Skip to content

Galerie

Photo
Audio

Perspectives

Imam Khomeiny

Biographie
Discours du Guide suprême aux représentants du gouvernement Version imprimable
21/07/2013

Ce qui suit est le texte intégral du discours prononcé le 21 juillet 2013, par l'Ayatollah Khamenei, Guide suprême de la Révolution islamique, lors d'une réunion avec les membres du gouvernement de la République islamique d'Iran.

Au nom d'Allah, le très Miséricordieux, le tout Miséricordieux

Louange à Allah, Seigneur de tous les êtres, et que la paix de Dieu et Ses salutations soient sur notre maître et prophète, Abel-Qassem Al-Mustafa Mohammad (AS) et sur ses Descendants infaillibles, immaculés, les Élus qui guident la visite guidée en particulier celui qui représente le trésor d'Allah sur terre.

Je remercie Allah le Très-Haut, qui nous a donné l'occasion et nous a laissé vivre assez longtemps pour expérimenter un autre mois de Ramadan. L'une des bénédictions de ce mois est cette réunion chaleureuse, amicale et publique où les responsables de la République islamique se réunissent. Il s'agit d'une réunion où les amis et les responsables peuvent se rencontrer, dire et écouter des choses qui sont bénéfiques pour le pays, le peuple et l'ambiance générale de notre société.

Je tiens à exprimer ma gratitude aux chers frères et sœurs qui ont organisé cette réunion. Je remercie également le Président pour le rapport complet et bien détaillé, qu'il a présenté. J'espère qu'Allah le Très-Haut, vous récompensera et accordera Sa bénédiction à tous les responsables, à vous tous et à tous ceux qui rendent service dans différents secteurs du pays. Incha-Allah, vos efforts et vos services où que vous soyez, seront évaluées par la balance de la justice divine et bénéficieront des récompenses divines.

Je tiens à insister sur le fait dans cette réunion, qu'il est de notre devoir de remercier Allah le Très-Haut, chaque fois qu'Il nous aide. Chaque fois qu'Allah le Très-Haut, nous aide dans un certain domaine, nous devons accorder plus d'attention et compter d'avantage sur Lui. C'est notre responsabilité. Allah le Très-Haut, dit : « Lorsque vient le secours de Dieu ainsi que la victoire, et que tu vois les gens entrer en foule dans la religion de Dieu, alors, par la louange, célèbre la gloire de ton Seigneur et implore Son pardon. Car c'est Lui le grand Accueillant au repentir » [Coran 110: 1-3].

L'aide fournie par Dieu est une bénédiction divine qui doit nous aider à nous rapprocher davantage d'Allah le Très-Haut, à renouveler notre relation avec Dieu et à nous engager davantage et de façon plus sérieuse dans la supplication. Heureusement, notre peuple a toujours bénéficié de l'assistance divine. Le dernier cas à été les élections et la participation massive du peuple. Les habitants d'Iran en général, tout comme les responsables du pays, ont participé à cette épopée politique et bénéficié des faveurs et de l'assistance divine. Maintenant que nous avons bénéficié de l'assistance divine et avons réalisé cette grande épopée dont les effets seront progressivement visibles dans les différents secteurs, nous devons élever nos mains pour supplier et invoquer le Seigneur et remercier Allah le Très-Haut. Nous devons le faire surtout parce que c'est le mois du Ramadan. C'est une chance et une grande occasion qui nous sont offertes. Nous avons la chance à ce moment important du mouvement politique du pays, d'être dans le mois de la miséricorde divine. Il y a une narration qui dit : « C'est le mois du retour à Dieu, le mois du repentir, le mois du pardon et de la miséricorde. C'est le mois de la libération du feu de l'enfer et le mois pour accéder au paradis » [Bihâr al-Anwar, volume 94, page 359]. Ce sont les prières que nous devons faire pendant le mois de Ramadan qui est le mois du retour à Dieu [Enabah] et du repentir [Towbah]. Le repentir implique l'abandon du chemin que nous suivions avec ses péchés et ses défauts. Le retour à Dieu signifie prêter attention à Dieu dans le temps présent et dans l'avenir. La différence entre Enabah et Towbah est que celle-ci est lié au passé alors que l'autre est liée à la fois au présent et au futur. Nous devons aussi revenir à Dieu et nous repentir de nos péchés, de nos erreurs et des mauvais actes que nous avons faits, et revenir à Dieu dans le présent et dans l'avenir. Nous devons renforcer notre relation avec Dieu.

