Skip to content

Galerie

Photo
Audio

Perspectives

Imam Khomeiny

Biographie
Discours du Guide suprême aux représentants du gouvernement Version imprimable
24/07/2012

Ce qui suit est le texte intégral d'un discours prononcé le 24 Juillet 2012, par l'Ayatollah Khamenei, Guide suprême de la Révolution islamique, lors d'une réunion avec des responsables gouvernementaux.

Au nom d'Allah, le très Miséricordieux, le tout Miséricordieux

"Louange à Allah, Seigneur de tous les êtres, et que la paix de Dieu et Ses salutations soient sur notre maître et prophète, Abel-Qassem Al-Mustafa Mohammad (AS) et sur les membres de la sainte famille (AS) en particulier celui qui représente le trésor d'Allah sur terre.

Je souhaite la bienvenue à tous les chers frères et sœurs, et aux honorables fonctionnaires des différents organismes du pays. Je voudrais également remercier le Président de la République islamique pour le bon rapport qu'il nous a présenté.

Au début de mon discours, je tiens à souligner la nécessité d'apprécier l'opportunité qui nous a été fournie dans ces journées et ces nuits [du mois de Ramadan]. Nous devons tirer le meilleur parti de ces heures et de ces jours et nuits de jeûne, en renforçant notre relation avec le monde spirituel et le monde de l'invisible. Nous devons tirer le meilleur parti de ces journées et de ces nuits, en priant Dieu le Tout-Puissant de façon humble et en renforçant notre lien avec les vénérés membres de la famille prophétique (AS). C'est la base de toutes les bonnes actions que peut faire un être humain pieux qui se bat pour l'amour de la vérité et de la justice. Si nous ne parvenons pas à profiter de ces heures et de la possibilité qui a été mise à notre disposition, nous le regretterons plus tard.

«و انذرهم يوم الحسرة اذ قضى الأمر و هم فى غفلة و هم لا يؤمنون»
"Et avertis-les du jour du Regret intense, lorsque la question aura été décidée alors qu'ils sont (maintenant) inconscients et n'y croient pas"
[Coran 19: 39]

Ces opportunités sont perdues à cause de la négligence et d'un manque de foi que regretterons le jour où nous serons interrogés sur toutes les heures et les minutes de notre vie, sur chaque mouvement que nous avons fait et chaque mot que nous avons prononcé. A ce moment-là, il sera trop tard pour faire quoi que ce soit : «La question aura été décidée ». Le jour où nous comprendrons ce que nous avons fait, tout aura été décidé.

Dans son livre "Muraqibat", le défunt Hadj Mirza Javad Agha Maleki (Que sa demeure soit au paradis) a écrit quelques phrases sur les nuits de Qadr que je voudrais citer dans cette réunion. Bien entendu, ce qu'il a dit est toujours valable mais ces phrases étaient en rapport avec les nuits de Qadr. Je cite :

«فاعلم يقينا انّك ان غفلت عن مثل هذه الكرامة و ضيّعتها باهمالك»
«Sache bien que si tu négliges une chose de ce genre tu l'as ruinée par ta négligence»

puis il dit :

«و رأيت يوم القيامة ما نال منها المجتهدون»
« Tu verras le Jour du Jugement, ce qu'ont gagné ceux qui ont profité de cette bénédiction ».

Le Jour du Jugement dernier, lorsque la réalité intérieure de vos actions sera devant vos yeux, vous verrez les actes que vous auriez pu accomplir mais que vous n'avez pas accomplis, les paroles que vous auriez pu dire et qui aurait profité à autrui mais que vous n'avez pas dites, les pas que vous n'avez pas franchis et qui auraient profité à ceux qui étaient dans le besoin. A la vue de la grande récompense qu'Allah le Très-Haut, accordera à ceux qui en ont pris la peine et ont réalisé ces petites choses, nous nous rendrons compte que nous nous sommes privés d'une grande récompense. Lorsque vous serez témoin de la grande récompense accordée à la personne qui a fait tel ou tel acte, a pris telle ou telle mesure, et effectué telle ou telle obligation religieuse, le défunt Hajj Mirza Javad Agha Maleki dit :

«ابتليت بحسرة يوم الحسرة»
« Tu souffriras du regret de la Journée des Regrets ».

À ce moment-là, vous regretterez de ne pas avoir fait ces actes. Comme le regret sera grand ! Nous penserons alors : «Si seulement j'avais fait cela, si j'avais franchi cette étape, si j'avais dit cela. Si seulement j'avais refusé de faire ou de dire cela», Hajj Mirza Javad Agha Maleki dit aussi que le regret "la Journée du Regret" n'est pas un regret ordinaire comme ceux que nous connaissons parfois dans ce monde. Il y a une énorme différence entre le regret dans ce monde et le regret dans l'autre monde.

«الّتى تصغر عندها نار الجحيم و العذاب الأليم»
«Certes, ce regret leur rendra le grand feu de l'enfer et le châtiment insignifiants»

Ce regret sera si fort et si douloureux qu'il nous fera oublier le feu de l'enfer. En d'autres termes, le regret sera comme du plomb fondu qui remplira notre corps.

