Skip to content

Galerie

Photo
Audio

Perspectives

Imam Khomeiny

Biographie
Discours du Guide suprême aux habitants de l'Azerbaïdjan oriental Version imprimable
16/02/2013

Ce qui suit est le texte intégral du discours prononcé le 16 Février 2013 par l'Ayatollah Khamenei, Guide suprême de la Révolution islamique, lors d'une réunion avec les habitants de la province d'Azerbaïdjan orientale. Cette réunion était organisée à l'occasion de l'anniversaire du soulèvement du peuple de Tabriz (préfecture de la province) le 29 Bahman 1356 (18 février 1978).

Au nom d'Allah le Très Miséricordieux, le Tout Miséricordieux

Je vous souhaite la bienvenue à vous tous, chers frères et sœurs et jeunes ici présents. Je salue en particulier les chères familles des martyrs, les religieux et les fonctionnaires qui se sont donné la peine de parcourir cette longue distance pour nous apporter à cette occasion, le cadeau précieux de leur affection et de leur amitié, ainsi que le message de résistance du peuple d'Azerbaïdjan.

J'espère qu'Allah le Très-Haut, vous octroiera Ses grandes bénédictions et Sa miséricorde infinie. Chers frères et sœurs qui représentez le peuple fidèle d'Azerbaïdjan et de Tabriz, sachez que le peuple d'Azerbaïdjan et de Tabriz a joué un rôle déterminant dans le mouvement de la nation iranienne à toutes les époques de notre Histoire, depuis 150 ans. Rien n'a changé. C'est vous qui avez réussi à défendre la dignité de notre pays et de notre nation contre les ennemis, grâce à votre détermination, votre ferveur et votre foi. L'Azerbaïdjan a joué un rôle de plus en plus important dans les différents domaines. Trente-cinq ans se sont écoulés depuis le 29 Bahman 1356 (18 février 1978). Aujourd'hui, en termes de foi, de résistance et de sagesse, l'Azerbaïdjan est encore meilleur que ce qu'il fût dans ces moments importants et décisifs. Beaucoup de gens malveillants et vicieux ont comploté pour diviser les gens dans les différentes régions du pays mais ces complots ont eu des résultats inverses. C'est vous qui avez toujours réussi à jouer un rôle d'avant-garde et de premier plan. En fait, c'est vous qui êtes la garantie de la paix dans ce pays. Parallèlement à ce vous avez dit dans le poème que vous venez de réciter, je vous dis que : « c'est vous qui représentez la paix dans le cœur de l'Iran» [Cris du public en azéri : « Nous sommes prêts à donner notre vie ». « Nous sommes tous des soldats de Khamenei »]

Une caractéristique évidente du cher peuple d'Azerbaïdjan qui existe aussi dans d'autres régions du pays, mais est plus visible en Azerbaïdjan, est que les activités politiques et le mouvement du peuple d'Azerbaïdjan à différentes époques, dans le cas du Mouvement constitutionnel, de l'occupation militaire de l'Azerbaïdjan et d'autres questions, se sont fondés sur la religion et la foi qui ont joué un rôle de premier plan dans bon nombre de ces questions. Malgré les mouvements intellectuels de gauche ou dépendant de l'Occident fussent très actifs en Azerbaïdjan depuis l'introduction d'idéologies malsaines dans notre pays pour séparer les gens de la religion, le mouvement de la population a toujours été fondé sur la religion. Si vous jetez un coup d'œil sur les mouvements qui ont débuté en Azerbaïdjan qui étaient des mouvements nationaux dont le peuple d'Azerbaïdjan était le pionnier, vous verrez que malgré les efforts des mouvements de gauche, le peuple et les dirigeants des mouvements populaires en Azerbaïdjan ont toujours été plus fidèles aux questions religieuses que dans les autres villes. A Tabriz, Sattar Khan avait déclaré que la fatwa des oulémas de Najaf était dans sa poche. C'est-à-dire que ce grand homme combattant et courageux, agissait en conformité avec les directives des Marjas de Najaf contrairement aux mouvements intellectuels de l'Est et de l'Ouest à cette époque, dans le pays. Aujourd'hui, rien n'a changé et cela durera aussi dans l'avenir.