Le Ramadan est le mois de la miséricorde et du pardon: « C'est le mois de la libération du feu de l'enfer. » La libération du feu de l'enfer est en fait, la libération des erreurs et des péchés que nous commettions. La douleur et les tortures de l'au-delà sont l'incarnation des péchés et des fautes que nous avons commis dans ce monde. Si nous opprimons d'autres personnes dans ce monde, si nous disons du mal des autres, si nous outrepassons nos limites et si nous ne remplissons pas les obligations divines, nous devons savoir que chacune de ces choses nous apparaîtra sous une forme particulière dans le Purgatoire et dans l'au-delà, ce sont les châtiments divins. Il y a un poème qui dit : « Ceux qui ont déchiré la chemise de Joseph dans ce monde, apparaîtront sous forme de loups dans l'Au-delà ». Si nous blessons les autres, nous apparaîtrons sous forme de loup dans l'Au-delà, ce sera l'incarnation de notre péché et la manifestation du châtiment correspondant. « C'est le mois (ramadan) de la libération du feu de l'enfer et une voie vers le paradis ».Le paradis ne peut être atteint que si nous avançons dans la bonne direction, si nous purifions nos cœurs, accomplissons nos prières obligatoires, effectuons les prières recommandées, nous comportons de manière honnête, sincère et amicale envers les croyants et remplissons nos différentes obligations. Faire ces choses signifie aller au paradis et dans l'Au-delà, aller au paradis sera l'incarnation de nos bonnes actions. Les bénédictions divines qui ont été promises aux croyants et aux pieux, seront l'incarnation de leurs bonnes actions. Dieu dit : « Et invoque Ton Seigneur en toi-même avec humilité et crainte » [Coran 7: 205]. Invoquer Dieu avec humilité et crainte, est la source de toutes les bénédictions que l'on peut obtenir dans la vie. L'invocation de Dieu ne doit pas se limiter aux moments où nous souffrons et où nous sommes dans la douleur et les difficultés. Il nous faut aussi nous souvenir de Dieu dans les moments de confort et quand nous n'avons pas d'inquiétudes matérielles. Lorsque nous sommes confrontés à certaines difficultés, nous nous souvenons de Dieu. Allah le Très-Haut, dit : « Quand ils montent en bateau, ils invoquent Dieu Lui vouant exclusivement leur culte. Une fois qu'Il les a sauvés [des dangers de la mer en les ramenant] sur la terre ferme, voilà qu'ils [Lui] donnent des associés » [Coran 29: 65]. Dans les difficultés, nous nous souvenons de Dieu mais quand nos problèmes sont résolus, nous oublions Dieu. Dans de nombreuses parties du Saint Coran, Allah le Très-Haut, se plaint peut-être dix fois ou plus, je ne les ai pas comptées, du fait que les êtres humains se souviennent de Lui quand ils sont confrontés à une difficulté. Une fois cette difficulté résolue, nous retombons dans l'ignorance. Cela bloque notre chemin et limite notre mouvement. Dans la sainte sourate Yunos [Coran 10:12], cette question a été répétée deux fois. Une fois, sur un ton sévère et réprobateur Dieu dit : « Et quand le malheur touche l'homme, il fait appel à Nous, couché sur le côté, assis, ou debout ». Quand il rencontre une difficulté, il se tourne vers Dieu, prie, supplie et accorde une attention spéciale à Dieu en dormant, en marchant ou assis. « Puis quand Nous le délivrons de son malheur, il s'en va comme s'il ne Nous avait point imploré pour le mal qui le touchait » : Lorsque les difficultés ont disparu, l'être humain s'éloigne comme s'il n'avait rien demandé à Dieu et comme si Dieu ne l'avait jamais aidé. Il s'agit d'une grande erreur. Puis Il dit sur un ton sévère et de reproche : « C'est ainsi que furent embellies aux outranciers leurs actions ».

Chers frères et sœurs, nous devons demander l'aide de Dieu dans toutes les conditions. Notre relation spirituelle avec Dieu doit s'exprimer dans les moments de confort, de paix, de souffrance et de tristesse. Cela garantit le mouvement transcendant des êtres humains vers la perfection. Cela garantit la transcendance de l'être humain. C'est cela qui peut nous aider à atteindre l'objectif principal de la création de l'humanité. À mon avis, le recours à Dieu et la supplication conduisent à la diligence et à l'action dans tous les domaines de la vie. Si nous prêtons attention à Dieu, il n'y aura ni stagnation, ni désespoir ni régression dans les différents domaines de la vie. Les conditions préalables à l'action sont la patience et la confiance en Dieu. Vous êtes les responsables du pays dans différents secteurs. Vous avez beaucoup de responsabilités. Ce que vous faites est à la fois lié au monde d'Ici-bas et à l'Au-delà. Lorsque vous remplissez vos responsabilités, vous construisez le monde et votre vie, et vous construisez également votre âme et votre caractère. Votre action qui est une action à la fois matérielle et spirituelle, a besoin de deux éléments, la patience et la confiance en Dieu. Dans un saint verset, Dieu dit : « Quelle belle récompense que celle de ceux qui font le bien, qui endurent, et placent leur confiance en leur Seigneur ! » [Coran 29: 58-59] La patience signifie la persévérance, la ténacité, la résistance et la sauvegarde des buts dans son esprit : « S'il se trouve parmi vous vingt endurants, ils vaincront deux cents mécréants » [Coran 8: 65]. Sur le champ de bataille et dans la confrontation avec l'ennemi, si vous êtes patient, vous pouvez vaincre un tel nombre d'ennemis.

