Skip to content

Galerie

Photo
Audio

Perspectives

Imam Khomeiny

Biographie
Sermons de la prière du vendredi et traduction du sermon prononcé en arabe Version imprimable
04/02/2011

Ce qui suit est le texte intégral des sermons prononcés le 5 Février 2011, par l'Ayatollah Khamenei, Guide suprême de la Révolution islamique, à la prière du vendredi de Téhéran à l'occasion de l'anniversaire du martyre de l'Imam Ali ibn Musa al-Reza (as).

Premier Sermon

Au nom d'Allah, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux

Louange à Allah, Seigneur des deux Mondes, Que nous louons, de Qui nous sollicitons l'aide, vers Qui nous nous repentons, en Qui nous avons confiance et auprès de Qui nous cherchons la grâce et la paix, et les salutations sur Son bien-aimé, Sa noble créature, le meilleur de la création, le gardien des secrets, le diffuseur de Son message, le signe avant-coureur de Sa miséricorde et l'avertisseur de la colère divine, notre Maître et Prophète, Ab-al-Qassem al-Mustafa Mohammad (AS), et sur ses descendants impeccables et infaillibles, en particulier celui qui reste sur terre le représentant et le trésor d'Allah. Que les salutations divines soient sur les Imams des musulmans, les partisans des opprimés et ceux qui guident les fidèles.
J'exhorte les serviteurs de Dieu et moi-même à la piété.
J'exhorter les chers frères et sœurs, les honorables fidèles et moi-même à la vertu. Aujourd'hui, nous commémorons l'anniversaire du martyre d'Ali ibn Musa-al-Reza (as). Il y a quelques jours, nous avons commémoré le décès du Saint Prophète de l'islam, Mohammad ibn Abdullah (SAWA), et le martyre tragique de l'Imam Hassan al-Mujtaba (AS).
Je tiens à présenter mes condoléances à l'occasion de ces évènements douloureux et de ces grandes tragédies de l'Histoire, à vous tous, à toute la nation iranienne, à tous les musulmans chiites et à tous les musulmans dans le monde.
Allah le Tout-Puissant, a dit à Son Messager :

«يا ايّها النّبىّ اتّق اللَّه»
«Prophète, sois pieux envers Dieu". Coran 33: 1

La piété, la nécessité de la piété et l'observation de la piété sont ainsi rappelées au Saint Prophète (SAWA). Nous devons croire que nous sommes continuellement en présence de Dieu et veiller à nos actions, nos comportements, nos paroles et même nos pensées. C'est le sens de la piété. Si la piété est observée, tous les chemins seront ouverts et Allah le Tout-Puissant, soutiendra toute nation qui en fait preuve.
Les cérémonies de la décade de Fajr et du 22 Bahman (jour de la victoire de la Révolution islamique en Iran. ndt) cette année, ont une couleur différente parce qu'après des années d'efforts désintéressés, les gens entendent aujourd'hui l'écho de leurs cris d'opprimés retentir dans d'autres parties du monde de l'Islam.
Les événements qui se passent en Afrique du Nord, en Egypte, en Tunisie et dans d'autres pays sont porteurs d'une signification différente et particulière pour notre nation. C'est ce que nous avons toujours appelé "l'éveil islamique" à l'occasion de la victoire de la grande Révolution islamique de la nation iranienne et qui se manifeste aujourd'hui. Par conséquent, ces cérémonies de la décade de Fajr cette année, sont très importantes.
Aujourd'hui, j'aborderai un aspect de notre Révolution dans le premier sermon et dans le deuxième sermon, j'aborderai brièvement les événements d'Egypte et de Tunisie. Puis, avec votre permission, chers fidèles, et la grâce d'Allah, je m'adresserai en arabe à tous les musulmans arabes de la région.
Ce que je dirai au sujet de notre Révolution, sur le grand événement qu'a créé la nation iranienne qui est riche d'enseignements, est avant tout la présentation des réalités du monde, ce que les puissances arrogantes, les colonialistes, les tyrans et les puissances hégémoniques voulaient et recherchaient, et ce qui s'est réellement passé. Ensuite, je soulignerai deux caractéristiques de notre Révolution qui sont en rapport avec notre époque.
En ce qui concerne la première partie qui concerne la présentation de la situation actuelle par rapport à ce que les tyrans mondiaux souhaitaient, je dirai que les vainqueurs de la première et seconde guerre mondiale, constitués principalement par quelques pays européens et les Usa, poursuivaient une politique déterminée dans la région importante du Moyen-Orient. Le Moyen-Orient est une région importante en termes de géopolitique, c'est une région qui relie l'Asie, l'Europe et l'Afrique. Il est également important de souligner que ses zones pétrolières constituent les plus grandes ressources de pétrole dans le monde. Le pétrole est vital pour toutes les puissances industrielles qui ont dominé le monde. En termes de population, la région du Moyen-Orient est constituée de nations anciennes et riches au niveau historique. Ils ont donc adopté une politique spéciale dans cette région pour que les pays et les unités politiques du Moyen-Orient possèdent les cinq caractéristiques suivantes. Premièrement, ils devaient être faibles.
Deuxièmement, ils devraient être en conflit les uns avec les autres et ne pas être en mesure de s'unir. Par conséquent, pendant des années, ils ont renforcé le nationalisme arabe, turc et iranien.
Troisièmement, leurs dirigeants devaient être politiquement dociles et inféodés aux puissances occidentales.
Quatrièmement, ils devaient être des consommateurs et dépenser dans les importations et la consommation, l'argent qu'ils gagnaient de la vente de leur pétrole à un prix très bas, afin que les entreprises occidentales puissent développer leurs activités économiques.
Cinquièmement, ils devaient être scientifiquement arriérés et éloignés de tout progrès scientifique.
Ce sont les points généraux de cette politique. Il faudrait un livre entier pour les expliquer et expliquer comment ils ont agi pour freiner le progrès scientifique de notre pays et d'autres pays. Ils voulaient aussi que les pays de la région imitent aveuglément les Européens dans le domaine culturel. Militairement parlant, ils devaient être des pays faibles, vulnérables et assujettis. En ce qui concerne la morale, ils appréciaient les pays moralement corrompus et voulaient que les pays de la région se contentent d'une religion superficielle individuelle et protocolaire. C'est l'image qu'ils avaient à l'esprit et ils ont préparé toutes sortes de politiques pour atteindre cet objectif.
Ces stratégistes occidentales ont peut être demandé des milliers d'heures d'étude, de réflexion et de planification puis ils ont envoyé leurs agents dans les pays du Moyen-Orient qui faisaient tout ce qu'ils voulaient.
Cette analyse peut nous aider à comprendre le comportement de Reza Shah et de Mohammad Reza Shah en Iran, et le comportement de Mustafa Kemal en Turquie et bien d'autres.
Ils ont réussi à appliquer dans une certaine mesure, leurs plans jusqu'à la victoire de la Révolution islamique, sauf à certaines époques et sur certaines questions. Mais leurs échecs n'étaient pas très longs, par exemple, un gouvernement populaire est arrivé au pouvoir en Egypte pendant quelques années, la même chose s'est produite en Iran et dans d'autres pays, sous une forme ou sous une autre. Mais en général, ils ont progressé dans tous les domaines jusqu'à la Révolution islamique. Tout à coup, un grand événement et une grande explosion ont eu lieu qui ont complètement ruiné leur situation. Un homme savant, exceptionnel, sage, combattant, courageux, érudit et charismatique, l'Imam Khomeiny, a émergé au sein du peuple d'Iran de façon divine. Cet événement avait été ordonné par Dieu et les Iraniens qui y étaient préparés, se sont félicités de cet événement et ont affronté les dangers. Ils sont entrés dans l'arène, ont donné leur vie, ont renoncé à leurs richesses et sont sortis victorieux de cette épreuve divine. La Révolution islamique avait gagné. Tous leurs calculs (des pays arrogants) étaient ruinés. La Révolution islamique en Iran a commencé avec force et a continué de la même façon. Ce n'était pas une excitation des premières années qui devait se calmer après quelques années. Non, la Révolution continue. Il y a quelques points concernant cette permanence que je tiens à expliquer.
L'imam était ferme et la nation l'a soutenu avec force. Le camp de l'ennemi car ce n'était pas seulement un ennemi auquel nous étions confronté mais une coalition, a réagi aussi fort qu'il le pouvait par des combats de rue, des conflits ethniques, des coups d'état militaires, une guerre de huit ans, des sanctions économiques et le lancement d'une énorme machine de guerre psychologique au cours des 32 dernières années. Voilà 32 ans que cette guerre psychologique sévit contre la nation iranienne, la Révolution et l'imam. Ils ont répandu des mensonges et des rumeurs, lancé toutes sortes d'accusations et essayé de fomenter la discorde et de détourner le peuple de son chemin.
Leur principal objectif était d'écraser la Révolution et de renverser la République islamique. Le premier objectif était de renverser le gouvernement puis de faire dévier la Révolution au cas où ils échoueraient dans leur tentative de renversement du régime. Le but était de détruire l'essence et l'esprit de la Révolution en n'en gardant que les apparences. Ils ont fait beaucoup d'efforts dans ce sens. La fitna de l'année 2009 a été leur dernier scénario et une autre tentative. Certaines personnes à l'intérieur du pays, sont tombées dans le piège à cause de leurs passions et de leur amour du pouvoir, ou d'autres maladies morales causées par les passions humaines. J'ai souligné à plusieurs reprises, que les programmateurs et les commanditaires étaient et sont encore hors de nos frontières. Certaines personnes ont consciemment ou inconsciemment coopéré avec eux à l'intérieur. Ce fut le deuxième but.