La nation iranienne considère la foi religieuse comme une norme, un critère et sa feuille de route. J'ai cité l'Azerbaïdjan comme exemple de cette foi religieuse mais c'est le cas plus ou moins, pour tous les gens dans le pays. Le mouvement de la nation iranienne est accompagné par la fierté, le courage et le sens des responsabilités mais s'est toujours appuyé sur les enseignements religieux et la foi religieuse. Ceci est très précieux. C'est pourquoi le danger des grandes puissances auquel les autres nations sont habituellement confrontées et qui les fait chanceler, n'a jamais menacé le peuple iranien et ne l'a jamais fait vaciller. Lorsque les ennemis ont imposé des sanctions et des pressions, ils ont dit : « Nous voulons imposer des sanctions paralysantes au peuple de l'Iran» et ils l'ont fait. Deux ou trois jours avant le 22 Bahman [9 février marquant l'anniversaire de la victoire de la Révolution islamique en 1979, ndt], ils ont lancé une nouvelle série de sanctions dans ce sens. Il y a quelques mois, au mois d'août de cette année, ils ont fait la même chose. Ils ont augmenté leurs pressions sur les gens avant le 22 Bahman de cette année. Qu'est-ce qu'ils espéraient réaliser ? Ils font cela dans l'espoir d'affaiblir le peuple. Quelle a été la réaction des gens ? Le peuple d'Iran a répondu en participant massivement aux rassemblements du 22 Bahman avec plus d'enthousiasme que les autres années. Tout le monde a participé à ces cérémonies. Les gens des différentes régions y ont participé avec beaucoup plus de moral et avec le sourire. C'est la nature de la nation iranienne. Chaque année, le 22 Bahman, le peuple d'Iran porte un coup de plus aux ennemis et aux adversaires. Cette avalanche de coups les a frappés cette année aussi. Je considère qu'il est nécessaire d'exprimer de nouveau ma gratitude et si nous le faisions cent fois cela ne serait pas encore suffisant, à la population d'Iran pour sa présence glorieuse et impressionnante [aux rassemblements du 22 Bahman]. Nous devons nous incliner devant un tel enthousiasme et une telle perspicacité. C'est la nature de la nation iranienne.

Dans ces conditions, les ennemis qui prétendent être actifs, ne le sont pas. L'ennemi est passif face à la nation iranienne qui bénéficie d'une ferme détermination, d'une grande sagesse et d'une grande foi, qui sait ce qu'elle veut et connait le chemin pour atteindre ses objectifs. Les gens endurent ces épreuves avec beaucoup de courage. Les différentes armes politiques, militaires et économiques n'ont aucun effet sur notre nation. Par conséquent, l'ennemi est passif et c'est pour cela qu'il commet des actes irréfléchis.

Les politiciens américains ne sont pas des gens réfléchis. Ils font des déclarations insensées et agissent de façon irrationnelle et injuste. Ils attendent des autres pays qu'ils cèdent à leurs caprices et à leurs menaces. Certains le font. Certains gouvernements et personnalités politiques dans certains pays cèdent à leurs intimidations mais la nation iranienne et la République islamique ne cèdent pas. La République islamique d'Iran a beaucoup de choses à dire. Elle a des arguments logiques, un pouvoir et de l'autorité. Pour cette raison, la République islamique ne cédera pas face à des déclarations et des actes inconséquents.

