Skip to content

Galerie

Photo
Audio

Perspectives

Imam Khomeiny

Biographie
Points de vue sur la démocratie et la démocratie islamique Version imprimable
11/03/2012

La démocratie et la démocratie islamique dans l'optique du Guide suprême
Première partie : la démocratie religieuse
Qu'est-ce que la démocratie et la démocratie religieuse ?
Les deux faces de la démocratie
Le sens de la démocratie religieuse
Le fondateur d'une juste démocratie
Les raisons de l'affinité entre le peuple et les dirigeants dans une société islamique
La réforme des responsables du gouvernement
La légitimité des systèmes politiques en islam
La base de la démocratie en islam
Le caractère sacré de la démocratie
La compatibilité entre l'adoration de Dieu et la démocratie

Deuxième partie : La démocratie occidentale
Qu'est-ce que la démocratie occidentale ?
Le cadre de la démocratie occidentale
L'objectif de la démocratie occidentale
La légitimité des systèmes politiques en Occident
Troisième partie : La démocratie dans la République islamique d'Iran et les expériences de l'humanité
Le rapport entre les aspects républicains et islamiques de la République islamique
La démocratie dans l'optique de l'Imam Khomeiny
Le modèle de la République islamique en Iran
La relation entre le peuple et les responsables gouvernementaux


La démocratie et la démocratie islamique dans l’optique du Guide suprême


Première partie : la démocratie religieuse


Qu’est-ce que la démocratie et la démocratie religieuse ?

La démocratie signifie que l'opinion du peuple est le critère pour déterminer les méthodes politiques de gestion et de gouvernement d'un pays.
La démocratie signifie que le système politique et ses représentants doivent venir du peuple. Un véritable système démocratique se trouve là où convergent les décisions du peuple, ses émotions, sa foi et le discernement de ses intérêts.


Les deux faces de la démocratie

La démocratie a deux faces. Une exige l'établissement d'un système politique fondé sur les souhaits et la voix du peuple. C'est le peuple qui doit, directement ou indirectement, élire le gouvernement et ses principaux responsables. Les gens doivent pouvoir décider, connaître et choisir librement pour qu'il s'agisse d'un devoir religieux. Ils n'ont aucune obligation sans ce pouvoir d'identification, de connaissance et de volonté.
L'autre face est que les responsables du gouvernement une fois élus, ont des responsabilités sérieuses envers le peuple


Le sens de la démocratie religieuse

La démocratie religieuse consiste à créer un lien entre la religion divine et le vote, les croyances, la foi, les désirs et les sentiments des gens.
Comme nous nous considérons comme des serviteurs de Dieu, nous demandons à Allah le Glorifié, de nous aider à parcourir le chemin des justes :

«اياك نعبد و اياك نستعين اهدنا الصراط المستقيم، صراط الذين انعمت عليهم»

"C’est Toi (Seul) que nous adorons. Et c’est Toi (Seul) dont nous implorons secours. Montre-nous le droit chemin, le chemin de ceux que Tu as comblés de grâce » Coran 1:5-7

Suivre le chemin des serviteurs pieux et des élus de Dieu est égal au serment d'allégeance à celui qui gouverne la communauté islamique et est aussi un serment d'allégeance à la foi, à la religion et à la spiritualité. Il ne s'agit pas d'une résignation devant une personne ni de céder aux caprices d'un individu particulier. En Islam, le pouvoir appartient à la religion qui accorde une attention au salut de tous. C'est une responsabilité qui doit être aussi assumée par les êtres humains.


Le fondateur d'une juste démocratie

La démocratie appartient à l'islam. C'est l'islam qui a donné une définition appropriée et logique de la démocratie. Tous les musulmans, hommes et femmes, sont allés voir le Saint Prophète (SAWA) et lui ont prêté serment d'allégeance. A cette époque, les femmes ne bénéficiaient pas d'une bonne position dans la société. Les femmes avaient été gardées en arrière en Arabie. Même dans l'empire iranien et l'empire romain, les femmes n'étaient pas autorisées à s'exprimer et à montrer leurs capacités.
Mais le Saint Prophète (SAWA) a obéi à Dieu seul :

«اذا جائك المؤمنات يبايعنك على ان لايشركن بالله»

«Prophète, lorsque les croyantes viennent prêter serment d’allégeance qu'elles n’associeront rien à Allah ...." Coran 60:12

Allah le Tout-Puissant, a dit au Saint Prophète (SAWA) que les femmes croyantes qui lui prêtaient serment d’allégeance, devaient respecter certains principes comme les croyants. Les hommes et les femmes sont allés ensemble auprès du Saint Prophète (SAWA) pour lui prêter serment d’allégeance.
Les cœurs et les volontés se sont réunis et le monothéisme s'est révélé dans cette alliance entre le Prophète (SAWA) et les croyants. Il est vrai qu’ils aimaient le Prophète (SAWA) mais la personne du Prophète (AS) ne comptait pas ici.


