Skip to content

Galerie

Photo
Audio

Perspectives

Imam Khomeiny

Biographie
Discours du Guide suprême aux responsables et aux employés des bibliothèques Version imprimable
20/07/2011

Ce qui suit est le texte intégral du discours prononcé le 20 Juillet 2011 par l'Ayatollah Khamenei, Guide suprême de la République islamique, lors d'une réunion avec les bibliothécaires et les employés des bibliothèques, à Téhéran.

Au nom d'Allah, le tout Miséricordieux, le très Miséricordieux

Cher frères et sœurs, amis du livre, soyez les bienvenus. Cette réunion est une réunion purement culturelle. Le but principal pour lequel j'ai arrangé cette rencontre avec vous, chers frères et sœurs, est de remercier nos bibliothécaires et les responsables de bibliothèques à travers tout le pays, pour leurs efforts et la grande responsabilité qu'ils assument. L'autre but est de montrer le respect du livre et l'importance de la lecture dans la société.

Plus nous avançons, plus nous avons besoin de livres. Il est faux de penser que les livres disparaitront avec l'émergence de nouveaux moyens de communication et les mass-médias. Le livre a toujours eu une importance cruciale dans les communautés humaines. Le seul avantage des nouvelles technologies de communication est qu'elles facilitent la disponibilité et la transmission des livres, de leurs thèmes et de leurs contenus mais rien ne peut remplacer le livre.

Si nous voulons augmenter la coopération entre les peuples, et les échanges d'idées, d'expériences et de talent artistique, nous devons augmenter nos contacts avec les livres. Un livre est une collection de productions intellectuelles et artistiques, et de connaissances d'une ou de plusieurs personnes. Nous devons vraiment apprécier l'occasion d'utiliser les productions intellectuelles d'autrui comme le permettent les livres. Par conséquent, le livre est une chose très précieuse. Cela a toujours été le cas et l'avenir ne sera pas différent. Par conséquent, il est nécessaire de prêter une attention sérieuse aux livres et à la lecture.

Il est nécessaire de promouvoir la lecture dans la société. C'est l'avantage d'avoir appris à lire et à écrire. L'effet du mouvement dans les différents pays pour éradiquer l'analphabétisme est qu'il permet aux gens de profiter des idées des autres et de leurs talents artistiques. Cela n'est pas possible sans la lecture.
Je crois qu'une des pires manifestations de la paresse est le manque de goût pour la lecture. Si vous ne faites rien, la paresse et ses mauvais effets augmenteront. La lecture doit être développée dans la société et c'est le devoir de toutes les organisations qui travaillent dans ce domaine, depuis l'école primaire jusqu'aux mass-médias, en passant par la radiotélévision, les systèmes de communications et même la propagande. Il faut développer la lecture, l'esprit de recherche et la réflexion chez nos enfants, dès l'enfance.

La promotion de la lecture est une des affaires importantes à suivre dans la société. Nous voyons aujourd'hui, que les propriétaires de produits sans importance qui ont peu d'effet sur la vie des gens, se servent de diverses formes et méthodes de publicité pour promouvoir leurs produits. Ils utilisent les médias et la radiotélévision nationale alors que leurs produits ne sont pas du tout nécessaires ni bénéfiques, et sont même parfois dangereux dans certains cas. Un produit important et précieux comme le livre, mérite d'être présenté et mérite une large publicité. Ceux qui savent lire doivent être encouragés à la lecture et en prendre l'habitude.

Je dois avouer que je ne suis pas satisfait de la situation de notre société à cet égard. Bien sûr le nombre des publications a augmenté par rapport au passé. C'est une réalité indéniable. Les tirages sont plus élevés mais cela ne suffit pas pour notre pays. Une part des revenus de la famille devrait être consacrée à l'achat de livres. Les gens doivent acheter des livres pour les lire et non pour décorer leurs étagères et les montrer à leurs invités. Par conséquent, l'habitude de la lecture doit être développée dans la société.