«فتنادى فى ذلك اليوم مع الخاسرين النّادمين يا حسرتى على ما فرّطت فى جنب اللّه
« Et tu crieras ce jour-là comme ceux qui regrettent, en te reprochant : «Malheur à moi, pour mes manquements envers Allah ».
[Coran 39: 56]

Alors dit-il «و لا ينفعك النّدم», « le regret ne te profitera aucunement » et te sera inutile.
Vous bénéficiez de la vie et beaucoup d'entre vous, profitez aussi de la bénédiction de la jeunesse. Chacun d'entre vous ou la majorité d'entre vous, a un dynamisme et des capacités physiques et intellectuelles. Vous pouvez travailler. Vous pouvez profiter de ces heures bienheureuses. Vous pouvez bénéficier de ces nuits, de ces prières, de ces invocations, de ces veillées et de ces prières nocturnes. Parfois, une petite chose provoque une récompense si grande que cela semble incroyable dans les cadres matérialistes dans lesquels nous vivons. "Ils n'y croient pas" alors que c'est une réalité. Une occasion vous a été fournie pendant le mois de Ramadan ainsi que l'occasion de servir. Vous assumez certaines responsabilités et vous avez la possibilité de rendre service. Vous avez la possibilité de gérer et de travailler. Il est nécessaire de tirer le meilleur parti de ces possibilités. Profitez du temps et des différentes possibilités qui sont à votre disposition. Vous recevrez certaines récompenses spirituelles et matérielles pour toute action que vous faites pour le progrès de ce régime et de ce pays islamique et divin, alors que le Jour du Jugement dernier, certains regretteront quand ils verront des récompenses dont ils seront privés. C'est ce que je voulais dire et je crois que c'est l'aspect principal de mon discours aujourd'hui. Personnellement j'ai besoin de suivre ces conseils plus que tout autre. J'espère qu'Allah le Très-Haut nous donnera à tous cette occasion.

Le point sur lequel il est nécessaire d'insister dans la réunion d'aujourd'hui, est que les aptitudes et les capacités de la nation iranienne dans la sauvegarde de la Révolution sont si grandes et si importantes qu'on pourrait même dire qu'elles ne sont pas moins importantes que la Révolution elle-même. Au cours des 33 dernières années, la nation iranienne a réussi à les préserver. Jetez un coup d'œil sur les révolutions qui ont eu lieu récemment dans la région en un an et demi. D'un point de vue général, vous pouvez dire si elles vont dans la bonne direction ou non. Les ennemis et les puissances arrogantes et particulièrement le régime sioniste, les États-Unis et d'autres gouvernements occidentaux font tout pour contrôler ou faire dérailler ces révolutions. Voyez le grand défi auxquels ces révolutions sont confrontées.

Compte tenu de ces défis, nous nous rendons compte qu'une grande réussite a été accomplie dans notre pays où la Révolution a été maintenue dans la bonne voie et dans le sens de ses idéaux. Elle n'a pas été déraillée ni ne s'est écartée des valeurs et de ses idéaux, et a continué sa progression alors que notre Révolution était confrontée à de nombreux défis et à des menaces croissantes. Les défis auxquels notre Révolution et notre pays ont été confrontés dès le début, sont devenus de plus en plus complexes. Il y a eu des assassinats, des conflits ethniques, une guerre, des sanctions et un boycott. Plus nous avancions, plus les menaces des ennemis et des adversaires de la République islamique devenaient complexes. Les événements du mois de juillet 1999 et de juin 2009 [les événements postélectoraux ndt.] sont différents modèles de menaces auxquelles notre Révolution, notre pays et notre nation ont été confrontés. Malgré cela, notre nation avance sur sa voie de manière inébranlable. Ce sont des choses que nous devons avoir à l'esprit aujourd'hui et dans l'avenir. Cela nous aidera dans les étapes et les tournants difficiles, et les péripéties de ce trajet.

Dans ce mouvement de 33 ans et la leçon que la Révolution et notre magnanime Imam nous ont donnée, les grands idéaux de l'Islam n'ont pas été ignorés. Une attention a également été accordée aux réalités de notre société et du monde dans son ensemble. Cela nous a permis de continuer ce mouvement de conciliation entre l'idéalisme et le réalisme que certains considéraient comme impossible. Ils ont beaucoup écrit et parlé à ce sujet. On peut encore entendre ça et là, que l'idéalisme n'est pas compatible avec le réalisme et les réalités qui existent dans la société et dans le monde. Ces gens-là confondent idéalisme et illusion. Ce que nous voulons dire et sur quoi nous insistons est qu'il n'y a pas de contradiction entre réalisme et idéalisme, entre conscience des réalités de la société et du monde, et poursuite des grands idéaux du peuple d'Iran. Si nous parvenons à combiner idéalisme et réalisme, cela équivaudra dans la pratique, à combiner gestion et combat. Nous pouvons nous engager dans des efforts désintéressés dans un cadre bien établi, et cela nécessite de la perspicacité de la part de la nation et des représentants, et l'unité des cœurs et des discours dans tous les domaines.

Certains prétendent que l'idéalisme n'est pas compatible avec le réalisme. Nous rejetons fermement cette idée. Bon nombre des idéaux de notre société sont des réalités de notre société. Les gens veulent la dignité nationale, mener une vie pieuse, jouer un rôle dans les affaires nationales et la gestion de leur pays comme l'exige la démocratie, faire des progrès et jouir d'une indépendance politique et économique. Ce sont les revendications de notre peuple qui sont les réalités de notre société et parfaitement en accord avec l'idéalisme. Ce ne sont pas des questions subjectives et abstraites, ni des fantasmes ou le fruit de notre imagination mais des réalités qui existent dans notre société. Ce sont les caractéristiques qu'une société pieuse et vivante cherche à acquérir. Une telle société aspire à la dignité nationale, à l'indépendance, au progrès et au prestige international. Ce sont les exigences des gens et elles sont en accord avec nos idéaux. Ces exigences sont des réalités indéniables de notre société. Par conséquent, les réalités peuvent être au service des idéaux. Elles peuvent être en ligne avec les idéaux. Bien sur, l'énumération des idéaux sans prêter attention aux réalités et sans définir des mécanismes raisonnables pour les atteindre, est un travail illusoire et réduirait les idéaux à des slogans vides de sens, mais si les responsables poursuivent les idéaux de manière logique et réfléchie, et si les gens coopèrent, les réalités de notre société seront en accord avec les idéaux. C'est un pilier essentiel et la base de notre mouvement national.

