Skip to content

Galerie

Photo
Audio

Perspectives

Imam Khomeiny

Biographie
Discours du Guide suprême aux membres de l'Assemblée des experts Version imprimable
16/09/2010

Ce qui suit est le texte intégral d'un discours prononcé le 16 septembre 2010 par l'Ayatollah Khamenei, Guide suprême de la Révolution islamique, lors d'une réunion avec le chef et les membres de l'Assemblée des experts.

Au nom d'Allah, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux

Louange à Allah, Seigneur de tous les êtres, paix et salutations à notre maître et prophète, Abel-Qassem Al-Mustafa Mohammad (AS) et aux membres de sa famille immaculée (AS), et que la malédiction d'Allah tombe sur tous leurs ennemis.

Allah le Très-Haut, dit dans Son Livre : « C'est Lui qui a fait descendre la quiétude dans les cœurs des croyants afin qu'ils ajoutent une foi à leur foi. A Dieu appartiennent les armées des cieux et de la terre; et Dieu est Omniscient et Sage. Afin qu'Il fasse entrer les croyants et les croyantes dans des Jardins sous lesquels coulent les ruisseaux où ils demeureront éternellement, et afin de leur effacer leurs méfaits. Cela est auprès de Dieu un énorme succès. Et afin qu'Il châtie les hypocrites, hommes et femmes, et les associateurs et les associatrices, qui pensent du mal de Dieu. Qu'un mauvais sort tombe sur eux. Dieu est courroucé contre eux, les a maudits et leur a préparé l'Enfer. Quelle mauvaise destination ! A Dieu appartiennent les armées des cieux et de la terre; et Dieu est Puissant et Sage » [Coran, 48: 4-7].

Je tiens tout d'abord à remercier les honorables messieurs ici présents, les frères et membres de ce grand organisme de la République islamique qui ont organisé cette réunion et mentionné ces points importants. Je voudrais également exprimer ma gratitude au Président et Vice-président pour leurs déclarations et la présentation de ce bref rapport sur les questions principales de cette Assemblée.

Une caractéristique de la réunion d'aujourd'hui est qu'elle se déroule à l'approche du mois de Ramadan qui est le mois du culte, de la sincérité, de la connexion à la source de gloire et de puissance, et un mois de paix spirituelle résultant de l'évocation de Dieu. « Certes, par l'évocation d'Allah les cœurs se tranquillisent » [Coran, 13: 28]. Un des avantages importants de ce mois sacré est que l'agitation, les anxiétés et le stress qui existent dans nos cœurs et nous attirent d'un côté et de l'autre, sont atténuées pour laisser la paix divine s'installer dans nos cœurs. Si Allah le Très-Haut, accorde cette bénédiction à quelqu'un, sa foi, son amour et son amitié à l'égard de Dieu augmenteront. « Afin qu'ils ajoutent une foi à leur foi » [Coran, 48: 4]. Heureusement, les gens ont toujours tiré le meilleur profit de ce mois et de l'Eid ul-Fitr qui le clôture. J'ai reçu de nombreux rapports bien documentés, avec des photos de partout dans le pays sur la spiritualité, l'attention aux questions spirituelles, les cérémonies d'Ehya [de veille spirituelle] et de la Journée de Qods. Heureusement notre peuple, particulièrement les jeunes, ont profité au maximum du Ramadan, cette année. Les qualités spirituelles de ce mois ont éclairé les cœurs comme un faisceau de lumière et ont inondé les âmes comme une pluie bénie.C'était magnifique. J'espère que Dieu nous aidera à ne pas nous distancer de ces bénédictions et de bénéficier de ce mois sacré, comme les gens l'ont fait.

Bien sûr, cette attention aux questions spirituelles et ces bénédictions divines qui apparaissent sous différentes formes dans les conversations quotidiennes, ne doivent pas nous faire perdre notre vigilance. Ce sont de bonnes choses et l'état spirituel de notre société est satisfaisant mais nous ne devons pas ignorer les "plans divins" [Coran, 3: 54]. Nous ne devons pas relâcher notre attention. Le manque d'attention peut contribuer à des erreurs et au châtiment que Dieu le Très-Haut, peut envoyer à une nation à cause de son ingratitude. C'est un grand danger.

Heureusement, il y a eu quelques événements qui nous ont ouvert les yeux. Ces événements, ces attaques et cette offense honteuse au Saint Coran aux États-Unis nous ont ouvert les yeux. Ce sont des alertes pour préserver les gens de l'inattention à leur environnement et d'un sommeil profond. C'est une grande bénédiction. Nous avons eu des événements de ce genre, au long de notre Histoire et dans l'Histoire de la Révolution, et les gens fidèles, perspicaces et vigilants en ont bénéficié et ont tiré leçon de l'hostilité des ennemis.

