Skip to content

Galerie

Photo
Audio

Perspectives

Imam Khomeiny

Biographie
Discours du Guide suprême aux étudiants Version imprimable
22/08/2010

Ce qui suit est le texte intégral d'un discours prononcé le 22 août 2010 par l'Ayatollah Khamenei, Guide suprême de la Révolution islamique, à un groupe d'étudiants à Téhéran. La réunion s'est tenue le 11ème jour du mois de Ramadan.

Au nom d'Allah le Très Miséricordieux, le Tout Miséricordieux

Je suis reconnaissant à Allah le Très-Haut, qui m'a donné une autre occasion de participer à cette rencontre dynamique, agréable et pleine de motivations pendant le mois de Ramadan. Chaque année, j'organise une rencontre avec les étudiants au cours du mois de Ramadan et je vous dirais que c'est l'une des réunions les plus agréables pour moi.

Tout d'abord, je profiterai des points mis en relief par les étudiants et les étudiantes qui sont parfois nouveaux et innovateurs, et dont j'ai beaucoup profité. Parfois certaines suggestions faites au cours des réunions, sont transmises aux organisations chargées de ces affaires. Vous devez savoir que ces suggestions seront suivies dans la mesure du possible et que les commentaires ne seront pas oubliés après la réunion, non, ces commentaires et ces points seront sérieusement suivis, au moins ceux d'entre eux que nous approuvons et qui concerne la majorité de ces commentaires.

La réunion d'aujourd'hui a été une réunion très animée. Les chers jeunes présents ont relevé certains points dans de nombreux domaines. Au début, il y a eu certaines divergences d'opinion entre les frères et sœurs, qui sont à mon avis, très motivantes, très encourageantes et nécessaires. Les différents points de vue exprimés sur une question et les différents arguments des deux parties encouragent les gens à réfléchir et à trouver la vérité. Cela ne veut pas dire que vous deviez attendre que je dise le dernier mot sur les cas litigieux qui sont discutés dans les universités. Bien sûr, dans certains cas, une décision finale est nécessaire où le Guide ou une personne compétente doit intervenir mais ces questions ne font pas partie de ces cas. La plupart des cas de divergence présentés à la réunion n'ont pas besoin de décision finale. Les divergences d'opinion dans certains cas, sont normales et il n'y a rien de mal à cela. Quel est le problème de ces différences d'opinion ? Lors d'une réunion avec les représentants du gouvernement, j'ai dit que les divergences d'opinion étaient normales et que ce n'était pas une tragédie. Quel est le problème de ces divergences d'opinion ? Parfois s'il s'agit de savoir si nous devons tirer sur l'ennemi ou non, les différences d'opinion causent bien entendu des problèmes. Mais en général ce n'est pas le cas, que la question soit du domaine théorique ou du domaine social. Je crois que ces opinions différentes sont au contraire, motivantes et encourageantes tout au moins dans les domaines qui me concernent. Vous êtes jeunes et vous devez être plus motivés qu'un vieillard comme moi par les divergences d'opinions et de raisonnements.

J'ai réfléchi sur les commentaires de la réunion d'aujourd'hui qui m'ont semblé vraiment profonds. Dans les réunions organisées avec nos étudiants, cela ne me gêne pas du tout de ne pas trouver cette profondeur dans les observations formulées par certains jeunes, mais ce n'était pas le cas aujourd'hui. Aujourd'hui, j'ai entendu des commentaires très profonds. Outre les compliments qui sont une question différente, les points de vue exprimés au long de la réunion, étaient profonds et bien-fondés. Cela ne veut pas dire que tous les commentaires étaient nécessairement corrects, non, quelques commentaires étaient fiables et d'autres plus faibles, mais c'étaient des commentaires bien argumentés et bien éclairés. Ceci est important. En particulier, les observations formulées par le monsieur qui a parlé au nom d'une association estudiantine qui attestaient une capacité de coopération et de collaboration intellectuelle, ce qui est une chose positive et qui me rend heureux. Parfois, un intellectuelle peut exprimer des idées personnelles, cela est une bonne chose, mais c'est encore mieux si c'est un groupe de personnes qui échangent leurs points de vues, parviennent à une conclusion après avoir examiné les divergences d'opinion et présentent enfin une conclusion finale à ces réunions. J'ai remarqué des signes de ce dernier cas, en particulier dans les commentaires qui ont été faits par le monsieur qui a parlé au nom de cette association.

Je crois que la réunion d'aujourd'hui a été une très bonne réunion et j'en suis reconnaissant à Allah le Très-Haut. Je tiens également à remercier ceux qui ont parlé à la réunion, filles et garçons. Cette réunion a été une très bonne réunion.

Il y a certains points que je vais aborder si nous en avons le temps. Le point le plus important est que vous êtes jeunes et que vos cœurs sont purs. À votre âge, vous ne pouvez pas comprendre ce que signifie la pureté et quel est le problème des cœurs impurs. Vous êtes trop jeunes pour comprendre ce point et il faudra beaucoup de temps pour que vous le compreniez. Vous comprendrez ces problèmes lorsque vous aurez notre âge et vous vous rendrez compte à quel point il est précieux et important d'avoir un cœur pur, mais il sera trop tard.

