Skip to content

Galerie

Photo
Audio

Perspectives

Imam Khomeiny

Biographie
Discours du Guide suprême lors d'une réunion avec le chef et les responsables du Pouvoir judiciaire Version imprimable
27/06/2011

Ce qui suit est le texte intégral du discours prononcé le 27 Juin 2011 par l'Ayatollah Khamenei, Guide suprême de la Révolution islamique, lors d'une réunion avec le chef et les responsables du Pouvoir judiciaire. Cette réunion était organisée à l'occasion de l'anniversaire du martyre de 72 hauts responsables de la République islamique dont le martyr Beheshti alors chef du Pouvoir judiciaire, lors d'un attentat à la bombe au siège du Parti républicain islamique le 28 Juin 1981 nommé par la suite "journée du pouvoir judicaire".

"Au nom d'Allah, le tout Miséricordieux, le très Miséricordieux

"Je tiens tout d'abord à souhaiter la bienvenue aux chers frères et sœurs, aux honorables familles des martyrs de l'attentat du 7 Tir [28 Juin] et aux employés, fonctionnaires et honorables juges de la magistrature. Je tiens également à remercier l'Ayatollah Amoli Larijani, chef estimé du pouvoir judiciaire, qui a évoqué de nombreux points dans son rapport et nous a informés des appréciables mesures prises par le Pouvoir judiciaire.
Je prie Allah le Tout-Puissant, qu'Il accorde Ses bénédictions à l'Ayatollah Larijani et ses collègues, et qu'Il les aide dans ce chemin brillant et rempli de bienfaits.
Heureusement l'Ayatollah Larijani s'est distingué dans le travail scientifique, l'innovation, le dynamisme, la motivation et la volonté, c'est donc ce que nous pouvons attendre de lui. J'espère qu'Allah le Tout-Puissant, acceptera vos services.
Je voudrais aborder quelques points sur l'événement du 7 Tir et le pouvoir judiciaire. L'événement du 7 Tir a été une véritable tragédie et un choc difficile pour le pays et la République.
Cet événement tragique s'est produit au cœur du système de gestion du pays, tuant des personnalités comme l'Ayatollah Beheshti et d'autres personnalités politiques, de la magistrature, du Parlement et du gouvernement. Cela a été une grande peine. Cependant, dans toute l'Histoire, nous avons pu remarquer que chaque fois qu'une nation, une société ou une personne fait preuve de patience et réagi avec perspicacité aux difficultés, ces dernières deviennent une bénédiction. Ceci est le secret de la victoire, de la promotion de la Vérité absolue et de la propagation du monothéisme à travers l'Histoire. Les prophètes divins et dans certains cas, les nations qui étaient gouvernées par eux, ont toutes connu des difficultés telles que le nom de ces prophètes et leur message, leurs idées et leur voie, auraient dû disparaitre au cours de l'Histoire. Or vous voyez que c'est le contraire qui s'est produit. Le message des prophètes divins est devenu de plus en plus vivant avec le temps. Comme je l'ai dit, la patience et la perspicacité face aux difficultés sont les secrets de ces réussites.
Notre peuple en a fait preuve lors de l'événement du 7 Tir. Au lieu de perdre l'espoir et la confiance en soi, au lieu de se laisser intimidé par l'ennemi et de céder, et au lieu de montrer des signes de faiblesse, notre peuple a fait preuve de patience et de persévérance, grâce à sa perspicacité et la perspicacité que notre magnanime Imam a constamment enseignée à notre peuple, réussissant à retourner la malveillance de l'ennemi contre lui-même.
