Skip to content

Galerie

Photo
Audio

Perspectives

Imam Khomeiny

Biographie
Discours du Guide suprême aux professeurs d'universités Version imprimable
06/08/2013

Ce qui suit est le texte intégral du discours prononcé le 6 août 2013 par l'Ayatollah Khamenei, Guide suprême de la Révolution islamique, lors d'une réunion avec les professeurs d'universités iraniennes.

Au nom d'Allah, le très Miséricordieux, le tout Miséricordieux

Je remercie Allah le Très-Haut, qui m'a donné l'occasion d'assister à cette chaleureuse réunion aux derniers jours du mois de Ramadan. Cette réunion est une réunion scientifique comme les autres réunions universitaires. L'importance des sciences et des universités est claire pour la République islamique et pour tout le peuple d'Iran, en particulier à l'époque actuelle.

Bien entendu, cette réunion n'a pas été organisée pour que j'exprime mes points de vue et mes opinions sur les universités et la question de la science ou de la communauté scientifique du pays. Cependant, j'ai quelques points à vous faire remarquer bien que cette réunion ne soit pas organisée à cette fin.

Il y a deux principales raisons pour lesquelles j'ai organisé cette réunion. La première est le respect qui est dû au statut des professeurs d'université. Cette réunion est en fait, une réunion symbolique. Cette réunion a été organisée pour prouver l'attention que la République islamique accorde à la science, aux chercheurs, aux professeurs et aux universités. Incha-Allah, ce but sera atteint grâce à cette réunion. La deuxième raison en est d'écouter les avis sur les questions liées au pays, à la science et aux universités, des professeurs et des honorables amis. Incha-Allah, ce but sera également atteint grâce à cette réunion.

Bien sûr, je reçois de nombreux rapports. J'ai lu de nombreux rapports et j'ai eu quelques réunions spéciales avec des gens qui sont concernés par les universités. Mais je suis sûr que ce que nous savons sur les universités du pays ne répond pas à toutes les questions qui devraient être abordées à cet égard. Il vaut mieux que des personnalités académiques nous disent ce que nous ignorons dans une telle réunion. Incha-Allah, ce but sera atteint car il a déjà été atteint en partie. Chaque année, cet objectif est atteint. Bien sûr, nous n'avions pas assez de temps pour profiter des discours d'n plus grand nombre de professeurs, mais ce nombre de discours même réduit, était très appréciable et très précieux.

Aujourd'hui, les points que les frères et sœurs ont exprimés étaient très intéressants, ont augmenté mes connaissances sur les questions universitaires et m'ont aidé à me familiariser davantage avec les différentes idées des personnalités académiques sur différentes questions. Comme vous l'avez entendu, un des amis qui a pris la parole à cette réunion, a dit que nous devions surveiller le système de traduction dans le pays. Cet ami est pour la surveillance et le contrôle du système de traduction dans notre pays. Un autre honorable intervenant a déclaré que les traducteurs, le système de traduction et les éditeurs devaient pouvoir travailler en toute liberté. Ces déclarations étaient à l'opposé des déclarations du premier intervenant. Avec des interprétations différentes, les deux affirmations sont vraies. Il est possible d'adopter une procédure où le premier et le deuxième avis seraient en même temps respectés. Mais je ne suis pas sûr que ces honorables frères qui ont exprimé ces opinions, croient en la possibilité d'une voie médiane. Chacun d'eux avait une opinion distincte qu'ils ont exprimée. Cela est très instructif. Personnellement, je pense que l'existence de différentes perspectives est très intéressante. C'est un exemple que je vous ai donné et il y a beaucoup d'autres exemples de ce genre.

J'ai noté quelques points que je voulais faire remarquer. Je discuterai de ces points avec vous jusqu'à l'appel à la prière. Le premier point est que depuis 10 ou 12 ans, un nouveau mouvement de développement scientifique a été lancé dans le pays qui a connu un grand essor. Non seulement le mouvement de production scientifique et le regard djihadiste portée sur la démarche et l'effort scientifiques lancé depuis 10 ou 12 ans et qui se poursuit aujourd'hui, n'ont pas été limités mais sont également en plein approfondissement et en voie de développement. On peut dire que ce mouvement se développe dans presque tous les domaines scientifiques et a influencé un certain nombre de domaines scientifiques plus que d'autres. C'est exactement ce que nous recherchions. C'est-à-dire le djihad scientifique qui était nécessaire pour la République islamique et pour notre pays.