Aujourd'hui cela vous est disponible. Ce que je veux dire est que vous devriez essayer autant que possible, de créer un lien entre votre cœur et la source de la grandeur, de la vérité et de la beauté, c'est à dire Allah, le Très-Haut. Si vous réussissez, vous vivrez heureux jusqu'à la fin de votre vie. Si vous n'y parvenez pas maintenant, la création de ce lien sera plus difficile après vingt ans. Si vous ne parvenez pas à nouveau après vingt ans c'est-à-dire à l'âge de quarante ou quarante-cinq ans, il vous sera encore plus difficile de créer ce lien, après une vingtaine d'années, c'est-à-dire à peu près à mon âge. À cet âge, il sera extrêmement difficile de créer ce lien. Cela ne veut pas dire que ce sera complètement impossible mais simplement très difficile. Vous devez créer un lien entre votre cœur et Allah le Très-Haut, pendant que vous êtes encore jeunes. Le chemin a été montré dans la sainte charia. Ce n'est pas une tâche compliquée ni mystérieuse. Lorsque vous regardez un sommet, vous voyez qu'il y a des gens là-haut et ils n'avaient pas d'ailes pour voler jusqu'au sommet. Non, ces gens ont suivi le chemin qui est devant vous et ils ont réussi à atteindre le sommet. Nous devons éviter les illusions. Nous ne devons pas penser qu'il existe « des moyens magiques » pour atteindre le sommet. Non, les gens que vous pouvez voir au sommet, ont suivi les chemins qui vous sont actuellement disponibles.

Quels sont ces chemins ? Le chemin le plus important est d'arrêter de commettre des péchés. Cela est plus facile à dire qu'à faire, mais c'est une étape indispensable. Éviter le mensonge, la trahison, les plaisirs illicites, les passions et le péché en général, est l'étape la plus importante. Après avoir évité les péchés, l'étape suivante consiste à remplir les obligations religieuses, avec des prières quotidiennes en tant qu'obligation la plus importante. « Rappelle-toi que tous tes actes sont soumis à tes prières » [Nahjul Balaghah, sermon 27].

Chaque bonne action dépend de la prière. Soyez ponctuel dans l'accomplissement de vos prières. Accomplissez vos prières de manière attentive, en sachant à qui vous parlez lorsque vous priez. Vous devez être conscients que vous parlez à Dieu. Si vous atteignez cet état spirituel et ce niveau de concentration, vous en bénéficierez jusqu'à la fin de votre vie. Comme je l'ai souligné, si vous échouez, ce sera difficile au bout de vingt ans et encore plus difficile, vingt ans plus tard. De plus, cet état sera extrêmement difficile à atteindre pour une personne qui n'a aucune expérience. Vous devriez essayer d'atteindre ce niveau de concentration quand vous êtes jeunes, de sorte que votre prière soit une prière qui «vous préserve de la turpitude et du mal » [Coran, 29: 45]. Ce verset ne signifie pas que la prière soit un obstacle qui vous empêche de commettre des péchés. Non, cela signifie que la prière vous rappelle sans cesse qu'il ne faut pas commettre de péchés. Si votre voix intérieure ne cesse de vous rappeler de ne pas commettre des péchés, vous ne commettrez pas de péchés. C'est la nature de la prière.

Le jeûne du mois de Ramadan est très précieux. C'est une bataille contre la faim, la soif, la chaleur et les difficultés auxquelles les gens sont confrontés. Récitez le Coran, le Nahjul Balaghah et le Sahife Sadjadiyah. Engagez-vous dans les invocations et les prières nocturnes, et dans toute bonne action possible.

