Skip to content

Galerie

Photo
Audio

Perspectives

Imam Khomeiny

Biographie
Discours du Guide suprême lors d'une réunion avec les députés du neuvième Majlis Version imprimable
29/05/2013

Ce qui suit est le texte intégral du discours prononcé le 29 mai 2013 par l'Ayatollah Khamenei, Guide suprême de la Révolution islamique, lors d'une réunion avec les députés du neuvième Majlis (Parlement islamique d'Iran).

Au nom d'Allah le Très Miséricordieux, le Tout Miséricordieux

Tout d'abord, je souhaite la bienvenue à tous les chers frères et sœurs, honorables députés du Majlis, et je prie pour qu'ils passent avec succès leur première année en tant que députés. J'espère que les services rendus pendant cette première année, seront acceptés par Dieu et seront marqués dans le bilan de vos actions dans l'Au-delà. Je prie aussi pour le président du Majlis et le conseil de la vice-présidence qui ont une fois de plus, gagné votre confiance et assumé cette responsabilité. J'espère qu'Allah le Très-Haut, vous récompensera et qu'Il vous fera tous réussir à faire des actes qu'Il approuve.

Chers frères et sœurs, cela doit être notre but principal. Ces postes superficiels, ces titres, ces postes de présidence et de direction, le prestige et les autres choses de ce genre sont éphémères. Ce sont nos actions qui restent. Si nous avons fait de bonnes œuvres et accompli des actes justes dans de bonnes intentions, nous ne subirons pas de perte après le passage de ces années pendant lesquelles nous détenons ces titres et ces postes. Si, à Dieu ne plaise, cette période de responsabilités, de missions et de titres ne produit aucun résultat pour nous et si, à Dieu ne plaise encore, elle a une influence négative dont nous devons répondre devant Dieu, ce sera le pire résultat que ces responsabilités puissent avoir pour nous. Nous devons constamment faire attention à cette question.

Bien entendu, être le représentant du peuple est une grande opportunité. Dans la société islamique et au sein du gouvernement islamique, tous ceux qui peuvent assumer une mission doivent remercier Dieu. Cependant, nous devons prêter attention au fait que cette occasion est aussi une grande épreuve. Nous traversons une épreuve. C'est au cours des époques sensibles que les épreuves difficiles émergent. Dans le cours normal de la vie quotidienne, il y a aussi certaines épreuves, mais les épreuves saillantes et difficiles apparaissent lorsqu'on accède à des points sensibles de la vie comme ces responsabilités que nous avons actuellement.

Parfois, un individu passe de longues années de sa vie avec honnêteté et pureté, et traverse ensuite une période d'épreuves. Pendant cette période, s'il ne peut pas montrer ses capacités à contrôler et à restreindre ses passions, il trébuchera sur le chemin. Dans cette période sensible, un député du Majlis accepte les responsabilités de la haute direction et d'autres responsabilités comme celles que j'assume actuellement. Ce sont des points sensibles dans notre vie. Au cours de ces périodes, nous devons nous surveiller et être vigilants. Dans des conditions normales, une personne peut avoir une bonne vie, mais au bord du précipice, à un point sensible et un tournant dangereux, il est parfois difficile de contrôler la situation. Nous devons garder ceci à l'esprit. « Les mérites des hommes seront connus quand les conditions changent » [Nahjul Balaghah, maxime 213]. Nous pouvons nous tester dans la pratique à ces instants sensibles.