Je voudrais parler brièvement de quelques-unes des réalités de notre société. Il y certaines réalités qui si nous oublions de les inclure dans nos calculs, nous conduiront à faire des erreurs dans nos jugements et dans le choix de notre parcours. Il est nécessaire de voir ces réalités. Bien entendu, aucune des réalités dont je parle ne sont des idées abstraites, mais des réalités évidentes que nous avons devant nous.

Lorsque nous voulons avoir un idéalisme couplé avec un réalisme c'est-à-dire, voir les réalités et régler notre mouvement en fonction de ces réalités, nous devons éviter les possibles erreurs et certains pièges. Le piège est l'illusion c'est à dire considérer comme réelles des choses qui ne sont pas réelles. Les ennemis qui constituent le camp adverse et opposé à notre pays, à notre nation et à notre Révolution, tentent de faire passer des choses irréelles pour des choses réelles et de nous faire accepter comme des réalités évidentes des choses qui ne sont pas réelles. Nous devons prendre soin de ne pas tomber dans le piège de ces "réalités" mensongères qu'ils nous présentent. Par exemple, si nous pensons que nous sommes plus puissants ou moins puissants que nous ne le sommes vraiment, nous allons faire des erreurs. De même, si nous pensons que l'ennemi est plus puissant ou moins puissant qu'il ne l'est vraiment, nous allons faire des erreurs dans nos calculs. Voici quelques-uns des domaines où les ennemis planifient. Dans leur propagande, ils font des efforts pour montrer que nos capacités nationales sont moins importantes que ce qu'elles sont en réalité. Ils ont aussi essayé de faire croire qu'ils étaient plus puissants qu'ils ne le sont en réalité. C'est un piège. Si nous surestimons l'ennemi ou le le craignons plus que nous le devrions, nous allons certainement faire des erreurs dans nos calculs et prendre le mauvais chemin. C'est un des pièges auquel il faut faire attention.

Un des dangers dans l'appréhension des réalités vient de nous-mêmes. Parfois, notre attachement à des choses différentes nous paralyse et nous pousse à prendre des choses irréelles pour des réalités. Ce sont des erreurs qui viennent de notre paresse ou de notre attachement à des questions matérielles.

L'une des erreurs est de penser qu'il est possible de réaliser ses idéaux sans en payer le prix. Nous avons constaté de telles attitudes à l'époque des activités révolutionnaires. Certaines personnes croyaient aux objectifs révolutionnaires mais n'étaient pas prêtes à faire des sacrifices ni à en payer le prix. Il y a encore de telles personnes qui pensent pouvoir atteindre les objectifs sans rien payer. Chaque fois qu'il faut payer, ils prennent un recul qui dans certains cas, les poussent à des erreurs dans leurs calculs et à ne pas suivre le chemin qu'ils devraient suivre face à l'ennemi.

Une autre erreur est de voir certaines réalités et d'ignorer les autres. Cela provoque aussi des erreurs de calcul. Il est nécessaire de voir et d'examiner toutes les réalités.

Je voudrais maintenant mentionner certaines de ces réalités. Je ne prétends les évoquer toutes dans cette réunion, ce n'est qu'une ébauche pour ouvrir les yeux sur les différentes réalités qui existent dans notre pays. Quelle est notre situation ? Où en sommes-nous ? Qu'est-ce que nous avons ? Qu'est-ce qui nous manque ? Mon propre jugement est que les réalités sont très prometteuses. Lorsque nous rassemblons ces réalités et les considérons dans leur ensemble, nous voyons que la nation iranienne se déplace vers ses nobles idéaux. Il y a des problèmes mais pas des impasses. Il suffit de les dépasser. L'objectif du camp opposé à la République et à la Révolution islamique, est de convaincre les gens que notre chemin conduit à une impasse. Ils pensent devoir faire certaines choses, augmenter les pressions et nous imposer un blocus et des sanctions, pour pousser les responsables de la République islamique à réviser leurs calculs. A mon avis, compte tenu des réalités, non seulement nous n'avons pas à réviser nos calculs mais nous devons être plus confiants que jamais dans la justesse de la voie que nous avons parcourue et du chemin que la Révolution islamique nous a ouvert.

L'une des réalités est l'existence de sanctions et de menaces, et cette réalité est plus sensible pour la République islamique que les années précédentes. Notre pays est confronté à une épreuve de force avec quelques puissances et gouvernements arrogants. Comme je l'ai dit à plusieurs reprises, le camp adverse ne représente pas la communauté internationale ni tous les gouvernements ni toutes les nations mais seulement quelques gouvernements dotés d'un système médiatique puissant. Nous devons reconnaître la puissance de leurs médias et de leur propagande. Les Américains et les Occidentaux sont vraiment très forts dans le domaine de la propagande et des campagnes médiatiques pour imposer leurs points de vue. Aujourd'hui, ils essaient d'imposer dans leur propagande, l'idée qu'ils représentent la communauté internationale. Ces quelques gouvernements utilisent leurs moyens médiatiques pour faire croire qu'ils représentent « la communauté mondiale ». Ils mentent. La réalité est qu'ils ne représentent pas du tout la communauté internationale. C'est une autre réalité.

