Skip to content

Galerie

Photo
Audio

Perspectives

Imam Khomeiny

Biographie
Discours du Guide suprême aux responsables de l'organisation des élections Version imprimable
06/05/2013

Ce qui suit est le texte intégral du discours prononcé le 6 mai 2013 par l'Ayatollah Khamenei, Guide suprême de la Révolution islamique, lors d'une réunion avec les responsables chargés de la tenue des élections présidentielles et municipales, le 14 juin 2013.

Au nom d'Allah, le très Miséricordieux, le tout Miséricordieux

Je salue tous les chers frères et sœurs. Vous êtes les gardiens d'une grande et précieuse ressource nationale et islamique dont la sauvegarde a été confiée à chacun d'entre vous dans tous les secteurs de cette grande organisation. C'est une responsabilité importante, fondamentale et précieuse, qui aura une influence permanente dans le pays. Par la grâce d'Allah, vous, honorables membres du Conseil des Gardiens de la Constitution, des Conseils de surveillance affiliés au Conseil des Gardiens, du ministère de l'intérieur et d'autres organismes publics et exécutifs affiliés à ces organisations, et les responsables chargés d'assurer la sécurité et le bon déroulement des élections comme la police et d'autres organismes, devez agir en fonction de ces responsabilités.

Avant d'aborder quelques points à ce sujet, j'estime nécessaire de rappeler l'événement tragique qui a eu lieu récemment et a dénoncé les gens qui agissaient en coulisses. En effet, la tombe du compagnon du Prophète (SAWA), Hojr ibn Odaï (que sa demeure soit au paradis et que les salutations de Dieu soient sur lui) a été profanée ainsi que sa dépouille. Cet événement est tragique pour un certain nombre de raisons. L'une est l'offense faite à un compagnon exceptionnel du Saint Prophète (SAWA) et un disciple du Commandeur des Croyants, l'Imam Ali (AS), qui est tombé en martyr dans la voie de Dieu. Après 1400 années, sa tombe a été profanée et son corps a été exhumé. C'est un événement tragique. Une autre raison de la gravité de cet évènement est qu'il a montré qu'il y a des gens parmi les musulmans et l'Ummah islamique, qui sont des gens rétrogrades, étroits d'esprit et malveillants, et considèrent la commémoration des personnalités marquantes et éclairées du début de l'islam comme un acte polythéiste et blasphématoire. C'est vraiment une catastrophe. Ce sont des gens dont les ancêtres ont détruit les mausolées des Saints Imams (AS) au cimetière de Baqi [à Médine]. Si les musulmans dans le monde de l'Islam, du sous-continent indien à l'Afrique, ne s'étaient pas soulevés contre eux, ils auraient aussi détruit la tombe du Saint Prophète (SAWA). Leurs idées sont fausses, leurs esprits sont maléfiques et leurs intentions sont malveillantes pour qu'ils puissent ainsi manquer de respect aux personnalités marquantes et considérer cela comme une obligation religieuse. Quand ils ont détruit le cimetière de Baqi, le monde de l'Islam les a condamnés. Comme je l'ai dit, les musulmans de l'est du sous-continent indien à l'ouest du monde de l'Islam se sont mobilisés contre eux.

Ils ont fait ces actes odieux prétextant que le respect de ces personnes était une forme d'adoration. Se rendre sur la tombe d'une personne dans un environnement spirituel et demander à Allah le Très-Haut, de lui accorder à elle et à nous, sa miséricorde est un acte polythéiste ? Être au service des services de renseignement anglais et américains, et nuire aux musulmans est du polythéisme. Ces gens ne considèrent pas la soumission, l'inclination et la prosternation devant les pouvoirs taghutis actuels comme un acte polythéiste mais considèrent le respect des personnalités éminentes comme un acte polythéiste. C'est une catastrophe. Le mouvement maléfique et blasphématoire [mouvement des takfiristes] qui est apparu dans le monde de l'Islam grâce aux aides financières des ennemis qui malheureusement ont de l'argent et des ressources, est une catastrophe pour le monde de l'Islam.