En quoi sont-ils irrationnels ? Le signe de leur irrationalité est la contradiction qui existe entre leurs paroles et leurs actes. Leurs paroles ne sont pas conformes à leurs actes. Aucun élément ne peut prouver plus clairement leur irrationalité. Une personne raisonnable présente des arguments convaincants et les poursuit. Ces hommes, les politiciens américains et leurs alliés occidentaux, disent certaines choses puis font exactement le contraire. Je vais vous donner certains exemples :

Ils prétendent qu'ils respectent les droits de l'homme. Les Américains ont hissé le drapeau des droits de l'homme et disent : «Nous respectons les droits de l'homme non seulement dans notre pays mais aussi dans le monde entier». C'est ce qu'ils disent mais qu'ont-ils fait dans la pratique ? Dans la pratique, ils ont infligé les pires coups aux droits de l'homme et ont insulté de la pire manière, les nations de différents pays. Leurs prisons secrètes dans le monde comme celle de Guantanamo et d'Abou Ghoraib en Irak, et leurs attaques contre des civils en Afghanistan, au Pakistan et dans d'autres régions du monde, sont des exemples du respect des Américains pour les droits de l'homme ! Leurs drones espionnent et font du tort aux gens comme vous l'entendez chaque jour, aux informations sur l'Afghanistan et le Pakistan. Bien sûr, comme l'a déclaré un journal américain, il y a quelques jours, ces drones seront une source d'ennuis pour eux-mêmes dans l'avenir.

Ils disent qu'ils travaillent pour la non-prolifération des armes nucléaires. Leur prétexte pour attaquer l'Irak il y a 11 ans, était que le régime de Saddam voulait construire des armes nucléaires en Irak. Bien sûr, ils y sont allés et n'ont rien trouvé. Tout le monde a compris que c'était un mensonge. Ils disent qu'ils travaillent pour la non-prolifération des armes nucléaires alors qu'ils soutiennent un régime maléfique - le régime des occupants sionistes - qui possède des armes nucléaires et menace sans cesse de les utiliser. C'est ce qu'ils disent et c'est ainsi qu'ils agissent.

Ils disent qu'ils veulent instaurer la démocratie dans le monde - je ne tiens pas à parler ici de la démocratie qui existe aux États-Unis, et ne cessent de s'opposer à la République islamique qui est la plus authentique démocratie de la région, et aident sans vergogne, des pays de la région qui ne connaissent même pas les éléments les plus rudimentaires de la démocratie et où les gens n'ont pas vu d'urnes même une seule fois dans leur vie. Voilà leur attachement à la démocratie ! Remarquez combien leurs paroles sont en contradiction avec leurs actes.

Ils disent qu'ils veulent résoudre leurs problèmes avec l'Iran. Ils l'ont dit à maintes reprises. Récemment, ils en ont encore plus parlé que dans le passé. Ils disent qu'ils veulent négocier et résoudre leurs problèmes avec l'Iran. C'est ce qu'ils disent. Mais dans la pratique, ils imposent des sanctions, diffusent une propagande négative et publient toutes sortes de mensonges sur la République islamique et le peuple d'Iran.

Il y a quelques jours, le Président américain a fait un discours sur la question nucléaire de l'Iran. Il a parlé comme si le conflit entre l'Iran et les États-Unis venait du fait que l'Iran envisageait la fabrication d'armes nucléaires. Il a dit qu'ils feront tout ce qui est en leur pouvoir pour empêcher l'Iran de fabriquer des armes nucléaires. Si nous voulions construire des armes nucléaires, comment pourriez-vous nous en empêcher ? Si l'Iran avait décidé de construire des armes nucléaires, les États-Unis ne pourraient rien faire pour l'arrêter.

Mais nous ne voulons pas construire d'armes nucléaires non parce que cela mettrait les États-Unis en colère mais à cause de nos croyances. Nous estimons que les armes nucléaires sont un crime contre l'humanité et qu'elles ne devraient pas être construites. De plus, nous estimons que les armes nucléaires existantes doivent être détruites. C'est notre conviction et cela n'a rien à voir avec les Américains. Si nous n'avions pas cette croyance et si nous avions décidé de construire des armes nucléaires, aucune puissance ne pourrait nous arrêter comme ils n'ont pas pu arrêter les autres pays qui l'ont fait comme l'Inde, le Pakistan et la Corée du Nord. Les Américains étaient opposés au développement d'armes nucléaires dans ces pays qui ont pourtant construit des armes nucléaires.

