Skip to content

Galerie

Photo
Audio

Perspectives

Imam Khomeiny

Biographie
Discours prononcé lors d'une réunion avec les participants de la 7ème conférence des jeunes élites Version imprimable
09/10/2013

Ce qui suit est le texte intégral du discours prononcé le 9 octobre 2013, par l'Ayatollah Khamenei, Guide suprême de la Révolution islamique, lors d'une réunion avec les participants de la « 7ème Conférence des jeunes élites » tenue à Téhéran du 8 au 10 octobre 2013.

Au nom d'Allah le Très Miséricordieux, le Tout Miséricordieux

Comme d'habitude, cette rencontre avec vous, chers jeunes, m'a été très agréable et très profitable, et préparera le terrain à de nouvelles mesures, politiques et planifications. La plupart des points que les amis ont mentionnés dans cette réunion, étaient très instructifs et importants. Aujourd'hui, je n'ai pas écrit ce que vous avez dit parce que j'ai décidé de prendre les notes que vous avez préparées. Incha-Allah, les responsables de notre bureau qui viennent d'entendre ce que j'ai dit à ce sujet, vont recueillir et classer les propositions que vous avez formulées lors de cette réunion.

Il est nécessaire pour nous, de faire attention à ces suggestions et incha-Allah, elles recevront l'attention qu'elles méritent. Un certain nombre de ces propositions devrait être remises aux différentes organisations. Un certain nombre de points que les amis ont soulignés à cette réunion, nécessitent de plus amples explications. Je n'ai pas toujours compris ce que vous vouliez dire. Par exemple, un ami a souligné qu'une feuille de route pour la science devait être préparée. Je n'ai pas compris s'il voulait dire que nous devions préparer autre chose que le plan scientifique sur lequel des recherches approfondies ont été menées pendant très longtemps et qui a été préparé et est en cours d'application. Si c'est le cas, il faudrait apporter plus d'explications à ce sujet. Il est possible également de se référer aux responsables de notre bureau et de recevoir une réponse à d'éventuelles questions.

Vous, l'ensemble des chères élites, qui avez participé à cette réunion et toutes les autres personnalités marquantes qui n'y ont pas participé pour une raison quelconque, devez savoir que quel que soit votre domaine d'études et le secteur où vous travaillez - les sciences humaines, les sciences exactes, les sciences fondamentales, les sciences médicales, les sciences liées à la santé et tous les autres champs d'étude sur lequel vous travaillez - vous êtes les ingénieurs de l'évolution future du pays.

C'est vous qui construisez l'avenir de votre cher pays, l'Iran. Incha-Allah, si vous atteignez cet objectif avec une ferme détermination, des efforts sérieux et un suivi constant, vous obtiendrez des résultats et vous construirez l'avenir de l'Iran. Le point que je tiens à vous faire remarquer est que vous devez savoir que la stratégie d'une accélération rapide des progrès scientifiques est une stratégie fondamentale pour la République islamique. Les intellectuels de notre pays sont parvenus à la conclusion que surmonter les difficultés et prendre des chemins difficiles dans l'Iran islamique exigeaient deux ou trois conditions préalables, l'une d'entre elles est le progrès scientifique. C'est une politique fondamentale qui a été suivie pendant environ 10-12 ans. Différentes administrations et différents responsables chargés de ces affaires ainsi que les jeunes et les élites ont travaillé et fait beaucoup d'efforts dans ce domaine et heureusement, aujourd'hui, les résultats sont encourageants. Je l'ai dit à plusieurs reprise à la jeunesse, aux responsables et à vous-mêmes et je tiens à le redire encore maintenant : les jeunes, la main-d'œuvre et les élites de notre pays sont capables d'aider leur pays et leur peuple à conquérir les sommets du progrès dans différents domaines. Cette capacité existe en vous. Nous avions l'habitude de le dire en nous fondant sur l'expérience des autres et sur des informations que nous avions reçues de leur part, mais plus tard, nous l'avons nous-mêmes expérimenté. J'ai dit à maintes reprises que la jeunesse et les élites iraniennes étaient en mesure d'effectuer toutes sortes de tâches scientifiques et technologiques à condition que les infrastructures nécessaires existent dans le pays. Il n'y a rien que le talent iranien et l'élite iranienne ne puissent produire et construire, à moins que les infrastructures nécessaires n'existent pas dans le pays et qui doivent être construites. Notre pays jouit d'un niveau élevé de capacité et de talent. Le progrès réel du pays n'est possible qu'avec le progrès scientifique. C'est la raison pour laquelle nous avons dit que notre discours principal et notre politique principale concernent le progrès scientifique. [C'est que] Le progrès réel ne peut être réalisé qu'avec le progrès scientifique.

