Skip to content

Galerie

Photo
Audio

Perspectives

Imam Khomeiny

Biographie
Discours du Guide suprême aux personnalités de Kermânchâh Version imprimable
18/10/2011

Ce qui suit est le texte intégral d'un discours prononcé le 18 Octobre 2011 par l'Ayatollah Khamenei, Guide suprême de la Révolution islamique, lors d'une réunion avec plusieurs personnalités de la province de Kermânchâh.

"Au nom d'Allah, le tout Miséricordieux, le très Miséricordieux

Cette réunion a été une réunion très agréable, très intéressante et mémorable, avec une variété importante et significative d'interventions. J'ai vraiment profité des commentaires qui ont été faits et cette rencontre nous a donné l'occasion de nous informer davantage sur la ville de Kermânchâh, ses personnalités et son potentiel dans la formation des élites. Un des messieurs qui est intervenu à dit que la province de Kermânchâh était "la poitrine large et puissante de l'Iran", ce qui est une métaphore très belle et pleine de sens, à laquelle je tiens à ajouter que Kermânchâh est aussi le beau visage de l'Iran. La science, l'art, la littérature, les efforts révolutionnaires, le sport, l'héroïsme et beaucoup d'autres qualités sont heureusement réunies dans cette province.


Bien sûr, je connaissais certaines figures marquantes de la province de Kermânchâh avant la Révolution y compris le défunt Yadollah Behzâd qui était un de mes anciens amis. À l'époque, il venait fréquemment à Machhad. Il avait un grand talent poétique et était un poète remarquable au niveau national. Il représentait également l'héroïsme caractéristique de la population de Kermânchâh. Il était venu à Machhad alors que j'étais poursuivi par les agents de l'ancien régime. J'avais donc quitté Machhad pour un endroit éloigné et voilà qu'un jour, j'ai vu M. Behzâd et d'autres amis du cercle littéraire de Machhad, venir me rendre visite dans ce contexte dangereux. Il n'était pas vraiment un révolutionnaire mais sa loyauté et son amitié l'avaient poussé à me rendre visite. Ces comportements sont dignes d'éloges.

Avant la Révolution, je connaissais aussi le défunt Keivan Samimi qui était vraiment un grand érudit et un chercheur exceptionnel. En plus d'une biographie qu'il avait écrite sur la vie de Sardar Kabuli, un livre qui était le résultat de travaux de recherches importants et d'observations, il avait également écrit un autre livre dont je ne me souviens pas du titre. [Un membre de l'auditoire dit "Recherche littéraire".] Oui, c'est exact. Le titre était "Recherche littéraire". Cet homme était vraiment au niveau de Mohammad Qazvini et d'autres personnalités saillantes comme lui dans la recherche et les connaissances en littérature, en Histoire et d'autres domaines. C'était vraiment une personnalité exceptionnelle.

J'ai aussi rencontré le regretté M. Nojumi (que Dieu le bénisse) aux premières années de la Révolution, qui était à la fois un faqih, un homme de lettres et un religieux exceptionnel.

Bien sûr, je connaissais aussi les grands religieux de cette province quand j'étais à Qom, comme le regretté Hadj Aqa Mojtaba Hajj Akhund (que Dieu le bénisse), Shahid Hadj Aqa Baha Mohamadi Iraqi et certains autres religieux. Je dois avouer avec regret que les personnalités scientifiques, artistiques et littéraires de Kermânchâh ne sont pas connues comme elles le méritent. Nos responsables gouvernementaux chargés des relations publiques et la radiotélévision nationale (l'IRIB) devraient présenter la province de Kermânchâh de manière plus appropriée, ses élites et les personnalités marquantes de cette région. Une partie du travail concerne l'Histoire de Kermânchâh et une autre partie, la situation actuelle de la province. Heureusement, il y a beaucoup d'aptitudes d'aujourd'hui dont une partie a été présentée dans les discours de nos amis, à cette réunion. Les gens comme le professeur Shamsipour sont vraiment une fierté et non seulement un honneur pour cette province, mais aussi pour le pays. La connaissance de ces gens nous remplit d'espoir. Chacun des chers jeunes qui se sont exprimés dans cette réunion est une source d'espoir dans son domaine, et la promesse d'un avenir meilleur pour le pays tout entier.