Nous sommes généralement optimistes quant à nos performances. Nous ne voyons pas nos points de faiblesse et nos lacunes. Nous surévaluons habituellement nos vertus. Ce n'est que quand nous nous isolons avec Dieu que nous pouvons voir nos faiblesses et nos défauts. L'argent, le pouvoir, le désir sexuel et d'autres choses semblables sont des épreuves difficiles. Il est important pour les honorables députés du Majlis et les responsables de l'exécutif, du pouvoir judiciaire, des forces armées et des centres islamiques, et pour ceux qui sont impliqués dans une combinaison de ces responsabilités, qu'ils connaissent et identifient ces épreuves avec clairvoyance. Ils doivent savoir que ces points sensibles sont une épreuve. Nous ne devons pas faire preuve de négligence. Si nous pouvons passer ce tournant dangereux et ce point sensible, et éviter ce précipice, nous devons en remercier Dieu. C'est le point principal que je voulais vous faire remarquer, chers frères et sœurs. Principalement, c'est à moi que s'adresse ce conseil. J'en discute avec vous afin qu'incha-Allah, le cœur de l'humble personne que je suis soit touché par ces mots et que nous puissions bénéficier ensemble, de ces conseils. D'une part, ce conseil nous permet d'apprécier la valeur de la possibilité de rendre service à la population, à l'islam, au pays et à la République islamique, qui est une grande bénédiction de Dieu et d'autre part, nous pouvons remarquer les dangers que représente une telle opportunité. Avoir une voiture belle et rapide est une bonne chose car elle peut aider à atteindre sa destination. Cependant, cela comporte également certains dangers et nous devons être prudents. C'est le principal points que je voulais vous faire remarquer, chers frères et sœurs. J'espère qu'incha-Allah, cela aura un effet sur nous tous.

Ce que je peux dire d'après les rapports qui m'ont été donnés à propos de la première année de ce Majlis, est que l'existence de nombreux experts a aidé à une meilleure planification des projets de loi et à de meilleurs résultats. C'est l'avantage de la spécialisation. Le savoir-faire et des compétences accompagnés d'un sens de responsabilité, donneront de meilleurs résultats à notre travail. Il est nécessaire que nous remerciions Dieu et exprimions notre gratitude pour cette grande compétence du Majlis.

Comme nous l'avons vu pendant ce laps de temps, les positions politiques du Majlis dans différentes domaines, ont été très bonnes. Les positions qui ont été adoptées étaient appropriées. Vous êtes les représentants de tous les habitants du pays. Leurs demandes et leurs sentiments se manifestent dans votre comportement. Heureusement, ce qui a été constaté est très appréciable.

L'important pour les chers frères et sœurs députés, est qu'ils sachent qu'ils sont comme le sommet d'une montagne. Chaque fois que j'ai eu l'occasion de parler aux honorables députés de tous ou de la plupart des parlements, j'ai toujours insisté sur ce point. Ce qui sort du cœur de ce sommet va couler au pied de la montagne. Comme d'autres sommets dans le pays, le comportement et la conduite des députés au sein Majlis et la façon dont ils agissent entre eux influent sur le comportement de toute la société. C'est un processus naturel et permanent. Si la sagesse, la perspicacité, la paix, la tranquillité et la fraternité dominent au Majlis et si cela se reflète dans tous les niveaux de la société, cela aura progressivement une influence dans la société. S'il y a des tensions, de l'irritation et de la paresse au sein du Majlis, ce sera également manifeste dans le comportement des gens. Cette influence est naturelle et si elle n'est pas visible et perceptible au premier abord, elle apparaitra peu à peu. Cela augmente votre responsabilité. Par conséquent, à mon avis, les chers amis et députés honorables doivent également être vigilants à cet égard.

Travailler sur les différents projets de loi et des plans est une responsabilité que vous avez envers les gens. C'est une chose précise et claire. Lorsqu'un projet de loi est proposé au Majlis ou que vous préparez un projet de loi dans un certain secteur, quand vous tracez le tableau des grandes politiques économiques du pays, votre précision, votre vigilance, vos efforts, vos recherches et vos enquêtes qui aideront ce projet de loi à devenir plus complet, sont des responsabilités que vous avez envers les gens. Lorsqu'un projet de loi est proposé au Majlis, j'ai été membre du Majlis et témoin de ce cas, soumis à la commission du Majlis ou à un député particulier, il doit s'occuper de ce projet de loi comme il s'occupe de ses affaires personnelles, l'étudier avec soin, effectuer des recherches, discuter avec un expert et étudier les différents aspects de ce sujet.

