Skip to content

Galerie

Photo
Audio

Perspectives

Imam Khomeiny

Biographie
Discours du Guide suprême aux participants à la "Conférence sur l'évolution démographique" Version imprimable
28/10/2013

Ce qui suit est le texte intégral du discours prononcé le 28 Octobre 2013, par l'Ayatollah Khamenei, Guide suprême de la Révolution islamique, lors d'une réunion avec les participants à la conférence nationale sur l'évolution démographique et son rôle dans les différentes évolutions de la société. Cette conférence s'est déroulée à Qom le 31 Octobre 2013 et a commencé avec la lecture du texte intégral de ce discours.

Au nom d'Allah le Très Miséricordieux, le Tout Miséricordieux

La question de la population qui est discutée sérieusement dans la société et est à l'origine de divergences d'opinion, est une question très importante. Sans aucun doute, conformément à la politique générale, le pays doit s'orienter vers une augmentation de la population. Bien sûr, cela doit être fait de manière raisonnable et modérée. Toutes les critiques et tous les problèmes qui sont exprimés à ce sujet et dont nous sommes informés, ont des réponses et peuvent être résolus.

Le point important est que notre pays avec ses capacités physiques et ses dimensions géopolitiques, a besoin d'une plus grande population. Comme je l'ai déjà dit, la question de la jeunesse est une question très importante, fondamentale et déterminante pour le pays. Selon les recherches et les analyses que les experts ont réalisées, et selon les statistiques et les chiffres qui nous sont parvenus, si nous continuons dans cette voie, notre pays va souffrir d'un vieillissement de la population dans un avenir proche sans qu'on puisse traiter cette maladie. Personne et pas seulement notre pays, n'a de remède pour cette maladie. Aujourd'hui, les pays qui souffrent de vieillissement et d'infertilité, peuvent difficilement trouver un remède à ce problème. Naturellement, nous allons aussi rencontrer un tel problème et nous ne devons pas laisser notre pays arriver à ce point critique. Bien sûr, compte tenu des principes et des idées islamiques, et aussi de la géographie politique de la région du Moyen-Orient et de la République islamique d'Iran, la question de la population et de son accroissement est une question claire et précise.

À mon avis, la conférence que vous avez organisée est une bonne mesure qui a été prise à cet égard. Nous ne voulons pas que cette question soit abordée avec des slogans ou de façon superficielle. Nous ne voulons pas nous contenter de dire: « Saluons le Prophète (AS) et finissons l'affaire ». Nous voulons résoudre ce problème de manière profonde et analytique, afin de dissiper les doutes à cet égard et pour que la vérité s'éclaircisse. Je crois que nous pouvons le faire. Nos penseurs et nos experts des questions démographiques où qu'ils soient, peuvent présenter des motifs convaincants et appropriés pour la croissance de la population. Cette conférence est la première étape. C'est l'étape préliminaire mais à mon avis, elle est plus importante que l'adoption de lois parce que la création d'une culture appropriée sur cette question et bien d'autres, constitue la phase la plus importante. Cette culture doit être créée mais malheureusement, elle n'existe pas du tout aujourd'hui bien que nous et d'autres personnes, l'avons demandée. Cette question a également été abordée au Majlis et d'autres responsables en ont plus ou moins discuté. Cependant, le travail culturel dans ce domaine, n'a pas été effectué de manière appropriée. À mon avis, ce que vous avez fait est très bon et approprié. Mais vous ne devez pas penser qu'il suffit de tenir une conférence, de faire un discours et de publier un certain nombre d'articles. Cela est nécessaire mais insuffisant. Vous devez profiter des ressources qui existent dans le pays pour promouvoir cette idée de façon profonde, fondamentale, raisonnable et convaincante pour tous. Par conséquent, cette question devrait être étudiée préalablement et je suppose que vous y avez déjà pensé. À ceux qui envisagent d'organiser une réunion ou une conférence, je conseille de ne pas considérer ces réunions comme une fin en soi mais comme une occasion de poursuivre l'affaire afin que le résultat de ces réunions et de ces conférences soit approprié et appréciable. Vous, messieurs, vous en êtes sans doute conscients parce qu'heureusement, vous êtes sages et intéressés par la recherche, et parce que votre institut a également une bonne réputation dans ces domaines. Mais vous ne devez pas vous arrêter là.