Appréciez la valeur de vos cœurs purs et immaculés. Ce n'est pas un compliment, non, vous n'êtes pas les seuls jeunes dans le monde et ce que je dis est vrai pour tous les jeunes dans le monde. Vos cœurs sont purs. Vous ne pouvez pas le sentir tant que vous n'aurez pas de références pour une comparaison. Les difficultés, les impuretés, les taches et les souillures remplissent le cœur au fil du temps. Il y a une narration qui dit que quand les gens commettent un péché, une tache sombre apparaît sur leur cœur qui s'agrandit avec les autres péchés. Bien sûr, c'est une image. Au deuxième péché, cette tache s'agrandit et après un certain temps, elle recouvrira tout votre cœur. Dans ce langage imagé, cela signifie exactement ce que je viens d'expliquer. Actuellement, votre cœur et votre âme sont purs mais au fur et à mesure, les péchés et les nombreux défauts que les gens accumulent au cours de leur vie, dans leur vie politique, dans le domaine économique, dans la façon de gagner leur vie, assombriront complètement leur cœur s'ils ne s'entrainent pas à combattre ces problèmes. C'était mon premier point. Je vous considère comme mes propres enfants. Si je voulais donner à mes propres enfants le meilleur conseil, je leur dirais exactement la même chose. Faites attention au fait que la plupart des tentations sinon la totalité d'entre elles, dans différents domaines, sont dues à un manque de considération du point essentiel que je viens de mentionner, et cela est vrai aussi dans le djihad. Dans la bataille d'Uhud, des soldats ont négligé leur devoir et ont causé une tragédie. Il n'est pas nécessaire que je vous raconte les événements qui ont eu lieu lors de la bataille d'Uhud que vous connaissez tous et si vous n'avez pas étudié ces événements, vous pouvez lire les livres d'histoire sur ce sujet. Au sujet des gens qui ont négligé leurs devoirs, le Saint Coran dit : «Ceux d'entre vous qui ont tourné le dos, le jour où les deux armées se rencontrèrent, c'est seulement le Diable qui les a fait vaciller à cause d'une partie de leurs (mauvaises) actions» [Coran, 3: 155]. Satan avait préparé le terrain pour leur chute en les encourageant à commettre des péchés, bien avant la bataille. Nous avons beaucoup de versets de ce genre dans le Saint Coran. Si nous n'arrivons pas à éviter les péchés, des conséquences se révéleront dans la gestion de nos affaires nationales, dans la gestion du secteur particulier dont nous sommes chargés, dans la bataille que nous menons, dans les épreuves économique et financières que nous rencontrons. C'est donc le point principal que je voulais faire remarquer à cette réunion : Appréciez la valeur de votre jeunesse. Cela signifie que vous deviez apprécier la valeur de vos cœurs purs et développer une relation plus étroite avec Allah le Très-Haut. Le secret consiste à cesser de commettre des péchés et de faire attention à la prière. Outre les prières obligatoires et l'attention dont j'ai parlé, faites attention aux invocations et aux actes facultatifs qui ont été recommandés. Nous espérons qu'Allah le Très-Haut, vous montrera le chemin.

J'avais noté certains points pour cette réunion. Toutefois, les questions que vous avez posées et soulevées sont également importantes, et il me semble bon de faire quelques commentaires sur certaines questions que vous avez mises en relief.

L'une des questions était est-ce que le mouvement étudiant peut poser des questions chaque fois qu'il repère un défaut ? La réponse est : «Oui, vous devez le faire ». Il n'y a aucun problème à poser des questions à condition que comme cela a été souligné par le cher frère, vous ne portiez pas de jugement. Vous devez poser des questions sans porter de jugement. La meilleure façon de poser et de répondre aux questions est d'inviter les représentants du gouvernement aux réunions organisées par les associations estudiantines. Personnellement, je demande à nos représentants du gouvernement d'organiser plus de rencontres avec nos étudiants. Aujourd'hui, nos étudiants représentent les meilleures couches dans le pays. Ils sont jeunes, instruits, raisonnables et motivés. Nos représentants devraient assister aux réunions qui sont organisées par les associations estudiantines. Ces questions doivent être posées à ces réunions et il y aura probablement des réponses convaincantes. Parfois, dans mes rencontres avec certains représentants du gouvernement, je pose des questions identiques ou analogues, et ils me fournissent parfois des réponses convaincantes et parfois, des réponses moins convaincantes. En tout cas, poser des questions est une bonne chose. Veillez à ne pas confondre le fait de poser des questions avec la confrontation. Comme je l'ai souligné à de nombreuses occasions, le mouvement étudiant comme on l'appelle, ne doit pas penser que son devoir est de s'opposer aux organismes chargés de la direction du pays. Non, c'est une erreur. Pourquoi ? La confrontation n'est pas toujours bonne. Elle peut être bonne dans certaines conditions et mauvaises dans d'autres. Le point important est de faire valoir votre point de vue, de présenter vos raisons et d'exiger une réponse convaincante de la part de nos responsables.

Une autre question portait sur le choix entre l'unité et la pureté des intentions. Je tiens à souligner que les deux sont nécessaires. La pureté que vous exigez ne sortira pas des querelles, des disputes, d'un radicalisme ou des pressions. Il n'est pas possible de purifier une organisation de cette façon et ce n'est pas notre mission. Après l'avènement de l'islam, un certain nombre de personnes ont fortement soutenu le Saint Prophète (SAWA) comme Salman, Abazar, Ubay ibn Ka'b, Ammar et les autres. Ils étaient parmi les compagnons les plus sincères et les plus purs. Il y avait quelques personnes moins sincères et d'autres personnes que le Saint Prophète (SAWA) avait parfois réprimandées. Si le Saint Prophète (SAWA) avait décidé de purifier une société de quelques milliers de personnes, cela aurait été beaucoup plus facile que dans notre société de 70 millions d'habitants. Qui serait resté près de lui si tous ceux qui avaient commis un péché avaient dû partir. Ceux qui avaient été réprimandés auraient dû s'en aller. Ceux qui avaient abandonné le Saint Prophète (AS) dans les moments difficiles, auraient dû aller. Ceux qui avaient payé leur aumône en retard auraient dû partir. Personne ne serait resté. Cela est encore vrai aujourd'hui. Ce serait une erreur d'exclure les personnes dont la foi religieuse est plus faible sous le prétexte de vouloir faire un nettoyage. Au contraire, vous devez essayer d'intégrer le plus de gens possible. Vous devez essayer d'augmenter le nombre de personnes qui peuvent purifier votre société. C'est une bonne chose. Commencez par vous-même, dans votre entourage, votre famille et votre association, et avec vos amis et ceux qui ne sont pas membres de votre association. Essayez de développer cette pureté individuelle et collective autant que vous le pouvez, dans les limites de l'influence de votre association. Cela se traduira par une plus grande pureté dans votre société. C'est la façon dont il faut envisager la pureté.