Cependant, il y a des députés qui n'agissent pas de cette façon. Parfois, un projet de loi est proposé au Majlis sans que les députés connaissent le contenu de ce projet de loi ou de ce plan. Ils ne se sentent donc pas responsables et ne le poursuivent ni à la Commission ni lors de la session du Majlis. Dans de telles circonstances, leur vote pour ou contre ce projet de loi, n'est pas juste de même qu'un vote blanc. On ne vient pas au Majlis pour voter blanc mais pour décider de ce qui doit être fait et de ce qui ne doit pas être fait. Un vote blanc est le signe d'un manque d'efforts, que nous n'avons pas fait ce que nous étions censés faire ou que nous n'avons pas pu parvenir à une conclusion comme un faqih ou un mujtahid qui a fait assez d'efforts, s'est référé à des sources différentes, a étudié les opinions des jurisconsultes mais n'est pas parvenu à une conclusion satisfaisante. Il conseille alors d'être prudent et dit qu'il n'a aucune opinion ni aucune fatwa à ce sujet. Un vote blanc s'impose dans de tels cas. Mais présenter un vote blanc sans avoir fait de recherches afin de nous libérer de la responsabilité de voter pour ou contre un projet de loi sur lequel nous ne pouvons pas prendre de décision claire et raisonnable, n'est pas une démarche appropriée. Par conséquent, une des tâches très importantes et nécessaires du Majlis consiste à travailler sur les projets de loi qui sont proposés par le gouvernement ou ceux qui sont préparés par vous-mêmes au sein du Majlis. Ces plans doivent vraiment être étudiés avec soin. Une personne qui a suffisamment d'expertise dans ce domaine, doit prendre une décision et si elle n'a pas assez d'expertise, elle doit parvenir à une conclusion en consultant d'autres personnes. C'est une des démarches les plus essentielles.

Bien entendu, il y a des plaintes dans ce domaine que j'ai fait remarquer à plusieurs reprises, aux honorables députés et aux présidents du Majlis. Parfois, nous voyons que de nombreux sièges sont vides et dépassent la limite fixée. Bien sûr, il y a sans doute de bonnes raisons pour que ces sièges soient vides, mais il y a des limites. Quand nous voyons que cela dépasse les limites, nous pensons qu'il y a un manquement au devoir. De plus, il y a un certain nombre de personnes au sein du Majlis qui ne participent pas aux discussions. C'est un autre phénomène étrange. Ces gens sont assis au fond et bavardent. Ce n'est pas une attitude appropriée. La présence physique et l'attention aux questions et aux arguments pour ou contre, sont nécessaires. Ce sont des responsabilités naturelles pour des députés du Majlis qui ne peuvent être ignorées. Ce sont des responsabilités très importantes. Je demande aux chers frères et sœurs du Majlis de prêter attention à cette question et d'avoir une présence physique et morale, et d'écouter de tout leur cœur et avec attention. C'est une question importante.

Une autre question est que comme je l'ai dit, le comportement des députés a une influence sur l'éducation et le façonnement de la société. La piété, l'honnêteté, la morale, le sens des responsabilités et l'enthousiasme du Majlis auront une influence dans la société. Ce genre d'attitude fera que les gens s'intéresseront aux députés du Majlis et seront optimistes et plus engagés. Deuxièmement, ces caractéristiques pousseront les gens à se comporter comme les députés qui représentent le sommet de la montagne et sont des personnalités éminentes et distinguées.