Il y a deux jours, lors d'une réunion que j'ai eue à l'université, des jeunes ont pris la parole et fait certains commentaires et propositions que j'ai beaucoup aimés. Il se peut que certaines idées ou aspirations de ces jeunes ne soient pas conformes à la réalité et peuvent sembler ambitieuses, mais c'est une chose favorable d'avoir des jeunes ambitieux qui visent des objectifs élevés et des perspectives lointaines.


Heureusement aujourd'hui, cette détermination et cette motivation existent partout dans le pays. A une époque, ce n'était pas le cas. Sous le régime de Taghut (le régime du shah), le terrain n'était pas prêt pour l'épanouissement des talents et des aptitudes. Il y avait certaines personnes motivées qui poursuivaient personnellement leurs objectifs mais un mouvement national nécessite des bases appropriées et des conditions favorables. C'est encore le cas aujourd'hui. Ces bases et cette ambiance existent mais ce n'était pas le cas auparavant. Par conséquent, nous pouvons espérer que par la faveur d'Allah, nous pourrons avoir dans l'avenir, plus de scientifiques, plus de personnalités littéraires et religieuses, et plus d'artistes grâce à la détermination, l'énergie et les efforts de nos jeunes, de nos hommes et de nos femmes.

Dans les différentes provinces, j'organise des rencontres avec les élites qui sont très importantes pour moi. L'objectif principal de ces rencontres est de rendre hommage à nos personnalités éminentes et de manifester notre respect pour leur travail. Mon intention est d'insuffler le respect dans notre société envers les personnes compétentes et créatives, et ceux qui sont engagés ou sont capables de s'engager dans un projet exceptionnel. Je veux que cela devienne une habitude. Beaucoup de scientifiques font des efforts et donnent des idées pour aider leur pays à faire des progrès, sans attendre de récompenses matérielles. Par contre, ils attendent une appréciation de la part du peuple. Je veux que leurs efforts soient appréciés à leur juste valeur. Cela ne veut pas dire que ma reconnaisse personnelle sait une importance non, je veux que la manifestation de cette reconnaissance devienne une habitude dans notre pays et dans notre société. Je veux que cette reconnaissance se généralise dans la société. Une idée originale ou un effort doit être apprécié et respecté. C'est mon objectif principal.

Heureusement, des idées et des efforts remarquables existent dans toutes les régions du pays. Dans certaines provinces, j'ai découvert à ma grande surprise, qu'un savant avait publié un livre dans mon propre domaine d'intérêt dont je n'avais pas entendu le titre ni même le nom de l'auteur, alors que j'ai lu beaucoup de livres et que je suis au courant de ce qui se publie dans le pays. J'ai été très étonné. Cela montre que nous avons de nombreux trésors qui sont restés cachés. Nous devons les présenter et connaitre les grandes personnalités de ce pays. Les gens doivent les connaître. Cette information et cette familiarisation sont le premier niveau de reconnaissance pour leurs efforts. De cette manière, le deuxième objectif de l'organisation de ces rencontres sera également atteint et consiste à proposer des modèles.


Aujourd'hui les différentes sociétés tentent de créer et de proposer des modèles dans différents domaines. Il y a certaines politiques qui sont consacrées à cette fin. Par exemple, quand vous voyez qu'un androgyne devient soudainement célèbre d'abord dans les médias américains puis dans l'ensemble des médias occidentaux, sans avoir un talent artistique particulier, avec sa biographie et les photos de son apparence masculine et féminine publiées dans les journaux occidentaux à grand tirage, vous ne devez pas penser que c'est un accident. Cela fait partie d'un plan pour créer des modèles, faire dérailler et corrompre les générations. L'Iran n'est pas la seule cible de ces attaques. En voyant ces choses, nous pensons aux objectifs de la publication dans le passé du livre des protocoles du sionisme qui a été traduit en différentes langues dans le monde. L'un d'entre eux annonce que les générations futures de l'humanité doivent être formées en dehors des méthodes et des tendances humaines conventionnelles, et souffrir de dégénérescence morale. Quel est le but ? Cela exige beaucoup de débats et de discussions. C'était un des principes de ceux qui ont promu l'idéologie corrompue et dangereuse du sionisme. Ils veulent imposer des modèles, cela était difficilement croyable les premiers jours, mais est devenu de plus en plus crédible au fil du temps. C'est le pire exemple qui existe mais des efforts de ce genre sont aussi déployés dans d'autres domaines.