J'ai également parlé de l'unité et certaines questions ont été posées à cet égard. Ce que j'entends par unité, est l'unité sur la base des principes. L'unité avec qui ? Avec ceux qui croient aux principes et dans la mesure de leur croyance aux principes. C'est le sens de l'amitié (wilayat) entre les musulmans. Ceux qui ne croient pas aux principes, qui le montrent et l'annoncent, doivent être exclus. Par conséquent, compte tenu de l'explication que j'ai donnée, nous demandons à la fois l'unité et la sincérité des actes.

Une question a été posée à cette réunion que j'avais entendue ailleurs, qui consiste à savoir si nous avons en privé, les mêmes positions que celles du Guide. Je répondrai que le Guide a certaines responsabilités et les autres d'autres responsabilités. Il est absolument faux de penser que l'opinion du Guide est différente de celle qui est officiellement annoncée ou qu'il présente son opinion réelle en privé, à certaines personnes de confiance qui l'appliquent. Cela est tout à fait inexact. Si quelqu'un pense ainsi, il fait une erreur et s'il attribue une telle pensée au Guide, il commet un grand péché. Les vues et les positions du Guide sont les mêmes que celles qui sont explicitement annoncées ou que j'annonce explicitement.

Il y a quelques années, quelqu'un avait été tué et les ennemis avaient lancé toute une propagande pour faire croire que ceux qui avaient commis l'assassinat suivaient une fatwa ou en avaient reçu l'ordre. Ils voulaient imputer au Guide la responsabilité de cette affaire d'une manière ou d'une autre. J'ai dit dans un sermon de la prière du vendredi que si je pense qu'une personne doit être tuée, je l'annoncerai à la prière du vendredi. Il n'est ni admissible ni approprié (pour le Guide) d'avoir des positions autres que celles qu'il annonce ouvertement et explicitement. Non, mes positions sont exactement celles que j'annonce en public.

Bien sûr, il y a peut-être des différences entre la qualité de ma prière et de mon jeûne et la qualité de votre prière et de votre jeûne. Vous êtes jeunes. Vous êtes étudiants. Vos activités religieuses et sociales sont jeunes et naturellement différentes de celles d'un vieil homme. Nous ne pouvons pas ignorer ces différences naturelles.

La question de la défense de la République islamique a également été évoquée dans cette réunion. Comme je l'ai dit, je crois que la défense du régime islamique est obligatoire et plus importante que tout. Le système a des cadres biens définis comme les limites éthiques et culturelles, et ces cadres doivent être sauvegardés.

Quelques points ont été soulevées au sujet de la marja'iyat (l'autorité religieuse) et ses exigences. Je demande instamment aux représentants du gouvernement d'y accorder une attention particulière et de noter ces points.

Une critique a également été avancée au sujet des productions culturelles. C'est une critique que je confirme et qui est tout à fait valable. Nos productions culturelles ne sont pas à la hauteur. Bien que nous ayons de bons artistes, de bons auteurs et de bons acteurs, nous avons rarement produit des œuvres qui répondent totalement à nos besoins culturels. Il est nécessaire que les responsables culturels travaillent davantage dans ces domaines. Bien sûr, vous savez que de telles choses ne peuvent se faire du jour au lendemain. Nous ne pouvons pas décider de produire des œuvres culturelles et produire dix ou vingt films révolutionnaires et islamiques, en six mois ou un an. Ces travaux exigent des moyens et sans ces moyens, aucun résultat ne sera obtenu. Une partie des infrastructures nécessaires n'a pas encore été construite et devrait être construite par les différents gouvernements et responsables gouvernementaux. Ces infrastructures ont aussi été détruites à certaines époques ainsi que certaines parties de nos fondements idéologiques et culturels. Il est temps que nous nous occupions de ces problèmes. Cependant, la critique est tout à fait valable et j'ai fait la même critique à l'IRIB (Radiotélévision nationale), au ministère de la Culture et de l'Orientation islamique, à l'Organisation d'information islamique et aux organismes chargé des questions artistiques. J'ai constamment organisé des réunions avec les responsables de ces organisations, présenté mes arguments et mes raisons, et ai été obligé malheureusement d'assumer les responsabilités de l'exécutif. Par exemple, j'ai récemment organisé de nombreuses réunions avec les responsables des questions culturelles dans le pays sur les questions artistiques et cinématographiques, les arts dramatiques et d'autres domaines. Nous avons discuté de ces questions et j'espère que nos discussions produiront de bons résultats. En tout cas, cette revendication que vous avez été exprimée est légitime.