Heureusement, les musulmans chiites dans notre pays, en Irak, au Pakistan et dans d'autres endroits à l'annonce de cet événement, ont montré qu'ils jouissaient d'une grande maturité intellectuelle. En faisant cela, l'ennemi veut alimenter le feu des divergences entre chiites et sunnites. Cependant, la grande communauté chiite et la grande famille des disciples des Ahl-ul Bayt (AS) ont montré qu'ils ne se laissaient pas tromper par cette ruse de l'ennemi. Nos frères musulmans sunnites ont également condamné cet acte dans de nombreux pays, et montré une profonde compréhension et une grande perspicacité. Cela doit continuer. Ce n'est pas un événement qui doit provoquer un tollé dans le monde pendant deux, trois ou cinq jours, et être oublié ensuite. Si ces actes ne sont pas vigoureusement condamnés par les musulmans et si les personnalités académiques, intellectuelles et politiques ne respectent pas leurs responsabilités face à ces gens, la fitna ne se terminera pas ici. Une catastrophe frappera la communauté islamique et le feu de cette fitna s'étendra de jour en jour. Les musulmans doivent éviter de tels fitnas par des actions politiques, des fatwas et les articles des intellectuels, des penseurs et des politiciens influents dans le monde. Vous devez faire attention au fait que les mains qui agissent en coulisses dans ces événements, se révèleront peu à peu. Ce n'est pas une chose qui puisse être ignoré. Ceux qui pleurent et font tout un tintamarre après la destruction d'un site archéologique - tant les organisations internationales que les personnalités ou les politiciens internationaux qui soutiennent les auteurs de ce crime - sont restés silencieux sur cette question. Ceci montre qu'ils sont impliqués dans cette affaire. C'est une dénonciation de ceux qui agissent en coulisses.

Vous devez savoir que « certainement votre Seigneur est aux aguets » [Coran 89: 14]. Allah le Très-Haut, a dit : « Certes, Ils rusent et Moi aussi Je planifie » [Coran 86: 15-16]. Ils complotent mais les plans divins déjoueront certainement leur ruse et bloqueront le chemin de ceux qui veulent empêcher l'unité de l'Ummah islamique et ses progrès.

Au cours de ces 34 ans, les élections ont été un facteur crucial et déterminant, et ont aidé notre pays à avancer. Au cours de ces années, chaque fois que les gens sont allés aux urnes - plus de trente élections ont eu lieu dans notre pays - ils ont empêché de nombreuses catastrophes. À chaque fois, leur présence a donné un nouvel élan et un nouvel essor à notre pays, à notre nation et à notre Révolution. Cette fois, les élections sont plus importantes, à certains égards, que les élections précédentes. Comme il a été souligné lors de cette réunion, l'une des raisons est que les élections présidentielles coïncident dans certaines provinces, avec les élections des conseils municipaux et les élections de mi-mandat.

Les élections présidentielles sont très importantes. Les élections des conseils municipaux sont également très importantes. Les responsables, les gens et les élites doivent prendre soin de ne pas négliger l'importance des élections des conseils municipaux au profit des élections présidentielles. Le fait que les gens aient la responsabilité de prendre des décisions dans les villages, les villes et le pays tout entier, est un événement très important. Les Conseils municipaux et départementaux sont la manifestation de cette participation. L'importance des présidentielles est claire. La Constitution et les lois en vigueur dans le pays mettent beaucoup de ressources et un gros budget à la disposition du pouvoir exécutif et du Président pour qu'il puisse avancer vers la réalisation des idéaux. Par conséquent, les élections présidentielles sont extrêmement importantes.