Je ne me souviens pas où j'ai lu cela mais tout le monde savait que le livre « Fajr al-Islam », écrit par l'auteur égyptien, Ahmad Amin, contenait de nombreuses insultes et accusations contre l'islam chiite. Plus tard, il a écrit « Zahi al-Islam », « Zuhr al-Islam » et « Asr al-Islam » et a continué ses insultes. Après la publication de "Fajr al-Islam", des personnalités religieuses et des intellectuels du Centre islamique de Najaf ont pensé apporter des réponses et le cheikh Agha Bozorg Tehrani a écrit le livre « Az-Zorriyah ». Le défunt Sayed Mohsen Jabal Ameli a écrit son fameux livre "Rijal" ainsi que « A'yân al-chiah», et le défunt Sayed Hassan Sadr a écrit le livre « Ta'sis al- chiah le Funun al-Islam ». Ils ont défendu l'islam chiite de cette manière et le livre « Fajr al-Islam » qui n'avait que de 300 ou 400 pages, a contribué à ce que les savants chiites rédigent plusieurs grandes encyclopédies. Cela a été une sonnette d'alarme qui a réveillé les musulmans chiites pour qu'ils prennent conscience de ce qu'ils devaient faire.

Cela a toujours été le cas. Au début du livre « Mabsut » que le cheikh al-Tusi a écrit à la fin de sa vie, il dit : « Nous avons entendu nos adversaires humilier beaucoup notre fiqh qu'ils ont accusé de ne pas avoir de principes secondaires et d'autres choses de ce genre. C'est la raison pour laquelle j'ai écrit ce livre». Ce livre impressionnant contient tous les principes secondaires et cheikh al-Tusi lui-même, a écrit au début du livre, qu'il n'avait pas vu un livre dans n'importe quelle branche du fiqh, qui contienne autant de principes secondaires. Une insulte et une critique ont abouti à une telle œuvre. De même, au début d'un livre intitulé « Rijal », qui est un des meilleurs et des plus essentiels documents de base dans la science des hadiths depuis plus d'un millier d'années, le cheikh Najashi a écrit qu'il avait entendu «l'honorable Sayed» apparemment, Sayed Morteza, dire: «Nos adversaires disent que nous manquons de bases (scientifique)» et j'ai rédigé ce livre pour démontrer le contraire ».

Voyez comment ces grandes personnalités utilisaient ces événements. Je crois que c'est la meilleure façon pour réagir à ces événements amers. Cela ne signifie pas que la profanation du Coran est une chose insignifiante, au contraire, cela est extrêmement grave, hideux et honteux mais de tels événements doivent être un avertissement et nous tenir en éveil. Nous devons rester vigilants et comprendre que «l'ennemi ne s'endort pas quand nous dormons» [Nahjul Balaghah, Lettre 62]. Si nous dormons, il ne faut pas nous imaginer que l'ennemi dort aussi, dans sa tranchée. L'ennemi est en éveil et complote contre nous.

Je crois que cela était vrai dans la fitna de 2009 qui a été une sonnette d'alarme. Quarante millions de personnes ont participé aux élections présidentielles. Nous sommes tous heureux que les gens soient allés aux urnes et aient voté très tôt le matin jusque tard dans la nuit, bien sûr le taux de participation n'avait pas encore été annoncé mais tout le monde se réjouissait de cette grande participation. Soudain, une fitna a commencé. La fitna nous réveille et dit : «Ne vous endormez pas. Faites attention aux dangers qui sont en face de vous». La fitna est un moyen pour repérer les dangers. Je crois que tous les événements devraient être considérés de cette manière.

Permettez-nous de jeter un regard sur les enjeux nationaux et internationaux pour voir quelles leçons nous devons en tirer. Voyons quelles leçons nous pouvons tirer de ce qui se passe actuellement dans le monde et dans notre pays.

En ce qui concerne les questions internationales, ce qui est évident et plus important que tout le reste, est que le camp adverse est devenu hyperactif. L'hyperactivité est une maladie qui affecte les enfants et les adolescents. L'hyperactivité signifie un surcroit d'activité. Ceux qui souffrent d'hyperactivité font des choses différentes mais n'arrivent pas à se concentrer et à s'organiser, et n'ont pas un objectif précis. Trop d'activités sans but, conduisent souvent à l'échec. Nous pouvons le constater aujourd'hui, dans le camp adverse. Ils se sont lancés dans différentes activités, des sanctions, des résolutions, des calomnies, une propagande négative contre la République islamique et le renforcement des ennemis de l'intérieur. Pour utiliser un terme sportif, ils ont dopé nos ennemis à l'intérieur, et injecté des dopants qui n'ont pas d'effet réel sur les activités.

L'année dernière, en pleine fitna, un des réseaux sociaux d'internet qui était en contact avec les opposants, avait l'intention de fermer temporairement pour des raisons techniques. Ce site diffusait des nouvelles sur les événements qui se passaient à l'intérieur du pays, transmettait les ordres émis à l'extérieur du pays, créait tout un vacarme et manipulant l'opinion. Ils voulaient fermer temporairement le site mais le gouvernement américain ne les a pas laissé faire. Le gouvernement américain a dit que s'ils fermaient temporairement le site même pour des raisons techniques, cela nuirait aux opposants qui se trouvaient à l'intérieur de l'Iran. Ils ont empêché la fermeture du site et ont aidé nos opposants de cette manière, en leur offrant diverses autres formes de soutien.