Le troisième but qu'ils poursuivaient et poursuivent toujours, consiste à pousser la République islamique à utiliser des éléments faibles, vulnérables et influençables même si elle reste au pouvoir. Ils veulent que de telles personnes soient chargées des affaires du pays et avoir uniquement affaire avec eux. En fin de compte, ils veulent former et maintenir au pouvoir un gouvernement faible et docile, sans grand pouvoir et qui ne tiendrait pas contre les Usa. Ce sont leurs objectifs.
Toutes ces mesures et toutes ces actions ont échoué jusqu'ici malgré leurs efforts. Ils ont adopté diverses mesures dont j'en citerai quelques-unes dans mon discours, aujourd'hui. Ils n'ont reculé devant aucun effort mais ils n'ont pas réussi parce que les gens étaient vigilants. Nous avons une bonne élite intellectuelle dans notre société, une bonne nation et de bons responsables. Grâce à Dieu, jusqu'à présent, l'ennemi n'a pas été en mesure de réaliser ses objectifs et la Révolution a continué son chemin et a progressé.
Que s'est-il passé au cours de la Révolution ? Ce sont des points importants. La Révolution qui a eu lieu en Iran, a apporté des changements fondamentaux et profonds. C'est sur la base de ces changements qu'une société peut avancer et effectuer de profondes réformes. Les piliers essentiels ont été solidement établis.
Je voudrais mentionner quelques-uns de ces changements. Bien entendu, tout le monde les connait. Nous les connaissons tous et les avons en face des yeux. Mais comme Allah le Tout-Puissant, nous fait remarquer l'existence du soleil et sa lumière dans le Saint Coran, alors que le soleil est en face de nos yeux :