Les États-Unis prétendent qu'ils ne laisseront pas l'Iran construire des armes nucléaires. C'est un discours trompeur. Est-il question d'armes nucléaires ? En ce qui concerne l'Iran, le problème n'est pas lié aux armes nucléaires. Le problème est que vous [les Américains] refusez à l'Iran son droit naturel et légitime à l'enrichissement de l'uranium et à l'utilisation de l'énergie nucléaire à des fins pacifiques, dont il est capable. Bien sûr, vous ne pourrez pas le faire et la nation iranienne continuera à agir selon ses droits.

Les politiciens américains font des déclarations insensées. On ne peut pas utiliser la logique quand on a affaire à une personne illogique qui recourt à l'oppression et dit n'importe quoi. C'est une réalité dont nous avons pris conscience au cours de ces trente années dans différents problèmes mondiaux. Nous avons compris qui est notre adversaire et comment il doit être traité.

J'ai noté quelques points que je voudrais vous présenter, chers frères et sœurs, et toute la nation iranienne. Bien entendu, ces déclarations s'adressent au peuple d'Iran. Quand ils parlent, quand le Président américain parle, quand ses compagnons et ses alliés parlent, leur objectif est de tromper l'opinion internationale, la région ou s'ils le peuvent, notre pays. Pour le moment, je ne parlerai pas de l'opinion internationale. Le réseau mondial des médias qui est sous la domination des sionistes et des Américains, ne reflète pas nos idées ou les reflète de manière incomplète ou déformée. Par conséquent, je m'adresse au peuple d'Iran. La puissance de la République islamique ne dépend pas de l'opinion internationale. La République islamique n'a pas gagné sa puissance, sa dignité et sa gloire avec l'aide de l'opinion internationale mais avec l'aide du peuple d'Iran. Cet édifice sûr et solide que la nation iranienne a construit et dont le message se répand rapidement dans le monde entier, s'appuie sur la nation iranienne elle-même. Je m'adresse donc au peuple d'Iran et non aux autres nations qui peuvent écouter si elles le veulent et réfléchir sur mes déclarations. Cependant le peuple iranien doit savoir ces choses. Par conséquent, le premier point, est que les ennemis ne sont pas raisonnables, parlent sans croire ce qu'ils disent, et que leurs paroles sont différentes de leurs actions.

Le deuxième point, est la question des négociations qu'ils ont soulevée en disant que les responsables iraniens devaient consentir à s'asseoir à la table des négociations. Ce même comportement déraisonnable est constaté dans cette proposition de négociations. Leur but n'est pas de résoudre les problèmes et les enjeux comme je vous l'expliquerai plus tard, mais de faire croire dans leur propagande aux nations musulmanes, que c'est la République islamique qui malgré sa détermination et sa résistance, a décidé de négocier avec eux. Leur but est de faire croire aux autres pays que la nation iranienne en est arrivée là et que nous ne pouvons rien faire d'autre. Ils ont besoin de ces négociations pour réprimer les pays qui se sont soulevés aujourd'hui, où la brise de l'éveil islamique a soufflé et qui estiment que leur dignité vient de l'Islam. Ils veulent décourager ces pays. C'était un de leurs objectifs dès le début de la Révolution. Depuis le début de la Révolution, un de leurs objectifs était de traîner l'Iran à la table des négociations pour des compromis. Un de leurs objectifs était d'obtenir la possibilité de montrer que finalement l'Iran qui prétendait être indépendant et courageux, et affirmait qu'il s'était soulevé contre eux, avait été forcé à s'asseoir à la table des négociations ? Aujourd'hui, ils poursuivent le même objectif. C'est une question très importante. Lorsque l'objectif des négociations n'est pas de résoudre les problèmes mais de faire de la propagande, il est clair que la partie adverse, la République islamique, ne restera pas naïve et ne fermera pas les yeux. Elle comprend votre but et répond conformément à vos intentions.