Aujourd'hui, ils utilisent toutes sortes de moyens de communication, de moyens politiques, culturels et économiques, afin d'empêcher les sanctions d'échouer et leur donner une plus grande efficacité. Le gouvernement américain a chargé un de ses hauts responsables économiques et financier, de cette tâche. Son rôle est de guider certains comités, de voyager dans différentes parties du monde, de contacter les chefs d'état et les dirigeants des différents pays pour les encourager à agir contre l'Iran. Je crois que cette hyperactivité de la part du front de l'arrogance et des ennemis de la République islamique est un des événements les plus importants.

Eh bien, il y a plusieurs leçons à tirer de cet événement. La première est que cet événement a été causé par la montée de l'éveil islamique. Quand vous voyez que le camp adverse est nerveux, se bat désespérément, est hâtif, se livre à diverses activités et amplifie ses négociations, cela est le signe que nous avons acquis assez de puissance pour l'intimider. Si nous étions faibles et vulnérables, s'ils pouvaient nous mettre à genoux d'un coup de pouce, ils ne feraient pas tous ces efforts. Ces efforts montrent la puissance de leur ennemi. Ceci est une vérité dont je parlerai plus tard.

De notre côté, notre camp est devenu plus puissant par rapport aux trois dernières décennies. Nous avons acquis une plus grande expérience. Nous sommes plus avisés. Nous avons plus de liberté d'action. De l'autre côté, l'ennemi s'est affaibli. Un jour, le monde de l'arrogance était unanimement contre l'Iran. Il n'y avait aucune exception. Cela a été le cas pendant la première décennie après la Révolution. L'U.R.S.S n'était pas seulement un pays mais une puissance qui comptait un nombre impressionnant de pays dont le centre était la Russie actuelle. Toute l'Europe de l'Est leur appartenait. La majorité des pays africains et des pays d'Amérique latine étaient avec eux, et de nombreux pays d'Asie les suivaient. Ils étaient tous contre la République islamique. A cette époque, nous ne trouvions personne qui nous fournisse des armes ordinaires. Aucun pays dans le monde ne nous vendait du matériel militaire classique comme les chars. Au cours de ma présidence, j'ai fait un voyage en Yougoslavie. Apparemment, ils m'ont accueilli chaleureusement et ont été très respectueux. Ils m'ont fait aussi beaucoup d'éloges mais en dépit de mes efforts, n'ont pas accepté de nous vendre des armes. La Yougoslavie était un pays indépendant, ni allié de l'Ouest ni du bloc de l'Est mais elle a refusé de nous vendre des armes, que dire des autres pays.

De l'autre côté, le bloc occidental était constitué des États-Unis et de l'Europe. La France qui diffuse actuellement des propagandes négatives contre nous et parle contre nous, envoyait à l'ennemi des Mirages, des avions de combat et des "Super-Étendard" qui étaient utilisés contre nous. A cette époque, les attaques que ces pays contre nous étaient beaucoup plus graves qu'aujourd'hui. Par exemple, aujourd'hui, les Allemands - leur chancelier ou d'autres personnes - qui ont quelques commentaires négatifs dans leur propagande, fournissaient à cette époque des armes chimiques à Saddam Hussein et lui construisaient des usines d'armes chimiques. Ces jours-là, leur inimitié était plus opérationnelle et plus active.

Aujourd'hui, la situation est différente. Ils ne peuvent plus agir de cette manière. Cela ne signifie pas qu'ils soient devenus plus honnêtes et plus fiables mais que le terrain ne leur est plus aussi favorable. Ils voient qu'ils ne peuvent rien faire. La République islamique est devenue de jour en jour, plus importante et plus puissante au point que l'Occident estime aujourd'hui, que son ancienne hégémonie sur le monde de l'Islam, est en danger. Ceux qui étaient libres de faire ce qu'ils voulaient dans les pays islamiques et les pays arabes, se sont rendu compte qu'il ne leur est plus possible de faire la même chose aujourd'hui. La vague d'éveil islamique les a contraints à reconnaitre ces réalités. Ils ont cependant du mal à réviser leurs vieilles habitudes. Dans certains pays qui sont clairement dépendants de l'Occident au grand mécontentement des gens, ils cherchent à réviser certaines de leurs manières dans l'espoir de pouvoir régler les choses mais ils ne peuvent pas le faire. Ils sont dans une impasse. Aujourd'hui, l'Occident est dans cette situation et le résultat naturel de leur faiblesse est de recourir à de telles politiques et à ces résolutions qui n'ont pas été approuvées par les peuples ni même les gouvernements. Nous savons très bien que certains gouvernements qui sont membres du Conseil de sécurité et ont apposé leur signature à ces résolutions, ont été obligés de le faire. Ils sont dans une situation où ils doivent observer certains gestes politiques. C'est une réalité.

Les événements qui se sont produits en Iran pendant ce temps comme la résolution 1929, la profanation du Saint Coran, les commentaires explicitement hostiles contre la République islamique et les événements de l'année 2009 où les ennemis arrogants étaient sans aucun doute impliqués, montrent que le camp adverse est conscient de notre puissance. Notre puissance et notre force effraient le camp adverse. Ceci est visible dans leurs déclarations quand ils disent que s'ils ne parviennent pas à prendre des mesures, l'Iran deviendra le pays le plus puissant du Moyen-Orient et que l'influence iranienne au Moyen-Orient va augmenter. C'est ce qu'ils disent. C'est le premier point.

