Skip to content

Galerie

Photo
Audio

Perspectives

Imam Khomeiny

Biographie
Audience accordée à des anciens prisonniers de la guerre imposée Version imprimable
15/08/2012

"Qods est la question essentielle et primordiale du monde de l'Islam", a fait remarquer le Guide suprême de la Révolution islamique.
Lors d'une audience accordée le 15 aout 2012, à des centaines d'anciens prisonniers de la guerre imposée, l'Ayatollah Khamenei a présenté une nouvelle fois ses condoléances à l'occasion du tremblement de terre qui a secoué la province d'Azerbaïdjan orientale, et ses vœux de rétablissement aux blessés.

L'Ayatollah Khamenei qui parlait au seuil de la journée mondiale de Qods et à l'occasion de l'anniversaire du retour des prisonniers de guerre, a ensuite abordé la question de la Journée de Qods, le dernier vendredi du mois de Ramadan, soulignant que l'occupation des territoires islamiques de Palestine par les Sionistes, a jeté les bases d'une structure difforme au Moyen-Orient et est la source des problèmes des peuples de la région ces dernières décennies.

"Sans ce complot, ces guerres, ces différends et ces ingérences des Arrogants et des puissances hégémoniques n'auraient pas eu lieu", a déclaré l'Ayatollah Khamenei.

"Les Sionistes et leurs complices n'ont reculé devant aucun effort pour que le monde oublie la question palestinienne et le monde de l'Islam doit résister devant ce complot", a ajouté le Guide suprême qui a ensuite rappelé l'intérêt particulier que l'Imam Khomeiny accordait, dès le début du mouvement islamique, à la question palestinienne.

"La victoire de la Révolution islamique a dressé un obstacle historique devant les efforts des puissances hégémoniques pour faire oublier l'usurpation de la Palestine", a réitéré le Guide suprême avant de souligner : "C'est dans ce cadre, qu'ils ont avancé le débat chiite-sunnite et celui du Croissant chiite alors que le peuple palestinien est depuis six décennies sous pression au vu et au su de ces mêmes individus sans qu'on n'entende la moindre voix s'élever".

" N'est-ce pas un crime de présenter la République islamique qui a redonné vie à la question palestinienne, comme un danger pour le monde de l'islam et de rester silencieux face aux crimes des sionistes ?" s'est interrogé le Guide suprême qui a ensuite, insisté sur la résistance de la nation iranienne au complot qui vise à jeter aux oubliettes la Palestine et la ville sacrée de Qods.

"La question de Qods n'est pas pour nous, une question de tactique mais fait partie de nos principes islamiques. Nous considérons la libération de ce pays islamique du joug des usurpateurs sionistes et de leurs supporters internationaux, comme un devoir religieux et il incombe aux autres peuples et gouvernements islamiques d'en faire autant", a précisé le Leader de la Révolution.

"Grâce à Dieu, cette année encore, le peuple iranien en participant massivement aux manifestations de la journée de Qods, portera un coup dur aux ennemis de l'islam et de la Palestine", a déclaré le Leader de la Révolution. Comme nos espoirs pour la victoire de la Révolution et de la guerre imposée, et la libération des prisonniers ont été exaucés, notre espoir de libération de la Palestine sera aussi exaucé et cette terre islamique reviendra à la communauté avec la disparition du régime illégal des sionistes, " a-t-il déclaré.

L'Ayatollah Khamenei a ensuite évoqué le séisme qui a frappé l'Azerbaïdjan de l'Est, un drame qui provoqué la mort de nombreux compatriotes, le qualifiant « d'événement amer et tragique » qui a profondément affligé le peuple iranien. Il a appelé les responsables et le peuple à porter secours aux sinistrés et a également prié pour que Dieu accorde la patience aux familles des victimes.

Le Guide suprême a souligné que les invités de cette réunion, les anciens prisonniers de la guerre imposée, étaient des joyaux de foi qui avait été taillés par ces années d'emprisonnement.

Il a aussi critiqué le peu de travail qui avait été fait dans la présentation et la rédaction des souvenirs des prisonniers de la Défense sacrée. « Il faut écrire des dizaines de livres sur ce sujet et les réalités de la détention de ces combattants, c'est le travail des écrivains et des artistes, des médias et des cinéastes », a-t-il dit.

Dans une autre partie de son allocution, le Guide suprême a décrit les anciens prisonniers de la guerre imposée, comme une réserve et un trésor précieux de l'Islam, de la Révolution islamique et de la nation iranienne. "Il est nécessaire aujourd'hui, de réfléchir sur les promesses divines dans notre combat contre les oppresseurs et ceux qui cherchent à dominer le monde." A-t-il fait remarquer.

"A l'époque où les enfants de ce peuple étaient torturés dans les prisons, aucun espoir de libération n'était visible, mais leur résistance a permis l'accomplissement de la promesse divine et ils sont revenus victorieux dans leur patrie alors que leurs ennemis tombaient dans la poubelle de l'Histoire", a rappelé le Guide suprême avant de faire remarquer qu'aujourd'hui, la nation iranienne devait relever les défis des Etats-Unis et que comme les prisonniers de la guerre imposée, en respectant des directives divines elle obtiendra sans aucun doute et selon les promesses véridiques d'Allah, de grandes victoires.

"Comme le veulent les règles divines, nos décisions, nos positions et nos actions portent leurs fruits dans la nouvelle constitution du monde et l'exemple de ces combattants nous aidera à résister et à ne pas perdre de vue les objectifs. La puissance d'un peuple dépend du combat de ses enfants, et la résistance de ces combattant à mis le peuple d'Iran au premier rang", a conclu l'Ayatollah Khamenei en commémorant à la fin de son discours le souvenir des martyrs de la guerre imposée, particulièrement le défunt Ali Akbar Abou Torabi (considéré comme le chef de file des anciens prisonnier) et Tondguyan (ministre iranien tombé en martyre lors de la Guerre imposée).

Au début de cette réunion, cinq anciens combattants libérés des prisons baasistes, ont raconté leurs souvenirs et les moyens qu'ils avaient trouvés pour subsister dans les prisons de Saddam, et ont évoqué la patience et la résistance historiques des combattants.

 
< Précédent   Suivant >

^