Un certain nombre de pays peuvent offrir leurs ressources naturelles souterraines et des barils de pétrole à des pays forts en termes de richesse et de technologie, et acheter leurs produits en retour. Dans ces pays, un progrès superficiel peut être réalisé mais ce n'est pas un progrès réel. Le vrai progrès doit venir de l'intérieur et est atteint quand une nation ne dépend que de ses propres capacités nationales. La valeur d'un pays, des gouvernements et des nations dépend de ce pouvoir intérieur. Un pays qui fait lui-même un bond et réalise une croissance, sera précieux, important et respecté. Mais si cette croissance n'est pas atteinte de l'intérieur et si elle est réalisée avec l'aide d'autrui, elle ne sera pas une fierté pour ce pays. A l'époque du Taghout (le Shah), les étrangers et les Occidentaux étaient prêts à faire une partie du travail lié à la technologie nucléaire dans notre pays et ont même signé certains contrats avec l'Iran. La centrale nucléaire de Buchehr que nous avons construite avec beaucoup de difficultés après de nombreuses années, devait être construite par les Allemands. Bien sûr, les Allemands ont pris l'argent et n'ont rien fait en retour, et après la Révolution, ils ne nous ont donné aucune réponse. Maintenant, imaginez que tel ou tel pays occidental construise et gère une centrale nucléaire pour nous et que nous bénéficions de l'électricité qu'elle peut générer. Cela n'apporte aucune dignité ni aucune valeur à une nation. Le respect et la dignité sont atteints quand une nation fait preuve de ses propres capacités. Lorsque vous développez vos capacités, vous pouvez bénéficier, sur un pied d'égalité, des capacités d'autrui, tout comme les autres peuvent bénéficier de vos capacités. Le point que l'un des amis a relevé au début de cette réunion, est correct. Il est évident qu'un pays ne peut pas uniquement compter sur ses propres capacités dans les domaines scientifiques et technologiques. Il faut emprunter à d'autres aussi, mais cet emprunt ne doit pas être une forme de mendicité et doit se faire sur un pied d'égalité. Vous devez offrir vos réalisations scientifiques aux autres et profiter en échange, de leurs réalisations scientifiques. Vous devez offrir vos réalisations technologiques aux autres et profiter en échange, de leurs réalisations technologiques. Dans de telles circonstances, vous serez respectés dans le monde. C'est ce qui est nécessaire.

Chers jeunes et enfants de la Révolution et de la République islamique, sachez que l'hostilité du camp qui s'oppose à l'Iran islamique est le signe de la puissance de l'Iran. Ils ne veulent pas que l'Iran devienne puissant. Vous devez toujours faire attention à ce point fondamental dans l'évaluation des événements, y compris les événements politiques, économiques, internationaux, régionaux et nationaux. Vous ne devez pas oublier ce point. Aujourd'hui, il y a un camp politique et puissant dans le monde, qui ne veut pas que l'Iran islamique devienne un pays puissant et une nation puissante. Cela date du début de la Révolution. En 1979, quand la Révolution islamique a remporté la victoire en Iran et a fait un tel bruit dans le monde, des personnalités marquantes occidentales comme Kissinger, Huntington et Joseph Nye qui sont des personnalités politiques influentes aux États-Unis et en Europe, ont publié une série d'articles pour mettre en garde le système politique occidental et les gouvernements occidentaux, au sujet de cette Révolution menée en Iran qui ne signifiait pas seulement un transfert de pouvoir et un changement de gouvernement, mais l'émergence d'une nouvelle puissance dans la région - comme ils l'appellent- du "Moyen-Orient". Je n'aime pas du tout ce terme. Ils ont dit qu'un nouveau pouvoir était en train d'émerger dans la région que je préfère appeler "l'Asie de l'Ouest", et que ce nouveau pouvoir s'il n'était pas sur un pied d'égalité avec les puissances occidentales en termes de technologie et de science, jouissait d'une grande influence politique chez ses voisins, ajoutant que s'il devenait meilleur ou aussi fort que les puissances occidentales, il représenterait un nouveau défi. Ces personnalités ont averti les puissances occidentales à ce sujet. Cela signifie qu'à leur avis, l'émergence de ce pouvoir mettrait un terme ou affaiblirait au moins, l'influence occidentale dans cette région sensible, riche et stratégique qui relie trois continents et qui est une région pétrolière riche en minéraux importants et nécessaires. L'Occident a fait beaucoup d'efforts pour imposer sa domination politique, économique et naturellement culturelle, sur cette région. A cette époque, ces personnalités occidentales ont deviné ce qui arriverait et bien sûr, elles ont deviné juste. Aujourd'hui, après plus de trois décennies, ce cauchemar est en train de se réaliser. Une grande puissance nationale et régionale a émergé qui n'a pas été vaincu par les différentes pressions économiques, sécuritaires, politiques et psychologiques qui lui ont été imposées. Au contraire, ce pouvoir a réussi à influencer la région, à établir et à promouvoir la culture commune islamique et à aider les nations de la région à restaurer leur identité.