«والشّمس و ضحيها»
«Je jure par le soleil et son éclat » Coran 91: 1

afin d'attirer notre attention sur cette entité évidente et énorme, nous devons de même, prêter attention aux grands phénomènes qui nous entourent. Le but que nous visons en soulignant ces choses est un rappel.
Avant la Révolution, le gouvernement qui était au pouvoir était profondément opposé à l'islam. Il n'était pas très strict sur les apparences islamiques mais cherchait à détruire les racines de la foi islamique qui existait dans le pays. A cet égard, j'ai de nombreux exemples, preuves et souvenirs à l'esprit, mais nous n'avons pas assez de temps pour en parler. La Révolution a renversé totalement ce système et a fait de l'islam le pivot de la gestion du pays. Les règles islamiques sont devenues le critère pour le rejet ou l'acceptation des lois, et la norme pour juger la performance des responsables.
Avant la Révolution, le pays était politiquement dépendant. Le gouvernement - à la fois Mohammad Réza Shah et les différentes organisations gouvernementales - étaient assujettis aux Etats-Unis et attendaient que l'Amérique bouge le petit doigt. Nous avons des preuves accablantes à cet égard. Le Dr. Amini s'est rendu aux Etats-Unis pour convaincre les Américains de le choisir comme Premier ministre. A son retour, il était premier ministre ! Après quelques années, le Shah qui était opposé au Dr. Amini, a fait un voyage aux Etats-Unis et a convaincu les Américains qu'il devait être renvoyé. A son retour, il l'a renvoyé ! Telle était la situation de notre pays. Pour choisir son Premier ministre, le Shah qui était le chef de l'Etat, avait besoin de l'accord et de l'approbation des Etats-Unis. Le Shah invitait les ambassadeurs américains et anglais à son palais afin de discuter certaines questions et de prendre les décisions avec eux. S'ils n'étaient pas d'accord, la décision n'était pas appliquée. C'est ce que signifie la dépendance politique. Ils obéissaient aux Etats-Unis et avant cela, à l'Angleterre. Ce sont les Anglais qui ont porté Reza Khan au pouvoir. Quand ils ont réalisé qu'il ne leur était plus utile, ils l'ont forcé à l'exil et ont mis son fils au pouvoir. Voilà comment était notre situation avant la Révolution.
La Révolution apporta une totale indépendance politique au pays. Dans ce vaste monde, aucune puissance parmi les grandes puissances ne peut prétendre avoir la moindre influence sur les représentants du gouvernement ou la nation iranienne. Cette question à savoir, la résistance, l'indépendance et la dignité politique, est la chose la plus précieuse pour une nation. Si les nations éprouvent du respect pour la nation iranienne, c'est essentiellement à cause de notre indépendance politique.
Avant la Révolution, le régime était monarchique. La démocratie est le contraire de la monarchie. Dans une monarchie, les gens n'ont aucun rôle au sein du gouvernement. Dans une démocratie, les gens sont chargés de tout. Avant la Révolution, le pouvoir était héréditaire. Le roi déterminait son successeur avant sa mort. Le peuple n'avait aucun rôle ni d'autre choix que d'accepter ce gouvernement. Grâce à la Révolution, les gens peuvent maintenant choisir leur gouvernement. Le goût et la volonté du peuple jouent un rôle déterminant. Avant la Révolution, une dictature sévissait en Iran avec le soutien des services de sécurité. Je me souviens qu'un de mes amis était clandestinement venu à Machhad du Pakistan, pour me voir. Il me racontait que dans un parc avec ses amis, ils avaient lu un tract politique. J'ai été surpris. La lecture d'un tract politique dans un parc ? Est-ce possible ? Je ne pouvais pas imaginer que quelqu'un puisse marcher dans la rue avec un tract politique dans sa poche ou une brochure qui contienne quelques critiques du gouvernement. C'était notre situation sous le règne de cette dictature appuyée par ses services de sécurité et de renseignements. La Révolution a ouvert une atmosphère de liberté, de critique et de réforme. Cela a été le cas tout au long de ces 32 ans et même les premières années après la victoire de la Révolution.
Avant la Révolution, le pays dépendait totalement de l'Occident au niveau scientifique et technologique. Je l'ai déjà dit à plusieurs reprises. Certaines pièces de nos avions militaires étaient usées et devaient être réparées mais ils ne permettaient pas aux ingénieurs des Forces aériennes de les démonter pour comprendre le problème, et encore moins de penser à les réparer eux-mêmes. Ils envoyaient les pièces aux Etats-Unis par avion et en recevaient d'autres en échange. Si la pièce devait être réparée, ils la réparaient eux-mêmes aux Etats-Unis. Nous n'avions aucune industrie. Notre industrie était limitée à un simple assemblage sans aucune innovation. Après la Révolution, la confiance de nos scientifiques et la confiance nationale sont revenues dans le pays. Nous avons assisté à l'émergence de nombreux scientifiques éminents dans différents domaines. Aujourd'hui, nous avons de très bons scientifiques à l'intérieur du pays qui ont peu de concurrents dans le monde. Nos scientifiques sont pour la plupart des jeunes et ont fait de grands progrès.
Avant la Révolution, l'Iran n'avait aucune influence dans les questions mondiales ni régionales. C'était un pays humilié qui n'avait aucun rôle dans les différentes questions. Après la Révolution, le prestige et la grandeur de cette nation dans le monde et son influence dans les questions régionales, ont étonné les ennemis. Les ennemis ont été forcés de l'admettre. Aujourd'hui, les sites d'information internationale sont constamment en train de parler de l'influence de l'Iran, de sa maîtrise et de sa présence dans les questions régionales. Ils l'admettent mais de force et avec beaucoup de mal.
Avant la Révolution, nous étions de simples imitateurs [de l'Occident] dans les domaines culturels mais après la Révolution, l'invasion culturelle a été reconnue et présentée comme un danger. Il existe de nombreux sujets de ce genre. Ce sont des points essentiels. Lorsque de telles bases sont établies dans un pays, la nation peut espérer construire sur elles, une nouvelle et grande civilisation. Chacune de ces caractéristiques attire d'une manière ou d'une autre, l'attention des nations du monde entier. Les pays regardent, sont fascinés et nous admirent. Bien entendu, la question de l'indépendance politique et de la résistance aux menaces des ennemis sont les questions les plus importantes.
Je voudrais citer un commentaire d'un responsable occidental. Je n'ai pas l'habitude de citer les politiciens occidentaux et les personnalités occidentales, mais ce commentaire est particulièrement intéressant, qui dit qu'il y a deux choses qui briseront les tabous et tous les préjugés occidentaux si elles sont mises à la disposition des nations musulmanes.
Quels sont ces deux choses ? L'une est la Constitution de la République islamique qui présente un modèle avancé, moderne, démocratique et en même temps religieux de gouvernement aux musulmans dans le monde. Cette Constitution montre qu'il est possible d'avoir un gouvernement moderne et avancé, et en même temps religieux. La Constitution décrit un tel gouvernement. Reconnaitre qu'une telle chose est possible est le premier point.