Le point suivant concerne les bibliothèques. Nos honorables bibliothécaires font des efforts importants comme l'exigent leurs responsabilités. Quand j'étais jeune, j'allais à la bibliothèque, et je faisais toujours attention au rôle des bibliothécaires. J'avais l'habitude d'aller à la bibliothèque du mausolée de l'Imam Réza (AS) où j'ai constaté le rôle important des bibliothécaires. Je voyais qu'ils travaillaient beaucoup et étaient soucieux et passionnés par leur tâche. La bibliothèque est une entreprise culturelle de premier plan et le rôle du bibliothécaire ne se limite pas à trouver et à donner les livres, il peut être un conseiller bénéfique pour ceux qui se réfèrent à lui.

Il est très importante est que nous nous habituions à une lecture régulière. Parfois, lire un livre au bon moment est beaucoup plus efficace que de lire le même ouvrage sans avoir lu les livres qui en sont la base. Un livre exige parfois la lecture d'autres livres dans le même domaine, pour que la lecture soit efficace. Eh bien, cela nécessite des conseils et une juste orientation.

Certaines personnes sont habituées à lire des livres qui ne demandent aucune réflexion. Cela ne pose aucun problème. Après tout, c'est une sorte de lecture. Je ne nie pas cela. Mais il est préférable de combiner la lecture "de loisir", comme les romans, les autobiographies et les livres historiques faciles, avec la lecture des livres sérieux qui nécessitent une réflexion et une étude minutieuse. Il est nécessaire de promouvoir la lecture de tels livres. Nous devons nous habituer à penser et à réfléchir. Notre esprit doit être actif et engagé lors de la lecture. Cela nécessite des conseils et une bonne orientation.

L'une des choses dont nous avons besoin aujourd'hui, est une liste de livres pour les personnes de différents milieux sociaux. Souvent, lorsque j'encourage les jeunes à lire, ils me demandent quels livres ils doivent lire. Il n'y a pas de réponse précise à cette question et probablement des réponses très différentes. Les responsables du ministère de la Culture et de l'Orientation islamique, et des bibliothèques doivent travailler sérieusement sur cette question.
Dans les différents domaines et pour des personnes de divers milieux sociaux, ils doivent être capables de proposer une liste de livres variés avec un ordre de lecture. Un jeune ou quelqu'un qui n'est pas habitué à la lecture, s'il est encouragé à étudier, saura souvent à l'aide de ces inventaires, trouver une démarche qui lui est appropriée. C'est un autre point que je voulais mentionner.

Le point suivant est celui de la sélection de livres. Un livre est le résultat d'une pensée, de l'expérience ou de l'art de son auteur. Tout livre n'est pas nécessairement bénéfique et tout livre n'est pas non plus anodin.
Certains livres sont nuisibles. Tout comme les spécialistes de la santé avertissent les gens du danger de certains médicaments ou de certaines drogues qui ne doivent pas être mises à la disposition de tout le monde. Ceux qui sont responsables des questions culturelles ne doivent pas prétendre que les gens sont libres de choisir n'importe quel livre et qu'il faille laisser les livres nuisibles à la portée de tous.
Les livres sont une nourriture spirituelle. S'ils sont corrompus, empoisonnés et nocifs, les éditeurs, les bibliothécaires, les gens chargés de la distribution et tous ceux qui sont impliqués dans ce travail, n'ont pas le droit de les mettre à la disposition des gens qui ne sont pas conscients de ces dangers. C'est un sujet particulier de la jurisprudence islamique.
Par conséquent, il faut être prudent et mettre à la disposition des gens des livres sains et bons à lire. Une attention particulière doit être accordée pour savoir si ce livre fournira cette nourriture intellectuelle et montrera ou non, le droit chemin. Par conséquent, il est nécessaire de prêter attention à ce point dans l'élaboration des listes de livres.