Nous sommes confrontés à quelques gouvernements et pouvoirs arrogants qui ont un certain nombre de partisans qui nous sont également opposés mais qui ne sont pas indépendants et n'ont aucun pouvoir. Ils disparaitraient et ne seraient même pas pris en compte dans les équations internationales si les superpuissances comme les Etats-Unis, cessaient de les soutenir. Cependant, ils suivent actuellement comme des figurants, les Etats-Unis, le régime sioniste et le réseau sioniste international. C'est une réalité qui est en face de nos yeux. La réalité est que ce front s'est constitué après la Révolution et qu'il n'a pas faibli, au contraire. Ils font tout pour imposer cette réalité. C'est un des dangers que j'ai mentionnés. Ils essaient d'amplifier cette réalité et de l'aggraver autant que possible. Nous reconnaissons qu'il existe des pressions et des sanctions, et que derrière ces pressions et ces sanctions, il y a un front économique, politique, sécuritaire et surtout médiatique. C'est une réalité.

Une autre réalité qui va de paire avec la précédente, est qu'ils prétendent que cette épreuve de force est due à la question nucléaire et à celle des droits de l'homme. C'est est un mensonge. Tout le monde sait que c'est un mensonge et il n'y a personne dans le monde qui croit que les Etats-Unis cherchent à défendre les droits de l'homme et des nations, ou que le régime sioniste qui commet un génocide et tue des enfants, veuille établir la démocratie dans les autres pays. Le dossier des Etats-Unis, du régime sioniste et des puissances qui ont déployé leurs forces contre la République islamique, est épouvantables en ce qui concerne les droits de l'homme, des nations et des êtres humains. Soixante ans de génocide en Palestine ne représentent-ils pas une violation des droits de l'homme ? Fournir au régime des occupants sionistes des armes atomiques, n'est-ce pas un danger pour la paix mondiale ? Ceux qui agissent de la sorte peuvent-ils prétendre être des partisans de la paix mondiale ? Fournir à une personne comme Saddam Hussein, des armes chimiques, n'est-ce pas une violation des droits de l'homme ? Les crimes commis par les Américains, les Occidentaux et les Anglais à Abu Ghoraib, à Guantanamo, en Afghanistan, en Irak et dans d'autres régions du monde ne jettent-ils pas un doute sur leurs déclarations de soutien aux droits de l'homme ? Par conséquent, leur affirmation selon laquelle ils sont opposés à la République islamique à cause des droits de l'homme est un pur mensonge de même que leur affirmation selon laquelle ils sont opposés à la République islamique à cause d'un soi disant danger nucléaire. Au début, nous l'avons émis comme hypothèse mais au cours des négociations internationales, nous avons vu qu'ils savaient eux-mêmes, que la République islamique ne cherchait pas à produire des armes nucléaires. Ils croient et savent que la République islamique n'est pas à la recherche des armes nucléaires, ce qui est vrai d'ailleurs, mais continuent à brandir la menace des armes nucléaires. Par conséquent, l'affirmation selon laquelle ces pressions, ces sanctions, ce blocus et ces hostilités sont dues à la question des armes et de la technologie nucléaires, n'est qu'un mensonge. La fausseté de cette affirmation est aussi une réalité.

La vérité est que leur opposition vient de l'essence de la Révolution et de l'existence de la République islamique. Ils gouvernaient dans la région sans souci. Ils avaient le plein contrôle sur un pays comme l'Iran, avec ses riches ressources et ses nombreuses facilités. Ils y faisaient tout ce qu'ils voulaient et prenaient les décisions qu'ils voulaient. Ils utilisaient toutes les installations de notre pays pour atteindre leurs propres objectifs mais maintenant, ils sont privés de toutes ces possibilités. Ce n'est pas la seule raison. Notre mouvement a aussi motivé le monde de l'Islam et aujourd'hui, nous pouvons en voir les signes en Afrique du Nord, au Moyen-Orient et même dans tous les pays et toutes les nations. C'est cela qui les ennuie. La République islamique est le centre de gravité de ces réalités. Ils veulent lui nuire et en faire un exemple pour les autres. C'est leur véritable motif et une autre réalité.
Une autre réalité est que les défis auxquels la République islamique est actuellement confrontée, ne sont pas nouveaux. Ce n'est pas une analyse abstraite mais une réalité concrète. Tout le monde peut le constater. A une période, nos pétroliers et nos navires étaient attaqués dans le Golfe Persique, le terminal pétrolier de l'île de Khark était bombardé et l'ennemi larguait ses bombes sur tous nos centres industriels. Ce sont les choses dont nous avons été témoins et des épreuves que nous avons vécues, cela n'a rien de nouveau pour nous. Aujourd'hui, ils n'ont pas le courage de s'approcher de la République islamique, cela est une autre réalité dont je parlerai plus tard. A une époque, ils osaient le faire et venaient dans la région pour nous attaquer. La guerre avec Saddam Hussein n'était pas seulement une guerre menée contre nous par un gouvernement. C'était une coalition internationale contre nous. Par conséquent, les défis, les menaces, leurs déclarations, les affaires qu'ils mentionnent et leur propagande ne sont pas des nouvelles choses pour la République islamique. Ceci est une autre réalité.

Une autre réalité est que la République islamique a franchi toutes ces épreuves et ces étapes difficiles. Ne les avons-nous pas franchies ? Avons-nous cessé de progresser ? Ont-ils réussi à nuire à la République islamique ? Ont-ils réussi à saper les idéaux et les principes de la République islamique ? Ils n'ont pas pu le faire et ceci est une autre réalité. Nous devons toujours avoir ces réalités à l'esprit.

