Skip to content

Galerie

Photo
Audio

Perspectives

Imam Khomeiny

Biographie
Extraits de discours : la langue persane comme référence scientifique Version imprimable
13/10/2012

Ce qui suit contient quelques extraits des discours de l'Ayatollah Khamenei, Guide suprême de la Révolution islamique, dans lesquels il met en relief la question de la langue persane et son statut passé et actuel, et désigne également le statut futur qu'elle mérite:

Nous n'avons jamais imposé le persan qui est devenu fréquent en Inde de manière naturelle

Partout où les Anglais sont venus, ils ont remplacé le langage local par l'anglais et ont éliminé les langues qu'ils considéraient comme rivales. Dans le sous-continent indien, le persan était la langue officielle depuis plusieurs siècles et la langue de correspondance entre les organismes d'Etat, les gens, les universitaires, les grandes écoles et les élites intellectuelles. Les Anglais sont venus, ont interdit l'utilisation du persan en Inde et ont imposé la langue anglaise. Aujourd'hui le persan n'existe plus dans le sous-continent indien qui était un des principaux centres de langue persane. L'anglais est devenu la langue officielle dans le sous-continent indien. L'anglais est devenu la langue officielle dans la correspondance et la majorité des personnalités éminentes indiennes parlent anglais. Elles doivent parler anglais, c'est une chose qui a été imposée. C'est-ce qui s'est passé dans tous les pays où les Anglais ont débarqué à l'époque de la colonisation. Ils ont imposé l'anglais dans leurs colonies. Nous n'avons imposé le persan à aucun pays, en Inde, ce sont les Indiens eux-mêmes qui l'ont accueilli. Les personnalités éminentes indiennes composaient des poèmes en persan. Depuis le 7ème et 8ème siècle du calendrier islamique jusqu'à l'arrivée des Anglais, il y avait de nombreux poètes en Inde qui composaient des poèmes en persan, comme Amir Khosrô Dehlavi, Bidel Dehlavi et beaucoup d'autres poètes. Iqbal Lahori était de Lahore mais ses poèmes en persan sont plus célèbres que les poèmes qu'il a composés dans d'autres langues. Contrairement aux Anglais qui ont imposé l'anglais en Inde, nous n'avons jamais imposé le persan qui est devenu fréquent en Inde de manière naturelle parce que les Indiens aimaient cette langue et parce que les mystiques indiens, les savants et les grandes figures de ce pays fréquentaient des Iraniens. Mais les Anglais sont venus et ont forcé les Indiens à abandonner le persan et ont même puni ceux qui parlaient et écrivaient en persan. [1]

 

Il faut atteindre un tel niveau que ceux qui veulent avoir accès aux dernières découvertes scientifiques soient obligés d'apprendre le persan

La nation iranienne a la capacité de progresser et de devenir un modèle dans le monde. Pourquoi devrions-nous douter de nos capacités et être pessimistes au sujet de nous-mêmes, de notre nation et de notre avenir ? L'ennemi tente de développer ce manque de confiance dans notre pays depuis de nombreuses années. Ils nous avaient convaincus à une époque, que les Occidentaux étaient des pionniers et que nous devions les suivre. L'Histoire montre que c'est l'inverse qui prévalait à une autre époque où nous étions des pionniers dans le monde, dans la science, dans l'industrie et la civilisation. Nous étions les premiers dans le domaine culturel et les autres nations apprenaient de nous. Pourquoi nous ne pourrions-nous pas à nouveau, devenir des pionniers ? La détermination de nos jeunes et leur vision du progrès doivent nous permettre d'envisager ainsi l'avenir.
Lors d'une réunion avec nos jeunes étudiants et nos élites scientifiques, j'ai dit qu'ils devaient atteindre un tel niveau dans le monde que ceux qui veulent avoir accès aux dernières découvertes scientifiques soient obligés d'apprendre le persan. Nos jeunes doivent avoir à l'esprit cet objectif et travailler dans ce sens. Ils doivent être surs que c'est cet avenir certain et irréversible, qui nous attend. Nos éminentes personnalités scientifiques, politiques et culturelles doivent aller de l'avant et faire des plans en gardant cet objectif à l'esprit. Il ne faut pas nous satisfaire d'un quelconque niveau de progrès. C'est le sens du progrès. [2]

 

Un jour viendra où les peuples du monde ressentiront qu'ils ont besoin d'apprendre le persan

L'avenir s'annonce prometteur dans tous les secteurs, J'espère que nos jeunes verront le jour où la République islamique atteint la place qu'elle mérite. Une telle perspective pourrait être réalisée dans un avenir prévisible, par la génération suivante. J'espère qu'un jour viendra où les nations du monde, les savants et les intellectuels auront besoin d'apprendre votre langue et de connaitre l'Iran et sa culture, pour profiter de votre savoir ; ce jour viendra, et cet espoir est réalisable, tout comme l'on a besoin aujourd'hui d'apprendre la langue d'une nation étrangère pour acquérir certains savoirs et technologies qu'ils ont déjà acquis. Une telle perspective n'est pas exagérée et ce jour n'est pas tellement loin si nous travaillons et si nous poursuivons le même effort et la même motivation qui sont répandues aujourd'hui parmi les jeunes, les intellectuels et le peuple. [3]