Les raisons de l’affinité entre le peuple et les dirigeants dans une société islamique

En Islam, les individus n'ont pas d'importance. Personne ne doit appeler le peuple à suivre ses volontés. Sans valeur spirituelle, personne ne mérite amour, affection, dévouement et amitié. Les musulmans dès le début, ont pris cette habitude et il en est de même aujourd'hui. Les musulmans font preuve d’affection et d’amour et éprouvent des sentiments sincères seulement envers ceux qui leur semblent attachés au centre des valeurs spirituelles c'est à dire l'Islam. Il en était de même à l'époque du Prophète (SAWA) et c'est pourquoi les musulmans de son époque, se sont réunis autour de lui en l’appréciant du fond du cœur. Ceci est la véritable démocratie.


La réforme des responsables du gouvernement

Aujourd'hui, la démocratie religieuse est le meilleur système pour la réforme du comportement, des démarches et de l’attitude des responsables du gouvernement. S'adressant à Malek-al-Ashtar, le Commandeur des Croyants, l'Imam Ali (as) dit :

«و اياك والمن على رعيتك باحسانك او التزيد فيما كان من فعلك او ان تعدهم فتتبع موعدك بخلفك فان المن يبطل الاحسان و التزيد يذهب بنور الحق والخلف يوجب المقت عندالله و الناس»

«Ne te vante pas des faveurs et des actes que tu as faits pour tes sujets et n’essaie pas de leur faire comprendre cela, n’exagère pas au sujet du bien que tu as accompli envers eux et ne leur donne pas de promesses que tu ne vas pas tenir car se vanter annule les bien faits, exagérer les bonnes actions ternit la Vérité et rompre ses promesses est détesté à la fois par Allah et par le peuple»
Nahjul Balaghah Lettre 53

Le Commandeur des Croyants (AS) nous explique qu'une personne qui rappelle sans cesse ses bienfaits ne recevra aucune récompense et que l'exagération des bienfaits nuit à la vérité car elle amène les gens à ignorer les éléments de vérité qu'elle contient. Ne pas tenir ses promesses est un péché et est un acte réprouvé par Dieu et le peuple, comme le dit le saint Coran :

« كبر مقتا عندالله ان تقولوا ما لاتفعلون».

« C'est une abomination auprès de Dieu que de dire ce que vous ne faites pas» Coran 61:3

Le Commandeur des Croyants (AS) poursuit :

«انصف الله و انصف الناس من نفسك و من خاصة اهلك و من لك فيه هوى من رعيتك»

« Quand tes affaires personnelles ou celles de tes parents et amis sont en jeu, prends garde de ne pas violer les obligations prescrites par Allah et les droits du peuple»

L'Imam Ali (AS) demande à Malek-al-Ashtar d'éviter les injustices quand il s'agit de ses amis et de ses parents, et de ne pas leur accorder de privilèges.
Si un fonctionnaire du gouvernement accorde des facilités ou des ressources financières à un groupe de personnes parce qu'ils sont ses amis ou ses proches, son action est contraire aux principes démocratiques.
Il ajoute :

«و ليكن احب الامور اليك اوسطها فى الحق و اعمها فى العدل و اجمعها لرضى الرعية»

«La meilleure politique est celle de la modération dans les affaires de justice, une politique qui se fonde sur l'intérêt général est appréciée par tout le peuple»

Il demande ainsi à Malek-al-Ashtar d'éviter les extrêmes, de ne pas faire preuve de sévérité ni de laxisme, et d’instaurer une justice qui bénéficie à la majorité des gens et non à un groupe de puissants et de riches.
Le Commandeur des Croyants (AS) à ce propos, fait remarquer : 

«فان سخط العامة يجحف برضى الخاصة و ان سخط الخاصة يغتفر مع رضى العامة»

« Rappelle-toi que le mécontentement des gens ordinaires au profit de l'agrément d’un groupe l’emporte sur cet agrément, tandis que le mécontentement d’un groupe au profit de l’agrément public sera excusé par Dieu»

Il demande ainsi à Malek-al-Ashtar de ne pas tenir compte des intérêts et de l’agrément d’un groupe de la société, à savoir les puissants et les riches, mais plutôt d’agir de manière à attirer l’agrément du peuple, peu importe si les puissants et les riches sont mécontents, car cela sera pardonné par Dieu.