Une autre réalité est que nous avons réussi à faire des progrès malgré les menaces. Au cours de ces années, nous avons progressé dans tous les domaines, dans les domaines scientifiques, dans les technologies dont notre pays a besoin, dans le domaine de la médecine, des transports, de l'approvisionnement en eau, du logement et de la construction de routes. Monsieur le Président a présenté quelques statistiques dans la réunion d'aujourd'hui. En dépit de toutes ces pressions, le pays a fait des progrès constants au cours de toutes ces années. Dans le domaine des technologies importantes, exclusives et uniques, comme le laser, la nanotechnologie, les cellules souches et l'industrie nucléaire, nous avons fait des progrès constants. La République islamique a réalisé ces progrès en dépit de toutes ces menaces, de ces sanctions, de ces menaces militaires et sécuritaires, et des mesures politiques des ennemis. Ceci est une autre réalité. Ce n'est pas une analyse abstraite. Ce sont des choses concrètes que nous avons devant les yeux. Et vous, chers représentants du gouvernement, vous le savez mieux que tout autre.

Une autre réalité est que par rapport aux premières années après la Révolution, le pays est devenu beaucoup plus résistant aux défis et aux menaces. En comparaison avec les premières années, nous sommes aujourd'hui beaucoup plus puissants face aux menaces. Nous sommes devenus plus confiants et heureusement, notre soumission à Allah le Très-Haut, n'a pas diminué. Nos capacités concrètes et tangibles, ont augmenté par rapport au passé. Les puissances mondiales ont tout mis en œuvre mais admettent qu'elles sont dans l'impasse et incapables de faire avancer leurs projets.

Une autre réalité est que la croissance du camp adverse s'est affaiblie au cours de ces années. Si nous considérons les Etats-Unis et le régime sioniste comme les deux principaux représentants du camp adverse, et les pays occidentaux comme leurs alliés, il est évident qu'ils se sont tous affaiblis. Aujourd'hui, le régime sioniste est beaucoup plus faible qu'il y a 20 ou 30 ans. Les événements qui ont eu lieu en Afrique du Nord et en Égypte, l'ont considérablement affaibli. Le régime sioniste souffre de problèmes intérieurs et de problèmes sans fin en dehors de ses frontières. Les Etats-Unis aujourd'hui, ne sont plus les Etats-Unis de l'époque de Reagan. Ils se sont beaucoup affaiblis aussi. Vous voyez ce qui leur est arrivé en Irak et en Afghanistan, où la situation empire chaque jour. Ils ont échoué dans leur politique au Moyen-Orient. Ils ont été vaincus dans la guerre de 33 jours menée par leur agent, le régime sioniste. Dans la guerre de 22 jours, dans la bande de Gaza, les sionistes n'ont pas réussi à vaincre un million de personnes sans défense. Ce sont des réalités très importantes. Par conséquent, ils sont devenus beaucoup plus faibles qu'il y a 20 ou 30 ans et ceci est une autre réalité.

Une autre réalité est que les régimes opposés à la République islamique sont confrontés à une crise économique insoluble. Les quelques gouvernements occidentaux arrogants et leurs alliés sont en crise. À cause de cette crise économique qui existe en Europe, l'Union européenne est en danger. La zone euro est en danger. Il en est de même aux Etats-Unis qui connaissent un important déficit budgétaire, un endettement massif, des pressions populaires et le mouvement anti-Wall Street qui se nomme "le mouvement des 99%". Ce sont des événements importants. Bien entendu, les conditions de l'Europe sont pires que celles des Usa. Quelques gouvernements européens ont déjà chuté et plusieurs pays européens souffrent d'instabilité.

Leurs problèmes sont différents des nôtres. Les problèmes économiques et la crise économique en Europe sont différents des problèmes économiques que nous pouvons éventuellement rencontrer. Nos problèmes sont comme les problèmes d'un groupe d'alpinistes sur un chemin difficile, bien sûr, il y a des problèmes. Parfois, ils ont besoin d'eau et de nourriture. Parfois, ils doivent faire face à certains problèmes. D'autres fois, ils rencontrent certains obstacles. Mais le point important, est qu'ils sont en train de monter. Nos problèmes sont de cette nature. Par contre, la situation des Européens est comme celle d'un bus coincé sous une avalanche. Depuis de nombreuses années ils ont préparé à leur insu, le terrain à ces problèmes. Les distances entre les classes sociales, le règne de l'usure dans les relations économiques, le pouvoir des capitalistes et l'influence des sionistes, matérialistes et usuriers, ont causé tous ces problèmes. C'est une avalanche qui les a frappés. Par conséquent, leurs problèmes sont très différents des nôtres et ceci est une autre réalité.

Les événements qui ont eu lieu en Afrique du Nord et dans notre région sont une autre réalité. Dans certains endroits, ces événements ont donné lieu à un changement de régime. Dans certains autres endroits, ces événements n'ont pas abouti à un changement de régime, mais à une possibilité de changement. Je ne vais pas m'attarder sur les détails de cette question.

Une autre réalité est la puissance croissante de la République islamique. Nous sommes un pays puissant. Nous sommes un pays riche et puissant. En termes de ressources naturelles, nous sommes un des premiers pays dans le monde. En termes de certaines ressources naturelles, nous occupons le premier rang dans le monde. En termes de ressources en pétrole et en gaz naturel, nous occupons le premier rang dans le monde. Nos ressources en pétrole et en gaz sont plus grandes que celles de tout autre pays dans le monde. En termes de ressources essentielles et de mines, notre pays est très riche. En termes de forces humaines qui est un facteur très important, nous avons une population de 75 millions de personnes.