Un des messieurs a souligné un point sur la privatisation de la culture et des affaires sanitaires, et je crois que son point de vue est valable. La privatisation dans sa définition particulière, est limitée aux sociétés définies dans l'article 44 de la Constitution. Je crois que la privatisation ne concerne pas la culture, la santé et d'autres domaines de ce genre. Les responsables m'ont précisé certains points à cet égard. Je crois que cette critique est une critique valable et qu'il est nécessaire d'y prêter attention.

Les politiques étrangères et l'exportation de la Révolution par nos étudiants sont de bonnes choses. Ce ne sont pas des choses vaines. Non, certainement elles renferment certains avantages mais il faut prêtez attention au fait qu'à l'heure actuelle, beaucoup de choses sont faites dans ces domaines. Beaucoup de choses sont faites pour l'établissement de relations avec les musulmans et différents pays d'Asie, d'Afrique et d'Amérique latine. Il n'y a pas de pays musulmans en Amérique latine, mais il y a des communautés libanaises, arabes, chiites et sunnites dans les pays d'Amérique latine comme le Brésil. Beaucoup de choses sont faites dans ces endroits. Vous, chers jeunes, pouvez ne pas apprécier les choses qui sont faites mais je crois qu'elles ne présentent aucun problème si elles sont basées sur des plans et des programmes précis. Certaines déclarations ont été faites au sujet de discriminations qui m'ont semblé douteuses, mais certaines critiques étaient vraiment valables.

Certains ont aussi mentionné les raisons pour lesquelles nos élites quittent le pays. Une étudiante a dit que les élites qui quittaient le pays mentionnaient certaines choses qui auraient dû être faites et n'ont pas été faites, et certaines choses qui ne devraient pas être faites et ont été faites. Je ne rejette pas ces arguments qui peuvent être tout à fait valables mais la plupart du temps, les élites qui décident de quitter le pays après des études universitaires, ne quittent pas vraiment le pays pour ces raisons. Ce sont des prétextes. Il y a des gens dans les pays de destination qui vantent les qualités de ces pays et disent qu'il y a de bonnes possibilités d'emploi, poussant ces diplômés à y aller, en espérant trouver une situation très favorable. Il y a des organisations gouvernementales qui ont besoin des capacités scientifiques et du talent de nos jeunes, mais il y en a aussi dont le motif est de lutter contre la République islamique. Par conséquent, ils investissent et attirent nos jeunes dans leur pays. Bien sûr, certains jeunes qui quittent le pays réussissent à l'étranger mais d'autres ne réussissent pas. Il y en a certains qui se rendent compte que c'était une erreur de quitter le pays. D'autre part, nous avons des jeunes qui ont quitté temporairement le pays pour des études universitaires et ont reçu une bonne formation à l'étranger, mais qui sont revenus pour des questions religieuses. On ne doit pas penser que nos jeunes quittent le pays en permanence et n'y reviennent plus. Il y a des jeunes qui ont quitté le pays pour étudier à l'étranger et sont revenus progressivement. J'en connais beaucoup. Certains d'entre eux sont des gens exceptionnels et parfois des génies. Ils reviennent et travaillent à l'intérieur du pays. Il est faux de penser que nos jeunes quittent le pays en permanence, non, certains reviennent et il y a certaines facilités pour eux à l'intérieur du pays, qui leur permettent de travailler.

Un des amis a mentionné la question de l'attaque du dortoir de l'Université de Téhéran. J'ai suivi la question attentivement. Bien entendu, la question n'a pas été traitée aussi rapidement qu'il l'aurait fallu. Il est nécessaire de faire avancer les choses à cet égard et inshallah, nous le ferons. Vous ne devez pas penser que cette question a été oubliée, non, mais il y a beaucoup de questions et le travail est lourd. Il manque peut-être de motivations dans certains organismes qui ralentissent le processus, mais inshallah, les choses vont avancer.

Certains ont souligné que des mesures disciplinaires et de sécurité avaient été adoptées dans nos universités. Je ne sais pas de mesures disciplinaires et sécuritaires il s'agit mais je sais que la discipline est nécessaire dans les universités. Il y a peut être eu des exagérations dans une université, c'est possible, mais la discipline et la sécurité sont nécessaires. On ne peut pas négliger les milieux académiques qui sont la cible de la plupart des complots des ennemis. Vous, les étudiants, devez savoir que vous êtes particulièrement ciblés. Parfois, quand on veut mettre en évidence une chose en particulier sur les photos et les vidéos, on l'entoure d'un cercle rouge. L'ennemi a mis un cercle rouge autour des étudiants. L'ennemi vous a désignés comme la cible principale de ses plans et veut vous éloigner de votre chemin, vous rendre indifférents à la destinée du pays et aux intérêts de la Révolution. Comment peut-on ignorer les universités ? Il est nécessaire de prêter attention aux universités mais bien sûr, je crois que des attitudes radicales et extrémistes ne sont jamais bonnes, surtout dans ce cas.