Au cours de ces 12 ans, le taux de croissance scientifique du pays a augmenté de 16 fois. Ce chiffre approximatif a été annoncé par des organisations fiables. Ceci est très important. Ce mouvement scientifique et ce développement ont conduit des centres de recherche réputés dans le monde entier, à annoncer que le taux de croissance scientifique de l'Iran était 13 fois supérieur à la moyenne mondiale. Nous devons prêter attention à ces faits. Ce sont des points très importants. Ces choses sont devenues normales pour nous car nous en avons entendu parler à plusieurs reprises. Ces faits et chiffres n'ont pas été annoncés par des organisations nationales. Par conséquent, on ne peut pas dire qu'ils sont inexacts. Ce sont des centres de recherche officiels dans le monde qui ont porté un tel jugement sur notre croissance scientifique et n'ont d'ailleurs pas de bonnes relations avec nous. Je ne crois pas que les politiques arrogantes mondiales aient renoncé à s'ingérer dans les affaires de ces centres scientifiques et d'autres centres de recherche. Si elles le pouvaient, elles nieraient nos réalisations, comme elles l'ont déjà fait. Néanmoins, les pays qui font partie du front de l'arrogance ont annoncé de telles statistiques. Ces centres de recherches qui sont accessibles à tous dans le monde, disent que si le même taux de progression se poursuit en Iran, en 2018, notre pays se classera au quatrième rang mondial en termes de progrès scientifique. C'est une chose très importante. C'est-à-dire que l'Iran atteindra le plus haut rang après les trois pays que ces centres de recherche ont mentionnés en l'occurrence les États-Unis, la Chine et l'Angleterre. C'est une chose très importante. Bien entendu, je ne prétends pas qu'il s'agit de statistiques sur lesquelles nous pouvons compter à cent pour cent. Cependant, elles sont révélatrices de la démarche et des progrès des universités du pays. Il y a un mouvement général vers le progrès.

Si nous comparons les conditions des universités du pays à l'heure actuelle avec celles de nos universités aux premières années de la Révolution dont nous avions héritées de l'époque prérévolutionnaire des Taghuts, nous verrons que les statistiques sont encore plus surprenantes. Le jour où la Révolution a remporté la victoire, nous avions 170.000 étudiants. Aujourd'hui, nous avons 4,4 millions d'étudiants dans le pays. En d'autres termes, le nombre de nos étudiants a augmenté de 25 fois. À cette époque, près de 5000 professeurs, maîtres de conférences, professeurs agrégés, enseignants et autres cadres professoraux étaient responsables de l'enseignement. Aujourd'hui, nous avons près de 60.000 professeurs d'université, dans les universités et les centres de recherche. Ce sont des points très importants et de précieuses réalisations. J'ai noté certains points que je ne juge pas nécessaire de mentionner. Vous connaissez et avez entendu certains de ces points et il n'est pas nécessaire de parler du reste. Le nombre d'articles indexés qui sont cités fréquemment c'est à dire les articles publiés par les chercheurs iraniens et cités dans le monde, est en augmentation constante. Les statistiques et les chiffres détaillés sur cette question ont été mis à ma disposition mais je ne tiens pas à en parler dans cette réunion. C'est un phénomène très important qui montre que le djihad scientifique a commencé dans le pays.

Une question se pose à ce sujet : Maintenant que nous constatons ces réalisations scientifiques dans différents domaines, devons-nous nous reposer et rester les bras croisés ? Il est clair que la réponse est négative. Nous sommes toujours en retard par rapport aux grands centres scientifiques mondiaux. Nous souffrons encore d'un grave retard dans des domaines qui nous sont nécessaires malgré les progrès que nous avons faits dans un certain nombre de domaines. Par conséquent, étant donné ce retard, nous devons travailler. De plus, la caravane de la science ne s'arrête pas même pour un instant. Elle avance à grande vitesse. Non seulement nous devons préserver notre position actuelle, mais nous devons aussi avancer. Toutes ces choses exigent des efforts acharnés et de la diligence. Par conséquent, la première chose que je veux dire aux universités, aux savants et aux personnalités scientifiques du pays, est qu'ils ne doivent pas laisser ce mouvement s'essouffler. Ils ne doivent pas laisser le mouvement scientifique du pays s'arrêter ni laisser le moindre obstacle empêcher la croissance les universités du pays et leur marche vers le progrès scientifique.

