Skip to content

Galerie

Photo
Audio

Perspectives

Imam Khomeiny

Biographie
Discours du Guide suprême aux familles des martyrs et des anciens combattants de Kermânchâh Version imprimable
13/10/2011

Ce qui suit est le texte intégral d'un discours prononcé le 13 Octobre 2011, par l'Ayatollah Khamenei, Guide suprême de la Révolution islamique, lors d'une réunion avec les familles des martyrs et des anciens combattants de la province de Kermânchâh, dans l'ouest du pays.

Au nom d'Allah, le très Miséricordieux, le tout Miséricordieux

Je suis reconnaissant à Allah le très-Haut, qui m'a donné aujourd'hui l'occasion d'être présent dans cette réunion spirituelle et grandiose. Lors de mes voyages dans différentes villes, l'une des plus grandes et des plus importantes réunions que j'ai, est celle qui est organisée avec les familles de nos martyrs et nos anciens combattants. La raison est qu'il y a une telle grandeur dans le sacrifice, qu'aucune société ne peut atteindre la gloire et la dignité sans cet élément important et décisif. Nous ne comprenons pas normalement tous les aspects et toutes les dimensions du sacrifice de nos martyrs et de nos combattants et mutilés de guerre. Le sacrifice de soi dans la société, qui peut conduire au martyre ou à des déficiences physiques, a de nombreuses significations et différentes dimensions. Ce sacrifice comporte de nombreux aspects dont chacun est digne d'une analyse profonde. L'un de ces aspects consiste à identifier les opportunités qui se présentent et à répondre aux besoins du moment. Certaines personnes ont un sens des responsabilités mais risquent de ne pas les identifier et de ne pas prendre les mesures au bon moment. Ceci est très différent de quelqu'un qui réagit en cas de besoin et au bon moment. Les jeunes courageux, fiers, pieux et désintéressés qui ont identifié les besoins du pays et ont affronté les dangers, avaient cette caractéristique exceptionnelle. Ils ont identifié les besoins et ont répondu au bon moment. C'est un aspect important et une leçon pour nous tous.

Hier, j'ai mentionné qu'un mois après la victoire de la Révolution, les jeunes de Kermânchâh ont ressenti que leur présence était nécessaire sur le champ de bataille. Le martyr Mohamad Saïd Jaafari qui était un pionnier et une personnalité exceptionnelle, et ses amis, sont allés défendre la base militaire de Sanandaj. Ils ont compris l'importance de cette défense qui visait à empêcher que des éléments contre-révolutionnaires s'accaparent de nos bases militaires. Cette capacité d'identifier rapidement les besoins et de prendre des mesures pour y répondre au bon moment, est un point important qui ne doit pas être ignoré.

Tous nos chers martyrs dans le pays avaient cette caractéristique. Les chers amis et frères ont mentionné les noms de certaines villes et ont raconté leurs souvenirs du front et de la défense dans cette province. Bien sûr, cela était le cas dans toutes les régions du pays. Il y avait des gens éminents provenant d'autres régions du pays, qui sont tombés en martyrs dans cette province. Cependant, nous ne devons pas ignorer le rôle des gens de cette province, le rôle de la jeunesse pieuse de Kermânchâh, de ses caractéristiques exceptionnelles et de ses grandes valeurs, de sa vigilance et de sa capacité à identifier les opportunités. Ce sont des caractéristiques dont nous avons toujours eu besoin et dont nous aurons toujours besoin.

Les pays et les sociétés sont souvent lésés parce qu'ils ne parviennent pas à identifier ces occasions et ces opportunités. Quand l'ennemi est en embuscade et que nous ne parvenons pas à le remarquer ou à prendre des mesures pour faire face à la situation au bon moment, nous subirons des dommages.

Le cher frère qui a pris la parole à cette réunion, a souligné un point important. Il a dit que les familles iraniennes pensaient que si elles n'envoyaient pas leurs jeunes au champ de bataille, elles devraient lutter contre les ennemis dans les rues. C'est un point très important qui a également été mentionné par le Commandeur des Croyants (AS) quand il a dit : « Une communauté qui ne parvient pas à prendre les mesures nécessaires quand elle est l'objet d'une agression de l'ennemi, sera vaincue et connaîtra la défaite ».