Un des amis a dit que la pensée et la science ne devaient pas être dictées. Je ne suis pas au courant d'une telle chose. Dans notre société, ni la pensée ni la science ne sont dictées. S'il vous plaît, indiquez-moi où cela s'est produit car c'est moi qui doit empêcher que de telles choses se produisent. Je soutiens la liberté de pensée. Bien sûr, la liberté de pensée ne doit pas s'exprimer à la télévision mais dans des discussions spécialisées. Vous pouvez organiser une réunion entre étudiants sur une question politique particulière où deux, cinq ou dix spécialistes présenteront leurs arguments. C'est cela la liberté de pensée. La même chose est vraie dans les discussions religieuses et idéologiques entre les différentes confessions dans le monde. La même chose est vraie dans les questions scientifiques. Par conséquent, les discussions doivent se faire dans le cadre de réunions spécialisées. Un débat de deux personnes à la télévision ou à la radio, n'aboutira pas nécessairement à la victoire de celui qui a raison. La personne qui est plus expérimentée et plus habile, gagnera le débat. Par conséquent, il doit y avoir une liberté de pensée dans toutes les discussions spécialisées mais ces discussions et ces débats ne sont pas adaptés aux lieux publics. Cela ne signifie pas que quelque chose est « imposé d'en haut ». Non, après tout, si une idée juste est mise en avant : « Par la sagesse et la bonne exhortation appelle (les gens) au sentier de ton Seigneur. Et discute avec eux de la meilleure façon » [Coran, 16: 125]. Que sont cette «sagesse» et cette «bonne exhortation » ? Pour appeler les gens « au sentier de ton Seigneur ». La sagesse et la langue appropriée sont des principes dans l'appel des gens à Allah le Très-Haut, et tout le reste. Le langage qui est utilisé pour inviter les gens à Dieu doit être approprié, mais la direction de l'invitation doit également être précisée. Il n'est pas raisonnable de laisser une invitation ouverte qui égarerait des gens. Il est nécessaire de guider les gens. N'êtes-vous pas d'accord avec le fait que les gouvernements sont chargés de guider la pensée du peuple ?

En tous cas, le point qui a été soulevé était très bon. Les amis qui ont pris la parole à cette réunion, ont fait des commentaires vraiment bons. Un des amis a déclaré que leur cœur était en sang à cause des hommes de droite et de gauche du Président. Vos cœurs peuvent- à Dieu ne plaise- être en sang, mais je vous dirais que ces choses ne sont pas nos principaux problèmes. Les critiques sont peut-être valides mais je ne veux pas porter un jugement à cet égard. Il y a peut-être certaines critiques à faire contre une personne ou une mesure particulière, mais ce qui est important est que nous divisions nos questions en questions primaires et secondaires. Les questions secondaires ne doivent pas prendre la place des questions prioritaires dans nos motivations, nos efforts et notre énergie. C'est tout ce que je veux dire. Je ne vais pas vous critiquer parce que vous aimez ou n'aimez pas telle ou telle personne, vous êtes libres d'aimer ou de détester qui vous voulez et il n'y a rien de mal à cela. Je ne vous blâmerai pas non plus pour avoir exprimé une critique particulière qui n'a pas de conséquences néfastes. Je crois qu'exprimer ces critiques ne cause aucun problème mais il faut prendre soin de ne pas laisser ces choses marginaliser les questions essentielles. Les problèmes importants sont ailleurs.

Certains points ont été signalés au sujet de la privatisation de l'économie et de l'application de l'article 44 de la Constitution. Nos responsables gouvernementaux affirment qu'ils sont en train de mettent en œuvre l'article 44 de manière appropriée. Bien entendu, il y a certains opposants qui protestent, à la fois au Majlis et dans d'autres endroits, et disent que l'article 44 n'a pas été convenablement appliqué mais nos responsables n'acceptent pas ces critiques et disent qu'ils sont en train de l'appliquer de manière appropriée. Je crois que c'est une question qui devrait être posée et que les responsables devraient organiser des réunions avec les associations d'étudiants. Ils doivent convaincre nos étudiants que les mesures qu'ils ont adoptées sont des mesures efficaces. S'ils ne peuvent pas convaincre nos jeunes, ils doivent revoir leurs mesures.

Vous avez également fait certaines critiques à l'IRIB. Vos critiques sont valables. Vous avez critiqué le fait que nos responsables discutent publiquement de leurs désaccords. Vos plaintes sont légitimes. J'ai fait les mêmes critiques à ces messieurs. J'en ai discuté avec eux et j'ai même manifesté une certaine colère.