Si les députés dans leurs déclarations avant l'adoption d'une loi ou dans leurs discussions avec les autres députés, observent la décence, évitent les insultes et des expressions inappropriées et vulgaires, les gens qui écoutent les sessions parlementaires à la radio, remarqueront que ce monsieur aurait pu utiliser un langage offensant mais qu'il a agi autrement. Un tel comportement influe sur l'auditeur. Mais si, à Dieu ne plaise, nous sommes témoin de cas contraires, d'indécence dans les paroles, de langage offensant ou impoli, et de mauvais comportement, cela aura une influence négative. Même si l'auditeur n'approuve pas ce comportement, il en sera influencé. Les gens ne sont pas comme un enfant qui est influencé par le comportement de son père sans comprendre si ce comportement est bon ou mauvais. Ce n'est pas le cas. Les gens comprennent si quelqu'un se comporte d'une bonne ou mauvaise façon. Cependant, c'est une chose naturelle et vous pouvez voir que dans des environnements différents ou entre différents groupes de personnes, quelqu'un qui dit quelque chose que les gens peuvent ne pas aimer, exercera quand même une influence négative et il sera plus facile de copier ce comportement. C'est une chose naturelle.

Une autre question concerne l'impartialité. Bien sûr, ce sont des évidences et ces messieurs et dames sont au courant de ces questions. Vous faites vous-mêmes les mêmes conseils à la population. Cependant, nous avons aussi la responsabilité de faire certaines remarques. Même si vous n'avez pas besoin que nous vous disions de telles choses, il est nécessaire pour nous de les signaler. L'impartialité vis-à-vis de votre ami et collègue au sein du Majlis, des gens en dehors du Majlis, de l'administration et du pouvoir judiciaire, doit être respectée. « Et que la haine pour un peuple ne vous incite pas à être injuste » [Coran, 5: 8]. Parfois, nous ne sommes pas en bons termes avec quelqu'un qu'on pourrait même détester pour certaines raisons. Cependant, nous devons être justes même vis-à-vis de cette personne que nous n'aimons pas. Nous devons être justes envers cette personne même si nous avons des raisons pour ne pas l'aimer. Chaque personne peut avoir certains points positifs. Les points négatifs ne doivent pas nous faire ignorer les points positifs. C'est une chose très importante. L'injustice et un comportement inapproprié feront que l'autre personne se comportera de la même manière. Nous les êtres humains, nous sommes faibles. Si vous vous comportez de manière injuste à mon égard, il se peut que je n'aie pas la maîtrise nécessaire ni la capacité de dire que ce n'est pas grave. Cela peut me pousser à me comporter aussi de façon injuste. Dans de telles circonstances, c'est l'injustice plutôt que la bonté et la justice qui se répandent dans la société. Soyez conscients que vous avez une telle influence, car vous êtes les députés du Majlis. Si vous étiez des gens ordinaires dans la société, vous exerceriez une certaine influence mais pas à ce point. Si nous avons une position importante, notre comportement aura une certaine signification. Mais si nous sommes des gens ordinaires, le même comportement aura un autre sens.

Une autre question que j'ai toujours abordée avec les amis membres du Majlis, est la question des relations avec le pouvoir exécutif. Quand dans des réunions, je parle aux responsables du pouvoir exécutif que ce soit l'honorable Président, les ministres estimés ou leurs amis, je leur fais le même conseil. Je leur dis qu'ils doivent agir avec le pouvoir législatif. Chacune de ces branches a certains droits. Le Majlis a certains droits qui sont limités et le pouvoir exécutif et les responsables chargés des affaires exécutives ont aussi certains droits, toujours dans le cadre de certaines limites. Ces deux pouvoirs doivent respecter mutuellement les droits des uns et des autres, et travailler en commun. Cette interaction est « une voie à double sens ». Les Occidentaux utilisent ce terme qui n'est pas mauvais. Les deux parties doivent agir en commun. Bien sûr, malgré leurs bonnes intentions, il peut y avoir des malentendus. Il n'y a rien de mal à cela dans la mesure où cela reste dans le cadre issu de la nature de ce travail. Mais ces malentendus ne doivent pas augmenter ni conduire à une irritation. Vous devez être prudents sur ces questions.