Il est nécessaire de prévoir les attaques des ennemis. Avant la guerre imposée, certaines personnes auraient du se rendre compte qu'une guerre était sur le point d'éclater. A Téhéran, des rapports constants annonçaient que les forces ennemies se déployaient sur les régions frontalières de Kermânchâh et d'Ilam, et spécialement près de Kermânchâh. Nos politiciens rejetaient ces rapports en disant qu'il n'y avait pas de telles activités militaires dans le pays. Cela a continué jusqu'à ce que l'ennemi bombarde Téhéran. La guerre a éclaté officiellement le 31 Shahrivar 1359 (le 22 septembre 1980), le jour où Téhéran a été bombardé mais en fait elle avait commencé bien avant cette date. Si les responsables qui se sont révélés plus tard incompétents pour diriger le pays, avaient identifié cette menace et préparé le pays à la guerre, les catastrophes survenues à Khorramchahr, Qasr-e-Shirin et dans certaines villes frontalières, n'auraient pas lieu.

Ce manque de vigilance a été à l'origine de tragédies dans cette région et dans la région du Khûzistân que moi-même, qui ai été témoin de certains événements, ne peux effacer de ma mémoire. Si le peuple est engagé et si les gens ont la possibilité d'entrer dans l'arène et d'utiliser leurs capacités, cette absence de vigilance ne se produira pas. Mais ils (les responsables) ne le permettaient pas à l'époque. Dans ces zones, des groupes de volontaires se constituaient ci et là pour la défense du pays, après avoir réussi très difficilement à se fournir des armes. Nos responsables gouvernementaux étaient mécontents et se plaignaient dans les réunions officielles du fait que les habitants de certaines régions étaient armés alors que les jeunes qui ne pouvaient pas tolérer cette situation, ne faisaient que défendre leur pays. C'est une leçon pour nous.

Comme je l'ai souligné hier, un régime comme la République islamique avec de tels idéaux, de tels objectifs et ces grandes revendications, qui s'oppose à l'oppression, à l'arrogance et à la cupidité des puissances arrogantes internationales, sera naturellement confronté à différents défis. Par conséquent, il faut nous préparer. Cette préparation dépend de la foi religieuse du peuple plus que de tout autre chose. La faculté de discernement de la population est une grande protection qui aide une nation à défendre son identité et sa dignité, et la protègera contre les complots maléfiques de ses ennemis. Nous avons expérimenté cela pendant la guerre. Aujourd'hui, la même chose se produira dans tous les secteurs et tous les domaines où les responsables sont prêts à donner au peuple un rôle à jouer.

Notre régime est une République islamique et une démocratie, c'est à dire une démocratie islamique. Notre démocratie est véritable et n'est pas un titre de protocole. Nos martyrs et nos invalides de guerre ainsi que leurs familles, ont réussi à passer l'épreuve la plus difficile. La grande patience dont ont fait preuve les familles de nos martyrs, est très précieuse. Si les familles de nos martyrs et de nos soldats n'avaient pas fait preuve de patience et de compréhension, et si elles avaient manqué de perspicacité, l'esprit de sacrifice n'aurait pas duré. Les cœurs ne sont pas toujours prêts au sacrifice. Les familles de nos martyrs et de nos soldats ont fait preuve de patience. De nombreuses années se sont écoulées depuis la Défense sacrée, mais la porte du martyre n'est pas encore fermée. Nous voyons encore certaines familles dont les chers enfants et parents, tombent en martyrs pour différentes raisons. Si une nation jouit d'une telle perspicacité et d'une telle patience, elle atteindra certainement les sommets.

Nous n'avons jamais hésité dans l'identification de nos objectifs et la détermination du chemin pour les atteindre. Nous n'avons jamais vacillé dans notre foi au chemin que nous avions choisi et nous en sommes reconnaissants à Allah le Très-Haut, qui ne laissera jamais nos cœurs perdre l'espoir. Nous avons vu de nos propres yeux que nos espoirs n'étaient pas de faux espoirs.