Les événements qui se sont produits il y a deux ans, dans notre région, sont des événements très importants. Vous pouvez voir comment les Occidentaux ont réagi à ces événements. Les événements en Egypte, en Afrique du Nord et dans les pays d'Asie occidentale ont été des événements très importants. Le soulèvement des nations, les mains vides, et leur résistance à l'humiliation que l'Occident et les États-Unis en particulier, avaient infligée à ces pays avec l'aide de leurs agents, a été un événement remarquable. Bien sûr, cela n'est pas fini. Les Occidentaux pensent qu'ils ont réprimé cet éveil islamique mais à notre avis, il n'a pas été réprimé. Ce fut un tournant historique et la région est actuellement en train de passer par ce tournant historique. Le sort de cette prise de conscience n'a pas encore été décidé et les Occidentaux le savent. Ceci se voit dans leurs analyses de l'éveil islamique et dans le fait qu'ils sont toujours préoccupés. Ils ne savent pas ce qui se passe dans la région et qui est dû au soulèvement de la nation iranienne, à la victoire de la Révolution et à l'instauration de la République islamique qui représente l'émergence d'un pouvoir national profondément religieux, inébranlable, talentueux et transcendant.

Maintenant, Dans chaque domaine scientifique, technologique et de recherche, vous êtes les acteurs de ce grand mouvement qui est en train d'accomplir cette mission historique. Aujourd'hui, vous assumez à votre tour, cette lourde responsabilité. L'important est que votre mouvement ne doit pas cesser de progresser et qu'il se poursuive sans interruption. Cela est vrai pour tous les mouvements sociaux, politiques et militaires importants. Quand un mouvement commence, quand une tâche grande et à long terme commence, vous ne devez autoriser aucune interruption. Pendant la Défense Sacrée, nous l'avons vu de nos propres yeux lorsque nous étions engagés dans la bataille. Pendant la guerre, quand un mouvement commençait, il remportait la victoire s'il n'était pas interrompu. Mais si notre détermination vacille au milieu de la route, si nous avons des doutes ou faisons preuve de paresse, et s'il y a une interruption dans notre travail, cela conduira à la frustration et à la défaite. Vous ne devez pas laisser ce mouvement scientifique rapide cesser de progresser.

A ce propos, je m'adresse à toutes les personnes impliquées dans cette question et à vous, chers jeunes des différentes organisations, y compris le ministère de la Science, le ministère de la Santé et la vice-présidence chargée des questions scientifiques et technologiques. Je m'adresse aux chers jeunes qui travaillent dur, cherchent à acquérir des connaissances, effectuent des recherches et s'engagent dans l'initiation morale et qui souvent, effectuent un travail intéressant et remarquable. Les déclarations que vous avez faites à cette réunion s'inscrivent dans le cadre de ce travail. Le travail n'est pas seulement physique. Penser, proposer des idées et des opinions, et faire des efforts pour appliquer les excellentes suggestions, sont les meilleurs travaux que l'on puisse faire.