 

L'objectif est d'accorder à la langue persane le statut de référence scientifique

Vous devez choisir des objectifs transcendants. J'ai abordé cette question à plusieurs reprises lors de rencontres avec les jeunes et les élites scientifiques. Par hautes aspirations, je n'entends pas la reproduction d'une technologie particulière que d'autres ont créée ni des technologies que nous avons achetées ou importées. Bien que ce genre de travail ait une certaine valeur, ce n'est pas ce que nous voulons réaliser. Vous devez avoir comme objectif, l'aide à la nation et un rôle de premier plan dans les sciences, pour que les autres pays soient contraints de se référer à votre expérience scientifique. J'ai déclaré lors d'une réunion avec les jeunes élites que vous deviez faire des progrès pour que, dans quarante ou cinquante ans, tous les scientifiques soient obligés d'apprendre le persan pour lire vos livres. Ils devront apprendre le persan pour avoir accès aux dernières innovations scientifiques. Tout comme vous qui apprenez certaines langues particulières pour avoir accès à un domaine scientifique spécial et aux livres de référence. Il faut que les scientifiques soient obligés d'apprendre votre langue pour connaitre les dernières découvertes. Vous devez aider votre pays à réaliser ces progrès. Vous avez la possibilité de réaliser ce vœu comme dans le passé. Les Européens traduisaient des livres scientifiques iraniens dans leur langue ou apprenaient le persan pour avoir une compréhension claire de ce qu'écrivaient nos savants. Je vous rappelle que « Le Canon de la Médecine » d'Avicenne a été traduit en persan il y a dix ou quinze ans, pendant mon mandat présidentiel. Je m'étais intéressé à cette question et j'ai nommé des enquêteurs qui m'ont informé qu'un traducteur kurde très doué, l'avait traduit en persan et que la traduction était disponible aujourd'hui. Avicenne a écrit « Le Canon de la Médecine » [Al-Qânûn fi'l-Tibb] en arabe. Ce livre n'avait pas été traduit en persan alors qu'il avait été traduit en français quelques siècles auparavant. Ceux qui avaient besoin de ce livre l'avaient fait traduire. C'est ce que je veux dire par « rôle de premier plan » dans la science et la nécessité de devenir une référence scientifique. Les autres seront obligés de traduire vos livres ou d'apprendre votre langue. Vous devez poursuivre cet objectif. Vous devez réaliser des progrès scientifiques et franchir les frontières de la science. [4]

 

Essayer de faire de notre pays en 50 ans, l'une des plus hautes autorités scientifiques dans le monde

Lors d'une rencontre avec nos étudiants, j'ai dit que vous deviez faire des plans pour les cinquante prochaines années. C'est ce que j'attends de vous dans les domaines scientifiques. Cela doit être notre objectif. Nous devons essayer de faire de notre pays en 50 ans, l'une des plus hautes autorités scientifiques dans le monde de sorte que si quelqu'un décide de connaitre les dernières découvertes scientifiques, il soit obligé d'apprendre notre langue comme nous apprenons actuellement la langue internationale et comme l'a souligné à juste titre, une des intervenantes à cette réunion. Les Anglais ont réussi à faire de leur langue la langue de la science et la langue internationale. Par conséquent, si vous voulez apprendre ou faire une recherche, vous êtes obligés d'apprendre leur langue. Dans les cinquante prochaines années, vous devez développer la nécessité d'apprendre le persan. C'est un souhait et un sommet que nous souhaitons atteindre comme le sommet de Damavand ou de Tochal qui nous invitent à les conquérir, rien qu'en les regardant de loin. Mais qui sera capable d'atteindre ce sommet ? Vous devez vous munir de chaussures et de vêtements appropriées. Plus important encore, vous devez faire un effort et commencer l'escalade.
Je vois cette capacité dans notre jeune génération. Je n'exagère pas. Ce que je dis n'est pas un compliment. Personne n'attend de nous de telles choses. Ce que je dis est la vérité. La jeunesse iranienne est très talentueuse et nous aurons fait une faute si nous, les responsables, ne parvenons pas à identifier les talents de notre jeunesse. Si nos jeunes ne parviennent pas à identifier leurs capacités, ce sera de leur faute et cette erreur aura de graves conséquences et nous empêchera d'avancer et d'atteindre nos objectifs. Mais si nous ouvrons les yeux et trouvons notre trajet, si nous faisons des efforts et ne perdons pas de vue nos objectifs, nous allons certainement atteindre le sommet.
Ceux qui sont à la pointe du savoir et de la science n'étaient pas au sommet dès le début. Il y a cent ans, les Etats-Unis qui sont actuellement en tête au niveau scientifique, dépendaient de l'Angleterre, de la France et de l'Italie pour la production des armes dont ils avaient besoin. Il suffit de se référer aux livres d'Histoire pour le savoir. Pendant la guerre de Sécession entre les Etats du sud et du nord de l'Amérique, le Sud voulait la sécession mais le Nord a décidé de se battre et de ne pas permettre au Sud de faire sécession. Cela a conduit à une guerre qui a duré quatre ans. La guerre a éclaté en 1861, il y a presque 150 ans. Les deux parties considéraient comme un succès le fait d'avoir pu acheter un modèle particulier de canon à l'Angleterre et de les avoir amenés en Amérique par l'océan Atlantique. Ils n'avaient pas de nombreuses installations à l'époque mais aujourd'hui, ils sont à la pointe de la science parce qu'ils ont fait des efforts. Le succès des efforts n'est lié ni à la religion ni à la piété ni à la mécréance ni à l'islam. C'est ce que le Saint Coran nous dit dans le verset que j'ai cité à plusieurs reprises : « Nous accordons abondamment à tous, ceux-ci comme ceux- là, des dons de ton Seigneur. Et les dons de ton Seigneur ne sont refusés [à personne] » [Coran, 17: 20]. Dieu dit qu'Il aide tout le monde. C'est une loi divine. Allah le Tout-Puissant aide celui qui fait des efforts pour atteindre un objectif et son but. Le problème d'une personne qui manque de spiritualité est ailleurs. Son problème est que ses efforts sont unidimensionnels et concentrés sur un seul domaine. Une telle personne en subira les conséquences. Aujourd'hui, la société américaine est aux prises avec de nombreux problèmes et sa situation ne cessera d'empirer de jour en jour. Ils s'enfoncent de plus en plus. Les événements historiques ne se produisent pas en un, cinq ou dix ans. Il faut des centaines d'années pour que de tels événements se produisent. Ils (les Etats-Unis) approchent de leur fin et souffrent de graves problèmes, mais ce n'est pas le but et l'essentiel de cette discussion. La conclusion est que nous devons faire des efforts et travailler dur, et je vois que vous en êtes capables. [5]