Certains individus prétendaient qu'il n'y avait aucun espoir mais des gens perspicaces comme notre magnanime Imam Khomeiny qui était la figure la plus distinguée d'entre eux, nous encourageaient. Parfois, nous leur obéissions docilement sans être en mesure de comprendre correctement la situation. Nous voulions simplement respecter leurs déclarations et nous comprenions plus tard qu'ils avaient raison et que les promesses divines et spirituelles avaient été réalisées. Aujourd'hui, quand nous jetons un coup d'œil sur ces 32 ans d'expérience, après la Révolution, nous voyons que les réalisations que la République islamique a faites sont exceptionnelles.

Dans mes rencontres avec les familles de nos chers martyrs et anciens combattants, après avoir exprimé ma gratitude et mon respect, je tiens à dire à ces chères familles que c'est l'esprit de sacrifice qui peut sauver un pays. L'esprit de sacrifice et l'identification des besoins au bon moment peuvent sauver une nation.

Heureusement, aujourd'hui, nous pouvons voir les signes de progrès et de succès dans notre pays. Bien sûr, nous devons faire des efforts. Nous avons besoin de travailler dur. Les affaires sont de plus en plus difficiles et complexes. Les gens sont beaucoup plus vigilants qu'auparavant. Heureusement, il y a beaucoup de gens dans notre société qui sont fidèles, pieux et attachés aux idéaux, ce qui est également le cas des honorables habitants de cette province. Dans cette province, je n'ai vu que fierté et bravoure. Comme je l'ai dit hier, j'ai vu dans cette province les caractéristiques héroïques de ses habitants, hommes et femmes.

Il a été mentionné lors de la réunion qu'une femme fidèle et courageuse, avait capturé un soldat ennemi pendant la guerre. Il y a eu tant de manifestations de bravoure dans cette province que nous ne pouvons pas les citer toutes. Dès le premier jour, les habitants de cette région ont fait des sacrifices et collaboré avec nos forces militaires. Nous avons eu de grands commandants compétent originaires de cette province, surtout dans les forces aériennes, qui ont mis leurs installations à la disposition du martyr Shiroudi et d'autres commandants, et ont apporté un soutien tactique afin de mener à bien de grandes opérations, tant au sein de la brigade 81 qu'ailleurs. J'ai rencontré en personne certains de nos braves et pieux commandants à la base militaire d'Abuzar, qui travaillaient avec tant de sincérité et de dévouement qu'ils avaient rempli l'atmosphère de cette région de sincérité, de sacrifice, d'héroïsme et d'abnégation. Ce sont des caractéristiques dont votre province doit être fière et qui sont à votre honneur. Vous étiez à l'avant-garde de la Défense sacrée. Cette province a joué un rôle dans la plupart des opérations qui ont été faites au cours de la Défense sacrée. Vous avez fourni un soutien et vous avez fait des sacrifices. J'espère qu'Allah le Très-Haut, vous accordera ainsi qu'au peuple iranien, des récompenses l'Au-delà comme Il vous a récompensés dans ce monde avec cette dignité nationale.

Ce voyage a été un voyage très agréable parce que j'ai eu l'occasion de rencontrer les honorables habitants de cette province et de voir leurs visages heureux et souriants. Hier, j'ai vu des dizaines de milliers de visages heureux et souriants dans les rues, ce qui montre l'enthousiasme des habitants de cette province. J'espère que nos responsables gouvernementaux parviendront à faire ce qui est nécessaire dans cette province. Il y a beaucoup de travaux qui doivent être effectués dans la province de Kermânchâh qui a de nombreux potentiels et certaines lacunes et insuffisances qui doivent être éliminées grâce aux efforts des représentants du gouvernement.

Que les salutations soient sur vous et que la miséricorde d'Allah et Ses bénédictions vous accompagnent !

 
< Précédent   Suivant >

^