La tenue des élections dans le pays est une des réalisations de la République islamique. La question des élections a été mise en relief pour la première fois, aux premières années du Mouvement Constitutionnel et jusqu'à l'avènement de la République islamique avant laquelle aucune élection nationale et enthousiaste dans le vrai sens du mot, n'a eu lieu. Avant le Mouvement Constitutionnel, les élections n'avaient aucun sens dans notre pays. Même pendant le Mouvement National, les élections qui ont eu lieu, n'étaient pas celle que méritait la nation iranienne. Jamais les gens des villages les plus reculés n'avaient été autorisés à connaître les candidats et à voter pour leur candidat préféré. Cet événement s'est passé dans la République islamique dont notre magnanime Imam a été le théoricien, le fondateur et l'ingénieur. Dès le début, l'imam a insisté pour qu'un référendum soit organisé pour déterminer le modèle de gouvernement de la République islamique.

Dans d'autres révolutions dans le monde, cela se produit trois, quatre ou cinq ans après et parfois même plus mais dans la République islamique, un référendum national a été organisé moins de cinquante jours après la victoire de la Révolution. Un nombre important de nos compatriotes sont allés aux urnes et ont voté. Pour qui ils ont voté est une question secondaire. La question importante est que les gens ont montré qu'ils étaient présents cœur et âme, prêts à prendre des mesures, à prendre des décisions et à déterminer la future trajectoire du pays. Les bases de cette structure ont été définies à ce moment-là et le mouvement a continué.

Quelques mois après la victoire de la Révolution, lorsque la Constitution n'avait pas encore été rédigée et qu'il était nécessaire que l'Assemblée des experts soit formée, l'imam Khomeiny a convoqué les membres du Conseil révolutionnaire à Qom. Nous sommes allés à Qom. L'imam était très fâché et a dit : «Pourquoi ne prenez-vous pas les mesures nécessaires pour former un majlis qui puisse rédiger la constitution? ». Pour l'imam, ce retard était inadmissible. C'est la nature de la République islamique. Heureusement, cette démarche a été préservée dans la République islamique. Beaucoup de gens ont tenté de minimiser les élections ou de les reporter à une date ultérieure. Ils voulaient affaiblir la participation du peuple. Ils étaient très déterminés mais ils ont échoué. Ils n'ont pas réussi à le faire jusqu'à ce jour. Inshallah, ils ne pourront pas le faire non plus dans l'avenir. Pourquoi veulent-ils troubler les élections? Parce qu'ils savent que la force de la République islamique dépend de la présence et du vote du peuple. Si les gens n'entrent pas en scène, la République islamique n'aura aucun sens. La République islamique n'est pas composée de quelques responsables comme moi. La République islamique signifie la présence généralisée du peuple d'Iran et sa marche vers ses idéaux concrets et ses grands objectifs. C'est la signification de la République islamique.

La République islamique et sa puissance dépendent des cœurs, des émotions et des sentiments des gens. Elle s'appuie aussi sur la sagesse, la compréhension et la perspicacité des gens. C'est pour cette raison qu'au cours de ces trente et quelques années, les ennemis n'ont pas réussi à ébranler la République islamique. Est-il possible que le monde matérialiste et arrogant, et ces puissances oppressives, cruelles et maléfiques permettent à un système avec de telles revendications de survivre ? Voyez ce qu'ils font dans les pays où un mouvement islamique a commencé. Ils leur ont imposé des pressions et des exigences qu'ils sont obligés d'accepter. Ils n'ont pas pu faire cela avec la République islamique et ils ont échoué. L'ennemi veut imposer ses exigences à la République islamique et la faire céder à ses caprices. Cela ne peut se produire que si la République islamique est affaiblie. La République islamique tire sa puissance de la présence des gens. Ils ne veulent pas que ce pouvoir existe. Par conséquent, au cours de ces années et à l'approche de toutes nos élections, l'ennemi a commencé sa propagande. L'ennemi conçoit des complots avant même que nos fonctionnaires, nos médias et notre presse se mettent à la préparation des élections. Cela a aussi été le cas cette fois-ci.

