. Un regard sur les déclarations de l'imam Khomeiny et les principaux documents de la Révolution, révèle que ses buts étaient enracinés dans les enseignements islamiques. Etre populaire et s'appuyer sur la foi, les croyances, la motivation et la passion du peuple, étaient les piliers essentiels de la Révolution. Ce chemin a été poursuivi sans aucune déviation. C'est un point très important compte tenu du fait que 33 années se sont écoulées depuis la victoire de la Révolution.
C'est ce que je veux dire quand je dis que la Révolution est stable et bien établie.

«انّ الّذين قالوا ربّنا اللَّه ثمّ استقاموا»
«Ceux qui disent Allah est notre Seigneur, puis font preuve de persévérance dans le droit chemin. » Coran 41: 30

Le peuple iranien a déclaré : "Notre Seigneur est Allah" et il est resté ferme. Cet état d'esprit a été transmis aux générations suivantes. Tous ces jeunes qui ont fait des déclarations enthousiastes et sincères dans cette rencontre, sont probablement nés après la Révolution. Aucun d'entre vous n'a connu l'époque révolutionnaire ni la guerre, ni n'a rencontré l'imam Khomeiny. Mais le chemin et les objectifs sont les mêmes. Les déclarations qui sont faites aujourd'hui, sont celles qui étaient faites hier. J'avais l'habitude d'aller à l'université de Téhéran une fois par semaine et d'organiser des rencontres avec les étudiants. Nous faisions les prières collectives puis je répondais aux questions des étudiants et faisais des discours. Cela a duré assez longtemps. Les déclarations des étudiants à cette époque, étaient les mêmes déclarations que les vôtres aujourd'hui. Bien entendu, les commentaires aujourd'hui sont plus fins et mieux argumentés. Les émotions sont aussi fortes qu'auparavant mais les déclarations des étudiants sont plus rationnelles qu'autrefois. Ceci est une chose très précieuse.
Voilà ce qui a été réalisé jusqu'ici mais maintenant que devons-nous faire ? Ce que je veux dire est que désormais, la responsabilité de la jeune génération qui est composée principalement d'étudiants, est de poursuivre cette voie dans la même orientation et vers une plus grande perfection. Ce sont les responsabilités des milieux académiques dont vous êtes chargés. Notre génération est de plus en plus vieille et fatiguée, comme toute autre chose dans le monde. Vous êtes la génération qui doit intervenir aujourd'hui. Il incombe à notre jeunesse et à nos jeunes étudiants d'assumer les responsabilités du pays. C'est à vous de faire des plans et de prendre les décisions pour le pays. Vous pouvez continuer le même chemin et compléter le mouvement en utiliser les capacités qui n'ont pas été exploitées. Vous pouvez compenser les lacunes et corriger les défauts que vous avez soulignés à juste titre. Vous pouvez aussi choisir un chemin différent et opter pour la passivité mais ce ne sera pas la voie que notre jeunesse choisira. Je n'ai aucun doute à ce sujet. Notre jeune génération va continuer dans cette voie parce que le mouvement a des racines religieuses et de solides fondements idéologiques. Pour la première fois dans l'Histoire des révolutions dans le monde, une Révolution a été menée qui veut se présenter au monde et poursuivre ses principes d'origine avec fermeté. Par la grâce d'Allah, la Révolution atteindra ses objectifs ultimes.
Vous faites parties de nos associations estudiantines et de nos éminents étudiants. En fait, vous êtes les représentants de millions d'étudiants dans le pays qui doivent prendre des décisions. Bien sûr, mes déclarations seront diffusées dans les médias et publiées dans la presse. Tous ceux qui veulent écouter mes déclarations seront en mesure de le faire. Vous devez savoir que la poursuite de ce mouvement positif fondé sur ces valeurs, dépend de votre motivation, de votre détermination, de votre courage, de la puissance de votre pensée et de votre volonté.