La vice-présidence chargée des affaires scientifiques et technologiques est une organisation très importante et très sensible. Il y a quelques années, cette organisation a été formée à mon insistance et plus tard, c'est la Fondation nationale des Elites qui a été créée. Certaines personnes ont rendu de grands services comme Mme Soltankhah et M. Vaezzadeh. Et aujourd'hui, M. Sattari, qui est le fils d'un martyr, est chargé de cette vice-présidence et de cette Fondation. Mon conseil aux fonctionnaires de la vice-présidence chargée des affaires scientifiques et technologiques, et de la Fondation nationale des élites, est qu'ils poursuivent le travail qui a été fait. Vous ne devez pas du tout recommencer à zéro. Un travail remarquable a été réalisé dont vous devez trouver et supprimer les lacunes et les points faibles, sans pour autant en oublier les points forts.

À mon avis, la chose la plus importante que ces deux organisations peuvent faire, est de concentrer leurs efforts sur la préparation du terrain pour l'innovation. L'innovation est très importante. Ce processus d'innovation ne doit pas être arrêté. Chaque étape devrait conduire à une autre étape. Un suivi constant est nécessaire pour préserver le processus d'innovation dans le pays. Les fonctionnaires de la vice-présidence pour les affaires scientifiques et technologiques, doivent constamment suivre cette démarche scientifique dans le pays, voir où se situent les problèmes et les obstacles, et les résoudre. Le Conseil suprême de la Révolution culturelle qui bien sûr, traite les questions relevant du domaine de ses responsabilités, est important. La vice-présidence pour les affaires scientifiques et technologiques, qui est un organisme de coordination des organisations scientifiques dans le pays, les centres de recherche et les différents centres scientifiques et technologiques chargés de la mise en œuvre de ces politiques, doivent agir de manière coordonnée et organisée. Tout trouble et toute discorde doivent être évités.

Bien entendu, notre croissance scientifique est très bonne sur le plan régional et international. Notre taux de croissance est bon et nous jouissons d'une très grande vitesse de croissance scientifique, mais ce n'est pas la seule norme. Ce taux de croissance scientifique doit être préservé. Ce taux de croissance scientifique ne veut pas dire que nous avons atteint ou sommes près d'atteindre notre objectif parce que nous étions déjà très en retard. Le monde n'attend pas non plus que nous allions de l'avant. Il ne nous regarde pas les bras croisés. Le monde est aussi constamment en mouvement et en progrès. Bien sûr, notre taux de croissance scientifique est plus rapide [que la moyenne mondiale] et nous devons le préserver. Si ce taux de croissance scientifique est préservé, nous pourrons espérer conquérir les sommets et atteindre les lignes de front, et comme je l'ai dit à maintes reprises, notre pays et nos centres scientifiques pourront devenir des références dans le monde entier. Cela doit se faire et Incha Allah, ce sera fait. Toutefois, je ne pense pas que cela se produise en cinq, dix ou quinze ans, non. Il y a quelques années, j'ai dit que vous deviez prévoir cela dans 40 ou 50 ans, quand tout le monde devra apprendre le persan pour accéder aux nouvelles recherches scientifiques. Vos efforts doivent se concentrer sur ce point. Vous devez agir de sorte que les autres aient besoin de vos connaissances et apprennent votre langue afin de les acquérir. C'est une chose possible.

Le regretté Dr. Chamran était une personnalité scientifique remarquable. A l'heure actuelle, il est connu pour ses tactiques de guerre, son martyre, ses expériences militaires et d'autres choses semblables mais il était aussi une personnalité scientifique remarquable. Il a étudié dans une des plus grandes universités américaines qu'il a quittée pour se rendre au Liban et ensuite, revenir dans son pays pour s'engager dans le djihad. Il me disait que dans les universités américaines - y compris l'université dans laquelle il faisait ses études - il y avait peu d'étudiants forts mais que le nombre des Iraniens parmi eux, était plus élevé que celui des autres nationalités. Les Iraniens sont plus doués que la moyenne mondiale. Nous avons aussi entendu d'autres personnes le dire à plusieurs reprises et comme je le disais, les expériences actuelles prouvent l'exactitude de ces propos.