Nous avons besoin de présenter des modèles à notre jeunesse et à la jeune génération dans les différents domaines afin que tout le monde ait un modèle à suivre, y compris ceux qui s'intéressent à la science, à l'art, à la littérature, à l'histoire, à l'agriculture, à l'industrie ou à la technologie. C'est une des mesures essentielles que nous devons prendre et dans cette voie, l'organisation de telles rencontres va certainement nous aider.

Un autre point important est que nous devons révéler les talents innés de notre pays et de notre nation non aux étrangers, mais à nous-mêmes. Une des réalités pour prendre conscience de notre situation, est que pendant des décennies, on nous a inculqué l'idée que les Iraniens étaient incompétents et devaient apprendre des autres en les imitant. Ces déclarations étaient communes, quand j'étais jeune. Chaque fois qu'une chose était mentionnée, on disait qu'il était impossible de la construire à l'intérieur du pays. Chaque fois qu'on voulait construire un simple pont il fallait engager un ingénieur étranger. S'ils voulaient construire un barrage, de nombreuses entreprises, des ingénieurs et des experts étrangers devraient être invités, certains construisaient le mur du barrage, d'autres les turbines et d'autres les autres parties. Cette idée était encore vivante aux premières années de la Révolution. Je me souviendrai toujours qu'un jour nous avons décidé de terminer une centrale au gaz qui était restée inachevée avec la Révolution. Nous avons demandé aux responsables de terminer la centrale. Ils sont venus me voir et m'ont dit que cela était impossible. J'étais Président à cette époque. Ils ne croyaient pas en être capables. Eh bien, aujourd'hui, nos ingénieurs et nos jeunes construisent les centrales électriques les plus modernes. Aujourd'hui, nous pouvons même construire des centrales nucléaires. Ces talents n'avaient pas été exploités.


Ils ont travaillé sur cette question pendant de nombreuses années. Il y a environ 150 ans, lorsque la culture occidentale et les manifestations de la civilisation occidentale et des progrès technologiques occidentaux sont entrés dans notre pays, cette idée a été progressivement inculquée dans les esprits. On déclarait et martelait que les Iraniens étaient des gens incompétents. Ils avaient oublié que notre Histoire était celle d'un grand héritage scientifique. A l'époque où rien ne se passait dans le monde occidental, où les Occidentaux brûlaient les savants ou les accusait de magie, et où l'obscurantisme régnait sur la science en Europe - et il y a beaucoup de choses à dire à cet égard- notre pays était à la pointe des inventions et des activités scientifiques. Ces avancées appartiennent au monde de l'islam mais l'Iran était à tête des pays islamiques dans les progrès scientifiques, en philosophie, en logique, en études religieuses, en jurisprudence islamique et en science des hadiths. La majorité des livres sur les hadiths, chiites et sunnites, a été écrite par les Iraniens, les écrivains iraniens, les experts de hadiths et les jurisconsultes iraniens. Les Iraniens ont aussi écrit des livres sur les sciences naturelles, la médecine, la pharmacie, l'ingénierie, l'astronomie et d'autres sciences. C'est notre Histoire et elle est révélatrice des talents exceptionnels de cette partie du monde. Pourquoi devrions-nous oublier ces choses ? Cependant nous l'avons oublié. Aujourd'hui, nous voulons montrer que ces accusations d'incompétence sont erronées.


Bien sûr, j'ai dit à plusieurs reprises que les Iraniens sont plus doués que la moyenne mondiale. Au début, mon commentaire pouvait être pris pour un slogan alors qu'il est fondé sur des informations exactes. Certaines personnes pensaient que c'était un slogan mais heureusement, la vérité s'est peu à peu révélée.


Nos progrès rapides scientifiques qui ont été mentionnés dans cette rencontre, sont une réalité indéniable et je l'ai à plusieurs reprises souligné. Mes propos se fondent sur des statistiques internationales. Il est vrai que scientifiquement parlant, le niveau que nous avons atteint est actuellement inférieur à ce qui a été réalisé dans le monde mais cela vient de notre retard historique. Nos progrès sont très rapides et plusieurs fois plus rapides que la moyenne mondiale. Si nous continuons à cette vitesse ou au mieux, arrivons à augmenter notre vitesse, nous allons certainement atteindre les frontières de la science et même les dépasser. Cela va certainement se passer. Nos jeunes doivent y croire. Aujourd'hui nos jeunes prennent la parole, font des commentaires, proposent de nouvelles perspectives et font de nouvelles suggestions. D'éminentes figures de la science, de l'art, de la calligraphie et d'autres domaines, prennent la parole et présentent de nouvelles idées et de nouveaux commentaires. Ces choses doivent être reflétées pour que la confiance de la jeunesse dans notre pays se renforce encore davantage.