Nous savons que cette fois encore, les réseaux officiels des médias de l'ennemi font tout ce qu'ils peuvent contre la République islamique. Ils ont élaboré des complots, des planifications et des programmes pour décourager la population au sujet des élections. Ils ont déjà commencé mais leur planification est bien plus vaste que cela. Ils veulent empêcher les gens d'aller aux urnes, de prendre part aux affaires et à la gestion du pays, et d'être présents sur la scène. Ils font beaucoup d'efforts pour cela. Si les gens ne se présentent pas aux urnes, ils pourront attaquer encore plus fort que dans le passé. C'est la présence du peuple qui immunise la République islamique et notre cher pays. C'est la présence des gens qui garantie la force et la puissance intérieure de notre pays. Grâce à la présence du peuple, notre science et notre gestion progressent et notre sagesse augmente, comme nous l'avons vu au cours de toutes ces années grâce à la présence et la motivation des gens. Ils ne veulent pas de cette motivation et par conséquent, tentent d'affaiblir l'enthousiasme électoral.
Je vous assure que par la grâce d'Allah, les prochaines élection

 seront parmi les meilleures et les plus enthousiastes, parce que nous faisons confiance aux bénédictions divines et à la détermination des gens. Bien sûr, comme après les présidentielles de 2009, l'ennemi tentera de contrecarrer les efforts du peuple. C'est une des choses que l'ennemi a faite. Il a poussé certaines personnes à avoir des attentes illégales pour dresser les gens contre la République islamique. Bien sûr, par la grâce d'Allah, ils ont échoué dans leur tentative.

Le principal moyen pour éviter les problèmes lors des élections, est d'observer la loi. Où qu'ils soient, tous les gens - y compris les citoyens de la capitale, des grandes villes et des villages - doivent exprimer leurs points de vue dans le respect de la loi. Si quelqu'un a une revendication, il peut l'exprimer de manière légale. Si ceux qui ont infligé ces pertes au pays et au peuple, et ont imposé des dépenses inutiles au pays, avaient respecté la loi, cela ne serait pas arrivé. La loi précise que si quelqu'un a une plainte, il peut la déposer. C'est ce que nous avons dit cette année-là. Nous avons même demandé aux honorables membres du Conseil des Gardiens de prolonger le délai pour le recompte des votes. Nous avons dit qu'ils pouvaient recompter autant d'urnes qu'ils le voulaient. Mais ils [ceux qui avaient parlé d'une fraude] n'ont pas accepté. Ce qu'ils ont fait était illogique. Ils ont imposé des frais inutiles au pays qui a surmonté ces défis parce que la République islamique d'Iran est forte. Ces sabotages, ces obstacles, ces entraves et ces embuches ne peuvent pas épuiser la République islamique. Au cours de ces années, la République islamique a été confrontée à différents types de politiques et de politiciens. Malgré tous les mouvements hostiles et ces divergences de points de vue, la République islamique a progressé. Il en sera de même dans l'avenir. La République islamique ne flanchera pas face à ces mouvements mais ces évènements ont imposé des frais inutiles au pays. Pour éviter cela, il faut respecter la loi. C'est mon conseil aux organisateurs des élections, vous devez considérer la loi comme la norme. Le verset sacré qui a été récité au début de cette réunion, fait référence au respect des engagements. « Certes, Dieu vous commande de rendre les dépôts à leurs ayants-droit » [Coran 4: 58]. Respecter la confiance de la population passe par le respect de la loi. La loi doit être strictement observée lors de la qualification des candidats aux élections présidentielles, aux Conseil municipaux et des autres candidats qui pourront se présenter aux futures élections. La loi doit être observée lors du décompte des votes et dans la protection des urnes. La loi doit être observée et la confiance de la population doit être honorée de la meilleure façon possible. Heureusement, cela a été le cas jusqu'à présent.