Le deuxième point est que ces événements doivent nous rendre plus vigilants. Nous ne devons pas relâcher notre vigilance. Il ne faut pas s'endormir. Il est très dangereux que ces événements et la montée en force du camp islamique et de la République islamique nous délivrent de toutes nos préoccupations, nous font dormir dans un faux sentiment de sécurité et nous rendent orgueilleux et négligents. Nous devons considérer cela comme une alarme. Que devons-nous faire ? Nous devons nous réformer. La réforme constante est une de nos responsabilités. Comment faut-il se réformer ? Nous devons commencer par nous-mêmes. Par exemple, je dois commencer par moi-même et les autres doivent agir de même. Nous devons réformer notre relation avec Allah, le Très-Haut, réfléchir sur les choses au sujet desquelles Allah le Très-Haut, nous interrogera. « Fais-moi faire les actes sur lesquels Tu m'interrogeras demain » [Sahifa Sajjadiya, dua 20]. C'est une chose que nous devons toujours garder à l'esprit. Je ne dis pas qu'il faut commencer à améliorer les autres quand nous aurons fini de nous améliorer nous-mêmes. L'amélioration individuelle n'est pas si facile mais si nous commençons à nous réformer nous-mêmes, il sera plus facile de réformer notre société. Réformer la société est plus facile que se réformer soi-même. Dans notre grande communauté iranienne, il y a des cœurs qui sont prêts à écouter un raisonnement logique. Nos jeunes et nos hommes et femmes fidèles, dans les différentes régions du pays, des gens très instruits dans les couches inférieures de notre société, sont accueillants aux arguments logiques. Si nous leur parlons, ils écouteront et s'ils écoutent, notre raisonnement aura un effet qui se manifestera dans leur comportement. La réforme de soi est une question très importante.

Une autre question importante consiste à renforcer le moral de notre peuple. Si mon discours ne dure pas trop longtemps, j'examinerai cette question plus tard. Renforcer le moral de notre peuple est une de nos principales responsabilités en tant que représentants du gouvernement et en tant que religieux. C'est une responsabilité que nous ne devons jamais oublier.

L'unité véritable est la prochaine question que je veux aborder. Tout le monde parle de l'unité. Nous le faisons tous. Nous parlons tous de l'unité mais nous devons en faire preuve dans l'action. L'unité signifie renforcer et mettre en valeur nos ressemblances plus que nos différences. Le simple fait que quelqu'un nous ennuie ne devrait pas nous faire dire ou faire quelque chose qui aille à l'encontre des intérêts du pays comme cela est parfois arrivé. Le fait que nous soyons fâchés contre quelqu'un, pour une certaine chose qu'il a faite ou dite, influe sur tous nos comportements. Ce n'est pas normal. Nous devons examiner ce que nous avons en commun et identifier les questions principales. Quelques-unes des questions que nous soulevons et mettons en relief, ne sont pas des questions essentielles. Il y a des problèmes plus importants qui devraient être soulignés. Voyez ce que l'ennemi a ciblé dont je discuterai plus tard.

Identifier l'ennemi, ses méthodes et ses tactiques constitue le troisième point. Que fait l'ennemi ? Je dirais que les deux plus importantes tactiques de l'ennemi consistent à couper les gens du gouvernement et à séparer les gens des principes religieux, des enseignements islamiques et de la charia. Ce sont deux choses qu'ils envisagent de faire et ils ont identifié la bonne voie parce que le peuple est le soutien du régime islamique. Ils savent que s'ils arrivent à séparent les gens du régime islamique, le gouvernement perdra son unique soutien. Ils essaient donc de séparer les gens du régime islamique. Comment ? En sapant la confiance du peuple aux représentants du gouvernement. Sans tenir compte des efforts des responsables du gouvernement, de leurs activités et du nombre de bonnes mesures qu'ils ont prises, les stations étrangères et leurs machines de propagande présentent sans cesse des commentaires négatifs. Si vous écoutez ces radios, vous verrez clairement que c'est le cas. Bien sûr, cela a toujours été le cas. Couper les gens des représentants du gouvernement et miner la confiance aux responsables et aux gestionnaires, ont toujours fait partie des mesures de l'ennemi. Cela a toujours été une de leurs tactiques actuellement et à l'époque de l'imam Khomeiny. C'est pourquoi notre magnanime imam a toujours soutenu les représentants du gouvernement à cette époque, même s'il était opposé à certaines de leurs actions. Ce soutien ne signifie pas que l'imam approuvait tout ce qu'ils faisaient mais il avait l'habitude de les soutenir. D'autre part, quand un responsable du gouvernement créait des problèmes et affaiblissait la confiance du peuple aux responsables du gouvernement, l'imam réagissait aussitôt. J'agis de la même manière. J'ai toujours défendu les diverses administrations jusqu'à aujourd'hui et je ferai de même dans l'avenir. Il n'est pas juste d'affaiblir la confiance du peuple au gouvernement, que ce soit les responsables du pouvoir exécutif, législatif ou judiciaire, à cause d'une certaine mesure qui a été prise dans un coin du pays. Si les gens sentent qu'ils ne peuvent pas faire confiance au gouvernement, ils perdront aussi leur confiance en l'avenir. Il convient de penser à ce point. Cela ne doit pas arriver. Si quelques commentaires vont à l'encontre de la vérité, je m'en rends compte et j'en suis conscient mais beaucoup d'efforts désintéressés et sincères, sont déployés. Nous pouvons le voir. Les progrès qui ont été réalisés dans notre pays, n'auraient pas pu être atteints si nos fonctionnaires étaient restés assis, les bras croisés, dans leur maison. Ces progrès n'auraient pas pu être atteints sans les efforts des représentants du gouvernement. De véritables efforts sont en cours. L'ennemi veut mettre un terme à cet état de choses. L'ennemi veut affaiblir la confiance du peuple au gouvernement et que les gens sentent qu'ils ne peuvent pas faire confiance au gouvernement, au pouvoir judiciaire ni au parlement. Ils veulent ternir l'image de nos organisations gouvernementales. C'est une attitude injuste et c'est l'objectif de l'ennemi. Il est nécessaire de comprendre ce point. Il n'est pas approprié de jouer le jeu ni de compléter le puzzle de l'ennemi. Il n'est pas approprié de laisser la voix de l'ennemi se faire entendre à l'intérieur du pays. Il est nécessaire d'être vigilant à cet égard.