Un autre point que je voudrais aborder est le rôle des qualités exceptionnelles, intellectuelles et scientifiques, d'une société, dans l'épanouissement humain. Actuellement, ce n'est pas le cas dans le monde. Aujourd'hui, ni la science, ni l'art ne sont au service de l'épanouissement humain. Par exemple, le cinéma est une forme d'art et Hollywood est un grand centre d'art cinématographique dans le monde. Dans quelle mesure cette organisation artistique internationale contribue-t-elle au développement de la spiritualité et de l'espoir ? Ce qu'elle fait va dans le sens opposé. Nous ne pouvons même pas dire qu'elle est neutre, pire encore, sa contribution est négative. Elle travaille à l'encontre des fondements éthiques et intellectuels, et de l'épanouissementhumain. Aujourd'hui, l'art n'est pas au service de l'épanouissement humain dans le monde. C'est la même chose pour la science qui est au service du capitalisme et de ceux qui accumulent les richesses. Le savoir humain est au service de ceux qui possèdent de grandes entreprises, de ceux qui déclenchent des guerres, qui tuent les gens et commettent des massacres. La science est au service de ces individus. La science n'est pas au service du peuple opprimé d'Afghanistan. La science proposée à l'Afghanistan se résume à des avions qui survolent l'Afghanistan et larguent des bombes sur son peuple. La science qui a fait son entrée en Irak, était celle des armes chimiques qui ont donné lieu à la tragédie d'Halabcheh. C'est la contribution de la science aux intérêts de ces pays. C'est également le cas dans les pays occidentaux où la science a accru les richesses d'un groupe de personnes et d'une petite partie de la population occidentale. Cette richesse à son tour, a contribué au progrès scientifique. Mais la science est devenue un moyen de discriminations, de déséquilibre et de régression sociale. Nous devons changer cette situation.

Cela n'est pas dans la nature de la science qui est divine. La science est une bénédiction divine. C'est aussi le cas pour l'art et le talent artistique. Toutes ces choses sont des bénédictions divines. C'est le libre arbitre des êtres humains qui définit le mode d'utilisation de ces bénédictions. La civilisation matérialiste et athée a utilisé ces bénédictions divines pour servir une cause non divine. Des gens pieux de la République islamique et l'ensemble du monde musulman peuvent mettre toutes ces bénédictions au service de la spiritualité. Cela doit être notre objectif. Nous devons mettre ces qualités exceptionnelles de notre société au service de la spiritualité dans le monde.

Je voudrais rappeler un dernier point car nous approchons du temps de la prière. Heureusement, nous sommes témoins de l'existence de grandes capacités et de grands talents dans le pays. Nous devons en être reconnaissant et bien les utiliser. C'est une des tâches les plus importantes du gouvernement. Aujourd'hui, on a proposé que des professeurs d'universités se réunissent pour que le pays puisse profiter de leurs travaux. C'est une excellente suggestion. C'est aussi le cas pour nos jeunes élites. La Fondation Nationale des Elites qui fait heureusement de bons efforts, doit suivre ces suggestions. Nous devons renforcer le mouvement d'innovation dans notre société qui est innovante dans le vrai sens du terme. Par la grâce d'Allah, cela contribuera à de bonnes perspectives pour le pays.

Je suis très satisfait de cette réunion et je prie Dieu qu'Il vous protège tous. Je tiens également à exprimer ma gratitude pour les livres et les essais que vous m'avez offerts et la médaille qui m'a été offerte par une participante. (Référence à Maryam Hashemiforoud, championne de Wushu de Kermânchâh qui a offert au Guide suprême la médaille d'or qu'elle avait remportée aux 11èmes Championnats du monde de Wushu à Ankara en octobre 2011, Ndt) J'espère que vous bénéficierez tous de la grâce et des bénédictions divines.

Que les salutations de Dieu soit sur vous et que la miséricorde d'Allah et Ses bénédictions vous accompagnent !

 
< Précédent   Suivant >

^