J'ai à plusieurs reprises répété que dans les différentes arènes internationales, la confrontation avec l'ennemi était une question de détermination. La partie dont la détermination s'affaiblira le plus vite, sera vaincue. La patience signifie la préservation de cette détermination et de cette volonté, et le recours à Dieu, signifie l'exercice de nos responsabilités et la confiance en Dieu en ce qui concerne les résultats. Il ne faudrait pas croire que le recours à Dieu signifie rester inactifs et attendre que Dieu résolve les problèmes. Bien entendu, dans l'atmosphère religieuse de notre société, ce n'est pas ce que pensent les gens mais dans le passé, cette idée était promue et distillée dans les esprits. La confiance en Dieu signifie accomplir notre devoir et faire confiance à Dieu pour le résultat. Dans ces conditions, nous pouvons compter sur Dieu pour les résultats. Par conséquent, dans la question de la confiance en Dieu à laquelle font allusion les religieux, les efforts et les responsabilités sont des conditions préalables.

En dehors des questions personnelles, la patience et la confiance en Dieu sont aussi importantes dans la gestion du pays. Au niveau individuel, notre patience et notre confiance en Dieu sont également bénéfiques. Si nous sommes patients et comptons sur Dieu dans notre éducation, nous ferons des progrès. Cela est aussi vrai dans les administrations, le sport et la gestion de la famille. Il en est de même dans chaque affaire personnelle. La patience et la confiance en Dieu jouent également un rôle dans la gestion du pays, dans la gestion à grande échelle et la gestion des différents secteurs. Sans patience et confiance en Dieu, il n'est pas possible de mener à bien les taches qui nous incombent dans la gestion du pays. L'impatience, la hâte, la léthargie, la paresse et le découragement face aux problèmes ne permettent pas de grandes choses, de grands progrès ni le respect des grandes responsabilités pour les progrès du pays.

Dans le domaine de la gestion du pays, vous êtes tous en quelque sorte, impliqués dans ce domaine et responsables dans différents secteurs, économiques, techniques, culturels, scientifiques et autres. Si nous voulons faire preuve de patience et de confiance en Dieu, nous devons prêter attention à un certain nombre de facteurs élémentaires et fondamentaux :

Le premier facteur est le choix d'une bonne orientation. Nous devons adopter la bonne orientation qui est comme une boussole. C'est le critère principal. Si nous nous trompons dans notre orientation, non seulement nos grands efforts ne produiront pas les résultats attendus mais nous ferons aussi dévier de notre chemin. Dieu le Tout-Puissant dit dans le Coran : « Dis : "Voulez-vous que Nous vous apprenions qui sont les plus grands perdants, en œuvres ? Ceux dont l'effort, dans la vie présente, s'est égaré, alors qu'ils s'imaginent faire le bien » [Coran 18: 103-104]. Leurs efforts sont fondés sur l'ignorance et non sur la bonne orientation. La bonne orientation doit être adoptée. Sans ce critère, nos efforts vont nous éloigner de la destination. Les choix d'orientations sont importants. Le 14 Khordad de cette année [le 4 juin 2013], lors d'une réunion au mausolée de l'imam Khomeiny (que sa demeure soit au paradis), à l'occasion de l'anniversaire de sa disparition, j'ai expliqué les orientations de la Révolution en fonction des principes de l'imam Khomeiny qui sont très importants et sont pour nous, des critères et des repères. J'ai longuement parlé de notre orientation en politique intérieure et internationale, ainsi que notre orientation dans les domaines culturels et économiques. Ce que j'ai dit était fondé sur les déclarations et les écrits de l'imam Khomeiny (que sa demeure soit au paradis). Heureusement aujourd'hui, nos élites intellectuelles, nos responsables et le peuple à travers le pays croient en l'imam Khomeiny. Tout le monde considère l'Imam comme un critère. Parfois, ses idées et ses orientations sur différentes questions ont été mal interprétées, ce qui est une mauvaise chose et également très dangereux. Heureusement, les discours de l'Imam sont à notre disposition. Ses discours, sa voix, ses écrits et les œuvres de l'Imam sont à notre disposition. Ce jour-là, j'ai dit que le Testament de l'Imam, qui est un résumé et un extrait de ses orientations et de ses positions, était accessible à tous. Par conséquent, ses orientations sont claires et perceptibles. Nous n'avons pas de problèmes d'identification des orientations ni besoin de prendre des décisions à cet égard. L'Imam était un faqih bien informé, sage, expérimenté et intelligent. Il parlait avec sagesse et pensait correctement. Il a organisé cette Révolution, a instauré la République islamique et élaboré des lignes directrices claires. Par conséquent, la première chose que chaque gestionnaire dans chaque secteur doit faire, consiste à adopter la bonne orientation.