La raison pour laquelle nous insistons sur la science n'est pas seulement notre respect pour la science. Bien sûr, cette question est en soi très importante. L'Islam attache de la valeur à la science mais, en plus de cette valeur essentielle, la science représente aussi le pouvoir. Toute nation a besoin de pouvoir pour pouvoir mener une vie confortable et vivre de manière digne. Le principal facteur qui assure le pouvoir à une nation est la science. La science peut donner aux gens le pouvoir économique et politique, et assurer la dignité nationale et internationale d'une nation. Naturellement, une nation bien informée et puissante au niveau scientifique est respectée par la communauté internationale. En plus de sa valeur essentielle, la science est importante en raison de son rôle de générateur d'autorité. Par conséquent, le mouvement qui existe et l'accélération dont il bénéficie ne doivent pas être arrêtés ni ralentis.

Il y a un autre point que nous devons signaler et dont nous devons tenir compte. Nos amis à cette réunion, ont soulevé de bons points sur les déploiements politiques dans le monde. Ces points sont remarquables et justes. J'y ai aussi pensé. Mais la question qui devrait recevoir notre attention, est qu'il y a un camp d'ennemis hostiles composé des puissances mondiales, contre la République islamique. Est-ce que ce camp hostile qui a une inimitié tenace envers la République islamique, comprend la majorité des pays du monde ? La réponse est non absolument. Est-ce qu'il inclut beaucoup de pays occidentaux ? Encore une fois, la réponse est négative. Ce camp est simplement composé de quelques pays puissants qui s'opposent à la République islamique d'Iran et à son pouvoir, et lui créent des obstacles pour certaines raisons. L'un de ces obstacles est le problème qu'ils nous imposent dans les domaines scientifiques. Un certain nombre d'amis dans cette réunion ont parlé de diplomatie scientifique ou académique. J'y crois et j'ai fourni certains encouragements à cet égard. Mais vous remarquerez que la partie adverse accorde une attention particulière à cette question, planifie sur la question de la diplomatie scientifique et poursuit ses propres objectifs. Nous soutenons une diplomatie scientifique exercée de manière sage et vigilante. Les ennemis ne sont pas heureux de nos progrès scientifiques. Sur la question des sanctions et d'autres choses semblables, certaines de leurs tentatives comme les embargos et des mesures de ce genre viennent du fait qu'ils ne veulent pas que la société iranienne atteigne un pouvoir scientifique qui est une sorte de pouvoir interne. Par conséquent, ces progrès doivent se poursuivre.

À cet égard, la question que vous devriez certainement garder à l'esprit est que « le discours sur la science et le progrès » ainsi que « le discours sur le progrès général du pays », c'est-à-dire la volonté des universités d'aider au progrès du pays, doivent être préservés dans les milieux académiques. Bien sûr, ce discours existe déjà mais il doit être préservé et renforcé. Rien ne doit entraver la mise en place de ce discours dans les universités. La question du progrès scientifique doit être mise en évidence dans les universités. Il est aussi nécessaire de promouvoir l'idée, dans les milieux académiques, que les réalisations scientifiques doivent répondre aux besoins du pays. C'est une des normes de base. Après tout, nos ressources humaines, financières et matérielles sont limitées. Par conséquent, nos activités scientifiques doivent être définies en fonction des besoins du pays. Cette question doit certainement retenir votre attention. Nous avons des besoins différents auxquels les universités peuvent répondre. Elles peuvent combler les lacunes. C'est notre expérience qui nous le prouve.