Je voudrais profiter de cette occasion pour dire que la population jeune, dynamique et instruite de ce pays, a été un facteur important de progrès dans notre pays. Vous pouvez voir le rôle de notre jeunesse instruite, consciente, dynamique et énergique dans les statistiques qui ont été présentées. Nous devons revoir notre politique de contrôle démographique. Cette politique était juste à une certaine époque et certains objectifs avaient été spécifiés. Selon les études réalisées et déclarées par des experts et des personnes bien informées, nous avons atteint les objectifs de notre politique de contrôle démographique en 2002. Nous aurions du changer de politique après 2002. Nous ne l'avons pas fait et cela a été une erreur que nous devons réparer. Nous ne devons pas laisser vieillir notre population et perdre le modèle jeune de population que nous avons aujourd'hui et qui selon les experts, disparaitrait si nous continuions de la sorte. Ce ne sont pas des discours abstraits. Ils sont fondés sur un travail de savants et d'experts. Aujourd'hui, nos jeunes constituent une partie importante de notre population mais si nous continuons comme cela, la jeunesse de notre population laissera la place à une populaiton vieille dont le taux de croissance va diminuer car le vieillissement de la population s'accompagne d'une diminution du taux de natalité. Les experts m'ont montré qu'à cette époque, notre population sera inférieure à ce qu'elle est actuellement. C'est un danger. Nos responsables doivent envisager des actions et suivre sérieusement ces questions. Il est nécessaire de réviser notre politique de contrôle démographique et de prendre les bonnes décisions. La croissance démographique est une question importante et il est nécessaire que non seulement le gouvernement mais aussi les religieux et les orateurs, sensibilisent le public sur cette question. Il faut mettre un terme à cette habitude dans le pays d'avoir seulement un ou deux enfants. L'Imam Khomeiny a dit que nous devions avoir une population d'environ 150 ou 200 millions d'habitants. Il avait raison, nous avons besoin d'atteindre ce chiffre.

Une autre réalité est que chaque fois que nous avons fait preuve de souplesse envers l'ennemi et avons reculé pour certaines raisons, l'ennemi est devenu plus audacieux. Par exemple, à une époque, nous avons dit que nous ne devions pas donner à l'ennemi des prétextes et à une autre époque, nous avons dit que nous devions dissiper ses soupçons. Le jour où les déclarations de nos responsables gouvernementaux ont été contaminées par la flatterie de l'Occident et de la culture occidentale, ils nous ont qualifiés « d'axe du mal ». Qui a dit cela ? Celui qui était lui-même l'incarnation du mal. L'ancien Président des États-Unis qui était l'incarnation du mal, a qualifié l'Iran "d'axe du mal". Quand est-ce que cela est arrivé ? Quand nous avons flatté à plusieurs reprises, l'Occident, les Etats-Unis et d'autres pays, dans nos discours et nos déclarations. Cela fait partie de leur nature. En ce qui concerne la question nucléaire, à un moment, nous avons collaboré avec eux et avons reculé dans ce domaine, ce qui s'est passé fut une grande expérience pour nous. Ils ont tellement progressé que j'ai dit dans ce même Hosseinieh que s'ils continuaient, j'interviendrais personnellement dans cette affaire et c'est ce que j'ai fait. J'ai dû intervenir. Ce genre de comportement ne nous convient pas du tout.

Nos marches arrière les ont enhardis. A une époque nos représentants du gouvernement auraient été satisfaits s'ils nous avaient permis d'avoir vingt cinq centrifugeuses dans le pays, mais ils ont dit que cela n'était pas possible. Nos responsables ont même baissé le nombre à cinq centrifugeuses, mais ils n'ont pas accepté de même que les trois centrifugeuses que réclamait le gouvernement irnaien. Selon le rapport que vous avez entendu aujourd'hui, nous avons actuellement onze mille centrifugeuses dans le pays. Si nous avions continué à reculer et à faire preuve de souplesse, nous n'aurions jamais fait aucun de ces progrès dans le domaine nucléaire et cela aurait porté atteinte à la vitalité scientifique qui s'est développée dans le pays ces dernières années, au mouvement scientifique, à ces jeunes, à ces innovations, à ces inventions et à ces différentes avancées que nous avons réalisées dans plusieurs domaines. Premièrement, ils auraient trouvé des prétextes pour chacun de ces domaines et deuxièmement, le mouvement et l'industrie nucléaire d'un pays sont le symbole du progrès de ce pays. Ceci est une autre réalité.

Une autre réalité est que si le pays résiste judicieusement aux pressions de l'ennemi - en particulier, aux sanctions et à d'autres tentatives similaires - non seulement leur technique se révèlera inefficace mais il leur sera aussi impossible de répéter de tels actes dans l'avenir. Nous sommes dans une phase passagère et une étape temporaire. Le pays va franchir cette étape. Leurs menaces et leurs sanctions ne bénéficient qu'aux Etats-Unis et au régime sioniste. Les autres gouvernements qui sont entrés dans l'arène l'ont fait par la contrainte ou sous certaines pressions, ou ils l'ont fait en apparence. Il est évident que la contrainte et les pressions ne peuvent pas continuer. Ce genre d'attitudes ne tient qu'un certain temps. La preuve est qu'ils ont été contraints de dispenser une vingtaine de pays de l'embargo sur le pétrole et de sanctions similaires, et les autres pays qui n'ont pas été exemptés, ne veulent pas coopérer et sont aussi désireux que nous le sommes sinon plus, de trouver une solution. Par conséquent, il est nécessaire de résister. Ce sont des réalités tangibles. Aucune des ces réalités que j'ai présentées ne sont des analyses abstraites. Ce sont des choses que nous constatons tous les jours.