Le deuxième facteur est l'utilisation de tous les outils qui sont à notre disposition. Tous les outils et toute l'énergie disponible doivent être utilisés. Ces orientations doivent se transformer en politiques concrètes. Les politiques générales font partie de ces politiques concrètes. Le Plan Stratégique Vicennal fait partie de ces politiques concrètes. Les politiques exécutives du gouvernement dans différents secteurs, font partie de ces politiques concrètes. Les plans que les différentes administrations formulent et les projets que le Majlis ratifie et met en pratique, font partie de ces politiques concrètes. Dans le processus d'élaboration de ces politiques concrètes, les objectifs généraux doivent être bien définis et mis en place, les bonnes orientations doivent être adoptées et jouer un rôle prédominant.

Le troisième facteur concerne les priorités. Il y a beaucoup de choses à faire. Parfois, nos ressources énergétiques, nos capacités, nos investissements et nos ressources financières ne peuvent pas répondre à tous les besoins. Par conséquent, les priorités doivent être déterminées. C'est une chose que nous pouvons faire dans le domaine de la gestion, afin de réaliser le principe de patience et de confiance en Dieu.

Jetons un coup d'œil sur les conditions générales du pays. Heureusement, le pays se trouve dans une belle phase. La période dans laquelle les administrations changent, fait partie des belles phases de notre pays et de notre Histoire politique. Cette transition des pouvoirs est une grande bénédiction que Dieu nous accorde et une des grandes possibilités qui s'offrent à nous. De nouveaux responsables, de nouvelles initiatives, de nouveaux plans et de nouvelles idées et opinions entrent en jeu. Ceci a été voulu dans la Constitution. C'est une occasion qui doit être utilisée de différentes manières mais ne pas se transformer en menace. Comme nous pouvons le voir dans un certain nombre de pays, le transfert du pouvoir s'accompagne d'effusions de sang, de conflits de pouvoirs et de violences. Heureusement, cela n'existe pas dans notre pays. Bien sûr, en 1388 [allusion aux événements postélectoraux de juin 2009, ndt], certains ont fait une grande erreur et ont poussé le pays vers le précipice. Ils ont créé un problème majeur pour le pays. Mais heureusement, Allah le Très-Haut, nous a aidés et la nation a réussi à surmonter ce problème. Au cours de ces longues années depuis la victoire de la Révolution, excepté cette courte période en 2009, les changements de gouvernements et le transfert du pouvoir dans le pays ont toujours eu lieu dans une ambiance tranquille, bienveillante et enthousiaste. C'est donc une occasion très importante.

Par conséquent, aujourd'hui, le transfert du pouvoir, le changement de gouvernement et la venue d'un nouveau groupe de responsables, de nouveaux éléments, de nouvelles pensées et d'un nouvel esprit d'initiatives doivent faire avancer les choses en profitant de ce qui a déjà été fait et en créant un autre niveau sur la structure actuelle. C'est une occasion très importante et bonne, et une sorte de fête pour notre pays. Ce changement de gouvernement est vraiment une occasion propice. Chaque administration qui prend en charge cette responsabilité, devrait adopter une attitude positive vis-à-vis de ses prédécesseurs. Vous avez entendu le rapport détaillé du Président, le Docteur Ahmadinejad. Beaucoup de choses ont été faites. Un travail remarquable a été effectué. Il est possible que la prochaine administration en fasse autant ou deux fois. Tant mieux pour le pays ! Le point important est de continuer à adopter la bonne orientation. Dans l'avenir, je ferai remarquer aux responsables et aux gens quelques points sur la poursuite des bonnes orientations. A l'heure actuelle, il n'est pas nécessaire de le faire d'autant plus que cette réunion n'est pas organisée à cette fin.

Ce qui est nécessaire aujourd'hui - il est bon de prêter attention à cette question - est de survoler l'ensemble du pays et les conditions générales qui y règnent. Nous ne voulons pas nous occuper des détails parce qu'il y en a beaucoup. Ayons un regard d'ensemble sur les affaires de notre cher pays et la République islamique d'Iran pour voir où nous en sommes actuellement. J'ai noté six ou sept éléments qui sont des réalités de notre société.

La première réalité est que notre pays est un pays dont la situation géographique est importante. Notre position géographique est une des meilleures dans le monde. Si nous divisons tous les pays du monde en différentes catégories en fonction de leur position géographique, l'Iran va certainement atteindre un rang élevé voire le plus haut rang. En ce qui concerne les positions géographiques, nous avons une place privilégiée qui est un don de Dieu.