Vous avez parlé des gens qui s'étaient rassemblés devant le Majlis. Bien entendu, je ne ferai pas de commentaires à cet égard sauf que vous vous plaignez constamment du fait que les responsables du gouvernement ne sont pas accueillants aux critiques, alors que vous devriez aussi accepter les critiques. Accepter les critiques n'est pas uniquement le devoir des représentants du gouvernement. Si une critique valable est faite aux étudiants, ils doivent l'accepter. Un grand nombre de personnes se sont rassemblées devant le Majlis et ont crié certains slogans qui n'étaient pas mauvais et d'autres au milieu, ont crié des slogans plus radicaux. Je ne dis pas que ces gens étaient mauvais, non, ils ont juste donné une réponse radicale et inappropriée, et ont fait preuve d'immaturité. Mais si vous pensez que ces slogans étaient radicaux et excessifs, vous devez le reconnaitre et accepter les critiques. Vous ne devez pas protester systématiquement contre tout ce qui n'est pas en faveur des étudiants. Il pourrait y avoir certaines critiques valables contre vous, que vous devez accepter.

Certains ont également souligné qu'ils envisageaient de travailler sur la Wilayat, ceci est très appréciable, et ont donné des explications sur l'organisation de réunions intellectuelles qui m'ont fait très plaisir. Il a également été souligné qu'un plan scientifique général différent du plan existant, a été préparé : Je me réjouis de ces plans. Donnez-le-moi. Mon bureau chargé des relations publiques doit écrire le nom de ce monsieur et suivre cette question. L'idée des camps d'étudiants est également très appropriée et je suis également d'accord avec un l'idée d'un programme de rencontres.

J'avais noté beaucoup de points pour en discuter mais malheureusement, nous n'avons plus assez de temps pour une longue discussion, je les présenterai donc brièvement. Tout d'abord, prenez soin de ne pas laisser les associations d'étudiants se ramifier ou entrer en conflit les unes avec les autres en raison de différences de goût. C'est un des aspects importants de cette unité que je recommande à tous les gens. Ce sont les principes et les fondements intellectuels qui entrainent une séparation ou une cohésion. Quand les gens ne s'entendent pas sur les principes de base, ils se divisent. Mais quand les gens partagent un ensemble de principes intellectuels, ils se rapprochent les uns des autres. Ce n'est pas vrai pour les goûts et les tendances personnelles. Chaque personne a ses propres goûts. Certains sont des étudiants d'ingénierie, d'autres sont des étudiants d'arts et d'autres sont des étudiants de médecine. Ces trois groupes ont des goûts différents et dans chaque groupe, il y a aussi une grande variété de goûts et de tendances. Une personne peut aimer une chose alors qu'une autre peut la détester. Ne laissez pas de telles choses vous séparer les uns des autres. Je crois que cette attitude très importante.

Le deuxième point est que vous devez avoir votre propre analyse et adopter des positions sur les questions qui concernent le destin du pays. La déclaration de Téhéran a été une importante déclaration. Quelle est votre analyse de la déclaration ? Quelle est votre position à ce sujet ? Êtes-vous d'accord ou non avec cette déclaration ? Le Conseil de sécurité a émis la résolution 1929 contre la République islamique, et les États-Unis et l'Europe ont décidé d'imposer des sanctions unilatérales contre l'Iran. Quelle est votre analyse de ces évolutions ? Ces évolutions sont significatives. Quelle est votre position sur ces enjeux ? Que doit faire l'Iran ? Devons-nous croiser les bras et nous résigner quand ils froncent le sourcil, nous imposent des sanctions ou montrent les dents ? Devons-nous reculer ? Quelle est votre analyse ? Il y a des groupes politiques dans le pays qui estiment que nous devons reculer dans de tels cas. Ils disent que nous devrions faire marche arrière quand l'adversaire devient trop menaçants et montre les dents. Acceptez-vous cette analyse ? Faut-il reculer ou croyez-vous que toute marche arrière enhardirait l'ennemi ? Dès qu'ils réaliseront que nous avons peur de leurs menaces, ils fronceront encore plus les sourcils. Dès qu'ils se rendront compte qu'attaquer ou menacer d'attaquer nous fait reculer, ils rajouteront deux gifles pour nous faire renoncer à toutes nos revendications. Ce sont les tristes réalités du monde.

Il y a un autre point dont je voudrais parler, chers étudiants. Chers frères et sœurs, prenez au sérieux le renforcement des principes intellectuels et idéologiques. Bien sûr, je vois qu'aujourd'hui, nos étudiants font plus attention à ces principes qu'il y a sept ou huit ans, lorsque nos étudiants organisaient des discussions avec moi dans ce même lieu, au cours du mois de Ramadan. Certaines déclarations que vous avez faites montrent que ces principes ont été renforcés dans votre esprit. Mais les associations d'étudiants doivent travailler sur le renforcement des principes intellectuels et idéologiques de sorte que cette tendance s'étende plus tard, aux autres étudiants. Il est absolument nécessaire de renforcer les principes intellectuels. Toute faiblesse dans ce domaine nuira gravement aux associations d'étudiants et à toutes les autres associations du pays.