Pendant la Défense Sacrée, nous avons eu beaucoup de problèmes et il y avait de nombreuses lacunes qui ne pouvaient pas être comblées. Peu à peu, les universités sont entrées en jeu et bon nombre de ces lacunes - que nous ne pensions pas être capables de combler - ont été résolues grâce à la détermination des milieux universitaires, de nos professeurs, de nos jeunes et de nos scientifiques. Nous pouvons combler les lacunes qui existent dans les domaines économiques, culturels, politiques et de gestion. Les universités peuvent proposer des sujets de recherche pour combler ces lacunes. Par conséquent, l'une des normes et un des critères est d'accorder les activités scientifiques aux besoins du pays.

Nous devons insister sur la question de la construction d'un pont entre la recherche universitaire et les secteurs d'activités industrielles et commerciales. C'est une question que nous avons soulignée à maintes reprises au cours des 10 ou 12 dernières années. Nous l'avons adressée aux administrations et aux universités. Bien sûr, elle a été mise en pratique dans une grande mesure mais pas de façon suffisante. Cette question est bénéfique pour nos universités, notre industrie, notre commerce et notre agriculture.

Nous devons également insister sur la concurrence constructive dans le domaine de l'innovation. Il devrait y avoir une concurrence forte, constructive et sérieuse dans le pays, pour stimuler les innovations scientifiques qui mèneront à des innovations technologiques. Il devrait y avoir une concurrence entre les universités du pays, les professeurs et les personnalités marquantes. Les organismes chargés de l'enseignement supérieur doivent susciter une telle compétition entre les meilleures universités. Il y a un certain nombre de grandes universités de technologie et d'ingénierie, de sciences humaines et d'autres branches et secteurs. Il faut créer une concurrence entre les différentes universités et favoriser les universités plus performantes.

Bien entendu, nous ne nions pas ce qui a été dit dans cette réunion sur le fait que les universités de haut rang et les universités de rang inférieur ne sont pas égales au niveau des possibilités. À mon avis, cela est juste, mais il est naturel que nous accordions plus d'attention aux instituts qui ont plus de capacités. Par conséquent, tout le monde y compris les professeurs, les gestionnaires et les personnalités influentes et marquantes des milieux académiques, ne doivent pas laisser les milieux académiques s'occuper de questions sans importance. L'ambiance générale doit être une ambiance où les questions importantes et fondamentales sont poursuivies. La science et le progrès général du pays doivent être les principales préoccupations des milieux académiques. Bien entendu, certains ennemis aiment mettre en relief les questions syndicales dans les universités, pour y créer des conflits politiques. Ceci doit être évité. Ce n'est pas un honneur pour une université de voir ses principaux problèmes éclipsés par des questions mineures et insignifiantes, ou affectés par des orientations politiques. L'université doit être un endroit où la science et les savants peuvent vivre comme ils le souhaitent.

Bien sûr, il est évident et tous les amis le savent, que ce progrès scientifique et les réalisations qui ont été enregistrées dans les domaines scientifiques dans le pays, sont dus à la Révolution islamique. Ces choses se sont déroulées à l'ombre de l'Islam et de la Révolution. Sans l'influence de la Révolution et de nos croyances religieuses, qui sont des facteurs principaux et actifs dans nos vies, les conditions générales du pays notamment dans les domaines scientifiques, et la confiance en soi qui existe dans les milieux scientifiques, n'auraient pas existé à cause des puissances oppressives qui n'auraient certainement pas permis cela à un pays comme l'Iran qu'ils voulaient dominer. Ils ne nous auraient jamais permis de réaliser ces choses, tout comme ils ne le permettent pas dans d'autres pays où ils sont dominants et influents. C'est la Révolution qui a changé cet état de choses et a permis à l'environnement scientifique de dominer dans notre pays. Par conséquent, Nous devrions tous nous sentir redevables envers la Révolution et engagés à préserver ses idéaux et ses valeurs.