La légitimité des systèmes politiques en islam

L'essence de la démocratie religieuse exige que le système politique d'une société soit géré par la volonté divine et la volonté du peuple. En Islam, les gens ne sont qu'un des piliers de la légitimité et non le seul pilier. En islam, un système politique doit respecter les revendications et les voix du peuple, mais également respecter la piété et la justice. Si un dirigeant élu ne respecte pas la piété et la justice, son autorité n'est pas légitime d'un point de vue islamique, même si tout le monde ou la majorité ont voté pour lui.
L’Imam Hussein (as) dit à ce propos :

«و لامرى ما الامام الا الحاكم بالقسط»

« Le gouverneur d’une communauté islamique n’est légitime que s'il exerce la justice»

L'autorité d'un dirigeant qui ne respecte pas la justice n'est pas légitime, peu importe qui l’a investi ou élu.


La base de la démocratie en islam

Le point essentiel que j'ai souligné à maintes reprises, est que dans la République islamique, le caractère islamique n'est pas séparé du caractère républicain. L'aspect républicain et démocratique de la République islamique s'enracine dans l'islam. Dans un régime appelé «République islamique», il n'est pas possible d'ignorer le peuple. L'islam est la garantie du droit du peuple à élire et à choisir. La démocratie religieuse est donc basée sur une philosophie et un fondement idéologique précis et islamique.

La démocratie religieuse et la charia divine exigent qu'un gouverneur soit reconnu par le peuple pour pouvoir gouverner.
Pourquoi le choix des gens est-il si important ?
Parce que dans la pensée islamique, l'être humain est une créature digne et que son choix est précieux pour Allah, le Tout-Puissant.
Dans l'Islam, aucun gouvernement n'a le droit de gouverner sans avoir été choisi par Allah, le Tout-Puissant.
En jurisprudence islamique, nous sommes toujours à la recherche de l'existence d'une justification religieuse pour un modèle de wilayat (autorité) comme celle du dirigeant, du juge ou du croyant.
Pourquoi ? Parce que l'hypothèse de base est que rien ne justifie la wilayat sauf preuve du contraire.
C'est la logique islamique. La wilayat n'est acceptable que lorsque la charia l’a approuvée et l'approbation de la charia dépend des qualifications de la personne qui en accepte la responsabilité, et qui doit être juste, pieuse et accepté par le peuple. C'est la logique de la démocratie religieuse, qui est une logique extrêmement ferme et profondément enracinée. Un croyant peut accepter totalement cette logique et la pratiquer, il n’y a aucun doute à ce sujet.


Le caractère sacré de la démocratie

La véritable démocratie, la liberté et le vote du peuple sont sacrés. Pourquoi ? Pas à cause d'une quelconque philosophie libérale mais parce qu’Allah le Tout-Puissant, est notre Créateur et le Maitre de notre vie.

«النّاس كلّهم احرار»

«Tous les gens sont libres. »

Le Commandeur des Croyants (as) dit :

«لا تكن عبد غيرك وقد جعلك اللَّه حرّا»
«Ne sois l'esclave de personne car Allah t’a créé libre»

C'est ce qu’Allah le Tout-Puissant, a dit et lorsque le Commandeur des Croyants (AS) dit quelque chose cela vient aussi de Dieu. Il en est de même pour les propos du Prophète (SAWA). Leurs paroles sont des preuves décisives. Le deuxième calife (Omar) a dit à un de ses subalternes : « Vous avez réduit des gens en esclavage alors que Dieu les a créés libres». Ceci est le fondement et la logique de la véritable démocratie. L'exemple le plus important de la liberté est de pouvoir choisir son destin et c’est la base fondamentale de la démocratie.


La compatibilité entre l'adoration de Dieu et la démocratie

La démocratie religieuse a présenté un nouveau plan d'action à l'humanité pour la sauver des maladies des systèmes fondés sur la dictature d’individus ou de partis, ou sur l'influence des riches et des gens malhonnêtes.
Ce plan d'action vise à sauver l'humanité du bourbier du matérialisme, de la recherche unique du plaisir et de l’absence de spiritualité, et à mettre un terme à l’incompatibilité et la fausse contradiction entre l'adoration de Dieu et la démarche démocratique.
En termes de croissance, de permanence et de réalisation de ses objectifs, ce nouveau modèle est une preuve convaincante pour tous les systèmes qui au nom de l'humanisme, ont séparé les gens de Dieu et de la spiritualité, ou au nom de la démocratie sous diverses formes, les ont dominés.
Dans la culture islamique, les meilleures personnes sont celles qui sont les plus utiles. Contrairement aux démocraties hypocrites et démagogiques, la démocratie religieuse est un régime qui veut rendre des services sincères dans le cadre de ses responsabilités, et de façon désintéressée et honnête.