L'autre question est celle de la religion et des principes évidents de l'islam et de la Révolution islamique. Des doutes sont créés tout le temps, sur une série de principes comme le monothéisme, la prophétie, l'Imamat et la wilayat, ainsi que sur les règles islamiques extraites des textes religieux et de la jurisprudence islamique comme le hijab ou d'autres règles de la charia. Nous devons prêter attention au fait que ce sont des méthodes généralement utilisées par l'ennemi. Il est nécessaire d'être sage et actif. Bien sûr, tout le monde a le devoir de combattre ces efforts visant à affaiblir la religion et qui peuvent être remarqués sur les sites Internet et dans certaines déclarations. Tout le monde a le devoir de s'élever contre ceux qui cherchent à créer des sectes et à briser les normes éthiques et morales. Cela ne signifie pas que l'ennemi fait toutes ces choses à l'extérieur de nos frontières, non, il y a aussi des gens qui ont les mêmes motifs à l'intérieur du pays, et que l'ennemi renforce et canalise. L'ennemi est heureux de ces événements. Nous devons être prudents à cet égard. Nous devons être vigilants. Qui doit assumer cette responsabilité ? Est-ce le gouvernement qui doit assumer la responsabilité ? Non, cela n'est pas réservé au gouvernement. Bien sûr, il y a certaines responsabilités que le gouvernement doit assumer. J'ai dit à maintes reprises au Conseil supérieur de la Révolution culturelle au cours des différents mandants, qu'ils ne devaient pas négliger leur responsabilité dans la promouvoir de la vertu dans la société. Certains qui faisaient généralement preuve de mauvaise humeur, s'y sont opposés disant que ce serait une religion gouvernementale. Je crois que le gouvernement a certaines responsabilités à cet égard. Mais quelles sont ces responsabilités? Le gouvernement est-il responsable du redressement des croyances ? Non, le gouvernement doit préparer le terrain. C'est le clergé et les élites des universités et des centres islamiques qui sont chargés de cette responsabilité. Aujourd'hui, je vois beaucoup d'endroits qui manquent de cette présence des communautés religieuses et scientifiques.

Lorsque je fais une objection aux organismes chargés de la propagande religieuse dans le pays, ils se lancent aussitôt dans des actions qui se révèlent souvent inefficaces. La cause est le manque de connaissances scientifiques que seul le clergé possède.
Le rôle de nos centres islamiques ne se limite pas à envoyer un éloquent prêcheur à la télévision ou à la radio. Non, nos centres islamiques doivent créer des comités et des groupes de réflexion religieuse, former des laboratoires d'idées, écrire, discuter, analyser et faire des recherches sur différentes questions. Nos centres islamiques doivent publier les résultats de leurs travaux. Quand l'atmosphère générale sera rectifiée, il y aura naturellement des effets même sur la manière dont les acteurs jouent leur rôle.

Environ 200 ou 300 artistes renommés du pays ont eu une réunion avec moi. Je pense que c'était l'année dernière. Ils ont parlé et moi aussi. J'ai fait remarquer un point à cette réunion. J'ai dit que les cinéastes, les artistes, les acteurs ou les réalisateurs peuvent me dire qu'ils vont produire un film religieux par exemple sur le hijab et me demander quel doit être le contenu, où ils doivent commencer et ce qu'ils doivent dire aux gens. Ils peuvent par exemple, vouloir renforcer la foi dans la société au monothéisme et à la prophétie, ou la connaissance de la wilayat, de la wilayat du Faqih et de l'imam Khomeiny, et me demander quels sont les sujets qui conviennent. Comment un artiste qui a grandi dans un environnement non-religieux et n'a jamais étudié la religion - beaucoup d'entre eux n'ont éventuellement pas une bonne connaissance du Coran, du Nahjul Balaghah et des hadiths- soit-il quel contenu convient aux films religieux ? Mais nous le savons et devons leur préparer la voie et les aider. Si nous parvenons à organiser ces idées, les rendre compréhensibles et applicables, et les présenter comme un ensemble bien organisé, elles auront une incidence sur l'artiste qui les lit. Un artiste qui a un arrière-plan religieux peut produire un bon film, mais ces cas sont rares. Par conséquent, c'est notre responsabilité et du devoir du clergé de combler les lacunes dans ce domaine.