En dehors de ces réalités, il y a une autre réalité qui est l'incapacité que nous avons eue de créer en nous-mêmes, les caractéristiques islamiques nécessaires dans le travail et d'autres domaines similaires. Nous souffrons en quelque sorte d'une léthargie qui est un héritage de l'époque de la monarchie et de la dictature. Quand un pays est gouverné par un dictateur, le peuple de ce pays devient paresseux et les potentialités ne sont ni utilisées ni mises en pratique. C'est un héritage de l'époque des dictateurs que nous devons écarter. La capacité de prendre des risques n'existe pas dans tous les secteurs de notre société. Il est nécessaire de prendre des risques en s'appuyant sur Allah le Tout-Puissant, et sur une gestion appropriée. Tout le monde doit être prêt à prendre des risques.

C'est pourquoi j'ai comparé récemment notre situation à celle des batailles de Badr et de Khaybar [aux premières années de l'Islam]. Cela signifie que nous sommes confrontés à des menaces et des défis, mais sans être dans une impasse. Dans la bataille de Badr, les musulmans avaient très peu de ressources mais ils ont remporté la victoire. Les ressources du camp adverse étaient plusieurs fois plus importantes que celles des musulmans. Dans certaines régions, les possibilités du camp de l'islam ne sont pas comparables à celles des ennemis. Dans la bataille de Khaybar, les musulmans ont rencontré certaines difficultés. Ils ont été obligés de tenir un long siège et l'ennemi a résisté énergiquement. Toutefois, les musulmans ont remporté la victoire. Il y a des défis, mais nous avons suffisamment de capacités et de potentialités pour y faire face. Tel est le sens des conditions de Badr de Khaybar. Si nous parvenons à utiliser nos capacités et à diminuer nos faiblesses, nous ferons des progrès.

Il y a un autre point que je voudrais ajouter dans le temps limité dont nous disposons. Chers frères et sœurs, chers représentants du gouvernement, nous devons envisager les questions nationales dans cette perspective, c'est-à-dire avec dans la perspective de nos idéaux et des réalités encourageantes que nous avons devant nous. En ce qui concerne les réalités négatives dont certaines ne sont pas des réalités, nous ne devons pas faire d'erreurs ni sous-estimer le pouvoir de l'ennemi ni faire preuve de négligence. C'est une question essentielle. Travaillez sur cette question et essayez de trouver une solution, comme un mathématicien travaille sur un problème mathématique. Imaginez que vous êtes un mathématicien talentueux et que cette question est un problème de mathématique. C'est la manière dont vous devez affronter ces différentes questions. Heureusement, cet esprit existe dans les différentes organisations du pays et il est nécessaire d'examiner la question de l'économie à partir de ce point de vue.

Il y a quelques années, j'ai proposé l'idée « d'économie de résistance ». Tous ceux qui étaient au courant des différentes questions, pouvaient deviner que l'objectif de l'ennemi était de faire pression sur l'économie du pays. Leurs machinations montraient clairement qu'ils voulaient concentrer leurs efforts sur l'économie de notre pays. Notre économie est un objectif important pour eux. L'objectif de l'ennemi est notre économie, ils veulent freiner notre croissance, saper les efforts pour créer des emplois, perturber et mettre en péril notre bien-être national, créer des problèmes pour les gens, décourager les gens et les éloigner de la République islamique. Tel est l'objectif des pressions économiques de l'ennemi et cela était évident à ce moment-là. On pouvait aisément le comprendre.

Au premier jour de l'année 1386 [2007], j'ai dit dans mon discours au mausolée de l'Imam Réza (AS), que les ennemis ciblaient notre économie. On peut supposer que les slogans annuels étaient les maillons d'une chaine pour constituer un système économique complet avec la réforme des normes de consommation, le rejet du gaspillage, l'intensification des efforts et du travail, la question du djihad économique et enfin le slogan de cette année sur le soutien à la production nationale, au travail et au capital iraniens. Mon but n'était pas d'inventer des slogans temporaires mais des slogans capables d'organiser le mouvement général du pays dans le domaine économique, et de nous aider à progresser. C'est le chemin que nous devons suivre.

La question de l'économie est une question importante. L'économie de résistance est importante. Bien sûr, une économie de résistance a certaines exigences. Charger le peuple de l'économie est une des exigences d'une économie de résistance. Les politiques qui ont été précisées à l'article 44 de la Constitution, peuvent encourager des réformes qui sont nécessaires. Bien sûr, certaines mesures ont déjà été prises mais il est nécessaire de faire plus d'efforts et de renforcer le secteur privé. Le secteur privé doit être encouragé à s'engager dans les activités économiques, notre système bancaire, les organisations gouvernementales et les organismes qui peuvent aider comme le Majlis et le Pouvoir judiciaire, doivent encourager les gens à entrer dans le domaine économique. Diminuer notre dépendance au pétrole est une autre exigence de l'économie de résistance. Cette dépendance est un héritage maléfique qui nous a été transmis il y a cent ans. Si nous parvenons à faire usage de toutes les opportunités qui existent aujourd'hui pour remplacer le pétrole par d'autres activités économiques lucratives, nous aurons accompli le mouvement le plus important en ce qui concerne notre économie. Aujourd'hui, les industries et les entreprises productives de revenus, fondées sur la science et le développement technologique, peuvent combler cette lacune dans une large mesure. Il y a diverses capacités dans le pays qui peuvent être utilisés pour combler cette lacune. Nous devons concentrer nos efforts sur ce domaine et diminuer au maximum, notre dépendance au pétrole.