Deuxième partie : La démocratie occidentale


Qu’est-ce que la démocratie occidentale ?

La démocratie occidentale est fondée sur le libéralisme qui prétend que l'homme étant libre, la dictature doit être abolie et remplacée par la démocratie. La liberté sur laquelle le libéralisme se fonde est une liberté absolue. C'est-à-dire que s'il le veut, le peuple peut même accepter des choses qui lui sont nuisibles comme l'homosexualité qui a été légalisée par le Parlement anglais. Il est aussi possible de légaliser l'héroïne ou l'inceste. Aucune logique ne peut limiter cette liberté. Quelle est la différence entre l'homosexualité et l'inceste ? Ils n'ont aucune justification logique pour ce qu'ils font et il n'existe aucune limite logique pour restreindre la liberté occidentale. S’ils disent qu’il y a un point à partir duquel la liberté est contraire à la morale, de quelle morale s’agit-il ? Il n’existe aucune limite morale dans ce système. Chacun est libre parce que le libéralisme est basé sur la liberté et qu’aucune limite ne peut restreindre cette liberté à moins qu'elle n’aille contre une autre liberté ou nuise à la liberté collective. C'est la seule ligne rouge qu'ils respectent. En fait, en s'appuyant sur la philosophie du libéralisme, la démocratie occidentale s'est fourvoyée. Toutes les valeurs morales peuvent être détruites dans une telle société. Aujourd'hui, ceux qui croient au libéralisme ne sont pas prêts à reconnaître cette vérité qui est pourtant la conséquence inévitable de la philosophie qui sous tend la démocratie libérale.


Le cadre de la démocratie occidentale

Tout ce qui dans le monde, est appelé démocratie ou gouvernement du peuple, entre dans un cadre précis. Dans les démocraties occidentales, le cadre est défini par les intérêts et la volonté des riches et des capitalistes qui dominent les communautés occidentales. Le peuple n’a aucun rôle. Si les gens veulent quelque chose qui est contraire aux intérêts des capitalistes et des détenteurs du pouvoir financier et économique, et par conséquent du pouvoir politique, il n’y a aucune garantie que ces systèmes et ces régimes "démocratiques" se conforment à la volonté du peuple.
Un cadre rigide domine toutes les revendications du peuple, dans toutes ces démocraties. Ce même cadre dominait aussi dans les anciens pays socialistes qui se considéraient d’ailleurs comme démocratiques. La voix du peuple y était insignifiante et inefficace en dehors du cadre des tendances politiques et des motivations du parti au pouvoir.


L'objectif de la démocratie occidentale

La démocratie occidentale a échoué et est usée. Ses défauts sont devenus évidents. Cette démocratie se fonde sur une volonté de puissance où deux groupes ou deux partis s’opposent l’un à l’autre. Si vous leur demandez ce qu'ils cherchent à travers cette confrontation, ils vous répondront que c’est le pouvoir.
Pourquoi veulent-ils le pouvoir ?
Veulent-ils promouvoir la moralité dans la société ?
Veulent-ils aider les gens à se développer au niveau spirituel ?
Veulent-ils améliorer les conditions de vie des gens ?
Ont-ils envie d'aller au-delà des slogans et des apparences ?
Non, ces choses ne sont pas ce qu'ils recherchent. Il ne s’agit que d’un parti qui cherche à s'emparer du pouvoir pour quelques années.
Mais ce n'est pas un objectif valable et cela ne contribue pas au respect de la dignité humaine.
Aujourd'hui, cette démocratie occidentale dans toutes ses dimensions, n'existe pas encore dans le monde ni aux Etats-Unis qui sont pourtant les premiers à crier au plus fort ces slogans démocratiques.


La légitimité des systèmes politiques en Occident

La démocratie occidentale fondée sur le libéralisme, s'appuie sur une philosophie particulière qui estime que la voix de la majorité de la population constitue le fondement de la légitimité des gouvernements et des systèmes politiques. Cette philosophie est basée sur le libéralisme selon lequel la liberté individuelle n'est pas, de son côté, restreinte par des limites éthiques, et dont la seule limite est le respect de la liberté des autres.
La liberté individuelle absolue dans tous les domaines, qui se manifeste également dans le système politique est la philosophie qui sous tend le libéralisme occidental. On fait valoir que puisqu'il y aura toujours une minorité et une majorité dans une société, nous n'avons pas d'autre choix que d'obliger la minorité à obéir à la majorité. Ceci est la base de la démocratie occidentale. Si un gouvernement suit ce principe, il est légitime dans l’optique de la démocratie libérale, sinon il est illégitime.