Voilà les quelques points que je voulais aborder au sujet des affaires étrangères dont le point essentiel concernait l'hyperactivité de l'ennemi contre la République islamique, qui est encore plus complexe et plus détaillée, et demandent de long débats et des heures de discussions.

Je voudrais faire quelques commentaires sur la situation de la République islamique, à l'intérieur et à l'extérieur du pays. Nous avons été attaqués à plusieurs reprises au cours des trois décennies glorieuses qui ont suivi l'avènement de la République islamique. Nous avons été la cible d'attaques malveillantes contre notre identité islamique et notre esprit islamique et révolutionnaire. Nous avons été la cible de nombreuses attaques au cours des trente dernières années. Ils ont manipulé et déformé nos slogans ou en souvent donné des interprétations erronées. Ils ont fait beaucoup d'efforts organisés et non isolés, pour semer le doute sur l'essence de la Révolution. Dans le passé - un passé qui n'est pas tellement lointain - ils ont enfreint la loi à plusieurs reprises. Maintes fois, ils ont présenté des prétextes pour leurs actions illégales. Ils ont agi de multiples façons mais le peuple et la Révolution ont résisté. La Révolution a tenu bon. Le peuple a tenu bon. Les fidèles représentants du gouvernement qui ont une présence active dans ce grand système, ont résisté et clarifié les questions. Heureusement la Révolution a avancé et ils n'ont rien pu faire. Vous avez vu lors des dernières élections, que le peuple n'a pas fait attention aux slogans dont les contenus étaient non-islamiques et non-religieux. Ces points sont très importants. Le peuple a choisi ceux qui avaient adopté des slogans révolutionnaires et islamiques, opposés à une vie de luxe et en faveur de la justice sociale. Ceci montre la vigilance du peuple. C'est ce que les gens aiment. Les gens nous respectent parce qu'ils aiment l'Islam et parce que nous représentons et clarifions l'islam pour eux.

C'est la caractéristique de notre peuple. Ceci est très important. Ils ont travaillé contre notre Révolution pendant trente-deux ans mais les gens sont restés fermes et les slogans révolutionnaires sont encore vivants. Les paroles de l'imam Khomeiny sont encore d'actualité aujourd'hui. Ceux qui veulent attirer l'attention du peuple répètent ce que l'imam a dit et appuient leurs revendications sur ses paroles. A une époque, la situation était complètement différente. A une certaine période dans un passé pas si lointain, certaines personnes s'opposaient apparemment à l'imam et disaient que la Révolution avait été enterrée. Ils le disaient explicitement. Certaines personnes ont dit que le peuple devait être séparé de Dieu. Ils disaient ces choses ouvertement à cette époque. Aujourd'hui, ils n'osent plus dire de telles choses. Aujourd'hui, ceux qui sont en contact avec les gens annoncent de leur tribune, qu'ils soutiennent la Révolution, l'imam et ses slogans. Ceci est très important et montre que le chemin de l'imam et de la Révolution est une voie acceptée et reconnue dans le pays.

Comme je le disais, les gens ont résisté. La fitna de 2009 a été le dernier exemple. Le peuple a tenu bon. Même ceux qui avaient voté pour un autre candidat que le Président élu, se sont soulevés contre eux (les dissidents). Vous avez vu que tout le monde a assisté aux manifestations du 9 Dey et du 22 Bahman. Tout le monde est venu. Cela montre que les séditieux étaient en nombre limité. Mais ils ont menti et essayé d'encourager les gens à les suivre. Ils ont réussi au début, mais quand ils ont été démasqués suite à certaines déclarations et actions, les gens leur ont tourné le dos. Par conséquent, le peuple se tient ferme. C'est un point important concernant la situation du pays.

Un autre point est le progrès du pays. On a parlé à plusieurs reprises de nos progrès scientifiques, et vous savez de quoi il s'agit. Pour être juste, il faut dire que des progrès exceptionnels ont été réalisés dans les domaines scientifiques et technologiques. Certaines affaires qui sont mentionnés à la télévision sont très importantes mais les efforts qui ont été déployés pour leur réalisation le sont encore plus. Il faut beaucoup d'efforts et de connaissances pour produire ou inventer dans différents domaines industriels, technologiques et scientifiques. C'est un fait incontestable, mais je crois que la confiance en soi qui s'est réveillée dans notre société est la chose la plus importante. Cet esprit et cette confiance existent chez ceux qui doivent s'engager dans la production et l'innovation.