La deuxième réalité concerne notre Histoire et notre civilisation. Notre civilisation et notre Histoire sont glorieuses, en particulier depuis l'époque islamique. Avant l'époque islamique, il y a eu un certain nombre de caractéristiques remarquables dans l'Histoire de notre pays mais après l'introduction de l'islam, ces caractéristiques exceptionnelles ont augmenté dans une grande mesure. Nous avons fait des progrès dans les domaines scientifiques, industriels et culturels, dans les domaines liés aux différentes gloires politiques et dans les domaines liés au développement, qualitatif ou quantitatif, du pays. C'est ce que montre notre Histoire. Notre héritage scientifique dans différents domaines liés à la connaissance humaine et aux enseignements divins, est unique. Rares sont les pays d'Asie et d'antiques civilisations comme l'Inde, la Chine, l'Égypte et d'autres pays, qui égalent l'Iran sur ce point, sans parler des pays occidentaux qui n'ont pas de contexte historique particulier. Donc, en termes de civilisation, nous sommes parmi les pays les plus éminents dans le monde. C'est une réalité indéniable.

La troisième réalité est notre exceptionnelle richesse naturelle et humaine. Il y a environ 20 ans, On entendait dire que l'approvisionnement en pétrole du pays serait épuisé à tel ou tel moment, et on fixait même une date à cet effet. Mais de nouvelles découvertes dans le domaine des réserves pétrolières et gazières ont fait reculer cette date et augmenté jusqu'à cinq fois, le délai de ces ressources. Nous sommes un pays excellent et riche en termes de ressources métallurgiques et énergétiques dont le pays a besoin pour sa gestion.

Cela est aussi vrai pour les ressources humaines. Nous l'avons dit à de nombreuses reprises. Les premiers jours après la victoire de la Révolution, nous le disions en fonction d'évaluations approximatives. Mais plus tard, les statistiques internationales ont confirmé que nous avions atteint les plus hauts rangs en termes de capacités. Nous sommes beaucoup plus élevés que la moyenne mondiale dans ce domaine. Comme vous pouvez le voir, nos talents et nos jeunes sont excellents. Peut-être que je l'ai dit à de nombreuses reprises, selon les informations que j'ai, des rapports m'ont été livrés et les faits en témoignent, il n'y a aucune branche scientifique et technologique dans laquelle nos jeunes et nos scientifiques ne puissent pas effectuer un excellent travail si les infrastructures nécessaires existent dans le pays. S'ils ne peuvent pas le faire, c'est parce que les moyens nécessaires n'existent pas. Bien sûr, ces infrastructures doivent être construites et sont en cours de construction. C'est le signe de notre richesse naturelle et humaine.

Outre ces faits, une autre réalité doit attirer notre attention. Pendant les deux et trois derniers siècles, nous avons été opprimés à la fois par des dictateurs à l'intérieur du pays et les attaques étrangères. Cela est un fait indéniable. L'Histoire de l'entrée et de l'influence des gouvernements étrangers dans notre pays remonte à l'année 1800 du calendrier chrétien. C'est-à-dire à 212 années qui se sont écoulées depuis la première ingérence étrangère du gouvernement anglais qui avait ses bases en Inde. L'Anglais John Malcolm est venu en Iran - ceux qui ont lu l'Histoire le savent - et cela a eu un certain nombre de conséquences. La faiblesse des gouvernements iraniens face à l'influence et aux attaques culturelles et politiques des gouvernements occidentaux a entraîné la passivité, des défaites et l'affaiblissement du pays. C'est un fait indéniable. Nous ne pouvons pas ignorer cette époque si nous voulons analyser les problèmes du pays et comprendre la situation actuelle. Ils nous ont porté de grands préjudices, ont influencé à la fois, la politique et la culture de notre pays, et également pillé nos ressources.

Malheureusement, aucune recherche appropriée n'a été faite dans ce domaine. Nos chercheurs et historiens doivent effectuer un travail approfondi et détaillé sur le pillage des ressources du pays par les pays étrangers qui sont entrés en Iran comme l'Angleterre à une certaine époque, la Russie à une autre époque et les autres qui ont suivi. Bien sûr, l'Angleterre et la Russie sont les principaux pays puis ce sont les États-Unis qui sont entrée dans l'arène, ont pillé nos richesses, humilié la nation iranienne et établi leur domination politique. Ce que vous avez entendu des politiciens soumis à la politique occidentale et aux dictateurs, sur l'incapacité de l'Iran et de la nation iranienne, et d'autres choses de ce genre, résulte de la domination de la culture et des politiques occidentales dans notre pays. Cela fait partie des réalités.