Il est évident que dans chaque élection, les résultats déplaisent à un certain nombre de personnes. Je ne veux pas qualifier ces gens de perdants. Des mots comme perdants, gagnants et d'autres expressions occidentales et matérialistes, ne doivent pas être utilisés. Si nous entrons dans l'arène pour l'amour de Dieu et pour remplir nos responsabilités, gagner et perdre n'auront pas de sens. Il y a naturellement des mécontents. C'est la même chose quand nous allons auprès d'un juge. Prenons le cas d'un tribunal et d'un procès. La partie qui a obtenu les résultats désirés est heureuse mais l'autre partie est mécontente. Celui qui a perdu le procès ne va pas accuser le tribunal d'avoir violé ses droits parce que c'est une cour de justice qui agit en toute légalité, mais il en sort mécontent et insatisfait. Nous devons tolérer tout ce qui arrive si cela est légal. Nous devons tous apprendre à faire preuve de tolérance et de patience révolutionnaire. J'espère qu'Allah le Très-Haut, guidera nos cœurs vers ce qui est le mieux pour le pays.
Dans notre pays, la haute direction à son plus haut niveau, est une tâche grande et importante. Un seul mot peut avoir une grande influence. Toute mesure importante ou insignifiante, prise par les responsables exécutifs de haut rang comme le Président et les ministres, aura un impact. C'est une particularité du pouvoir exécutif. Ses services exerceront une influence profonde dans le pays et à Dieu ne plaise, ses négligences ou ses erreurs auront de nombreuses conséquences négatives. Ces choses font que vous et moi, devions être prudents dans notre choix.

Nous devons évaluer l'engagement, la foi, la préparation et les capacités des candidats, et agir en fonction de nos évaluations. Si vous et moi qui voulons voter, entrons dans cette arène avec des intentions pures, pour nous acquitter de nos responsabilités et prendre des décisions pour l'avenir de notre pays, Allah le Très-Haut, guidera nos cœurs. Allah le Très-Haut, guidera les cœurs à condition que tous les gens veuillent sincèrement s'acquitter de leurs responsabilités. Nous avons dit à plusieurs reprises que l'élection était à la fois un droit et un devoir. Nous devons à la fois exercer nos droits et remplir nos devoirs de la meilleure façon. Ce sont les réalités de ces élections.

Ceux qui veulent évaluer les qualifications des candidats et prendre une décision en fonction de cette évaluation, doivent tout prendre en considération. Le Président doit être courageux, populaire, ferme et sage. Il doit être attaché aux valeurs, aux lois et aux règlements, parce qu'il est chargé d'appliquer la loi. Il doit connaitre les besoins des gens et prêter attention à toutes les couches de la société. Ce sont des caractéristiques qui peuvent nous aider à choisir la personne à qui nous voulons confier la direction du pays. Nous sommes les décideurs à cet égard. Personne ne doit dire qu'un vote n'a pas de valeur. Lorsque des gens vivent ensemble, ils constituent chacun une unité d'un groupe de millions de personnes. Tout le monde doit se sentir responsable et par la grâce d'Allah, tout le monde entrera dans l'arène. Par la grâce d'Allah, cela se réalisera et la sécurité, l'immunité et les progrès du pays seront renforcés par cette participation maximale et massive de la population. Par la grâce d'Allah, ce pays sera en mesure de franchir une autre étape vers les nobles objectifs de la Révolution islamique.

Je demande à Allah le Très-Haut, de guider tous les cœurs - y compris ceux des représentants de l'exécutif, des fonctionnaires, des responsables chargé de la supervision et de tout le peuple iranien - pour que nous puissions faire ce qu'Il agrée et ce qui profite à notre pays.

Que les salutations soient sur vous et que la miséricorde d'Allah et Ses bénédictions vous accompagnent !

 
< Précédent   Suivant >

^