Pour moi, cette réunion parmi les réunions organisées au cours de ce mois de Ramadan, a été une bénédiction. Nous avons eu des réunions avec les étudiants, les professeurs d'université, des savants, des représentants du gouvernement, des artisans, des responsables d'activités industriels et des gens actifs dans différents secteurs. Personne ne leur a dit ce qu'ils devaient dire dans ces réunions. Ils ont été invités à dire ce qu'ils voulaient. Les commentaires qu'ils ont faits ont montré leur haut degré de confiance en soi. Ils étaient convaincus qu'ils pouvaient travailler encore plus. C'est un point très important. C'est cet esprit que l'imam Khomeiny a voulu réveiller en nous. Cet esprit existe chez les gens, aujourd'hui. Les jeunes viennent me parfois parler. Un jeune m'a dit qu'il avait préparé un plan scientifique global qu'il me remettrait. Il a dit que le plan préparé par le Haut Conseil de la Révolution culturelle avait des lacunes. C'est le signe d'une grande confiance en soi. J'ai été vraiment ravi. Ce qu'il a préparé n'est peut-être pas aussi acceptable qu'il le pense, mais l'important est qu'un jeune étudiant décide d'élaborer un plan scientifique global pour le pays avec l'aide de quelques autres étudiants, et annonce publiquement qu'il me donnera ce plan. Cet état d'esprit existe chez nos étudiants, nos jeunes et nos professeurs distingués et fidèles. Ce sont des points importants.

Si nous voyons les réalités amères, les échecs et les faiblesses, nous devons également voir les points positifs qui sont très importants et déterminent la direction de notre mouvement. Y a-t-il un moment où nous n'avions pas de gens malveillants, opposés, faibles ou bornés. Cela a toujours existé mais ce qui pousse le pays vers l'avant est cette force motrice dont j'ai parlé. Il se peut que des gens se disputent, se bagarrent dans ce train ou jettent des ordures en dehors du train mais le train continue à avancer. Ces désaccords ne sont pas importants. Certaines personnes peuvent mal se comporter dans ce train et d'autres accomplir des prières. Il peut y avoir dans le train, beaucoup d'individus différents mais le point important est que le train avance dans une direction donnée, accompagné d'efforts, de développements, d'innovations et de façon autonome. Nous pouvons constater ces choses aujourd'hui. D'importantes réalisations ont été effectuées qui je crois, sont des acquis essentiels. Pour autant que je sache, de très bons travaux sont aussi en cours, dans le pays.

J'ai discuté d'après ce que je savais sur la situation du pays avec les frères estimé et les messieurs. Je suis conscient de la situation du pays. Je connais les différentes questions qui sont abordées. J'ai des informations détaillées sur de nombreuses questions. L'image que j'ai de la situation du pays permet de faire quelques conclusions.

Une conclusion est que les pressions de l'ennemi et les conditions difficiles ne nous ont pas affaiblis. Les difficultés et les péripéties de ces trente dernières années ne nous ont pas affaiblis.Au contraire, elles nous ont renforcés. Le Commandeur des Croyants (AS) a dit : « Mais vous devez vous rappeler que les arbres qui poussent au milieu des déserts ont un bois très solides alors que les arbres qui poussent dans les terres humides ont une mince écorce et un bois mou. Les premiers brûlent plus longtemps et donnent plus de lumière et de chaleur que les seconds» [Nahjul Balaghah, Lettre 45]. C'est une particularité des conditions difficiles. Des conditions dures et difficiles renforcent les nations, les responsables, les gestionnaires, les fonctionnaires et les dirigeants des pays. Elles ont le même effet que l'exercice physique. Elles les renforcent. Elles renforcent leur détermination. Elles les encouragent à poursuivre de plus grandes réalisations. Heureusement cela s'est déjà produit. C'est la première conclusion.

La deuxième conclusion est que les pressions qui sont exercées dans le monde sont vouées à l'échec. Nous avons pris conscience de la promesse de l'assistance divine : «Certes, Allah aidera qui défend Sa cause» [Coran, 22: 40] ; il y a beaucoup de versets coraniques à cet égard. Les pressions sont toujours vouées à l'échec. Ils exercent une pression pendant un certain temps puis quand ils voient que leur pression est confrontée à une résistance, ils y mettent fin. C'est une guerre de volontés, une guerre dans laquelle les volontés les plus fortes l'emporteront. Par conséquent, ils seront vaincus. Si le régime islamique devait céder à ces pressions, il aurait été battu dans la première décennie qui a suivi la Révolution. Comme je l'ai dit, l'ennemi était plus fort à ce moment-là et nous étions plus faibles. Nous avions moins de capacités et de moyens. Notre connaissance du monde et notre expérience étaient moins fortes qu'aujourd'hui. Heureusement ces lacunes n'existent plus aujourd'hui. Beaucoup de problèmes qui existaient à cette époque, n'existent plus. Le moral de la population s'est élevé. Aujourd'hui, les gens sont très motivés. Si, Dieu nous en préserve, une guerre avait lieu et nécessitait la présence du peuple sur le front, vous verriez que nos jeunes qui constituent la troisième génération de la Révolution, ne sont pas moins motivés ni moins déterminés que les jeunes du temps de la Défense sacrée. Ils peuvent même se montrer plus généreux et plus déterminés. C'est notre situation aujourd'hui. Par conséquent, ces pressions sont vouées à l'échec. Mais le point important est que nous devons rester vigilants. Ces pressions sont vouées à l'échec à condition que nous ne nous endormions pas, que nous ne faisions pas preuve de négligence et que les alarmes nous gardent éveillés. Ce sont les conditions préalables.