Un autre point est que toutes les associations doivent renforcer leurs relations avec les étudiants. Je crois que vous ne devez pas ignorer les étudiants. Il a été souligné qu'on envisageait d'organiser des tables rondes qui sont une mesure appropriée. C'est un des moyens par lequel les associations d'étudiants peuvent se connecter avec les étudiants. Cependant, je crois qu'il est très utile d'établir des relations avec les étudiants et les professeurs en général, tout au long de l'année et à différentes occasions.

Deux étudiantes ont parlé des sciences humaines à cette réunion. Les points qu'elles ont relevés sont valides et leurs critiques sont légitimes. Elles ont proposé exactement ce que je recherche et les choses que j'ai soulignées il y a quelques années. Bien entendu, à mon avis, nos professeurs, nos intellectuels et nos chercheurs doivent être à la recherche d'un modèle de sciences humaines en accord avec les principes islamiques et non de sciences humaines fondées de fausses philosophies matérialistes, comme c'est le cas actuellement dans les sciences humaines occidentales. Si la politique, l'économie, la philosophie, la gestion ou d'autres domaines des sciences humaines sont fondés sur une vision matérialiste du monde et sur des valeurs matérialistes, naturellement, elles ne seront pas en mesure de répondre aux besoins et aux idéaux d'une société musulmane qui a foi aux enseignements islamiques.

Je voudrais enfin dire quelques petites choses à tous les frères et sœurs qui ont assisté à cette réunion. Mes chers amis, vous devez savoir qu'heureusement, notre pays a accompli des progrès remarquables dans différents domaines. Le processus pour l'instauration de la justice a également été convenable. Cette décennie était nommé «La décennie de progrès et de justice ». Le progrès dont je parlais est un progrès scientifique, technologique, politique et moral. C'est-à-dire un progrès qui concerne tous les domaines. De bons travaux ont été faits. Tout au moins, les infrastructures ont été prévues pour de grandes réalisations et de grands élans. En ce qui concerne la justice, cette idée se généralise. Tout le monde pense qu'il est nécessaire de chercher la justice, qu'il est nécessaire d'administrer la justice, qu'il est nécessaire de répondre à ces souhaits. Ces points ont également été mentionnés dans les déclarations des amis qui se sont exprimés lors de cette réunion. Cela est en soi, une sorte de progrès.

Bien sûr, cela ne veut pas dire que nous sommes satisfaits du niveau de progrès que nous avons atteint jusqu'ici dans l'administration de la justice. Non, les exigences et les efforts sont beaucoup plus ambitieux à cet égard. Ce que je veux dire est que nous allons de l'avant et que nous faisons des progrès. Nos ennemis sont en déclin et s'affaiblissent tandis que nous, nous nous améliorons et devenons de plus en plus forts. Le système taghuti et le système oppressif et belliqueux des capitalistes dans le monde dont les États-Unis sont le symbole, est actuellement beaucoup plus faible qu'il y a dix ou vingt ans. En revanche, la pensée islamique et la République islamique sont beaucoup plus puissantes, ont progressé et sont mieux préparées qu'il y a dix ou vingt ans.

Aujourd'hui, nos jeunes sont meilleurs et mieux préparés qu'il y a dix ans et les jeunes fidèles d'il y a dix ans sont actuellement actifs dans différents domaines. Par la grâce d'Allah, dans l'avenir vous serez aussi actifs dans les différents secteurs du pays. Préparez-vous pour les épreuves difficiles. Nous faisons des progrès. En dépit de toutes les hostilités des ennemis, le régime islamique a fait des progrès au cours de ces trente deux dernières années. Nos ennemis ne sont pas aussi puissants qu'il y a 30 ans. Aujourd'hui, les États-Unis ne sont plus aussi puissants qu'il y a trente ans. J'ai fait la même remarque il y a quelques jours, lors d'une réunion avec nos représentants du gouvernement et j'y crois fortement. Il y a beaucoup de preuves qui vont dans ce sens. L'administration de Reagan était bien plus puissante que l'administration d'Obama ou de Bush Junior. C'est une réalité. Ils se sont affaiblis. Rien ne montre que ce déclin sera interrompu. En revanche, il y a beaucoup de signes qui montrent qu'inshallah, la nation iranienne et la République islamique feront des progrès encore plus rapides dans l'avenir.

Mon Dieu ! Accorde Ta miséricorde et Tes bénédictions aux cœurs de ces jeunes fidèles. Mon Dieu ! Fais que ce que nous avons dit dans cette réunion serve Ta cause. Accepte de nous ce que nous avons dit dans cette réunion. Mon Dieu ! Fais que notre vie et notre mort servent l'Islam et Ta cause. Mon Dieu ! Ne nous sépare pas de Tes saints, de Tes amis et de Tes serviteurs élus. Rends le cœur sacré de l'Imam du Temps (AS) heureux et satisfait de nous. Rends l'âme de l'imam Khomeiny et de nos martyrs, heureuse et satisfaite de nous. Fais que les cœurs de ces frères et sœurs se rapprochent les uns des autres dans l'unité, le droit chemin et le sentier divin.

Que les salutations soient sur vous et que la miséricorde d'Allah et Sa bénédiction vous accompagnent !

 
< Précédent   Suivant >

^