Le troisième point est que pour les Américains et les puissances qui cherchent la domination, les négociations signifient accepter tout ce qu'ils disent. C'est le but de leurs négociations. Ils disent : « Asseyons-nous et parlons de sorte que vous arriviez à la conclusion que vous devez accepter ce que vous n'acceptiez pas avant». Ils ont déjà commencé leur propagande au sujet des négociations que vous avez peut-être déjà entendue, ils disent qu'il faut négocier directement avec l'Iran, provoquent des remous et créent toute une agitation médiatique sur ce sujet. Même dans les déclarations qu'ils ont faites aujourd'hui, il est clair qu'ils veulent convaincre l'Iran de cesser l'enrichissement de l'uranium et la production d'énergie nucléaire. C'est leur but. Ils ne disent pas : « Asseyons-nous et négocions pour que l'Iran puisse présenter ses arguments et que nous arrêtions de recourir à la force, d'imposer des sanctions et de nous immiscer dans ses affaires politiques et sécuritaires», non ils disent qu'il faut négocier pour que l'Iran accepte ce qu'ils disent».

Ce genre de négociation ne sert à rien et n'aura aucun résultat. Même si l'Iran accepte de négocier et même si nos responsables négocient avec les Américains, peut-on appeler cela des négociations avec ce but [d'imposer leurs volontés à l'Iran] ? Il est évident que l'Iran ne renoncera pas à ses droits. Au cours des négociations, chaque fois qu'ils voient que la partie adverse parle raisonnablement et qu'ils n'ont rien à dire contre l'Iran, ils rompent les négociations puis disent que l'Iran ne voulait pas négocier. Les réseaux politiques et d'information sont sous leur contrôle et diffusent leur propagande. Nous l'avons expérimenté au cours des 15 dernières années. Deux ou trois fois, les Américains ont envoyé un message sur un sujet spécifique et insisté sur le fait qu'il y avait une question très importante et très critique, dont nous devions discuter avec eux. Les responsables de l'exécutif - le plus souvent une ou deux personnes - sont allés à un endroit et ont parlé. Nos responsables ont présenté leurs arguments et quand les Américains ont compris qu'ils n'avaient pas de réponse, les négociations ont été rompues unilatéralement. Bien sûr, ils ont atteint leur but dans cette propagande. C'est une expérience que nous avons faite et "Pourquoi tester ce qui a déjà été testé ?".

Le quatrième point est qu'ils prétendent dans leur propagande, que si l'Iran s'assoit à la table des négociations avec les États-Unis, les sanctions seront levées. Ceci aussi est un mensonge. Leur but en promettant de lever les sanctions est de pousser le peuple d'Iran à négocier avec les États-Unis. Ils pensent que le peuple d'Iran est à plat et épuisé par les sanctions. Ils pensent que nous sommes dans une situation critique et qu'ils peuvent nous forcer à négocier. Ils pensent ainsi obliger la nation iranienne à réclamer des négociations.

Ce sont des déclarations insensées et trompeuses, et des outils d'intimidation. Tout d'abord, comme je l'ai dit, négocier avec eux ne signifie pas avoir des négociations justes et cohérentes. Selon leur logique, ces négociations doivent nous pousser à accepter ce qu'ils disent et à nous résigner afin qu'ils lèvent les sanctions. Si la nation iranienne voulait se résigner, elle n'aurait pas fait cette grande révolution. Les États-Unis dominaient en Iran et y faisait tout ce qu'ils voulaient. Comment le peuple iranien qui a fait cette révolution pour se libérer du joug des États-Unis, devrait aujourd'hui se résigner devant vous ? C'est le premier problème de cette offre de négociations.

Un autre problème est que les négociations n'entraineront pas une levée des sanctions. Le but des sanctions est ailleurs. Le but des sanctions est d'épuiser le peuple d'Iran et de le couper du régime. Même en cas de négociations, si les gens restent présents sur la scène et se battent pour leurs droits, les sanctions vont se poursuivre. Que doit faire la nation iranienne face à ces mensonges de l'ennemi ?