La gestion de la consommation c'est-à-dire une consommation modérée et sans gaspillage, est un des piliers de l'économie de résistance. Nos organisations gouvernementales et privées ainsi que nos compatriotes et leurs familles doivent prêter attention à cette question. C'est un exemple de djihad. Aujourd'hui, une consommation modérée et le rejet du gaspillage sont sans aucun doute, des exemples de djihads contre l'ennemi. On peut même prétendre que cet acte aura la même récompense que le djihad dans la voie de Dieu.

Un autre aspect de la consommation modérée est la nécessité d'utiliser les produits de fabrication nationale. Toutes les organisations gouvernementales affiliées aux trois branches du gouvernement, doivent éviter de consommer des produits étrangers et nos compatriotes doivent également préférer les produits fabriqués à l'intérieur du pays aux célèbres marques étrangères. Certains d'ailleurs n'achètent des marques étrangères que par snobisme. Les gens eux-mêmes doivent éviter la consommation de produits étrangers.

Je crois que les plans axés sur l'économie de résistance sont réalisables. Le rationnement de l'essence qui a été mentionné lors de la réunion, a été un succès. Si nous n'avions pas mis en œuvre ce plan de rationnement d'essence, aujourd'hui, notre consommation d'essence aurait dépassé une centaine de millions de litres par jour. Ils [les gestionnaires du gouvernement] ont réussi à contrôler le taux de consommation. Aujourd'hui, notre consommation d'essence est à un très bon niveau. Les conditions doivent être telles que nous n'ayons plus du tout besoin des pays étrangers et heureusement, c'est le cas. Ils [les ennemis] avaient l'intention d'imposer des sanctions sur l'essence. L'économie de résistance a rendu inefficaces leurs sanctions dans ce domaine. Il en est de même pour tous les autres produits nécessaires dans le pays.

Le plan de redistribution des subventions gouvernementales a été également une mesure appropriée afin de façonner notre économie nationale. Ces mesures peuvent stimuler la production et l'emploi, et peuvent aussi augmenter le niveau de vie. Ce sont des facteurs qui peuvent stimuler notre production nationale et notre croissance économique, et renforcer le prestige de notre pays. En augmentant sa production, un pays peut atteindre un pouvoir réel et un haut rang au niveau international. Il est nécessaire de prendre ces mesures.

Il faut tirer le meilleur parti du temps, des ressources et des installations disponibles. Il faut tirer le meilleur parti du temps disponible. Heureusement, les projets qui d'habitude, exigeaient de nombreuses années pour être accomplis, sont actuellement achevés par certaines sociétés en moins de deux ans et en dix-huit mois, par exemple. Il est nécessaire de renforcer cela dans le pays.

Il est indispensable d'avancer en fonction de plans et de programmes. Des décisions brusques et des changements continus dans les réglementations sont des attitudes qui nuisent à l'économie de résistance ainsi qu'à la résistance nationale. Le pouvoir exécutif et le Majlis doivent tous deux, prêter attention à ce point et ne pas laisser nos politiques économiques être en proie à des changements inutiles.

Une autre question concerne l'union et la solidarité. Heureusement notre peuple est uni. Cette union est un acquis très important qu'il est nécessaire de sauvegarder. Nous ne devons pas compromettre notre unité. Les désaccords occasionnels entre les représentants du gouvernement inutilement et inconvenablement diffusés dans les médias, nuisent à l'union nationale. Certaines personnes prennent le parti de l'une ou l'autre des deux parties et se mettent à se blâmer les unes les autres. Certains critiquent le pouvoir exécutif, d'autres le pouvoir législatif et d'autres accusent la magistrature. Ils se blâment mutuellement. Ces comportements sont nuisibles. Nos amis, les honorables responsables gouvernementaux, doivent savoir que blâmer les autres pour nos propres problèmes ne nous assure pas du tout l'honneur ni le prestige auprès des gens. Il y a certains problèmes qu'il est nécessaire de résoudre et nous en avons la capacité. Nous ne sommes pas incapables de résoudre nos problèmes. Comme je l'ai dit, ce sont les réalités du pays qui apparaissent.

J'espère que grâce à la bénédiction de ce mois et de ces heures bénies, Allah le Tout-Puissant, accordera Ses bénédictions à notre nation et à nos honorables représentants du gouvernement. Mon Dieu ! Par la bénédiction de Mohammed (SAWA) et de ses descendants, aide le peuple d'Iran et nos responsables à bénéficier pleinement des bienfaits de ce mois béni. Mon Dieu ! Par la bénédiction de Mohammed (SAWA) et de ses descendants, aide la nation iranienne et la République islamique à vaincre leurs ennemis sur tous les fronts. Mon Dieu ! Par la bénédiction de Mohammed (SAWA) et de ses descendants, réprime et écrase les alliés des ennemis de la sainte République islamique et de l'honorable nation iranienne. Mon Dieu ! Purifie nos cœurs des sentiments impurs. Mon Dieu ! Fais-nous bénéficier des prières de l'Imam du Temps (que nos âmes lui soient sacrifiées). Aide-nous à mériter les prières de cette honorable Imam. Mon Dieu ! Fais que ce nous avons dit, ce que nous avons fait et ce que nous avons entendu servent Ta cause et accepte-les généreusement de notre part.

Que les salutations et la miséricorde d'Allah soient sur vous et que Ses bénédictions vous accompagnent !

 
< Précédent   Suivant >

^