Le deuxième point est le bilan des réalisations scientifiques, économiques et politiques de la République islamique. Si les musulmans sont mis au courant de ces affaires, ils verront que ce qui était possible a été réalisé. Si les nations musulmanes sont informées sur cette possibilité qui est partiellement réalisée en Iran islamique, il ne sera plus possible d'empêcher une suite de révolutions.
C'est ce qui s'est produit aujourd'hui. Bien entendu, ce n'est pas un phénomène récent, cela a commencé il y a trente ans. Une idée est née, s'est répandue peu à peu et a pris racine au sein des peuples, et se manifeste aujourd'hui sous la forme des événements auxquels nous assistons actuellement en Afrique du Nord et dans d'autres régions du monde.
Bien sûr, des Occidentaux eux-mêmes, ont fait des erreurs politiques qui ont profité à la République islamique. Les Occidentaux ont fait une erreur dans la question nucléaire. Pour empêcher les activités nucléaires de l'Iran, ils ont exagéré le problème nucléaire et fait tout un brouhaha autour de cette question. Ils ont exercé des pressions contre la République islamique pour la faire reculer sur la question nucléaire. Voilà sept ans qu'ils se démènent sur cette question.
Deux points sont devenus clairs pour les peuples du monde au cours de ces sept années. Le premier est que l'Iran a réussi à réaliser des progrès inattendus en technologie nucléaire et le deuxième est que l'Iran a résisté en dépit des pressions et ne reculera pas. Cela a été dans l'intérêt de la nation iranienne.
Maintenant, le monde entier sait que les Etats-Unis, l'Europe, leurs subordonnés et leurs alliés n'ont pas réussi à vaincre la République islamique malgré toutes les pressions et les sanctions qu'ils ont exercées sur elle. Le monde entier sait maintenant qu'ils n'ont pas réussi à forcer la République islamique à reculer d'un iota. Cette qualité a été mise en valeur par les ennemis de la nation iranienne. Cela a contribué à faire connaître la nation iranienne dans le monde.
C'est aussi la même chose dans d'autres domaines. Ils ont fait tout un brouhaha médiatique sur leur intention d'imposer des restrictions sur les exportations d'essence car nous étions un importateur d'essence et le sommes encore, disant qu'ils avaient l'intention d'empêcher l'Iran d'importer de l'essence. Ils ont lancé des rumeurs à cet égard. Leurs analystes ont prédit que cela causerait des grandes turbulences dans notre pays. Cela a poussé nos responsables à penser à produire plus d'essence. Selon le rapport que j'ai reçu, par la grâce d'Allah, le pays sera complètement auto-suffisant en matière d'essence, le 22 Bahman de cette année. Selon ce rapport, nous serons même prochainement en mesure d'exporter de l'essence et les ordres nécessaires ont déjà été donnés. Leur tumulte a profité finalement à la nation iranienne et les observateurs internationaux l'ont remarqué. C'est la même chose dans les autres domaines, dans le boycott des armes qu'ils nous ont imposé au cours de la guerre et dans leurs efforts pour créer des mouvements islamiques parallèles et radicaux. Ils ont créé un mouvement radical islamique dans un pays voisin afin de s'opposer la République islamique. Ce mouvement est devenu une véritable calamité qu'ils ne peuvent contrôler. Ils ne savent plus comment arranger les choses. La même chose s'est passée dans leur tentative de créer des conflits religieux et dans la fitna de l'année 2009. Ils ont fait tout un vacarme disant que la République islamique touchait à sa fin et était plongée dans des conflits internes. Ils ont fait un tas de déclarations puis ils ont vu la nation iranienne surmonter les problèmes. L'année dernière, le 9 Dey et le 22 Bahman, ont été des «Journées divines ».
Dieu a un contrôle total sur les cœurs. Allah le Tout-Puissant, a attiré les cœurs au milieu de l'arène et la nation iranienne a montré sa grandeur. Tout ce qu'ils font finit par leur nuire et ce sera encore le cas dans l'avenir. C'est une réalité visible dans le monde actuel. Ils voulaient une chose mais ce qui est arrivé était complètement l'inverse.
Je voudrais maintenant parler du deuxième point que j'ai mentionné au début de mes propos. Si nous voulons déterminer l'importance d'un phénomène et son niveau de réussite, il faut voir comment il a réussi à établir un modèle, dans quelle mesure il a résisté et quel est son niveau de stabilité. La même chose s'applique à l'évaluation des révolutions. Si une révolution est déterminée à influencer les esprits et les actions des autres, et à devenir un modèle, elle doit avoir certaines caractéristiques. La stabilité et la résistance sont les caractéristiques les plus importantes. Une révolution qui possède ces caractéristiques deviendra un modèle par contre, des événements qui comme des étincelles apparaissent et s'éteignent aussi vite, ne réussiront pas à devenir des modèles ni à pousser les autres à suivre leur exemple. Notre Révolution n'était pas de ce genre-là. Notre Révolution est devenue une source d'inspiration et un modèle à cause de sa stabilité, de sa résistance et de son adhésion aux grands principes fondamentaux présentés par l'Imam Khomeiny.
Je tiens à citer quelques exemples de sa résistance qui est une des caractéristiques de la Révolution islamique. L'Imam a déclaré au début, que notre Révolution était islamique et fondée sur l'islam. Nos ennemis ont fait toute une propagande à ce sujet dans le monde, disant que l'islamicité était incompatible avec la démocratie. Pour eux, être islamique signifiait être réactionnaire et régressif. Ils ont dit que les règles islamiques étaient inapplicables et ont fait de nombreuses déclarations. Certains ont repris ces arguments à l'intérieur, ont écrit des livres et des articles, et ont répandu des rumeurs pour forcer la République islamique à abandonner son adhésion à l'Islam. La République islamique a tenu bon et n'a pas plié devant ce tumulte. Oui, nous sommes fiers d'être musulmans et nous allons prouver que c'est le seul moyen de sauver l'humanité. La République islamique le déclare à haute voix pour faire comprendre cette réalité au monde entier.
Aujourd'hui, trente-deux ans après la Révolution, jetez un coup d'œil sur notre société. Les comportements sont au moins aussi islamiques si ce n'est plus qu'ils ne l'étaient aux premiers jours de la victoire. Les jeunes qui n'ont pas connu l'Imam ni la guerre, et ne se souviennent pas de la victoire de la Révolution, sont plus fidèles aux principes islamiques que certains de leurs aînés. Nos responsables sont fiers d'être musulmans. Bien sûr, les ennemis ont fait beaucoup d'efforts au cours des 32 dernières années et même des gens dans le gouvernement, ont essayé de détourner le pays de ses objectifs mais ils n'ont pas réussi. La République islamique a fermement résisté sur ses principes et est restée fidèle à ses bases islamiques. Ceci est un exemple à suivre.