La cinquième réalité concerne les trois périodes d'éveil national. Nous avons connu une prise de conscience publique et nationale à trois périodes. La première période a été le Mouvement constitutionnel, la seconde, le Mouvement national de l'Ayatollah Kashani et du Dr Mossadegh, et la troisième, celle de la Révolution islamique. Dans les deux premières périodes, la nation iranienne a connu une défaite. Le Mouvement constitutionnel était un mouvement important mais il a échoué. Pendant le Mouvement national, une insurrection a été déclenchée qui a aussi échoué. Présenter les raisons de ces échecs nécessiterait une discussion longue et détaillée. Chaque échec a ses propres raisons. Le troisième mouvement fut la Révolution islamique. Tous étaient des mouvements nationaux. Bien sûr, il y a eu aussi des mouvements et des soulèvements comme le boycott du tabac et d'autres mouvements qui ne cherchaient pas à provoquer un changement radical dans le pays et qui ont été lancés pour une question spécifique. L'expression « mouvement national » s'applique à ces trois époques mais la victoire de la Révolution islamique a été une période exceptionnelle où l'Occident et les ennemis ont été mis à genoux. Ce qui s'est passé, s'est passé grâce à l'imam Khomeiny (que sa demeure soit au paradis), sa personnalité et les obligations divines et les règles sur lesquelles il s'est appuyé. Il a instauré la République islamique sur ces règles et des lignes directrices qu'il a définies. C'est un fait indéniable. Nous avons connu des défaites face à l'Occident au cours de ces deux siècles mais aussi une victoire dans notre confrontation avec l'Occident. C'est aussi une réalité.

La sixième réalité concerne notre expérience et nos progrès dans différents domaines. En ce qui concerne la politique - tant la politique intérieure qu'étrangère - les questions économiques et d'autres domaines, certains disent que nous devrions adopter une perspective plus réaliste. Or les choses que j'ai dites sont des réalités dont il faut tenir compte. L'une des réalités les plus importantes concerne les réalisations d'un pays. Après la victoire de la révolution islamique c'est-à-dire à partir de l'année 1357 [Février 1979], l'Iran a considérablement changé et nous n'avons pas assisté à autant de changements dans les autres pays pendant cette même période. Je ne connais aucun autre pays qui ait connu tant de changements. Les pays développés en termes de civilisation, d'industrie et de science, ont parcouru un plus long trajet pour atteindre le point où nous sommes aujourd'hui. Autant que je sache, ce niveau de progrès a rarement et même jamais été constaté. Comme le Président l'a dit, nous avons fait des progrès dans les domaines scientifiques. Bien entendu, nos réalisations scientifiques sont bien supérieures. Nous ne disons pas cela parce que nous sommes des responsables du pays. C'est le jugement des centres scientifiques dans le monde. Nous avons également fait des progrès dans les domaines politiques et dans le domaine de la politique intérieure avec le nouveau modèle de démocratie religieuse que nous avons introduit dans le monde, nos élections et la transmission des pouvoirs exécutifs et législatifs dans le pays. La démocratie religieuse est une démocratie saine, sans les ruses et les tromperies qui sont courantes dans le monde. Je suis désolé que beaucoup de nos jeunes ne connaissent pas les méthodes courantes qui existent dans le monde en Occident, aux États-Unis et en Europe, lors des élections. Ces méthodes ne sont qu'apparemment démocratiques. De bons livres ont été écrits à ce sujet par des Occidentaux eux-mêmes. Notre jeunesse devrait lire ces livres pour comprendre comment un maire ou un gouverneur dans tel ou tel État est élu, comment ils deviennent sénateurs puis Président et comment ils sont poussés dans ces arènes, et voir quelles ruses et quelles méthodes sont appliquées. Ensuite, notre jeunesse pourra comparer cela avec ce qui se passe dans notre pays où quelqu'un parfois sans aucune expérience exécutive et politique, arrive à attirer l'attention des gens quand il leur répond et leur parle. Les gens vont aux urnes, votent pour lui et l'élisent avec un taux de participation aussi élevé. Il s'agit d'un nouveau modèle de démocratie. C'est un des éléments de notre progrès politique.

Il en est de même en ce qui concerne notre politique étrangère. Aujourd'hui, la République islamique a un rôle indéniable dans les différents enjeux de la région. Personne ne peut le nier. Il convient de noter que les problèmes de notre région sont les problèmes du monde. Nous avons fait des progrès dans le domaine de la politique intérieure. Nous avons introduit un nouveau mode de démocratie et nous avons le pouvoir au niveau national, de choisir. Dans le domaine de la politique étrangère, nous avons exercé une influence réelle et exceptionnelle, c'est une réalité.

Nous avons également fait des progrès dans la construction. Ce qui a été fait dans le domaine de la construction ces trente dernières années, est vraiment étonnant. Avant la Révolution, nous avons eu l'occasion de visiter des villes, des villages et des zones défavorisées. Nous avons vu la situation et savons dans quelles mesures, à cette époque, le gouvernement s'occupait de leur problème. Lors de tremblements de terre, j'avais établi un programme d'aide et travaillais dans ces régions, et j'ai vu comment les responsables gouvernementaux traitaient cette question. Maintenant, vous pouvez voir à quelle vitesse ils fournissent les aides nécessaires quand un tremblement de terre ou une catastrophe naturelle se produit dans n'importe quelle partie du pays, et chaque fois que les gens sont confrontés à différents problèmes. C'est incroyable mais c'est pourtant vrai.