Heureusement, la Révolution a fait de grands progrès. Comme je l'ai dit, nous n'avons pas dévié de nos objectifs. Ce qui est arrivé aux grandes révolutions dans le monde n'est pas arrivé à la nôtre. Notre Révolution a surmonté toutes les difficultés et a réussi à préserver son essence en s'appuyant sur ses principes, et à progresser sur le chemin de la perfection. La Révolution a fait avancer le pays. Les progrès que nous observons dans les différents domaines, sont sans précédent dans le pays au cours des derniers siècles. Il y a quelques jours, j'ai mentionné brièvement certains de ces progrès lors d'une réunion avec nos responsables. Bien sûr, nous avons eu des réalisations similaires dans le passé mais les progrès qui ont été faits sont sans précédents dans les derniers siècles. Vous avez aidé le pays à atteindre cette place. Le pays doit progresser. Nous en sommes encore aux premières mesures et au début du chemin. Comme je l'ai dit, l'une des caractéristiques les plus importantes de la Révolution, est qu'elle est capable de produire des modèles. Vous pouvez avoir pour objectif d'établir des modèles pour la communauté islamique. Montrez aux autres comment avancer et comment réaliser ce qu'ils veulent. Cela est possible.
Les associations universitaires ont naturellement un rôle important à jouer. Les ennemis, les pouvoirs arrogants, le camp de l'oppression, les capitalistes internationaux des gros cartels et trusts et d'autres camps constituent un front uni. C'est ma première recommandation aux associations universitaires qui sont chargées des questions qui concernent les étudiants, le pays et la Révolution. Il existe un front uni qui s'oppose à la Révolution islamique qui est une Révolution spirituelle, religieuse, culturelle et idéologique. Lorsque vous les considérez comme un front uni, bon nombre de leurs actions prendront une signification et mettront en lumière la responsabilité des étudiants et des associations universitaires dans ces domaines.
Imaginez les assassinats qui ont eu lieu dans le pays où des gens comme Ali Mohammadi, Shahyari et Rezaïnejad sont tombés en martyrs dans des attentats terroristes. C'est un acte de terreur. Une façon de regarder ces assassinats consiste à les considérer comme un acte de terrorisme et une opération anti-sécuritaire et d'être triste que l'ennemi ou certains terroristes aient ciblé des scientifiques dans votre pays. Une autre façon de regarder la question est de considérer ces assassinats dans le cadre d'un complot de grande envergure contre la République islamique. Par exemple, au cours des huit ans de guerre avec l'Irak, si l'artillerie ennemie ciblait un endroit particulier, cela ne signifiait pas que l'ennemi concentrait toute son attention sur cet endroit. Cela signifiait aussi que l'ennemi utilisait cette attaque pour détourner notre attention d'un autre point. C'est ce qu'ils appellent la stratégie de diversion. Une autre possibilité est que l'attaque ait été lancée pour affaiblir notre front à un endroit particulier pour permettre à l'ennemi de mener une opération de grande envergure. Si vous regardez la question sous cet angle, vous comprendrez que l'ennemi cherche à freiner le mouvement scientifique dans notre pays. Ces assassinats doivent être considérés comme les maillons d'une chaîne de complots. Il y a plusieurs niveaux d'action y compris les sanctions économiques, la promotion de la corruption, la promotion de la drogue, les mesures anti-sécuritaires et l'ébranlement de la foi du peuple, à la fois leur foi en l'Islam et leur foi en la Révolution. Ce sont différents niveaux d'action qui sont en relation les uns avec les autres. Un de ces niveaux qui est un maillon de la chaîne, est de freiner le mouvement scientifique dans le pays en intimidant et en éliminant nos scientifiques. C'est dans cette perspective que nous devons analyser cette question.