Troisième partie : La démocratie dans la République islamique d'Iran et les expériences de l'humanité

Dans la République islamique, nous adaptons les expériences de l'humanité aux principes islamiques. La démocratie religieuse existe en Islam. Par expérience, les êtres humains l'ont réalisée partiellement sous forme de gouvernements parlementaires que nous avons immédiatement adoptés. Nous n'avons pas rejeté le modèle de gouvernement parlementaire. La pensée islamique est suffisamment souple et dynamique pour adopter les acquis des expériences humaines au fil des années et des siècles. Toutefois, l'islam reforme ces expériences pour les rendre conformes à ses principes. C'est ce qui a été fait en Iran islamique.


Le rapport entre les aspects républicains et islamiques de la République islamique

L'Islam s'accompagné d'un aspect républicain dans la République islamique d’Iran. Cet aspect républicain est originaire de l'islam qui n'autorise pas une absence de démocratie dans notre pays. Nous n'avons appris l'aspect républicain de personne sinon de l'islam. Notre nation s'appuie sur l'Islam et reconnait son aspect républicain. Notre peuple et notre gouvernement croient que Dieu et le peuple sont tous deux importants. Et Allah le Tout-Puissant, a donné au peuple la possibilité d'avancer dans cette voie. Notre nation, notre gouvernement, notre régime et notre Constitution ont réussi à garantir à la fois l'aspect islamique et l'aspect républicain.


La démocratie dans l’optique de l'Imam Khomeiny

Dans l'école de pensée politique de l'imam Khomeiny, l'être humain est à la fois précieux et digne, puissant et efficace. La conséquence est que la voix du peuple doit jouer un rôle clé dans le destin des individus et la gestion de la société. Par conséquent, la démocratie dans la pensée politique de l'Imam Khomeiny, qui est un principe essentiellement islamique, est une démocratie authentique. Le peuple choisit librement sa voie et ses responsables en s'appuyant sur sa foi et sa volonté.
L'imam Khomeiny estimait aussi qu'il était possible de s'opposer aux puissances agressives du monde en s'appuyant sur la détermination inébranlable du peuple, et il l'a prouvé.
Dans cette école de pensée politique, la démocratie est ancrée dans la religion et présentée dans le verset :

«امرهم شورى بينهم» :

«consulte-les à propos de leurs affaires» Coran 42:38

et le verset :

«هو الذى ايدك بنصره و بالمؤمنين» :

«C'est Lui qui t'a soutenu par Son secours et (l'assistance) des croyants » Coran 8:62


Le modèle de la République islamique en Iran

J'ai souligné à plusieurs reprises que nous devions tirer la forme, l'esprit et les principes de notre régime, de l'islam et non des écoles de pensée étrangères ou des cultures qui ont essayé de promouvoir leurs idées et leurs modèles dans le monde. Ces cultures voulaient que les autres nations acceptent ce qui leur était dicté. Nous ne devons pas accepter que d'autres décident pour nous.
Nous devons avancer dans le sens de nos intérêts et de nos besoins.
Nous devons faire ce que nous pensons être juste et suivre les enseignements islamiques, la justice islamique et le chemin de l'Islam. La démocratie religieuse est la formule que nous avons utilisée pour définir le modèle de la République islamique. La démocratie religieuse signifie que l'objectif est d'appliquer les règles et les enseignements islamiques dans la société.
Si ces règles sont appliquées, il sera possible d'établir une véritable justice sociale. La démocratie est une obligation religieuse dans la République islamique. Les fonctionnaires du gouvernement de la République islamique ont le devoir religieux de la préserver et doivent répondre à Dieu de leurs actions dans ce domaine.


La relation entre le peuple et les responsables gouvernementaux

Dans les nations que nous connaissons, nous ne pouvons en trouver aucune dont la situation et la relation entre le peuple et les responsables gouvernementaux soient similaires à celles de la nation iranienne. En Iran, les relations entre le peuple et les responsables ne se limitent pas à une relation formelle pendant les périodes électorales, sous une forme particulière et avec des objectifs particuliers. La relation entre le peuple et les responsables est une relation enracinée dans les sentiments, la foi et les croyances religieuses, et les gens font confiance à leurs représentants. C'est un point très important qui prouve de façon solide, l'existence de la démocratie dans la République islamique. Cette forme de démocratie dans laquelle les relations entre le peuple et le gouvernement suivent ce modèle, est la meilleure forme de gouvernement populaire.

 
Suivant >

^