 

Il faut franchir les frontières de la science

Le regard sur la science, la recherche, la spiritualité et le développement de la créativité intellectuelle et scientifique sont des questions récentes dans notre pays, notamment ces dernières décennies. C'est le résultat des nouvelles perspectives que nous a ouvertes la Révolution islamique.
Notre passé historique a été interrompu par une série d'invasions coloniales et intellectuelles, et par des années d'hégémonie étrangère qui nous ont coupés de notre Histoire. Aujourd'hui, nous sommes en train de retrouver notre identité historique dont nous sommes fiers, et nous nous considérons comme une partie de ce mouvement. Nous sommes heureux de pouvoir faire preuve de créativité au niveau scientifique, spirituel, technologique, et dans les sciences humaines. Hier, cette croyance n'existait pas dans notre pays, comme c'est encore le cas aujourd'hui, chez certains individus.
Quand je dis qu'il faut franchir les frontières de la science et être en avant dans le domaine scientifique, certains restent perplexes. Quand je dis qu'il faut atteindre un niveau où les scientifiques et les chercheurs étrangers, à la recherche de telle ou telle théorie scientifique ou philosophique, soient obligés d'apprendre le persan, certains me regardent, les yeux écarquillés. Je crois personnellement que c'est une chose réalisable. Si nous continuons nos efforts, nous pouvons, dans 20 ou 30 ans, arriver à un haut niveau scientifique pour que, quand on veut citer les grandes figures en matière de la science et de la technologie, les Iraniens et l'Iran soient cités aux premiers rangs. Nous jouissons de très bonnes capacités et toutes les statistiques le prouvent. Ce qui faisait défaut dans le passé, c'était l'esprit de confiance en soi, que la Révolution nous a heureusement apporté. Le courant scientifique du pays est heureusement très positif et nos jeunes ont confiance en eux-mêmes.
Au début de la Révolution, nous étions obligés d'utiliser les produits et les idéologies étrangères, mais aujourd'hui, il y a beaucoup d'autres pays qui utilisent les produits et les idées des Iraniens. C'est une réalité, nous avons progressé et tout cela vient d'une confiance en soi qu'il faut développer dans les domaines scientifiques, comme nous l'enseigne l'islam. [6]

***************************************************************************************
Notes :
[1] Discours du Guide suprême aux jeunes de la province de Khorasan du Nord, le 14 octobre 2012.
[2] Discours du Guide suprême aux habitants de la ville d'Esfarayen, le 13/ octobre 2012.
[3] Discours du Guide suprême devant les élites et les intellectuels de la province de Fars, le 6 mai 2008.
[4] Discours du Guide suprême aux jeunes élites scientifiques, le 3 septembre 2007.
[5] Discours du Guide suprême aux universitaires de Semnân, le 09 septembre 2006.
[6] Discours prononcé lors d'une rencontre avec les élites scientifiques de Kermân, le 4 mai 2005.

 
< Précédent   Suivant >

^