La branche exécutive tant l'administration actuelle que les autres administrations, se trouve au milieu d'une arène. Le pouvoir exécutif est chargé de différentes affaires et a différentes responsabilités, et généralement subit les reproches et beaucoup de questions. Par conséquent, il faut avoir une certaine considération pour l'exécutif. Nous conseillons toujours aux responsables de l'exécutif de respecter les droits définis pour la branche législative en particulier, et pour la loi, en général. La loi est la base et comme les rails pour un train. Vous devez construire ces rails pour le pouvoir exécutif de façon à ce que le train ne déraille pas dans les virages. Vous avez vu le train qui va vers le nord. Il y a un certain nombre de virages mais les rails ont été construits de telle façon que le train peut tourner et se déplacer vers le haut de la montagne sans problème. Sans cela, vous auriez vu de nombreuses fois le train dérailler. Cela doit être observé dans un système ferroviaire et vous êtes les bâtisseurs de ce chemin de fer. Le pouvoir exécutif se déplace sur ces rails et doit apprécier la valeur de votre travail. Vous aussi, vous devez savoir que le train va se déplacer sur ces rails. Par conséquent, le rôle des deux pouvoirs est important. Comme je l'ai dis, cela n'est pas particulier à cette administration. J'ai fait à plusieurs reprises les mêmes conseils aux autres administrations et aux autres parlements. Bien entendu, pour être juste, certains ont agi en fonction de ces conseils et d'autres non.

Comme l'Imam Khomeiny (que sa demeure soit au paradis divin) l'a dit : « le Majlis est certainement le haut dignitaire de toutes les affaires ». Mais vous devez faire attention car cela ne signifie pas que tout député est « le haut dignitaire de toutes les affaires ». C'est le Majlis qui est le haut dignitaire de toutes les affaires. Un député est un député et le cher député d'une région qui avec enthousiasme, a été envoyé au Majlis, ne doit pas penser qu'il est le haut dignitaire de toutes les affaires. C'est le Majlis qui est le haut dignitaire de toutes les affaires. C'est une question dont il doit tenir compte quand il agit. Revenons à ce que je disais au début de mon discours. Il s'agit d'une prière qui dit : « Ne me prive pas de ma vie alors que je me sens triste et jusqu'à ce que Tu me pardonnes, aies pitié de moi et me fasses savoir que Tu as répondu à mes prières » [Misbâh ul-mudjtahid, volume 2 p 562]. Chers frères et sœurs, ce qui reste pour vous et moi, et ce qui exauce cette prière, n'est rien d'autre que nos actions d'aujourd'hui qui doivent être menées de manière sérieuse, dans un esprit de djihad sincère, et dans le respect de nos responsabilité. Si nous faisons cela, Allah le Très-Haut, pardonnera certaines négligences et erreurs de notre part. Mais la chose importante est qu'incha-Allah, nous faisions les efforts nécessaires pour mener à bien notre travail de manière appropriée et sérieuse, et dans de bonnes intentions.

Je voudrais dire un mot au sujet des élections. Comme l'honorable Président du Majlis l'a souligné, les élections sont toujours importantes et aujourd'hui, jouissent d'une plus grande importance pour plusieurs raisons. Tout le monde doit faire des efforts afin qu'incha-Allah, les prochaines élections se déroulent avec enthousiasme et avec une présence massive. Cela sera une garantie pour la puissance et la sécurité du pays. La présence des gens neutralisera les menaces des ennemis. Vous pouvez voir qu'un certain nombre d'hommes politiques occidentaux, en particulier les politiciens américains qui agissent en coulisses, effectuent certaines analyses qui sont publiées et présentées dans les réseaux médiatiques. Ces analyses disent que la République islamique d'Iran ne sera pas renversée si facilement et si rapidement. Pourquoi disent-ils cela ? Ils disent cela parce qu'ils savent que la République islamique dépend de sa population. C'est le secret de sa puissance. Par contre, la puissance de telle ou telle personnalité de la République islamique, n'est rien ou presque rien par rapport à la grandeur du peuple qui constitue son principal soutien.