Il y a une idée dans l'esprit des opposants que nous devons analyser. Ils disent que la République islamique s'appuie sur les gens et que s'ils parviennent à séparer le peuple du régime, le pouvoir de la République islamique disparaitra. C'est ce que pense la partie adverse. Cette idée comporte deux parties. La première qui est que la République islamique repose sur le peuple, est exacte. Il n'y a aucun soutien à la République islamique en dehors du peuple. Les gens sont un rempart qui protège le pays et la Révolution islamique. La deuxième partie qui dit que les gens seront mis à genoux en imposant des sanctions et en proférant des menaces dans les questions internationales, commerciales et autres, est fausse. S'ils pensent qu'ils peuvent priver la République islamique de ce soutien populaire, ils ont tort.

La nation iranienne est à la recherche de moyens pour contrecarrer l'ennemi. La nation iranienne est à la recherche d'un épanouissement et d'une prospérité économiques et d'un bien-être complet mais elle ne veut pas atteindre cet objectif en s'humiliant devant l'ennemi. Elle veut atteindre cet objectif grâce à ses propres capacités, son courage, ses progrès et au talent de ses jeunes. Elle ne veut pas y parvenir d'une autre manière. Il n'y a aucun doute que les sanctions infligent des pressions sur les gens et les dérangent mais il y a deux façons d'aborder ces pressions. Les nations faibles se rendent à l'ennemi quand il exerce des pressions, s'inclinent et présentent des excusent. Mais une nation courageuse comme la nation iranienne, utilise ses propres capacités dès qu'elle voit que l'ennemi exerce des pressions et essaie de passer ce cap dangereux. Notre nation va certainement réussir. Nous avons trente ans d'expériences dans ce domaine.

Certains pays de la région qui sont sous domination américaine depuis plus de trente ans et dont les gouvernements sont les larbins des États-Unis, obéissent à leurs ordres et les suivent. Quelle est leur situation aujourd'hui ? La nation iranienne résiste depuis plus de trente ans aux États-Unis, quelle est sa situation aujourd'hui ? Malgré trente ans de pressions de la part des États-Unis, la nation iranienne a atteint le rang actuel de progrès scientifiques, économiques et culturels, un prestige international, une influence politique et un pouvoir politique dont le peuple et les responsables sous le règne des Pahlavis et des Qâdjârs ne pouvaient même pas rêver. Nous avons vécu cela. Nous l'avons expérimenté. Nous avons résisté aux pressions des États-Unis pendant trente ans et voilà notre position. Par contre, les nations qui sont dominées par les États-Unis depuis trente ans, sont bien en arrière par rapport aux autres pays. Nous n'avons pas subi de pertes en raison de notre résistance. La résistance est liée à la force intérieure d'une nation. Elle la rend active. Les sanctions qu'ils imposent seront utiles à la nation iranienne et par la volonté, la grâce et la faveur d'Allah, elles contribueront à une croissance et un épanouissement de la nation iranienne. C'est un point important.

Vous avez constaté la présence des gens aux récents rassemblements du 10 février (célébrant la victoire de la Révolution islamique ndt). Nous ne pouvons pas dire que les gens ne sont pas mécontents des prix élevés et des problèmes qui existent. Les prix sont élevés et il y a certains problèmes économiques que les gens, en particulier les défavorisés, ressentent. Mais cela n'a pas poussé les gens à se distancer vis-à-vis de la République islamique. Les gens savent que la République islamique peut résoudre les problèmes, que l'islam cher est puissant et que les fonctionnaires respectent l'islam et peuvent résoudre les problèmes. Ils savent que se résigner devant les ennemis ne résoudra aucun problème.