Si nous considérons les ennemis comme un camp unifié aux multiples responsabilités, notre sens des responsabilités prendra des formes différentes. En ce qui concerne les assassinats, je crois que nos associations universitaires ont été trop passives et n'ont pas agi comme elles l'auraient dû. Vous devriez insister sur cette question. Bien sûr, cela ne veut pas dire qu'il faut l'exagérer bien que ce soit une question importante, mais vous auriez dû mieux refléter l'importance de ces assassinats. Pas une seule affiche des martyrs pour garder vivante leur mémoire, n'a été distribuée par les associations universitaires. Cette question ne doit pas sombrer dans l'oubli. Ce n'est pas une chose insignifiante.
La question de la science dans le pays, est un autre maillon de cette chaîne dont j'ai parlé et qui est en relation avec le point essentiel que nous poursuivons depuis plus d'une dizaine d'années, c'est à dire le pouvoir. On dit que quiconque a le savoir sera en mesure de dominer son entourage et de réaliser ses objectifs. Quiconque néglige le savoir sera dominé. Ceci est la logique qui sous-tend notre mouvement scientifique depuis 10 ou 15 années. Heureusement, ce mouvement scientifique a dans une large mesure, produit de bons résultats. Les ennemis veulent contrecarrer ce mouvement. Vous devez donc être sensible à cette question.
C'est de cette façon que nous devons analyser les activités des ennemis. Nous devons considérer les ennemis comme un front unifié, c'est alors que leur soutien à certains mouvements, leur hostilité à certains autres mouvements et leurs ingérences dans nos affaires intérieures deviendront tous porteurs d'un sens. Nous comprendrons alors quels buts ils poursuivent. Cela exige que nous soyons vigilants à toutes leurs actions.
L'un des points que je tiens particulièrement à faire remarquer à nos associations estudiantines, est qu'elles doivent s'engager dans un profond travail intellectuel et culturel, bien fondé et bien planifié. Parfois, l'ennemi attaque ouvertement notre environnement académique. Vous devez avoir une présence active comme lors de la fitna de l'année 2009 ou d'autres évènements similaires. Parfois, il n'y a pas d'agression ouverte. Dans de tels cas, nos associations estudiantines doivent jouer un rôle intellectuel important. Vous devez effectuer un travail profond sur les questions logiques, morales et historiques, et les enjeux de la Révolution. Vous devez travailler sur différents secteurs du pays comme les amis l'ont souligné dans cette réunion. Imaginez que vous faites des recherches sur la Banque centrale, le système de santé ou la question du djihad économique qui sont de bons sujets mais auxquels vous ne devez pas vous limiter. Il est nécessaire de faire un travail profond et rationnel, le sentimentalisme doit être évité dans les questions politiques. Bien entendu, les émotions sont bonnes et pures. Je ne suis pas du tout opposé à l'expression des sentiments et des émotions surtout dans le cas de nos jeunes. Il n'est ni possible ni souhaitable de supprimer les sentiments mais la logique est nécessaire surtout quand il s'agit de questions politiques.
Eviter l'immoralité dans les activités culturelles et artistiques, c'est une chose que je recommande sérieusement. Soyez prudents. Je peux citer quelques exemples à cet égard. Bien entendu, tous remontent à 17 ou 18 ans. A cette époque, j'ai été informé qu'il y avait des problèmes de ce genre dans les cérémonies d'un certain cercle d'étudiants. Je leur ai donné un message à l'époque car nous n'étions pas sans relations, mais mon message a été ignoré. La question a mal fini. Il est nécessaire d'éviter la corruption morale et culturelle, et de lutter contre elle avec force. Aujourd'hui, une des tactiques de l'ennemi est de propager la corruption morale. Vous devez lutter contre cette politique. De la même façon qu'ils programment des sanctions économiques, ils programment également la propagation de la corruption morale. Ce n'est pas une impression, nous avons des renseignements précis à ce sujet. Ils se rassemblent pour planifient des programmes et prétendent qu'il est nécessaire de propager la corruption morale chez les jeunes pour briser la résistance de la République islamique. Ils considèrent ces activités dans une perspective politique. Il est nécessaire de contrer cette politique. Bien sûr, cela doit être fait de manière appropriée et représente une forme très précieuse de résistance contre les complots des puissances arrogantes.