La question de la démocratie est l'exemple suivant. L'Imam a annoncé au début que les gens devaient donner leur avis dans la formulation de la Constitution, les lois qui seraient approuvées par l'Assemblée des experts et lors des élections présidentielles et parlementaires. L'imam a beaucoup insisté sur cette question. Pendant les 32 ans qui se sont écoulés depuis la Révolution, nous avons eu 32 élections c'est-à-dire, une élection par an en moyenne. Les gens sont allés aux urnes et ont voté pour leurs candidats. Ce que les gens veulent, est très important. Téhéran était bombardé pendant la guerre mais les élections n'ont pas été annulées. Pendant la guerre, les élections n'ont pas été annulées, même dans les villes qui étaient la cible des missiles de Saddam Hussein. Certains ont tenté de retarder des élections pour des raisons politiques, mais ils n'ont pas réussi non plus. Jusqu'à aujourd'hui, aucune élection n'a été retardée même d'un seul jour. C'est cela la démocratie. L'Imam a instauré la démocratie dès le premier jour et la République islamique a insisté sur cet aspect démocratique sans jamais y renoncer. Aujourd'hui, les responsables du gouvernement sont les élus du peuple ainsi que les membres de l'Assemblée des experts chargés de l'élection et du renvoi du leader, le Président, les membres du Majlis et les membres des différents conseils. Différentes tendances politiques sont arrivées au pouvoir. Seuls les membres d'un mouvement particulier n'ont pas été élus. Non, depuis le début différents présidents ont été élus et chacun d'entre eux avait sa méthode, ses propres orientations et ses tendances politiques. Mais ils ont tous été élus par le peuple.
La justice sociale est l'exemple suivant. L'Imam l'a annoncée dès le début. Je dirais que la justice sociale est la question la plus difficile. Il est plus difficile d'instaurer la justice sociale que de préserver la démocratie et les autres acquis de la République islamique. C'est une tâche très difficile. Je ne veux pas dire que nous l'avons fait de manière parfaite, non, il y a encore un long trajet à parcourir. La justice que l'islam exige de nous, est très différente de ce que nous avons aujourd'hui dans notre société. Mais le mouvement vers la justice sociale continue et prend chaque jour, plus d'ampleur. Aujourd'hui, le mouvement vers la justice sociale se poursuit avec encore plus de force que dans le passé. Un des exemples importants de justice sociale est l'égalité des chances pour tout le monde dans le pays. Les systèmes politiques qui ne connaissent pas le sens exact de la justice sociale, se concentrent sur une classe sociale particulière ou des régions particulières du pays. Mais après 32 ans, nous voyons que dans la République islamique, ce concept s'est intensifié. Les villages ont été pris en charge ainsi que les villes éloignées. Des maisons ont été construites dans les villages, des routes relient maintenant les villages et les villes éloignées du pays et les moyens de transport, l'électricité, l'eau potable, le téléphone et d'autres installations nécessaires à la vie quotidienne, ont été organisés dans tout le pays.
En ce qui concerne les voyages de nos responsables dans différentes provinces et villes du pays, il est évident que les gens de certaines villes reculées ne pouvaient imaginer qu'ils verraient un jour un haut fonctionnaire du gouvernement. Aujourd'hui, ils voient les hauts fonctionnaires du gouvernement voyager dans leurs villes. Ce sont des questions essentielles. Ces choses sont très précieuses. Un fonctionnaire du gouvernement qui se rend dans un endroit particulier, voit mieux les problèmes et est mieux motivé pour les éliminer. Cela va dans le sens de l'établissement de la justice sociale vers laquelle nous nous dirigeons.
Dans le monde, les responsables gouvernementaux mènent un train de vie aristocratique. La vie de celui qui prend le pouvoir, devient Président ou obtient un poste élevé au sein du gouvernement, est un demi-tour. Ce n'est pas le cas dans notre pays. Bien sûr des gens comme moi devons ajuster notre vie aux conditions de vie des classes les plus pauvres de la société. Nous n'avons pas toujours réussi à cet égard et n'avons pas eu cette faveur. Cela n'est pas courant. Mais heureusement, nos fonctionnaires ont une vie ordinaire et inférieure à celle des citoyens ordinaires. Ce sont des réalités très précieuses.
La distribution des actions dites « actions de justice », la construction de maisons pour les villageois et la redistribution optimale des subventions gouvernementales sont de grandes réussites. Si les responsables du gouvernement parviennent à bien appliquer la loi, ces mesures se révéleront très précieuses. En ce qui concerne les subventions que le gouvernement consacraient à l'électricité, il y avait une grande différence entre ceux qui utilisaient de grands lustres et ceux qui se contentaient d'une ou deux lampes pour éclairer leur maison. Les gens riches profitaient plus des subventions. Cela n'était pas juste. Les responsables ont voulu supprimer cette injustice. C'était la même chose pour le pain, l'essence et d'autres produits de consommation. Nous sommes restés fermes. Le régime est resté ferme et fidèle au mot d'ordre de la justice sociale.
Le prochain point est la lutte contre les puissances arrogantes et la résistance à leurs pressions. Nous jouissons également d'une position ferme dans ce domaine. Ce fut une tâche difficile, mais la République islamique a réussi à l'accomplir avec succès. Après la victoire de la Révolution, il y avait beaucoup de gens qui disaient : «Maintenant que la Révolution est finie, nous allons régler nos problèmes avec les Américains ! ». Cela signifiait l'abandon des slogans de la Révolution. Ils encourageaient les gens dans ce sens. Dans le passé, il y a eu des gens qui suivaient cette idée et voulaient que nous nous joignions aux Usa. Ils voulaient que nous laissions notre pire ennemi nous prendre sous son aile et que nous cherchions refuge auprès de lui. Cela signifiait en outre que nous laissions de côté la question de la Palestine et que nous ignorions les crimes des Etats-Unis en Irak, en Afghanistan et dans d'autres pays. Cela signifiait que nous fermions les yeux sur toutes les oppressions des Etats-Unis dans le monde, que nous restions silencieux et ne protestions pas contre ces injustices. La normalisation des relations signifie que la nation iranienne et ses responsables ne soient plus en mesure de protester et d'exprimer leur opinion de façon explicite. Pire encore, cela signifie que la nation iranienne et les représentants du gouvernement soient progressivement contraints d'accepter les ordres des Américains. Beaucoup d'efforts ont été déployés pour préserver cette stabilité et cette résistance qui a attiré les bénédictions divines et l'attention des autres nations. Votre insistance, cher peuple iranien, sur les principaux slogans de la Révolution au cours des 32 dernières années, a eu comme résultat béni l'estime du monde de l'islam. Lorsque vos dirigeants voyagent dans différents pays, ils sont accueillis chaleureusement. Dans les estimations de popularité des personnalités politiques, vos représentants sont en haut de la liste. La nation iranienne est devenue un modèle et aujourd'hui, vous pouvez en voir les signes. Cette grande bénédiction et ces caractéristiques sont des choses qui ne peuvent être remarquées qu'avec le temps.
Aujourd'hui, votre voix a trouvé un écho en Egypte. Le Président américain dont le mandat coïncidait avec la victoire de notre Révolution, dans une interview il y a quelques jours, a dit que les voix qu'il entendait en Egypte lui étaient familières. Ce qui est actuellement entendu au Caire s'entendaient à Téhéran lorsqu'il était Président. Le monde porte un jugement sur ces choses. Par conséquent, les cérémonies de la décade de Fajr de cette année sont importantes, sensibles et prometteuses. Par la grâce d'Allah, vos rassemblements le 22 Bahman, accentueront encore toutes ces gloires de la nation iranienne.