J'ai entendu la nouvelle de l'attentat du 7 Tir après, car j'étais dans un état d'inconscience et d'anesthésie ce jour-là. Quand j'ai entendu ce qui s'était passé et comment les gens avaient réagi, j'ai été vraiment surpris. Notre peuple doit préserver cet état d'esprit comme une leçon que nous avons expérimentée et qui est entrée dans l'histoire.
Une nation comme la nation iranienne, qui est entrée en action avec le noble objectif d'atteindre les valeurs islamiques et d'appliquer les principes islamiques dans la société, aura inévitablement à faire face à de nombreux événements de ce genre. Vous agissez selon une religion qui est opposée à l'oppression et à la soumission aux intimidations de l'ennemi. L'islam n'y est pas indifférent même lorsque d'autres nations dans le monde, en sont victimes. Qui se dresse contre un tel mouvement ?
Les tyrans et les oppresseurs dans le monde, les colonialistes, les grandes puissances et les dictateurs violents qui déploient toutes leurs forces contre ce mouvement. En utilisant leurs moyens financiers et médiatiques, leur pouvoir politique et leurs machines de propagande, ils créent des problèmes pour tout le monde. Il est nécessaire de se dresser contre eux et notre nation a passé cette épreuve avec succès.
En termes de puissance, de progrès et de différentes capacités, et en termes de prestige international et de capacité à susciter l'espoir chez les autres nations, la République islamique est très différente de ce qu'elle était le 28 Juin 1981, grâce à la résistance de notre honorable nation. Par conséquent, nous devons garder à l'esprit ce que l'événement du 28 Juin 1981 nous a enseigné et affronter avec patience, résistance et perspicacité les difficultés qui seront un tremplin pour avancer et progresser. C'est ce qui s'est passé et par la grâce d'Allah, la situation sera la même dans l'avenir.
Je tiens à souligner que le pouvoir judiciaire a besoin de deux éléments pour réussir. Dans tout gouvernement et toute la société, le pouvoir judiciaire est l'organisme qui règle les différends et contribue à ce que la justice prévale sur l'oppression, la transgression, la corruption et d'autres problèmes de ce genre.
Le système judiciaire exige deux choses pour atteindre cet objectif élevé : l'autorité et la confiance. Le pouvoir judiciaire doit être puissant et l'objet de la confiance du peuple. Ce sont deux exigences pour la magistrature.
La magistrature peut obtenir ce pouvoir grâce aux infrastructures humaines et techniques que le chef du pouvoir judiciaire nous a présentées dans un rapport sur les progrès qui ont été faits à cet égard. J'étais dans une grande mesure informé des travaux qui ont été faits jusqu'ici. Le Pouvoir judiciaire peut augmenter son pouvoir et son autorité en augmentant sa force intérieure avec la formation et l'emploi d'un personnel qualifié, informé, digne de confiance et honnête.
Cette autorité peut être renforcée par une législation et une surveillance appropriées, et en tirant profit des différents progrès techniques et organisationnels courants dans le monde entier.
J'ai dit à plusieurs reprises que nous n'avions pas honte d'apprendre ce que les autres ont à nous apprendre. Nous sommes prêts à apprendre de toute nation, de tout pays et de tout système judiciaire dans le monde qui présenterait des points forts dans ce domaine.
Bien sûr, nous ne devons pas suivre aveuglément les méthodes et les prescriptions d'autrui. Ce serait une erreur d'agir d'une certaine façon simplement parce que c'est une norme dans le monde.