Une autre recommandation est que les associations universitaires travaillent dans la coopération et la solidarité. Je ne tiens pas à faire des suggestions mais il semble qu'il devrait y avoir une organisation chargée de coordonner ces associations afin qu'elles avancent dans la même direction.
Bien entendu, les orientations générales sont presque les mêmes et cela est appréciable. Je ne veux pas dire que toutes ces associations avec leurs caractéristiques particulières, doivent constituer une entité unique. Non, la variété et la diversité ne posent aucun problème dans les associations estudiantines, mais étant donné qu'il s'agit d'orientations générales et d'un mouvement vers les objectifs de la Révolution, il est nécessaire qu'il y ait une coordination afin qu'elles puissent exercer une influence dans les milieux académiques. Cela ne veut pas dire qu'il n'y a pas de lacunes, d'écarts et d'erreurs. Y a-t-il une organisation exempte de ces problèmes ?
Même dans les organisations et les milieux les plus sacrés, vous pouvez voir certaines déviations. Mais en général, nos milieux académiques sont dynamiques, actifs, religieux et attachés aux principes. C'est quelque chose de très précieux. Cette ambiance générale de nos milieux académiques est une chose très précieuse dont il est nécessaire de tirer profit. Il est nécessaire de donner à ces milieux une orientation appropriée.
Une autre recommandation est que les responsables des universités et des associations estudiantines coopèrent les uns avec les autres. J'ai reçu des rapports qui montrent que cette coopération n'existe pas dans certains cas, ou qu'il y a des conflits qui peuvent conduire à certains problèmes. Par exemple, l'un des amis a mentionné le problème de la ville de Buchehr. Les associations universitaires doivent coopérer et être solidaires parce que les objectifs sont les mêmes et sont les objectifs de la Révolution. Nos responsables gouvernementaux travaillent dur. Tout le monde peut voir leurs efforts. Ils cherchent à résoudre les problèmes dans la mesure de leurs moyens. Les membres de nos associations estudiantines sont motivés et dynamiques, et sont des jeunes au cœur pur. Ces associations doivent s'entraider.
Je voudrais également aborder la question des sciences humaines qui a également été discutée lors de cette réunion. J'ai donné mon avis sur les sciences humaines et j'insiste sur la nécessité de développer nos propres théories. Nous ne devons pas nous contenter d'imiter l'Occident. Certaines branches des sciences humaines peuvent être éliminées de l'université ou être sauvegardées telles quelles. Je n'ai pas d'opinion à ce sujet. Je ne peux ni rejeter, ni entériner de telles mesures. Ce n'est pas mon travail. La décision appartient aux responsables qui ont de bonnes raisons pour éliminer ou ne pas éliminer certaines disciplines. Mon point de vue est qu'il faut faire un travail profond dans les sciences humaines et que les intellectuels doivent travailler activement sur cette question.
Je pense que le temps qui nous était imparti est terminé. J'ai dit tout ce que je pensais être nécessaire. Que Dieu vous protège tous.

Mon Dieu ! Par la bénédiction de Tes élus, accorde Tes grâces à notre jeunesse.
Mon Dieu ! Rapproche notre jeunesse des buts et des idéaux islamiques.
Mon Dieu ! Par la béatitude de Mohammad (SAWA) et de ses descendants, exauce les prières de ces jeunes.
Accorde Ta grâce aux représentants du gouvernement et à nous tous pour que nous puissions prendre les mesures nécessaires.
Mon Dieu ! Octroie à ces jeunes l'occasion de voir la formation d'une communauté islamique et d'un pays islamique.
Que les âmes pures de nos martyrs et l'âme de notre Imam (Que Dieu hâte sa venue) soient satisfaites de nous.

Que les salutations divines soient sur vous et que la miséricorde d'Allah et Sa bénédiction vous accompagnent !

 
< Précédent   Suivant >

^