Au nom d'Allah, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux
« Nous t'avons certes, accordé l'Abondance. Accomplis la Salat pour ton Seigneur et sacrifie. Celui qui te hait sera certes, sans postérité. » Coran 108: 1-3

 

 

Deuxième sermon

 Au nom d'Allah, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux

Louange à Allah, le Seigneur des deux Mondes et que la paix et les salutations divines soient sur notre maître et prophète, Ab-al-Qassem Al-Mustafa Mohammad et sur ses descendants infaillibles en particulier le Commandeur des Croyants, Seddiqa-al-Tahera, Hassan, Hussein, Ali ibn al-Hussein, Mohammad ibn Ali, Ja'far ibn Mohammad, Musa ibn Ja'far, Ali ibn Musa, Muhammad ibn Ali, Ali ibn Muhammad, Hassan ibn Ali et Hujjat-al-Qaem al-Mahdi. Que les salutations soient sur les Imams des musulmans, les partisans des opprimés et ceux qui guident les fidèles. Je demande à Dieu d'accorder le pardon à vous et à moi-même et je vous exhorte ainsi que moi-même à la bienfaisance.
Une fois encore, j'exhorter tous les chers frères et sœurs, et moi-même, à la piété. J'aborderai brièvement quelques points sur les événements qui se sont produit en Égypte et en Tunisie. Ces événements sont très importants et ont créé un véritable séisme. Si, par la grâce et la faveur d'Allah, la nation égyptienne réussit à poursuivre son mouvement, elle imposera un échec irréparable à la politique américaine dans la région.
Aujourd'hui, les Israéliens sont probablement plus préoccupés par ces événements que les politiciens fugitifs, égyptiens ou tunisiens. Les Israéliens et les ennemis sionistes sont plus anxieux que quiconque car ils connaissent l'importance des événements qui se dérouleront dans cette région si l'Egypte rompt son alliance avec eux et reprend la place qu'elle mérite, réalisant les prédictions de notre magnanime Imam. Par conséquent, ces événements sont extrêmement importants. Dans les analyses mondiales, ils essaient de détourner l'attention de la cause principale de ces soulèvements et parlent de raisons économiques ou non économiques, qui bien sûr ont joué un rôle mais la cause principale de ce mouvement impressionnant du peuple - d'abord en Tunisie puis en Egypte, où ce mouvement a atteint son sommet - est l'humiliation que leurs dirigeants ont imposée au peuple. Les gens ont été humiliés et insultés. Ce Moubarak de mauvais augure [le Guide suprême a subtilement utilisé l'expression « non-Moubarak » qui contredit le sens arabe du nom du dirigeant égyptien qui signifie « de bon augure » ndt.] a humilié la nation égyptienne.
Je parlerai d'abord de la Tunisie. Le président fugitif tunisien, Ben Ali, était totalement dépendant des Etats-Unis. J'ai même reçu des informations selon lesquelles il était lié à la CIA, l'Agence de renseignement américaine. Il suffit de remarquer combien il est difficile pour une nation d'accepter que son chef d'Etat soit un serviteur officiel d'une organisation de renseignement américaine. Ben Ali était de plus très arrogant envers ses compatriotes. Il agissait de façon brutale depuis des années, contre les intérêts du peuple et contre la religion. La Tunisie est un pays musulman avec un long héritage islamique, qui a offert à la civilisation islamique d'éminents religieux. Lorsque les gens voulaient aller à la mosquée sous le règne de Ben Ali, ils devaient avoir une carte spéciale. Le gouvernement avait distribué des cartes spéciales pour entrer dans les mosquées et tout le monde n'avait pas de carte. Le gouvernement ne permettait pas aux gens d'aller à la mosquée. Même les prières individuelles étaient interdites dans les mosquées, sans parler des prières collectives. Il était interdit de prier en public. Le Hijab y était officiellement interdit. L'islam était donc un motif important du soulèvement de ce peuple. Par conséquent, vous avez vu que dès que ce traître a quitté le pays, la situation a totalement changé. Les étudiantes sont allées à l'université avec le hidjab. Ceci révèle une tendance islamique profonde que les analystes occidentaux veulent nier et camoufler. La dépendance aux Etats-Unis est une autre cause très importante. Les Américains n'aiment pas entendre que la dépendance est la cause du soulèvement du peuple en Tunisie puis en Egypte où il a atteint son apogée. Cependant c'est la stricte vérité. Bien sûr, seulement un changement superficiel a eu lieu en Tunisie. Ben Ali a fui le pays mais son système est toujours au pouvoir. J'espère que la population de Tunisie aura une bonne compréhension de sa situation, sera vigilante et ne se laissera pas tromper par l'ennemi.
L'Egypte est un pays très important. J'aborderai brièvement quelques points à cet égard. L'Egypte a été le premier pays islamique qui s'est familiarisé avec la culture occidentale vers la fin du 18ème siècle et avant tous les autres pays [musulmans]. L'Egypte a été le premier pays musulman à se familiariser avec la culture européenne et le premier pays islamique qui s'est soulevé contre la culture européenne et occidentale. Il a été le premier pays islamique à réaliser les problèmes de cette culture et à se dresser contre elle. L'Egypte a été le meilleur endroit pour Sayed Jamal-ad-Din - cet homme courageux qui a combattu pour l'islam - pour ses activités. Plus tard, ses disciples comme Muhammad Abduh et d'autres, ont poursuivi ses activités en Egypte.
Le mouvement islamique bénéficie d'un tel passé en Egypte. Les Egyptiens ont eu de grandes figures politiques et culturelles qui ont toutes combattu pour la liberté. L'Égypte est devenue le leader du monde arabe dans les domaines intellectuels et politiques. Pendant longtemps les pays arabes ont suivi l'exemple de l'Egypte qui est devenue le leader du monde arabe. Dans ce pays, la volonté d'indépendance et de liberté était flagrante. Bien entendu, à part certaines courtes périodes, le peuple égyptien n'a pas eu les possibilités et l'occasion de mettre cette volonté en pratique.
L'Egypte a été le premier et le plus grand pays à entrer en guerre, accompagnée par la Syrie, pour soutenir la cause palestinienne. Les autres pays islamiques n'ont pas participé aux guerres contre Israël mais l'Egypte a déployé son armée et mobilisé son peuple en 1967 et une autre fois en 1973. Bien entendu, ils n'ont pas réussi mais l'Egypte était un tel pays et un refuge pour les Palestiniens et pour de nombreux révolutionnaires d'autres pays. Depuis trente ans, l'un de ces pays est tombé aux mains de quelqu'un qui, non seulement n'a jamais combattu pour la liberté, mais en est l'ennemi. Il n'est pas antisioniste mais le compagnon, le collaborateur et le confident des sionistes et dans un sens, leur valet. Ce pays dont l'antisionisme inspirait le monde arabe tout entier est devenu tel que les Israéliens et les ennemis sionistes ont commencé à compter sur l'aide de Moubarak dans toutes leurs actions contre les Palestiniens. Il les aidait. Si Hosni Moubarak n'avait pas aidé les Israéliens, ils n'auraient pas pu assiéger la bande de Gaza. Les Palestiniens assiégés à Gaza sont boycottés depuis quatre ans. Pendant la guerre des 22 jours contre Gaza, les civils, les femmes et les enfants ont été brûlés dans les bombardements israéliens, et leurs maisons ont été détruites et ruinées. Le gouvernement égyptien n'a pas laissé les convois d'aide voler aux secours des habitants de Gaza. Le peuple d'Egypte et aussi les peuples d'autres pays y compris le nôtre, voulaient les aider en passant par les frontières égyptiennes, mais Hosni Moubarak ne les a pas laisser entrer à Gaza.
Voilà la situation de l'Egypte qui finit par frustrer le peuple qui se sentait humiliés par l'actuel régime égyptien aux ordres d'Israël et des Etats-Unis. C'est la cause principale de leur soulèvement. Les Egyptiens sont des musulmans. Leur mouvement a commencé à partir des prières du vendredi et des mosquées. Leur slogan est "Allah-o-Akbar" [Dieu est plus Grand]. Les gens crient des slogans religieux. Le mouvement d'opposition le plus fort en Egypte est un mouvement islamique. Le peuple d'Egypte veut se débarrasser de ce sentiment d'humiliation. C'est la raison principale. Les Occidentaux ne laissent pas percer cet aspect des faits et affecter l'opinion internationale. Ils se réfèrent sans cesse aux questions économiques. Bien sûr, il est évident que les services d'Hosni Moubarak aux Etats-Unis n'ont pas aidé l'Egypte à avancer et à s'épanouir. L'Egypte compte plus de 70 millions d'habitants dont 40% vivent en dessous du seuil de pauvreté. Selon les rapports que j'ai reçus, dans la ville du Caire, il y a plusieurs centaines de milliers de personnes qui vivent dans les cimetières et d'après certains rapports, le chiffre s'élèverait à 2-3 millions de personnes, mais nous pouvons estimer que des centaines de milliers de sans-abri et de sans logement se réfugient dans les cimetières. Les gens vivent dans des conditions difficiles. Cela signifie que les Américains n'ont pas donné de récompense pour les services aveugles d'Hosni Moubarak et ils ne le récompenseront pas non plus aujourd'hui. Ces jours-ci, dès que par la grâce d'Allah, il s'enfuira d'Egypte, il doit être sûr que les premières portes qui lui seront fermées seront celles des Etats-Unis. Ils ne vont pas le laisser entrer comme ils n'ont pas laissé entrer Ben Ali ni Mohammad Reza [Pahlavi].
Voici comment ils se comportent avec ceux dont le cœur bat pour l'amitié de l'Amérique. Ceux qui pensent qu'il faut lui obéir devraient prêter attention à ces exemples. Ils sont comme Satan. Il y a une prière dans le « Sahifa Sadjadiya » qui dit que "Satan me trompe puis se moque de moi en me tournant le dos sans s'inquiéter de ce que je deviens". Les Américains agissent de la même manière. Ils protègent leurs propres intérêts en utilisant des individus faibles et médiocres.
Certes, les Américains sont tout à fait désemparés et les Israéliens encore davantage. Ils sont à la recherche d'un remède pour l'Egypte mais n'en trouveront aucun. Ils trompent les gens et prétendent soutenir le peuple. Les Américains lui [à Moubarak] ont dit qu'il devait démissionner et partir, cela dépendra de la façon dont le peuple d'Egypte agira et des décisions qu'il prendra.


J'ai préparé un sermon [en arabe] pour nos frères arabes que je tiens à lire.