Le point sur lequel j'ai insisté depuis le début, et qui n'a pas encore été traité correctement concerne la question du lien entre la science et l'industrie, entre les universités et les industries, et entre les centres de recherche et les centres industriels. Bien entendu, depuis plusieurs années, que je vois que cette question est également reprise par les étudiants, les élites et les responsables. C'est un point très important. Nous avons une communauté scientifique et une communauté industrielle. Notre communauté industrielle doit profiter des résultats scientifiques et de recherche de nos universités et des centres de recherche. D'un autre côté, nos organisations scientifiques ont besoin d'un marché pour préserver leur enthousiasme. A l'heure actuelle, il n'existe pas de rapport raisonnable et satisfaisant entre ces deux groupes. Si nous parvenons à établir une relation plus forte entre les industries, les universités et les centres de recherche ou dans un sens général, entre l'industrie et la science, ceci contribuera à la croissance des centres industriels et à l'épanouissement de nos universités. Nos centres industriels doivent pouvoir se référer aux universités pour résoudre leurs problèmes et utiliser les acquis scientifiques des universités. Nos universités doivent pouvoir poursuivre leurs activités. Un barrage qui a été construit sans système d'irrigation n'a aucune valeur. La moitié du travail consiste à construire un mur pour recueillir l'eau, l'autre moitié, à construire un système d'irrigation afin que l'eau puisse circuler dans les terrains qui en ont besoin. Cela doit être fait.

Les entreprises et les usines devraient elles aussi, se référer davantage aux centres scientifiques qui doivent être prêts à répondre à la demande. Chaque année, nous devons assister à des centaines de projets de recherche commandés par les centres industriels, aux universités et aux centres scientifiques. Bien sûr, ces commandes doivent répondre aux besoins intérieurs. À mon avis aujourd'hui, l'un de nos grands points faibles est que nos centres scientifiques cherchent des projets à l'étranger. De nombreux jeunes, professeurs et personnalités académiques, le reconnaissent parfois. Ces projets ne sont pas ceux dont le pays a besoin. Je ne veux pas dire que cela est absolument interdit mais travailler sur certains projets de recherches pour répondre aux besoins de telle ou telle organisation scientifique et technologique dans le monde qui va le acheter à bas prix, n'est pas une réussite majeure. Vous devez voir quels sont nos besoins intérieurs et comment votre recherche, en particulier au niveau du doctorat et aux niveaux supérieurs, peut aider le pays et quelles lacunes elle peut remplir.

Par conséquent, il devrait y avoir une grande et sérieuse concurrence dans le domaine de l'innovation, et dans les domaines scientifiques et technologiques. Dans les thèses, plus particulièrement les thèses de doctorat, un des points qui devrait certainement attirer l'attention est l'innovation. Dans ces thèses, l'innovation doit être évidente et être une norme pour l'évaluation. La Fondation nationale des Elites doit fonctionner de manière sérieuse et créer un environnement propice à l'enthousiasme scientifique. Si cela se produit, les spécialistes iraniens qui vivent à l'étranger, seront ravis de revenir dans leur pays et les jeunes talents iraniens seront heureux de rester dans leur patrie et de rendre service à leur propre pays.

La piété et la purification morale sont des points fondamentaux et importants. Les capacités des personnalités éminentes de notre pays, hommes, femmes et professeurs, augmenteront grâce à la piété, la purification et l'attention à Dieu. Leurs capacités vont augmenter et ils pourront facilement faire de grandes réalisations. Un des plus grands avantages dont vous jouissez est la pureté de la jeunesse. Ce n'est pas une chose qui dure. Au cours de la jeunesse, il y a une sorte de pureté qui facilite l'accès à la miséricorde divine. Si Allah le Très-Haut, lui ouvre la voie, aplanit le chemin et prépare le terrain, un jeune atteindra ses objectifs plus facilement. « Nous faciliterons pour lui la voie au plus grand bonheur » [Coran, 92 : 7]. Vous devez apprécier la valeur de la piété, de la pureté, de la foi et de la lumière qui existe en vous et qui ouvre la voie à la spiritualité. Vous devez demander à Allah le Très-Haut, de vous aider et d'aider votre pays. Incha-Allah, nous serons en mesure d'atteindre le point désiré par notre pays et notre nation. Incha-Allah, je prierai toujours pour vous, comme je l'ai fait jusqu'à présent.

Que les salutations soient sur vous et que la miséricorde d'Allah et Ses bénédictions vous accompagnent !

 
< Précédent   Suivant >

^