C'est aussi le cas dans le domaine culturel. Nous avons connu un changement culturel considérable par rapport à la période précédant la Révolution et les Taghuts. Je n'entrerai pas dans les détails. Si nous jetons un regard d'ensemble, nous verrons que cela a été une révolution dans le vrai sens du terme. Bien sûr, si nous agissons mieux, devenons plus compétents et accomplissons le travail avec plus de sérieux, nous aurons plus de succès dans les détails.

Un avenir prometteur pour notre pays constitue une autre réalité. Cette jeune génération est très précieuse. L'année dernière, au mois de Ramadan, j'ai souligné un point dans cette réunion qui a été appliqué dans une certaine mesure. Le contrôle des naissances est dangereux pour notre pays. La baisse de la natalité est un grand danger pour notre pays. Nous avons fait beaucoup de progrès dans les épreuves difficiles et devons revenir en arrière. Nous aurions pu éviter cela mais nous avons fait preuve de négligence. Les recherches scientifiques que des spécialistes et des experts ont menées nous amènent à conclure que le pays connaitra des problèmes dans l'avenir s'il continue sur cette voie. Le pays va souffrir d'un vieillissement démographique. Le contrôle des naissances est une mauvaise chose. Bien sûr, j'ai entendu dire qu'il y a des débats sur un certain projet de loi au sein du Majlis, mais d'après ce qu'on m'a expliqué, cette loi ne répond pas aux besoins et les solutions proposées dans ce projet ne sont pas suffisantes. Les responsables, ceux qui sont intéressés et au courant de ce problème, devraient y prêter attention pour que cela se règle de la meilleure façon.

La huitième réalité est que le pays est confronté à un camp d'ennemis hostiles. Nous sommes le premier pays au monde à cet égard comme dans beaucoup d'autres domaines. Nous ne connaissons aucun pays qui ait un si grand nombre d'ennemis. Nous sommes confrontés à de tels ennemis. Il y a le camp des rétrogrades, le camp de l'arrogance, certains dirigeants des pays occidentaux et des dirigeants faibles des pays de la région. Il y a toujours eu un camp contre nous. Évidemment, les raisons sont évidentes, et peuvent être expliquées et analysées. Cela exigerait une autre discussion. En tout cas, la vérité est qu'un tel camp est contre nous. Face à un tel camp, nous devons prendre des décisions en nous fondant sur ces réalités et en fonction de nos objectifs généraux. Chaque responsable dans chaque secteur, doit savoir comment le chemin devra être parcouru dans l'avenir, dans de telles conditions. Il doit être capable de discerner le bon chemin. À mon avis, les faits nous montrent le chemin de l'avenir. Les idées novatrices que les différentes administrations et les responsables des différents secteurs mettent en œuvre, sont une chance et une bénédiction divine pour le pays. La décennie dans laquelle nous vivons aujourd'hui, la quatrième décennie de la Révolution, peut être « la décennie de progrès et de justice » dans le vrai sens du terme. Les réalités que nous constatons exigent que nous puissions faire de cette décennie, une véritable décennie de progrès et de justice.

Dans la réalisation de nos objectifs, les structures internes de pouvoir doivent être renforcées. C'est l'essence même de notre travail. Si nous voulons continuer à marcher dans cette voie, poursuivre ces objectifs, avancer, mettre en place une résistance contre l'hostilité des ennemis, faire preuve de patience et faire confiance en Dieu, nous devons renforcer et consolider le pouvoir national à l'intérieur du pays. Pour cela, il y a des éléments sur lesquels nous avons toujours insisté. Ce sont des éléments récurrents. D'autres sont nécessaires à un moment particulier. Ce sont des éléments temporaires. Un des éléments récurrents est la ferme détermination dont j'ai parlé. Les responsables du pays doivent persister dans leurs décisions quand ils sont confrontés à des problèmes. Ils doivent rester fermes et ne pas faiblir dans leur détermination. L'accès aux idéaux nécessite cette ferme détermination. Les responsables ne doivent pas faiblir au moindre froncement de sourcils, à la moindre bouderie et au moindre mouvement hostile de l'ennemi, qui déploie ses efforts médiatiques, politiques ou économiques. Il est nécessaire pour les responsables et les gens, de rester fermes et de faire preuve de détermination. Bien sûr, la ferme détermination du peuple nécessite certaines conditions qui sont aujourd'hui, bien connues. Si nous voulons préserver la détermination du peuple, nous devons assumer certaines responsabilités.