Au nom d'Allah, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux

Salutations aux membres de l'Ummah islamique où qu'ils soient. Aujourd'hui, nous assistons à un événement impressionnant et historique dans le monde de l'islam qui peut transformer toutes les équations des pouvoirs arrogants dans la région en faveur de l'Islam et des nations, restaurer la dignité et la gloire des nations arabes et de l'Ummah, faire disparaitre la poussière de plusieurs décennies d'oppression et d'humiliations de ces nations au grand passé historique par les Etats-Unis et l'Occident.
Cet événement miraculeux a été lancé par le peuple tunisien et est arrivé à son apogée, avec la grande nation courageuse d'Egypte. Le monde arabe et le monde de l'Islam attendent impatiemment - chacun pour une raison différente - de voir ce que va faire l'Egypte qui a été la patrie des grands génies du siècle passé, l'Egypte de Muhammad Abduh et de Sayed Jamal, l'Egypte de Saad Zaghloul et Ahmad Chawki, l'Egypte de Jamal Abdel Nasser et de Cheikh Hasan al-Banna, et l'Egypte de 1967 et 1973. Tous attendent avec impatience de voir combien de temps l'Egypte tiendra levé le drapeau de sa détermination. Si, à Dieu ne plaise, ce drapeau est abaissé, une ère sombre et ténébreuse suivra. Par contre, s'il est hissé, ses effets bénis continueront à l'infini.
La nation tunisienne a réussi à rejeter un dictateur perfide et antireligieux, inféodé aux Etats-Unis. C'est une erreur de penser que le résultat final a été obtenu. Il n'est pas possible de renverser un régime dépendant en en rejetant les pions visibles. Si ces pions sont remplacés par d'autres pions, rien ne changera, et la nation sera trompée et prise au piège. Au cours de la Révolution islamique, nos ennemis ont tenté à plusieurs reprises, de piéger notre pays mais notre nation vigilante et son grand et divin leader ont détecté et déjoué ces complots, et poursuivi leur chemin.
La question de l'Egypte est un cas unique car l'Egypte est un pays unique dans le monde arabe. L'Egypte a été le premier pays du monde de l'Islam à se familiariser avec la culture européenne et à se soulever contre elle quand elle a reconnu les dangers de cette culture. Elle a été le premier pays arabe qui a établi un gouvernement indépendant après la seconde guerre mondiale, et a défendu ses intérêts nationaux en nationalisant le canal de Suez.
L'Egypte a été le premier pays à voler de toutes ses forces au secours de la Palestine et est devenue célèbre dans le monde de l'islam, pour le refuge qu'elle a accordé aux Palestiniens. Sayed Jamal-o-Din n'était pas égyptien mais il croyait que seule la nation égyptienne pouvait comprendre ses grandes préoccupations. Le peuple égyptien a fait preuve de ses mérites dans le domaine religieux et politique, et les a enregistrés dans l'Histoire. Mohamad Abduh et ses élèves, Saad Zaghloul et ses partisans, n'étaient pas des réactionnaires ni des gens inexpérimentés. C'étaient des hommes de génie, courageux et vigilants, et l'éducation d'un seul individu de ce genre est suffisante pour qu'une nation se sente fière et valeureuse. Avec cette profondeur culturelle, religieuse et politique, l'Egypte a à juste titre, atteint la position de guide pour le monde arabe.
Le grand crime de l'actuel régime égyptien est d'avoir ravalé l'Egypte au stade d'un simple pion dans les jeux politiques de la région. Le soulèvement populaire de la grande nation égyptienne est une réplique à la grande trahison que ce dictateur inféodé a faite à son peuple.
Aujourd'hui, le soulèvement de la nation égyptienne est l'objet de débats et d'analyses différentes. Tout le monde dit quelque chose de différent mais tous ceux qui sont familiers avec l'Egypte savent que l'Egypte est en train de défendre sa dignité et son honneur. La nation égyptienne a remis en question les traîtres qui ont détruit son honneur, qui ont permis que l'honneur de cette nation - qui était à l'apogée de la gloire - soit foulé aux pieds de l'arrogance et de ses orgueilleux ennemis. La position de l'Egypte sur la cause palestinienne en est un exemple clair. Depuis des décennies, la Palestine a été la question la plus importante de cette région. Les questions de cette région sont si complexes et entremêlées qu'aucune nation ne peut imaginer que son destin est séparé du destin de la Palestine. A cet effet, il y a deux camps, ceux qui soutiennent la Palestine et sa résistance juste, et ceux qui rejoignent le camp adverse.

Dès le début, les peuples de la région ont eu une position claire. Par conséquent, un gouvernement qui soutient la Palestine, gagnera le soutien du peuple et des peuples arabes et musulmans. L'Egypte a connu cela en 1960 et en 1970. Mais si le gouvernement se place dans le camp adverse, la nation lui tourne le dos. Ce fossé entre le peuple et le gouvernement égyptien est apparu après les accords honteux de Camp David. Les Egyptiens qui s'étaient précipités au secours de la Palestine en 1967 et 1973 et avaient donné leur vie et leur fortune pour la cause palestinienne, se sont progressivement aperçus que leurs dirigeants obéissaient aveuglément aux Etats-Unis, et que l'Egypte était devenue un allié fidèle des occupants sionistes. La domination américaine sur les dirigeants égyptiens a anéanti les efforts déployés dans le passé par le peuple égyptien pour défendre la Palestine, et a fait de l'Egypte le plus grand ennemi de la Palestine et le meilleur ami des sionistes.
La Syrie qui avait accompagné l'Egypte dans les guerres de 1967 et 1973, a réussi à maintenir ses positions indépendantes en dépit des pressions des Etats-Unis. La situation du régime égyptien inféodé est devenue si mauvaise que le peuple égyptien a vu pour la première fois, pendant la guerre déclenchée par Israël contre ses frères dans la bande de Gaza, leur gouvernement se mettre dans le camp d'Israël. Ils ont compris que non seulement leur gouvernement refuserait d'aider les Palestiniens mais qu'il était aussi très actif dans le camp ennemi. L'Histoire n'oubliera jamais qu'Hosni Moubarak a été un confident et un collaborateur d'Israël et des Etats-Unis pendant le siège épouvantable de la population de Gaza et pendant la guerre de 22 jours qui a fait tant de victimes parmi les femmes, les civils et les enfants. Imaginez combien le peuple de l'Egypte a dû souffrir pendant ces jours-là. La télévision nationale a une fois montré des images sur les vifs sentiments du peuple d'Egypte. Les gens avaient les larmes aux yeux quand ils parlaient de leur situation et de leur impossibilité d'aider leurs frères palestiniens. Combien de temps le peuple fidèle d'Egypte pouvait-il tolérer cela ?
Ce que nous voyons aujourd'hui au Caire et dans d'autres villes d'Egypte est l'explosion d'une sainte colère et l'éruption d'émotions étouffées depuis de nombreuses années dans le cœur des hommes et des femmes d'Egypte par leur régime anti islamique, traître et inféodé.
Le soulèvement du peuple d'Egypte est un mouvement islamique et un mouvement pour la liberté. Au nom du peuple et du gouvernement révolutionnaire d'Iran, je salue les peuples égyptien et tunisien, et je prie Dieu qu'Il leur accorder une victoire totale. Je suis fier de vous et de votre courage. Il n'y a aucun doute que les soulèvements populaires dans différents pays ont leurs propres caractéristiques géographiques, historiques, politiques et culturelles. Il n'est pas raisonnable de s'attendre à ce que ce qui s'est passé il y a trente ans pendant la grande Révolution islamique en Iran, se reproduise en Egypte, en Tunisie ou dans d'autres pays islamiques. Mais il y a certains points communs où l'expérience d'une nation peut s'avérer utile. Les expériences qui peuvent s'avérer utiles aujourd'hui sont les suivantes :
1. Dans tout soulèvement populaire, la guerre réelle est la guerre des volontés. La partie qui est plus déterminée et supporte mieux les difficultés sera certainement la partie gagnante. Le Saint Coran nous l'enseigne :