Le dernier point est que contrairement aux politiciens américains, nous sommes des gens raisonnables. Nos représentants et les gens sont raisonnables. Nous acceptons les déclarations et les actions rationnelles. Si les Américains abandonnent leur hostilité à notre égard, s'ils ne commettent plus de mauvaises actions, s'ils se montrent cohérents dans leurs paroles et leurs actes, s'ils montrent qu'ils respectent les droits de la nation iranienne, s'ils n'alimentent plus le feu de la discorde dans le pays, s'ils ne s'immiscent plus dans les affaires intérieures de l'Iran comme ce fut le cas avec leur soutien à ceux qui ont lancé la fitna de 1388 [allusion aux évènements postélectoraux de juin 2009, ndt], ils verront que la République islamique est bienveillante et que les Iraniens sont des gens raisonnables. Ils ont soutenu ceux qui ont lancé la fitna de 2009 et ont mis des réseaux sociaux à leur service. A cette époque, un réseau social devait être fermé pour certains problèmes techniques mais ils ont demandé de ne pas le fermer pour pouvoir contrôler la rébellion. S'ils cessent de faire ces choses, ils verront que la République islamique est un régime bienveillant. C'est la seule façon pour établir des relations avec la République islamique et il n'y a pas d'autre moyen. Ils peuvent le faire et doivent prouver qu'ils sont de bonne foi. Ils doivent prouver qu'ils ne veulent pas nous opprimer. S'ils le font, la nation iranienne leur donnera une réponse appropriée. S'ils ne commettent plus de mauvaises actions, s'ils ne s'immiscent plus dans nos affaires, s'ils ne nous oppriment plus et s'ils reconnaissent les droits de la nation iranienne, elle leur donnera une réponse appropriée.

Je voudrais également faire une remarque au sujet des problèmes intérieurs car c'est une question importante. Un événement mauvais et déplacé, a eu lieu au sein du Majlis, qui a attristé notre peuple et nos élites. J'ai moi-même été attristé pour deux raisons. Premièrement à cause de l'événement en lui-même et deuxièmement à cause du mécontentement qu'il a créé dans le peuple. Le chef d'un des trois pouvoirs a porté des accusations contre les deux autres pouvoirs sur la base de faits non prouvés et qui n'avaient pas encore été examinés en justice. Cette conduite était mauvaise et inadéquate. Ces actes sont contraire à la charia et à la loi, et immoraux. C'est une violation des droits fondamentaux des gens dont l'un consiste à pouvoir vivre en paix et dans un état de sécurité psychologique et morale. Si une personne est accusée de corruption, on ne peut pas accuser d'autres personnes sur la base de cette accusation. Même s'il est reconnu coupable - et dans le cas actuel, l'accusé n'a ni été reconnu coupable ni convoqué au tribunal, et n'a pas eu de procès. Il ne faut pas accuser les autres ni le Majlis ni le pouvoir judiciaire sur la base d'accusations portées contre une autre personne. C'est une erreur. Pour le moment, je me contenterai de donner quelques conseils. Ce comportement n'est pas digne de la République islamique. D'autre part, le questionnement [du ministre] à l'Assemblée nationale, a aussi été une erreur. Le questionnement des ministres doit avoir un but précis. Quel était le but de ce questionnement quelques mois avant la fin de cette administration et sur une question qui ne le concernait pas ? Pourquoi ont-ils fait cela ? J'ai entendu dire qu'à l'intérieur du Majlis, un certain nombre de gens ont eu des déclarations inappropriées. Cette attitude est aussi critiquable. Tous ces événements sont indignes de la République islamique. Ni cette accusation, ni ce comportement, ni le questionnement n'étaient appropriés. La défense du Président du Majlis était excessive. Il n'était pas nécessaire d'aller aussi loin.

Nous sommes tous des frères face à un ennemi et ses complots, que devons-nous faire ? Jusqu'à présent, les responsables ont toujours été les uns à côté des autres et ils doivent le rester et continuer à agir de la sorte. J'ai toujours soutenu les représentants des trois branches et les responsables du pays. Je continuerai à soutenir chaque personne qui a une responsabilité et que j'aiderai, mais je n'aime pas ce genre de comportement qui n'est pas conforme au serment qu'ils ont prêté et aux promesses qu'ils ont faites. Regardez la grandeur du peuple. Ces gens méritent d'être traités autrement. Aujourd'hui, les responsables doivent concentrer tous leurs efforts sur la résolution des problèmes économiques. Il y a trois ou quatre ans, dans un discours au début de l'année, j'ai explicitement dit au peuple et aux responsables que les complots des ennemis de la nation iranienne visaient plus que tout, nos questions économiques. Eh bien, vous avez vu ce que les ennemis ont fait. Le pouvoir exécutif et le Majlis doivent concentrer leurs efforts et leur attention sur la poursuite de politiques économiques précises. Il y a quelques années, j'ai écrit une lettre aux chefs des trois pouvoirs sur la lutte contre la corruption économique et leur ai dit qu'ils devaient lutter contre la corruption économique. Ce problème ne se résoudra pas par des paroles. Vous devez lutter contre la corruption économique dans la pratique. Quel intérêt de parler sans cesse de la corruption économique sans lutter contre elle ? Qu'est-ce qui a été fait dans la pratique ? Qu'avez-vous fait dans la pratique ? Ce sont des questions très attristantes.