Les Iraniens et la nation musulmane ont eu une relation fondamentale, profonde et étroite avec le livre. Le livre n'a pas été récemment introduit dans notre société. Les grandes bibliothèques, les communautés universitaires et les précieux écrits ont une longue histoire dans notre pays, surtout après la propagation de l'islam. Nous avons une longue expérience historique en ce qui concerne le livre et la lecture. Nous sommes familiarisés avec le livre depuis des siècles. Bien sûr, au début, l'accès aux livres n'était pas facile. La reproduction des manuscrits était difficile mais les gens qui aimaient et avaient besoin des livres, faisait beaucoup d'efforts pour les obtenir. Nous avons lu ou entendu beaucoup d'histoires sur des gens qui possédaient un livre et ne voulaient pas le prêter. Les personnes qui avaient besoin de ce livre suppliaient le propriétaire de le leur prêter pour quelques jours, puis ils travaillaient jour et nuit, pour le recopier à la main et posséder une copie du livre. Il y a beaucoup de récits à ce sujet. Aujourd'hui, ces obstacles n'existent plus. Les progrès de la science ont facilité la production, l'imprimerie et la publication. Nous devons tenir compte de cette longue expérience historique et améliorer notre position dans l'édition et la lecture.

Ceux qui produisent des livres doivent également être attentifs à ce point. Dans la production de livres - copiés ou traduits- il est nécessaire de prêter attention aux besoins de la société. Il faut identifier et éliminer les lacunes intellectuelles et les besoins. Nous voyons que parfois les éditeurs fournissent des conseils trompeurs dans le marché du livre, et cherchent des sujets qui sont nuisibles et opposés à la mentalité du pays au niveau moral, religieux, idéologique ou politique. Nous voyons clairement que certains, dans le marché du livre, tentent de promouvoir dans la société des idées nocives du point de vue moral, religieux, idéologiques ou politique, et constatons certains efforts pour faire entrer sur le marché, des traductions qui ont des objectifs politiques, sous le couvert d'activités culturelles qui sont en fait, de nature politique.

De nombreuses activités propagées dans notre pays par les étrangers et les ennemis de l'islam et de la République islamique, sous des couverts culturels, sont de nature politique. Cela est très visible. Ceux qui sont chargés de ces affaires, les bibliothécaires, les gestionnaires, les employés du ministère de la Culture et de l'Orientation islamique, et les éditeurs doivent être conscients qu'ils sont chargés de fournir une nourriture spirituelle saine et bénéfique, à la société. Heureusement l'alphabétisation a été généralisée dans notre société et dans une large mesure, les gens sont capables d'utiliser les livres. Nous devons profiter de ce terrain favorable.

Je voudrais saisir cette occasion pour demander à nos responsables gouvernementaux d'examiner les questions de la lecture et de la qualité des livres, et leur demander de lancer un mouvement général dans le pays. De nouvelles perspectives doivent être envisagées par ceux qui planifient, produisent des livres ou sont chargés de la publicité, et ceux qui sont les interlocuteurs, jeunes ou vieux. Des tirages à 1000 ou 3000 exemplaires ne sont pas acceptables pour un pays de 75 millions d'habitants dont la plupart sont des jeunes très motivés. Nous devons être capables d'augmenter les tirages. Certains livres ont été publiés à plusieurs reprises mais en général, la situation n'est pas satisfaisante. Il est nécessaire d'avancer dans ce domaine.

Je tiens à remercier les responsables et à leur demander d'envisager de nouvelles perspectives. Agissons de manière à ce que la lecture devienne un phénomène répandu et ne soit pas négligée par nos jeunes. Les statistiques sur la durée moyenne de lecture ne donnent pas une image positive. Cette moyenne devrait être beaucoup plus élevée. Le besoin de livres ne sera jamais éliminé. Les gens en ont besoin dès l'adolescence, à partir des premières années d'apprentissage de la lecture et jusqu'à la fin de leur vie. Les gens ont besoin de comprendre différentes questions et d'une nourriture spirituelle et intellectuelle. C'est une question qui doit être comprise et suivie par la société toute entière.

J'espère qu'Allah le Tout-puissant, vous accordera le succès. Je vous suis reconnaissant pour vos efforts et ce qui a été fait jusqu'à présent, et j'attends que vous les intensifiiez. Que Dieu vous aide. Par la grâce d'Allah, vous bénéficierez des prières de l'Imam du Temps (que notre âme lui soit sacrifiée).

Que les salutations de Dieu soit sur vous et que la miséricorde d'Allah et Ses bénédictions vous accompagnent !

 
< Précédent   Suivant >

^