«إنّ الّذینَ قالُوا رَبُّنُا اللَّه ثُمَّ استَقامُوا تَتَنَزَّلُ عَلَیهِمُ المَلائِكَه ألَّا تَخافُوا وَ لا تَحزَنُوا وَ أبشِرُوا بِالجَنَّهِ الَّتی كُنتُم تُوعَدونَ»
Ceux qui disent : "Notre Seigneur est Dieu", et qui se tiennent dans le droit chemin, les Anges descendent sur eux. N'ayez pas peur et ne soyez pas affligés mais ayez la bonne nouvelle du Paradis qui vous était promis. » Coran 41: 30

Dieu dit à Son Messager :

« فَلِذَٰلِكَ فَادْعُ وَاسْتَقِمْ كَمَا أُمِرْتَ وَلَا تَتَّبِعْ أَهْوَاءَهُمْ »
« Appelle donc (les gens) à cela, reste droit comme il t'a été commandé, ne suis pas leurs passions, » Coran 42: 15

L'ennemi tente de saper votre détermination par la coercition et la tromperie. Préservez votre détermination.
2. Votre ennemi tente de vous décourager dans la réalisation de vos objectifs alors que la promesse divine dit :

«وَنُرِيدُ أَن نَمُنَّ عَلَى الَّذِينَ اسْتُضْعِفُوا فِی الْأَرْضِ وَنَجْعَلَهُمْ أَئِمَّةً وَنَجْعَلَهُمُ الْوَارِثِينَ»
«Mais Nous voulions favoriser ceux qui avaient été faibles sur terre et en faire des dirigeant et en faire les héritiers. » Coran 28: 5

Ayez foi en la promesse répétée et incontestable de Dieu qui dit :

«وَلَيَنصُرَنَّ اللَّهُ مَن يَنصُرُهُ إِنَّ اللَّهَ لَقَوِيٌّ عَزِيزٌ »
«Dieu soutient, certes, ceux qui soutiennent (Sa Religion). Dieu est assurément Fort et Puissant,» Coran 22: 40.

3. Votre ennemi mobilise ses mercenaires dans les domaines de sécurité et en provoquant l'insécurité et l'anarchie, cherche à décourager les gens. N'ayez pas peur d'eux. Vous êtes plus puissants que ces mercenaires. Vous êtes à un stade où Dieu a dit au Messager et à ses compagnons :

«يَا أَيُّهَا النَّبِيُّ حَرِّضِ الْمُؤْمِنِينَ عَلَى الْقِتَالِ إِن يَكُن مِّنكُمْ عِشْرُونَ صَابِرُونَ يَغْلِبُواْ مِئَتَيْنِ وَإِن يَكُن مِّنكُم مِّئَةٌ يَغْلِبُواْ أَلْفًا مِّنَ الَّذِينَ كَفَرُواْ بِأَنَّهُمْ قَوْمٌ لاَّ يَفْقَهُونَ»
«Ô Prophète, incite les croyants au combat. S'il se trouve parmi vous vingt endurants, ils vaincront deux cent et s'il s'en trouve cent, ils vaincront mille mécréants, car ce sont vraiment des gens qui ne comprennent pas" Coran 8: 65.

En s'appuyant sur Dieu et en faisant confiance à votre jeunesse motivée, vous pouvez surmonter l'insécurité et les troubles .
4. L'unité et la solidarité sont des armes importantes que les pays peuvent utiliser lorsqu'ils sont confrontés à des superpuissances et à des mercenaires. Votre ennemi tente de porter atteinte à votre solidarité de plusieurs manières. Pour semer la discorde, il met en avant les points de désaccord, lance des slogans trompeurs, avance des chiffres non fiables et presente des figures douteuses pour la succession au dictateur. Préservez votre unité autour de l'axe de la religion pour libérer votre pays des mercenaires de l'ennemi :

«وَاعْتَصِمُوا بِحَبْلِ اللَّـهِ جَمِيعًا وَلَا تَفَرَّقُوا»
«Et cramponnez-vous tous ensemble au "Habl" (corde d'alliance) de Dieu et ne soyez pas divisés." Coran 3: 103.

5. Ne vous fiez pas aux gestes politiques et hypocrites des Etats-Unis et des pays occidentaux qui ont soutenu ce régime corrompu jusqu'aux derniers jours. Maintenant qu'ils ont perdu l'espoir de le garder au pouvoir, ils prétendent soutenir les droits du peuple. Sous ce camouflage, ils cherchent à remplacer les pions par des autres en faisant appel à de nouvelles figures, et tentent d'aider ceux qui sont connectés avec eux pour continuer à vous dominer. C'est une insulte à l'intelligence des nations. Ne les tolérez pas et ne vous contentez de rien de moins que la mise en place d'un régime totalement indépendant et populaire, fidèle à l'islam.
6. Les religieux et les honorables savants d'Al-Azhar qui est célèbre pour ses brillants acquis doivent jouer leur rôle qui est d'ailleurs très importants. Ceux qui commencent leur soulèvement à partir des mosquées et des prières du vendredi et crient "Allah-o-Akbar" attendent beaucoup des religieux et leurs attentes sont appropriées.
7. L'armée égyptienne qui a eu l'honneur de combattre au moins deux fois l'ennemi sioniste, est confrontée à ce stade, à une épreuve historique. L'ennemi veut utiliser l'armée pour réprimer le peuple. Au cas où, à Dieu ne plaise, une telle chose se produirait, les pertes qui suivront seront irréparables pour l'armée. Ce sont les sionistes qui doivent avoir peur de l'armée égyptienne et non le peuple d'Egypte. Les membres de l'armée égyptienne qui font eux-mêmes partie du peuple égyptien, vont rejoindre le peuple répétant ce doux souvenir une fois de plus en Egypte.
8. En dernier lieu, les Etats-Unis qui pendant trente ans, ont soutenu les dirigeants mercenaires contre la volonté de la nation égyptienne, ne méritent pas d'entrer dans la question égyptienne comme médiateur. À cet égard, méfiez-vous de leurs conseils et de leurs entreprises, et ne leur faites pas confiance.
Chers frères et sœurs, ce sont des choses que nous avons expérimentées. J'en ai parlé avec vous en tant que frère musulman et en fonction de mon devoir religieux. Les machines de propagande de l'ennemi continueront à dire que l'Iran veut se mêler des vos affaires, convertir les Egyptiens à l'islam chiite et exporter la Wilayat-e Faqih en Egypte, et bien d'autres accusations de ce genre. Ils distillent ces mensonges depuis trente ans afin d'isoler les nations musulmanes et de les empêcher de s'entraider. Leurs mercenaires répètent ces mensonges :

«يُوحِی بَعْضُهُمْ إِلَى بَعْضٍ زُخْرُفَ الْقَوْلِ غُرُورًا وَلَوْ شَاءَ رَبُّكَ مَا فَعَلُوهُ فَذَرْهُمْ وَمَا يَفْتَرُونَ»
«Ainsi, à chaque prophète avons-Nous assigné un ennemi : des diables d'entre les hommes et les djinns, qui s'inspirent trompeusement les uns aux autres des paroles enjolivées. Si ton Seigneur avait voulu, ils ne l'auraient pas fait, laisse-les donc avec ce qu'ils inventent. »

Ces machinations ne nous feront pas abandonner les responsabilités que l'islam nous impose. « Et Dieu sait mieux mon intention ».
Que Dieu nous pardonne à tous !

Que les salutations divines soient sur vous et que la miséricorde d'Allah et Sa bénédiction vous accompagnent !

 
< Précédent   Suivant >

^