Un régime où les gens sont unis et solidaires, et qui est soutenu par le peuple, jouira d'une immunité, d'une autorité et d'un pouvoir. Dans ces conditions, il est impossible de déraciner ce gouvernement, car il ressemble à un arbre profondément enraciné dans le sol. Il y a des gouvernements qui ont de l'argent et des ressources, et bénéficient de l'appui des colonialistes, mais ces gouvernements n'ont pas de racines. Ils savent eux-mêmes qu'ils n'ont pas de racines. La République islamique d'Iran, elle, a des racines. Ses racines sont les gens. Le rassemblement du peuple autour de la République islamique est un soutien à la dignité et au bien-être de notre pays et de la République islamique, et un soutien pour les gens eux-mêmes. Les gens aident la République islamique à atteindre la dignité et cela apporte dignité, immunité et sécurité aux gens eux-mêmes. Ce soutien prépare le terrain pour la résolution des problèmes. Il faut le savoir. C'est une formule générale. Par conséquent, les élections qui sont la manifestation de la présence des gens doivent se dérouler de manière enthousiaste. Les efforts de tous les responsables doivent se concentrer sur ce point.

Heureusement, les lois qui existent sont bonnes et raisonnables. Comme je l'ai dit à plusieurs reprises, il n'y a aucune impasse. Par conséquent, vous pouvez voir que dans ces élections, les procédures légales ont été suivies jusqu'à présent. On a demandé aux honorables candidats à la présidentielle s'ils obéiraient aux décisions du Conseil des Gardiens et chacun d'entre eux a répondu de façon positive et ils ont obéi. Nous devons vraiment remercier tous les candidats qui n'étaient pas qualifiés pour participer aux élections et qui ont obéi à la décision du Conseil des Gardiens et rempli leur promesse. Cela montre l'importance, la valeur et la priorité de la loi qui domine dans notre pays. Il est possible que vous et moi, soyons insatisfaits de la loi. Parfois c'est le cas, mais le respect de la loi permet d'éviter les différends et c'est la loi qui mettra fin à tous les différends. C'est un grand bienfait et une grande bénédiction.

Heureusement, les gens dans notre pays sont sages et vigilants. Ce n'est pas un compliment. La vérité est que le niveau de nos compatriotes dans les questions politiques est au-dessus de la moyenne mondiale. Selon les informations que nous avons sur les autres pays et nous recevons certains rapports émanant de sources connues et secrètes, comme les pays européens, les États-Unis, l'Amérique latine et les pays asiatiques, les gens de ces pays bénéficient de différents niveaux de conscience politique. Il y a une moyenne et la clairvoyance politique des Iraniens est au-dessus de la moyenne mondiale. Nous ne prétendons pas que le peuple d'Iran est infaillible mais il s'agit d'une constatation acceptable. Les Iraniens étudient attentivement les différentes questions, sont clairvoyants et comprennent les choses de manière appropriée. Heureusement, aujourd'hui, les gens disposent également de l'IRIB [la radiotélévision nationale] pour comprendre n'importe quelle question. L'IRIB enregistre des dossiers, diffuse des programmes, montre des personnalités différentes et reflète leurs déclarations. Les gens peuvent parvenir à une conclusion qui peut être bonne ou mauvaise. Une personne peut arriver à certaines conclusions et une autre, à une conclusion différente. Naturellement, l'une de ces conclusions est juste et l'autre est fausse, mais Allah le Très-Haut récompensera ces deux personnes. Réfléchir, parvenir à une conclusion et agir en fonction de cette conclusion pour l'amour de Dieu, feront qu'Allah le Très-Haut, nous récompensera. C'est la responsabilité de chacun d'entre nous de voir quelle conclusion nous pouvons atteindre et d'agir sur la base de cette conclusion.

