Skip to content

Galerie

Photo
Audio

Perspectives

Imam Khomeiny

Biographie
Audience accordée aux membres du Conseil des Experts Version imprimable
06/09/2012

Dans son discours aux membres du Conseil des experts, dans la matinée du jeudi 6 septembre 2012, l'Ayatollah Khamenei a estimé que les conditions du pays étaient dans l'ensemble, dans un état de progrès favorable. Le Guide Suprême de la Révolution islamique a fait allusion à la tenue du 16ème sommet du Mouvement des pays Non-alignés (MNA) à Téhéran, et déclaré : « Par ignorance, les ennemis du peuple iranien ont fait de ce sommet une guerre diplomatique contre la République islamique d'Iran, dont le résultat a été un lamentable échec».

Le Guide Suprême de la Révolution Islamique a estimé qu'il était nécessaire d'avoir une évaluation juste et rationnelle de la situation du pays, ajoutant : « L'évaluation des questions sous différents angles, montre que les conditions sont favorables et appropriées pour montrer la grandeur de l'Islam ».

L'Ayatollah Khamenei a souligné : « La réussite du sommet du Mouvement des Non-alignés à Téhéran est un exemple des conditions favorables du système idéologique que la République islamique d'Iran a présenté au monde».

Estimant que l'organisation du sommet du MNA à Téhéran avait été une occasion pour montrer la puissance et la grandeur de la République islamique d'Iran, il a précisé : « Cette grandeur vient de l'idée que l'imam Khomeiny a fait naître et développée dans le pays, sur la base de l'Islam. »

Le Guide suprême de la Révolution Islamique a ajouté : « Le sommet des pays membres du mouvement des Non-alignés à Téhéran, aurait pu se dérouler de manière ordinaire comme toutes les conférences internationales mais les conditions politiques internationales, le lieu et le moment de son organisation ainsi que l'ignorance des ennemis malveillants du peuple iranien ont fait de ce sommet un phénomène important et influent dans le monde, et l'occasion d'une guerre diplomatique contre la République islamique d'Iran».

L'Ayatollah Khamenei a précisé : «Ils ont essayé par leur propagande, de contraindre la République islamique d'Iran à s'autocensurer au cours du Sommet et à s'abstenir d'énoncer ses positions sur le régime sioniste, mais la grandeur du sommet était telle que tous leurs efforts ont été vains».

Le Guide Suprême de la Révolution islamique a estimé que la participation de deux tiers des pays du monde au sommet de Téhéran, avait encouragé l'annonce de positions qui ne sont pas formulées dans les autres conférences internationales.

« Les positions avancées par certains chefs d'Etat et délégations participant au sommet de Téhéran qui critiquaient la structure de l'ONU, du Conseil de Sécurité et la dictature internationale dans le monde, étaient sans précédent», a-t-il souligné.

Le Leader de la Révolution islamique a estimé que le sommet des Non-alignés avait neutralisé la propagande et les vociférations sur les sanctions, ajoutant : «Les chefs d'Etat et les délégations participant au sommet, ont constaté de près, le cours de la vie dans la capitale iranienne et d'autres villes du pays, et ont mené des négociations en marge du sommet avec les responsables iraniens au sujets de différents accords».

Mettant l'accent sur le résultat de la guerre diplomatique lancée par les ennemis du peuple iranien qui selon le Guide suprême a été un lamentable échec, son Eminence a souligné : « Le succès, la gloire et la grandeur du sommet de Téhéran étaient tels que les ennemis du régime islamique et leurs médias ont été paralysés et obligés de reconnaitre la réalité».

Faisant allusion aux titres employés par les médias occidentaux comme « La gifle iranienne au visage des ennemis » et « La réplique de l'Iran à ceux qui voulaient l'isoler », l'Ayatollah Khamenei a indiqué : «D'après les enseignements coraniques, toute action qui irrite l'ennemi est considérée comme une œuvre pie, par conséquent, l'organisation réussie du sommet du Mouvement des Non-alignés à Téhéran, a été une œuvre louable».

Il a souligné : «Dans différentes questions dont les questions intérieures, il faut veiller à ce que nos erreurs de jugement ne nous mènent pas à de mauvaises analyses. A mon avis, les conditions du pays sont bonnes et dans l'ensemble, en progrès. Certes il y a peut-être des carences dans les questions d'organisation et idéologiques, mais cette évaluation est formulée d'après les conditions réelles du pays et en tenant compte à la fois, des points forts, des progrès et des carences».

 
< Précédent   Suivant >

^