Un autre point que j'avais noté et qui a été mentionné par les amis au début de cette réunion, est l'amélioration de la qualité des universités. Bien sûr, je ne crois pas que l'augmentation de la quantité de travail soit sans valeur. L'augmentation de la quantité de travail est très précieuse. Le fait qu'il y ait une augmentation du nombre d'étudiants et des universités, qu'il y ait de plus en plus de centres scientifiques dans le pays et que les médecins puissent effectuer des interventions chirurgicales dans les hôpitaux des villes éloignées ne sont pas des réalisations mineures. Dans un passé récent - les premières années après la Révolution et avant la victoire de la Révolution - il n'était pas facile de pratiquer la chirurgie même à Téhéran. Par conséquent, nous ne devrions pas nier la valeur quantitative des travaux. Ces choses sont une source de fierté. Mais je souligne que l'augmentation du nombre des réalisations doit être accompagnée d'une amélioration qualitative. Ceci est acceptable. Tout d'abord, le classement des universités en fonction de leur qualité, doit être établi. L'organisme chargé de la gestion des universités, doit déterminer quelles universités sont en dessous des normes de qualité. Ensuite, il faudra planifier pour améliorer la qualité de ces universités. C'est une des affaires essentielles qui doit être définitivement réalisée. La question de la qualité doit recevoir une attention particulière.

Un autre point que j'ai noté et qui mérite d'être abordé, est que le progrès scientifique du pays doit être utilisé pour développer la portée et l'influence du persan. Chers frères et sœurs, la langue est un facteur très important. Beaucoup de gens ignorent ou négligent l'importance de la langue nationale. Le persan devrait être étendu à d'autres pays. L'influence culturelle du persan doit s'étendre dans le monde. Vous devez trouver des expressions équivalentes en persan. Nous devons agir de sorte que dans l'avenir, ceux qui veulent bénéficier des réalisations scientifiques de notre pays soient obligés d'apprendre le persan. Ce n'est pas un honneur de dire que le langage de la science dans notre pays est telle ou telle langue étrangère. Même les sciences exactes peuvent être exprimées à travers le persan qui a de grandes capacités et subtilités langagières. Même un certain nombre de pays européens comme la France et l'Allemagne, ne laissent pas l'anglais devenir la langue de leur science. Ces pays ont conservé leur propre langue et l'utilise comme langage scientifique dans leurs universités. La question de la langue est une question très importante. Il faut faire des efforts. L'un des efforts que déploient les gouvernements sages et intelligents dans le monde, est leur insistance dans la défense de leur langue nationale. Malheureusement, cela n'a pas toujours été le cas en raison de l'ignorance de nombreux pays. Même les langues maternelles et les langues principales de nombreux pays sont malheureusement devenues complètement obsolètes ou ont été éclipsées par d'autres langues. Avant la Révolution, c'était vraiment pénible pour moi de voir que les mots étrangers étaient utilisés sans problèmes et même avec fierté par les gens. Si quelqu'un utilisait un mot ou une expression occidentale, il en était fier. Malheureusement, cette attitude a prévalu jusqu'à aujourd'hui. Avec la victoire de la Révolution, de nombreuses attitudes erronées ont été éliminées mais malheureusement, cette attitude persiste encore. Certaines personnes se sentent fières d'utiliser des mots ou des expressions occidentales alors qu'ils ont un équivalent en persan. Ils aiment utiliser des expressions occidentales. Cette mauvaise attitude a progressivement influencé le peuple et c'est vraiment douloureux. À ce propos, j'ai certains exemples à l'esprit mais il n'est pas nécessaire de nous attarder davantage sur cette question.

Un autre point qui est peut-être le dernier, est que si nous voulons faire des progrès et considérons les progrès scientifiques comme la condition préalable au progrès général du pays, nous ne devons pas dire que nous devons progresser sur le modèle occidental. Le but principal de la République islamique est l'établissement d'un modèle iranien et islamique de progrès. Nous ne voulons pas du progrès que l'Occident a connu. Le progrès dans la vision de l'Occident, n'a aucun intérêt pour l'être humain bien informé d'aujourd'hui. Le progrès des pays développés occidentaux n'a pas pu éradiquer la pauvreté ni éliminer les discriminations ni instaurer la justice dans la société ou préserver la moralité. Ce genre de progrès est fondé sur l'oppression, le colonialisme et le pillage des autres pays. Lors de cette réunion, un des messieurs a soulevé certains points concernant l'invasion des Portugais en Iran. Ce n'était pas seulement en Iran. En Asie de l'Est, les Portugais et les Néerlandais ont occupé de nombreux pays. Quelle est la valeur géographique, historique et scientifique des Pays-Bas, du Portugal, de l'Espagne et de l'Angleterre qui ont occupé le grand continent d'Asie et le continent africain, et ont pillé ces continents qui étaient des centres de richesses.