Vous devez prendre en considération les différents aspects de la question. Vous devez relever les facteurs qui poussent notre société à avoir un minimum d'enfants. Ce manque d'intérêt est un symptôme car on aime naturellement avoir des enfants. Pourquoi un certain nombre de parents préfèrent-ils avoir un seul ou deux enfants ? Pourquoi les femmes et les hommes évitent - de diverses manières - d'avoir des enfants ?

Vous devez examiner ces questions et voir quels facteurs jouent un rôle dans ce domaine. Vous devez identifier ces facteurs et demander à des experts et des penseurs de trouver un remède à ces facteurs pathologiques. Je crois que ces facteurs sont pathologiques et problématiques. Vous devez réfléchir sur différentes questions comme la question du mariage tardif. Sans aucun doute, le mariage tardif est un des facteurs qui réduit la fertilité. C'est une des choses qui doivent être rectifiées dans le pays. Pourquoi les gens se marient-ils tard? Un jeune de 17, 18, 19 ans n'a-t-il pas besoin de satisfaire ses besoins sexuels ? Nous devons réfléchir sur ce sujet. On dit que les jeunes n'ont pas de maison, pas de travail et pas de revenus suffisants. Nous devons voir ce que nous pouvons faire pour que tous ces facteurs soient pris en compte en même temps. Nous ne devons pas penser qu'il faille posséder une maison et avoir un emploi bien rémunéré pour se marier. Ce n'est pas le cas. Le Coran nous parle de cette façon : « S'ils sont besogneux, Dieu les rendra riches par Sa grâce » [Coran 24: 32].

Vous devez résoudre tous les problèmes qui existent dans ce domaine. Votre position sociale et des conférences comme celle-ci, exigent qu'un travail scientifique soit fait. Vous ne devez pas simplement exprimer des opinions, des exigences et des slogans sur cette question qui exige un travail intellectuel et analytique. Les facteurs qui jouent un rôle dans la décroissance et la croissance de la population doivent être analysés de manière appropriée et adéquate, de sorte que les élites de la société soient convaincue. A l'heure actuelle, les gens sont religieux et pieux. Si on leur dit qu'ils doivent avoir plus d'enfants, ils accepteront ce conseil. Mais ce sont les élites de notre société qui doivent en être convaincues. Si les élites acceptent cette idée, il sera facile de développer la culture appropriée. Incha-Allah, les dignitaires de cette conférence feront des efforts dans ces domaines et j'espère que vous réussirez.

J'estime que notre pays ne doit pas être un pays avec une population de 75 millions d'habitants. Notre pays doit avoir une population de 150 millions d'habitants. Bien sûr, c'est le chiffre minimum. Nous pouvons même parler de chiffres plus élevés. Compte tenu de sa vaste superficie, de sa diversité climatique, de ses ressources, de ses infrastructures et de ses capacités scientifiques, ce pays peut certainement être un pays très peuplé et Incha-Allah, il sera lui-même en mesure de gérer cette population. Tout comme nous pensons à ce qui arrive à une famille de quatre ou cinq enfants, il faut aussi penser à la façon dont ces quatre ou cinq enfants pourront aider le pays à faire des progrès quand ils grandiront et trouveront un emploi.

Il y a certaines approches dans notre pays, qui essaient de copier le mode de vie occidental ou européen, et qui ont conduit à une telle situation. C'est un héritage qui nous a été légué et nous avons aussi fait preuve de négligence à une période donnée. Nous n'avons pas fait ce que nous aurions dû faire alors qu'aujourd'hui un certain nombre de ces pays occidentaux souffrent d'une baisse de leur population et sont pleins de regrets à ce sujet. Il y a un certain nombre de pays occidentaux qui ne souffrent pas d'une baisse de population. Il y a des familles dans ces pays, comme les familles américaines, avec 10 ou 12 enfants. Pourquoi les familles iraniennes qui veulent à tort, copier le style de vie occidental, se contentent-elles d'un seul ou de deux enfants ? Ces choses existent actuellement et les rapports que nous recevons le montrent. J'espère qu'Incha-Allah, vous réussirez dans votre entreprise.

 
< Précédent   Suivant >

^