«و ان تطع اكثر من فى الارض يضلّوك عن سبيل الله ان يتّبعون الّا الظّنّ و ان هم الّا يخرصون»
" Et si tu obéis à la majorité de ceux qui sont sur terre, ils t'égareront du sentier de Dieu : ils ne suivent que des conjectures et ne font que fabriquer des mensonges". Coran, 6: 116

Nous n'allons pas imiter aveuglement les méthodes d'autrui. C'est une erreur de croire que nous devons agir d'une certaine manière juste parce que les Occidentaux, les Orientaux ou tel ou tel autre pays agissent de cette façon. Non, c'est tout à fait faux.
Nous agirons sur la base de notre propre jugement. Si nous voyons que dans le système judiciaire d'un pays, petit ou grand, il existe des choses qui facilitent les procédures judiciaires, ont donné des résultats fructueux et dont les méthodes conviennent à notre système, nous les adopterons sans problèmes.
Dans ce cas, il ne s'agit pas d'une imitation mais d'une action logique et fructueuse. Cela contribue à l'autorité de magistrature ainsi que les efforts et l'innovation. Nous ne pouvons pas rester les bras croisés et laisser les choses avancer d'elles-mêmes. Les responsables de la magistrature doivent repérer les faiblesses et les lacunes, et les éliminer grâce à leur sens de l'innovation. Les élites et les intellectuels peuvent vous aider dans ce domaine. Il y en a heureusement qui travaillent pour la magistrature mais le Pouvoir judiciaire doit aussi utiliser les spécialistes qui ne travaillent pas au sein du Pouvoir judiciaire.
Les possibilités techniques et humaines doivent être développées. Ceci augmentera l'autorité de la magistrature qui deviendra une organisation puissante, capable d'avancer vers ses objectifs. C'est le premier pilier de la magistrature.
Le deuxième pilier à savoir la confiance du public, sera possible grâce à l'instauration de la justice et l'application minutieuse et sage de la loi. Il est nécessaire de renforcer ce sentiment de confiance. Si les gens constatent que le pouvoir judiciaire tient ses promesses dans l'instauration de la justice, ils lui feront confiance. Même ceux qui sont condamnés reconnaitront dans leur for intérieur, que la justice a agi correctement. Ils se plaindront peut-être du verdict mais le reconnaitront comme juste dans leur cœur.
Le Pouvoir judiciaire sera ainsi en mesure d'établir un sentiment de confiance qui est indispensable, au sein du peuple.
La question de la justice est très importante. Si nous voulons que la justice se généralise et se développe au sein du système judiciaire, il est nécessaire que l'honnêteté et l'impartialité du pouvoir judiciaire soient assurées dans les problèmes, petits et grands, qui sont portés en justice. Tous ceux qui travaillent pour le Pouvoir judiciaire doivent être honnêtes et impartiaux, quelle que soit l'importance de leur fonction. C'est un point essentiel. De cette façon, il sera possible d'instaurer la confiance.
Une chose qui nuit à la confiance est de mettre en doute un des Pouvoirs que ce soit le Pouvoir judiciaire, l'exécutif ou le Pouvoir législatif. C'est une mauvaise habitude qui s'est malheureusement répandue. Certes, ce n'est pas quelque chose de nouveau et ce problème a toujours existé mais avec les médias et la facilité des communications, il est plus visible aujourd'hui.
Il y a une mauvaise habitude qui consiste à remettre en question les rapports officiels. Par exemple, lorsque le Pouvoir judiciaire présente un rapport, certains doutent de son exactitude et créent des doutes. C'est aussi la même chose quand le Pouvoir exécutif présente un rapport, il y a toujours des gens qui mettent en question l'exactitude du rapport. C'est aussi le cas dans le domaine législatif. Il n'est pas juste de détruire les efforts d'une organisation à cause d'un doute sans fondement. C'est une erreur.
Bien sûr, il n'est pas possible d'arrêter ceux qui ne contrôlent pas leur langue mais nos responsables gouvernementaux doivent y prêter attention.
Les médias qui se sentent responsables doivent être attentifs à cette question et veiller à ne pas remettre en question les rapports de nos représentants sans aucune raison. Ceci s'applique aux trois branches du gouvernement. Remettre en question les efforts annule les services. Ces jours-ci, les statistiques présentées par le pouvoir exécutif sont remises en question tout comme les rapports et les statistiques de la magistrature et du Pouvoir législatif. Ces actions affaiblissent la confiance des gens.
Comme les interlocuteurs et les auditeurs de ces rapports, nous devons les étudier de manière minutieuse et les considérer comme véridiques. Bien sûr, dans certains cas, il peut arriver que des statistiques soient erronées mais nous ne devons pas généraliser ce cas unique et susciter des doutes. De telles attitudes nuisent à la confiance populaire aux organisations gouvernementales. Les représentants du gouvernement doivent prêter attention à ce point car cette confiance est très importante.
En ce qui concerne le système judiciaire, ses performances et le rendement de ses activités, une autre question doit être prise en considération qui a été soulignée par le chef de la magistrature. Le système judiciaire est confronté à des accusés. Lorsque quelqu'un est accusé d'un délit, le Pouvoir judiciaire doit enquêter à travers des canaux spécifiées par la loi, et déterminer si l'accusation est fausse ou pas. Être accusé d'un crime n'est pas la même chose qu'être coupable d'un crime. Tout le monde peut être l'objet d'une accusation. Tant que le crime n'est pas prouvé par les voies légales, personne n'a le droit de déshonorer un musulman à l'intérieur ou en dehors du système judiciaire, ni aux tribunes officiels ou dans les médias. C'est une question très importante.
Parfois, le pouvoir judiciaire est l'objet de pressions pour l'obliger à dénoncer certains individus. Non, il n'est pas nécessaire de dénoncer. Dans certains cas, la charia exige que les gens soient témoins de l'application de la peine ou connaissent le condamné, mais ce sont des cas exceptionnels. Il est nécessaire d'être particulièrement prudent et d'éviter de généraliser des cas particuliers.
Tant qu'un crime n'a pas été prouvé, personne ne peut être accusé publiquement. Tant qu'un crime n'a pas été prouvé, il faut éviter de présenter la personne comme coupable. Quand vous accusez quelqu'un, l'opinion publique ne fait pas de distinction entre une personne soupçonnée et un accusé dont les preuves du crime sont évidentes. Quelle nécessité y-a-t-il à présenter une personne par son nom même si elle a été condamnée ? Comme je l'ai dit, il y a des exceptions dans des cas particuliers.