Bien sûr, les messieurs qui passent à la télévision en tant que candidats et prononcent des discours, ont de lourdes responsabilités. Ils doivent aussi faire attention. Ce que l'on dit doit être authentique, sincère et honnête, et fondé sur des informations précises. Il ne faut pas dire tout ce qui nous passe par la tête afin d'attirer l'attention des gens. Les candidats doivent être prudents et dire ce qu'ils savent avec certitude et ce qu'ils jugent faisable. Ils peuvent en parler sous forme de promesses ou de projets mais ils doivent dire la vérité aux gens, à la fois sur les conditions actuelles et sur eux-mêmes. Si cela se produit, Dieu accordera Ses bénédictions. Si cela se produit, Allah le Très-Haut, nous aidera parce que tout est aux mains de Dieu et dépend de la volonté divine : « Tout le monde retourne à Lui » [S'exprimant en arabe] et « Tout est entre les mains de Dieu et tout le monde cherche Son assistance » [Extraits du recueil de poèmes de Mollâ Hadi Sabzevâri]. Si nous agissons avec honnêteté, la volonté divine nous aidera. Parfois, cette assistance pour moi fait que je peux assumer une certaine responsabilité et parfois, que je ne dois pas assumer cette responsabilité. Les deux cas proviennent de l'assistance divine. Si nous agissons avec honnêteté, Allah le Très-Haut, nous aidera et nous accordera ce qui est à notre avantage. Il ne faut pas que nous détruisions tout ce qui nous dépasse, tant en ce qui concerne les autres candidats que les réalités de la société, afin d'attirer l'attention des gens. Vous devez agir de manière appropriée. Si cela est fait, nous pourrons choisir notre candidat.

On entend parfois que telle personne en l'occurrence le Guide suprême, soutient tel ou tel candidat. C'est une rumeur qui a toujours existé et qui n'est pas vraie. La plupart de ceux qui répandent cette rumeur savent que ce n'est pas vrai. Comment savent-ils quel candidat je soutiens ? Personne ne m'a entendu parler du candidat que je soutiens. Personne n'a entendu de moi, ni dans le passé ni dans le présent, et personne ne va l'entendre de moi dans le futur. Ce sont des suppositions qu'il vaudrait mieux éviter parce que les gens ne savent pas grand-chose à ce sujet. J'ai un seul vote comme les autres. L'autre jour, lors d'une réunion avec les officiers de l'université militaire, j'ai dit que vous pouviez voter pour quelqu'un et moi pour quelqu'un d'autre. Quel est le problème ? Vous pouvez aimer un candidat et moi en aimer un autre. Il n'y a rien de mal à cela. Vous pouvez avoir certaines connaissances sur un candidat que je n'ai peut-être pas à son sujet. Il n'y a rien de mal à cela. Je ne suis pas censé tout savoir au sujet d'un candidat ni vous d'ailleurs. Ce sont le jugement et la décision qui importent. Entre Dieu et nous, l'important est que nous ayons un bon jugement. Comme vous le voyez et l'entendez, les réseaux médiatiques étrangers et les presses étrangères reflètent constamment ces idées et font beaucoup de bruit à ce sujet. Leurs objectifs sont clairs. Bien entendu, nous n'ignorons pas leur but. Nous faisons ce que nous sommes censés faire. Nous savons ce qu'il faut faire. La société islamique et le gouvernement islamique savent ce qu'il faut faire. La République islamique suit son chemin. Le but, le chemin et les mesures sont clairs. La République islamique fait son travail et les autres peuvent faire ce qu'ils veulent. Cela n'a aucun effet sur les plans de la République islamique. Cependant, la perspicacité et la vigilance dans ces étapes, sont importantes.

J'espère qu'Allah le Très-Haut, a ordonné le meilleur des destins pour notre pays, pour vous et pour tous les gens, et qu'Il octroiera Ses bénédictions à vous, à nous et à tout le monde. J'espère qu'incha-Allah, l'avenir du pays et du peuple sera meilleur que dans le passé et meilleur qu'à présent.

Que les salutations soient sur vous et que la miséricorde d'Allah et Ses bénédictions vous accompagnent !

 
< Précédent   Suivant >

^