Vous devriez jeter un coup d'œil sur les écrits de Nehru dans « Regards sur l'Histoire du monde », qui parle longuement des réalisations scientifiques et technologiques de l'Inde avant que les Anglais n'entrent dans ce pays. Avant de lire ce qu'a écrit une personne bien informée comme Nehru - il l'a écrit à l'époque où l'Inde était occupée par l'Angleterre - je n'étais pas au courant de ces événements. Regardez un pays comme l'Inde qui avance dans une direction sage, appropriée et scientifique, et qui est soudainement occupé au moyen de la science et des armes. Ils ont tué les gens, détruit leurs richesse et se sont imposés à ce pays. Ils ont volé les richesses de l'Inde pour l'investir dans leur propre pays et ont accumulé d'énormes capitaux de cette façon. Les Anglais ont occupé l'Amérique grâce à l'argent qu'ils avaient gagné en Inde. Avant l'indépendance de l'Amérique, quand les Anglais dominaient ce pays, la principale source de revenus des commerçants anglais venait du commerce qu'ils faisaient à partir du sous-continent indien vers les côtes de l'Amérique. Le contrôle anglais a pris fin suite à une confrontation avec les immigrés américains et la guerre d'indépendance. Bien sûr, ce n'était pas les Amérindiens qui ont fait ça. Cela a été fait par les immigrants anglais et espagnols et d'autres personnes. La domination anglaise a pris fin suite à la guerre qui a été menée pour l'indépendance de l'Amérique. Quoi qu'il en soit, les Anglais ont fondé leur civilisation en suçant le sang des autres nations. Leurs différentes réalisations n'ont pas pu mettre fin à l'oppression courante dans leur propre pays, ni interdire la discrimination, ni promouvoir le bien-être dans les couches pauvres de la société. Aujourd'hui, vous pouvez voir quelles sont les conditions de ces pays dans les domaines économiques, sociaux et moraux. Vous pouvez voir ce déclin et ce bourbier de la décadence morale de l'Occident. Les progrès de la civilisation occidentale sont de cette nature et ont ces caractéristiques. Nous n'apprécions pas du tout cela. Nous sommes à la recherche d'un modèle personnel, approprié et idéal, islamique et iranien, respectueux de l'orientation islamique et des avantages de la tradition et des exigences iraniennes. Il s'agit d'un modèle indépendant qu'aujourd'hui, les chercheurs et les experts tentent de concevoir avec beaucoup d'efforts.

Je pense qu'il ne nous reste plus de temps alors que je n'ai pas encore dis tout ce que j'avais noté. Comme beaucoup de frères et sœurs honorables qui ont relevé certains points à cette réunion et ont été obligés de finir ou d'interrompre leur discours par manque de temps, je dois aussi laisser certaines questions en suspens. Incha-Allah, si je vis assez longtemps pour vous revoir dans d'autres réunions dans les universités et d'autres lieux, j'aborderai certaines autres questions à ce moment-là.

Mon Dieu ! Donne Tes bénédictions à notre communauté universitaire. Mon Dieu ! Ne prive pas ces cœurs enthousiastes de Ta miséricorde infinie en ce mois. Mon Dieu ! Si Tu ne nous as pas encore pardonnés en ces derniers jours du mois béni du Ramadan, pardonne-nous dans les jours qui restent. Mon Dieu ! Aide la nation iranienne à progresser dans tous les domaines de la vie. Fais que cette grande nation remporte la victoire sur ses ennemis. Mon Dieu ! Fais que les intentions pures et les cœurs enthousiastes du peuple d'Iran - qui aime la vérité et le progrès - l'aident à réaliser ses souhaits et ses grands idéaux. Mon Dieu ! Rends l'âme de notre magnanime imam Khomeiny et les âmes saintes de nos chers martyrs, satisfaites de nous. Fais-nous bénéficier des prières de l'Imam du Temps (paix et salutations sur lui et que Dieu hâte sa réapparition), et rends son cœur sacré satisfait et heureux de nous tous.

Que les salutations soient sur vous et que la miséricorde d'Allah et Ses bénédictions vous accompagnent !

 
< Précédent   Suivant >

^