«و ليشهد عذابهما طائفة من المؤمنين»
«Qu'un groupe de croyants assiste à leur punition » Coran 24 : 2

Il y a des cas où le condamné doit être présenté par son nom. Toutefois, même si une personne a commis un crime et a été condamnée par un tribunal à être incarcérée, quelle est la nécessité de la présenter avec son nom dans les journaux et de déshonorer son enfant à l'école ?
Quel problème y-a-t-il à ce que le condamné purge sa peine en prison et reprenne ensuite une vie normale avec sa famille ? Il a été puni pour son crime. Est-il nécessaire de le déshonorer ? C'est un point important. Bien sûr, mon interlocuteur n'est pas seulement la magistrature.
Je m'adresse aussi aux responsables gouvernementaux à l'intérieur ou à l'extérieur du système judiciaire, et aux responsables de nos médias.
Il est nécessaire d'éviter de remettre en question les performances de l'appareil judiciaire et il est injuste d'accuser le pouvoir judiciaire d'avoir des arrière-pensées chaque fois qu'il prend une décision.
D'autre part, le fait qu'une personne ait été accusée ne signifie pas qu'il faille la présenter par son nom ou que l'accusation soit annoncée publiquement. Quel intérêt pour l'opinion publique d'agir ainsi ? A quoi sert que les gens sachent que telle personne a commis une infraction ? Il est nécessaire de prêter attention à ces points.
Comme je l'ai dit, la vertu vous sera une garantie dans toutes ces épreuves. La vertu exige que nous surveillions nos paroles, nos actes, nos orientations et nos comportements. La moindre action de nos actions est enregistrée.

«فمن يعمل مثقال ذرّة خيرا يره. و من يعمل مثقال ذرّة شرّا يره»
"Quiconque fait un bien fût-ce du poids d'un atome, le verra, et quiconque fait un mal fût-ce du poids d'un atome, le verra." Coran 99 : 7-8

Nos paroles et nos actions sont toutes enregistrées et nous en serons tenus pour responsables. Tout le monde aura à répondre de ses paroles et de ses actes le Jour du Jugement dernier. La vertu exige que nous prêtions attention à ce point et que nous surveillions nos paroles et nos actions.
Heureusement, depuis le début de la Révolution jusqu'à aujourd'hui, le pouvoir judiciaire a progressé à chaque période et à chaque mandat. A chaque période, de précieux progrès ont été réalisés.
Les mesures adoptées et les progrès actuels du système judiciaire sont très prometteurs. Il est agréable de voir un tel dynamisme, une telle détermination, un tel esprit d'innovation et un tel espoir chez les responsables du Pouvoir judiciaire. Nos autorités judiciaires vont de l'avant et par la grâce d'Allah, leur mouvement est un mouvement sage et innovateur qui promet un bel avenir.
J'espère qu'Allah le Tout-Puissant, acceptera ces services de votre part. J'espère que Dieu vous fera bénéficier des prières de l'Imam du Temps (que nos âmes lui soient sacrifiées) et qu'il sera satisfait de vous. Que Dieu fasse que les âmes de nos martyrs et de notre magnanime Imam soient satisfaites de nous.

Que les salutations de Dieu soit sur vous et que la miséricorde d'Allah et Ses bénédictions vous accompagnent !

 
< Précédent   Suivant >

^