Quand les ennemis augmentent leur hostilité, j'attends des responsables qu'ils renforcent leur amitié. Il faut faire attention à ses actes, attention, attention ! Nous espérons que les responsables concentreront leurs efforts sur la résolution des problèmes du peuple avec patience et attention, et en évitant les émotions incontrôlés. Inshallah, ce conseil bienveillant attirera l'attention des responsables en particulier les responsables de haut rang qui en tiendront compte.

Je dois ajouter un autre point. Les choses que j'ai dites aujourd'hui et les critiques que j'ai faites à certains fonctionnaires ne doivent pas pousser certaines personnes à crier des slogans contre ces responsables et les autres. Je suis contre ce genre de conduite. Certains accusent les gens d'être contre la wilayat, de ne pas être perspicaces et d'autres choses de ce genre, ils lancent des slogans et créent des perturbations au Majlis. Je suis contre et je tiens à parler ouvertement de ces questions et à dire que je suis contre les événements qui se sont produits à Qom [allusion à l'interruption forcée du discours du président du Majlis le 10 février 2013, à l'occasion de la victoire de la Révolution, ndt]. Je suis aussi contre les incidents qui se sont passés au mausolée de l'Imam Khomeiny [allusion à l'interruption forcée du discours du responsable du mausolée le 4 juin 2010, à l'occasion de l'anniversaire du décès de l'Imam Khomeiny ndt]. J'ai demandé aux responsables à plusieurs reprises, d'empêcher que ces choses se reproduisent. Ceux qui ont commis de tels actes s'ils sont vraiment religieux et membre du Hezbollah, doivent cesser immédiatement. Ces mouvements sont dangereux pour le pays et n'apportent aucun bénéfice. Il n'est pas utile de crier des slogans contre ces personnes et de susciter des émotions incontrôlables. Ces slogans ne résoudront aucun problème. Gardez cette colère et ces émotions pour le moment où ce sera nécessaire. Pendant la Défense sacrée, si les membres du Bassidj avaient agi ainsi à leur guise, le pays aurait été détruit. La discipline sociale et l'ordre sont nécessaires et il est nécessaire de tenir compte de certaines obligations. Si certains n'accordent pas la moindre attention à ces principes, ils devront être traités d'une autre manière, mais ceux qui les respectent et croient qu'ils ne doivent pas agir contre la charia, devraient prendre soin de ne pas commettre de tels actes.

Grâce à la faveur et à la guidance de Dieu, le peuple d'Iran est heureusement perspicace. Je voudrais vous dire, chers jeunes, que le jour où nous partirons et où vous prendrez les affaires en charge, la situation de la nation iranienne sera bien meilleure au niveau matériel et spirituel. La nation iranienne se dirige vers des objectifs lumineux. Nous avons de belles perspectives devant nous. Nous devons surveiller notre comportement.

Nous devons demander à Allah le Très-Haut, de nous aider. Nous devons demander à nos martyrs et à notre magnanime Imam Khomeiny de nous aider. J'espère que par la grâce d'Allah, vous et moi, bénéficierons tous des prières de l'Imam du Temps (que nos âmes lui soient sacrifiées).

Que les salutations soient sur vous et que la miséricorde d'Allah et Sa bénédiction vous accompagnent !

 
< Précédent   Suivant >

^