En ce qui concerne les éléments temporaires prioritaires pour le pays actuellement, à mon avis, l'économie et la science sont entre autres, les éléments les plus importants. Les dirigeants et les hommes politiques du pays, et ceux qui sont chargés de gérer les principales affaires du pays, devraient prêter attention à ces deux éléments. La question de l'économie du pays doit être prise en compte. La question du progrès scientifique du pays doit aussi être prise en compte. Heureusement, la question de l'économie reçoit une attention au niveau public. Tout le monde fait attention à cette question. L'épopée économique fait partie du slogan de cette année. J'espère que comme l'épopée politique, l'épopée économique sera également réalisée grâce aux efforts des responsables. Bien sûr, les tâches économiques ne peuvent pas être accomplies dans un court laps de temps ni achevées en un ou deux mois, ou en un an. Cependant, le mouvement doit démarrer. Je souligne également l'importance de la question de la science. Au cours des dix dernières années, notre mouvement scientifique a été très bon. Notre taux de progrès scientifique est très appréciable mais ne doit pas ralentir. Si nous voulons atteindre le niveau désiré et si nous voulons rattraper les premières lignes de la science mondiale, nous devons conserver ce rythme.

Le deuxième point qui doit être soulevé à cet égard, est la question de nos relations avec le monde. Aujourd'hui, cette question est examinée en détail. Nous sommes favorables aux relations avec le monde. Dans ce processus, il faut connaître notre interlocuteur. Si nous ne le faisons pas, nous trébucherons. Nous ne devons pas oublier l'Histoire de l'inimitié de l'arrogance mondiale. Parfois, nous ne pouvons pas souligner à l'autre partie que nous avons avec elle, un passé rempli d'inimitiés. C'est bien. Parfois, vous avez quelque chose à faire avec quelqu'un malgré de lourds ressentiments, mais vous pensez qu'il est opportun de ne pas les rappeler. C'est bien, mais il ne faut pas l'oublier. Si vous l'oubliez, vous trébucherez et vous en sortirez blessés.

Les Américains disent qu'ils veulent négocier avec l'Iran. Cela fait maintenant plusieurs années qu'ils disent vouloir négocier avec nous. Ce n'est pas une occasion qu'ils nous auraient fournie. Au début de l'année, j'ai dit que je n'étais pas optimiste à ce sujet. Je ne vous interdis pas de négocier sur des questions spécifiques comme la question de l'Irak et un certain nombre d'autres questions, mais je ne suis pas optimiste parce que l'expérience a prouvé que les Américains étaient indignes de confiance, déraisonnables et malhonnêtes quand ils s'approchent de nous. Les quatre derniers mois qui se sont écoulés depuis que j'ai abordé cette question, le prouvent. Les positions des responsables et des politiciens américains ont montré que j'avais raison de ne pas être optimiste à cet égard. Ils l'ont confirmé dans la pratique. L'Angleterre et d'autres pays l'ont également prouvé de différentes manières. Il n'y a rien de mal à avoir des relations avec le monde. Dès le début, nous souhaitions avoir des relations avec le monde. Mais dans ces relations, nous devons connaître l'autre partie et ses méthodes, et tenir compte de nos propres objectifs et de nos priorités. Il est possible qu'un ennemi bloque votre chemin et nous interdise d'aller plus loin. En finir avec cet ennemi ne signifie pas accepter et revenir en arrière. Vos compétences de négociation résident dans le fait que vous puissiez continuer votre chemin. Vous ne devez pas permettre à l'ennemi de vous menacer sinon un accord et une entente avec cet ennemi signifieraient retourner sur vos pas et subir des pertes. Les responsables et les politiciens doivent prêter attention à cette question.

Bien sûr, les questions régionales sont également des questions importantes. Ces questions ont occupé une partie de nos esprits et de nos efforts mais nous n'avons pas assez de temps pour en discuter.

Chers frères et sœurs qui m'avez écouté avec patience, j'espère qu'Allah le Très-Haut, vous accordera Ses bénédictions.
Mon Dieu ! Accorde-nous la bénédiction de nous engager dans la supplication. Sauve-nous du feu de l'enfer que nous nous sommes préparé. Mon Dieu ! Guide-nous vers des œuvres bonnes et morales. Mon Dieu ! Par la bénédiction de Mohammad (SAWA) et de sa famille (AS), donne Ta faveur et Ta grâce à tous les gens d'Iran et à tous les responsables du pays qui ont travaillé jusqu'à aujourd'hui et à ceux qui seront chargés des affaires dans l'avenir. Accepte les efforts de ceux qui ont fait des efforts pour ce pays et cette nation. Mon Dieu ! Aide ceux qui veulent faire des efforts et rendre service à ce pays, à réussir dans cette tâche et guide-les vers le droit chemin que Tu approuves. Rends satisfait et heureux de nous, le cœur sacré de l'Imam du Temps (AS). Fais que l'âme de notre magnanime imam Khomeiny et de nos martyrs soit satisfaite et contente de nous !

Que les salutations soient sur vous et que la miséricorde d'Allah et Ses bénédictions vous accompagnent !

 
< Précédent   Suivant >

^