La troisième conclusion est qu'il faut renforcer l'espoir et la confiance. C'est un devoir qui nous revient, vous et moi, qui incombe aux religieux, aux responsables gouvernementaux et aux honorables dirigeants de la prière du vendredi. Vous devez envisager comme un devoir, le fait de donner au peuple espoir et confiance. Si les gens perdent leur espoir et leur confiance, l'échec sera inévitable. L'espoir est ce qui maintient un soldat sur le champ de bataille. Pour lutter, un soldat doit espérer remporter la victoire et en être sûr. Il est nécessaire de maintenir cet espoir vivant. La participation du peuple est la principale cause de la victoire et dépend de leur espoir et de leur confiance. Il est nécessaire de renforcer cet espoir dans la société. Le peuple ne doit pas être effrayé, pessimiste ou méfiant. Le Coran dit : «Certes ceux auxquels on disait : "Les gens se sont rassemblés contre vous; craignez-les" » [Coran, 3: 173]. Répandre la peur est attribué à l'ennemi dans le Saint Coran car un autre verset coranique dit : «C'est le Diable qui vous fait peur de ses adhérents » [Coran, 3: 175]. « Certes, si les hypocrites, ceux qui ont la maladie au cœur, et les alarmistes [semeurs de troubles] à Médine ne cessent pas, Nous t'inciterons contre eux, et alors, ils n'y resteront que peu de temps en ton voisinage » [Coran, 33: 60] : Répandre un sentiment de peur dans la société a été critiqué dans le Coran. Affaiblir l'espoir et la confiance de la population a été critiquée dans le Coran. Ailleurs, Dieu dit : «Par le Temps ! L'homme est certes, en perdition, sauf ceux qui croient et accomplissent les bonnes œuvres, s'enjoignent mutuellement la vérité et s'enjoignent mutuellement l'endurance » [Coran, 103: 1-3].

Nous devons nous inviter les uns les autres, à faire preuve de patience et à suivre la vérité. Nous devons nous soutenir les uns les autres. « Les croyants et les croyantes sont alliés les uns des autres » [Coran, 9: 71]. Il est de notre devoir de nous protéger les uns les autres. Par conséquent, il est nécessaire de prêter attention à l'espoir et à la confiance.

Il est nécessaire d'identifier les questions principales et de ne pas les confondre avec les questions secondaires. Cela ne signifie pas que les questions secondaires ne doivent pas être prises en considération. Non, les questions secondaires doivent également être discutées et examinées en détail mais elles ne doivent pas passer pour les principaux problèmes ni être un critère de soutien ou d'opposition. Le critère de soutien et d'opposition est la voie juste c'est à dire l'adhésion à l'Islam, à la charia, à la morale et aux principes révolutionnaires, et l'engagement aux idéaux de l'imam Khomeiny et des objectifs qu'il a désignés. Le critère est la confrontation avec les arrogants et la méfiance vis-à-vis de l'ennemi. Nous devons identifier notre ennemi. Par exemple, il ne faut pas s'opposer à un frère qui est assis dans cette salle et en même temps, éprouver de la sympathie pour un pouvoir arrogant et sans vergogne, lui demander de l'aide et lui faire confiance. Cela ne doit pas être le cas.

La question de la culture est une chose qui m'a toujours préoccupé. Comme il a été souligné à cette réunion, la culture est une préoccupation sérieuse pour les autres aussi. C'est une question importante et même plus importante que les questions économiques et politiques. Qu'est-ce que la culture ? La culture signifie la compréhension, l'interprétation et les croyances des gens, leur mentalité et leur mode de vie. La culture est ce qui pousse les gens à agir. Par exemple, si la culture dominante dans un pays, consiste au respect des responsabilités, elle guidera les actions de ce pays. Par contre, l'indifférence aux événements, aux questions, à l'avenir, aux amis et aux ennemis témoigne d'un manque de responsabilité. Le respect des responsabilités doit être inculqué dans les esprits, les cœurs et les âmes pour renforcer la culture. Le sacrifice de soi, la conscience, la discipline, la coopération sociale, la coexistence civile, le rejet du gaspillage, la réforme des normes de consommation, la maîtrise de soi, la qualité de nos productions sont des éléments de notre culture. Il est nécessaire de renforcer ces éléments dans la société. D'autres éléments culturels comme l'accomplissement de bonnes actions, la défense des idées de l'imam et de la Révolution, la solidarité islamique avec nos frères musulmans et nos concitoyens, et le soutien mutuel dans le vaste monde de l'Islam, nous ont été recommandés par le Coran, par notre raison et par notre Révolution, avec bien sûr, le respect de la morale et d'une simplicité de vie qui constituent d'autres normes culturelles de notre société.

Qui est responsable de ces affaires ? Les médias ont un rôle important mais ne fournissent qu'une forme, c'est nous qui sommes responsables du contenu. Cela nécessite des discussions approfondies qui dépassent cette réunion. Par la grâce d'Allah, j'aborderai cette question au moment approprié. Nous et nos centres islamiques sommes responsables de ces choses importantes et nous les ferons, inshallah.

J'espère que Dieu le Très-Haut, nous gardera tous sur le chemin de la Révolution et de l'Islam. J'espère que Dieu nous aidera à consacrer notre vie à l'Islam et fera que notre mort serve aussi Sa cause et la cause de l'Islam. J'espère qu'Il fera en sorte que nos paroles et nos actes servent Sa cause.

Que les salutations soient sur vous et que la miséricorde d'Allah et Ses bénédictions vous accompagnent !

 
< Précédent   Suivant >

^