Skip to content

Galerie

Photo
Audio

Perspectives

Imam Khomeiny

Biographie
Le Guide suprême a visité le complexe industriel de MAPNA Version imprimable
30/04/2014

«L'Islam appelle tout le monde à respecter les ouvriers et toutes les personnes impliquées dans la production», a déclaré dans la ville de Karaj, le Guide suprême de la Révolution islamique, l'Ayatollah Khamenei, devant une foule enthousiaste d'ouvriers, de directeurs, de concepteurs, de techniciens et de programmateurs du complexe industriel de MAPNA chargé des projets dans l'industrie des centrales électriques et des installations pétrolières, gazières, éoliennes, pétrochimiques et ferroviaires.

S'exprimant lors de cette réunion organisée à l'occasion de la « Journée des ouvriers », le Guide suprême de la Révolution islamique a souligné : «Le marxisme et la pensée occidentale cherchent à faire croire que les ouvriers et le patronat sont en conflit. C'est une idée absolument rejetée par l'Islam pour qui toutes les relations, dont les relations entre ouvriers et patronat, sont fondées sur le respect mutuel et la coopération. Ce regard noble doit servir de base dans tous les domaines sociaux et économiques. Aujourd'hui, nous assistons à certains aspects de cette belle vérité dans le centre MAPNA. Cela montre que non seulement la détermination nationale et un djihad dans la gestion sont les slogans de cette année mais également des slogans permanents et le secret de l'identité, de la dignité et de l'avenir brillant de notre pays ».

L'Ayatollah Khamenei a ajouté que sans croissance culturelle, la croissance économique n'était ni possible ni utile et a déclaré : « C'est pour cette raison que le slogan de cette année est le slogan de toute une vie et sera notre slogan pour toujours ».

Son Éminence a précisé que pour atteindre leur apogée, l'économie et la culture du pays avaient besoin d'un djihad dans la gestion et d'une forte détermination nationale, et a souligné : « Si cet objectif est atteint, personne n'osera humilier notre peuple ».

Rappelant les humiliations que subissait le peuple d'Iran avant la Révolution, son excellence a déclaré : « À l'époque où l'Europe et l'Occident étaient dans la plus grande ignorance, l'Iran civilisé et glorieux a offert de grandes personnalités scientifiques et culturelles à l'humanité. Cependant à cause des dirigeants taghuti (mercenaires), l'Occident a pu dominer l'économie, la politique et les questions sociales de l'Iran, et cette vérité amère a été une grande humiliation pour l'Iran qui jouissait d'une ancienne civilisation et d'un profond patrimoine culturel».

Le Leader de la Révolution a déclaré que l'humiliation du peuple avait pris fin avec la victoire de la Révolution islamique, ajoutant : « Si le peuple d'Iran veut atteindre une position élevée dans les domaines économiques, sociaux, politiques et culturels, et désire devenir une référence de progrès scientifiques pour le monde entier, il doit compter sur ses connaissances, son intelligence, son dynamisme, son esprit d'innovation et sa détermination ».

L'Ayatollah Khamenei a fait allusion aux doutes de certains sur la puissance et les capacités de la jeunesse iranienne, et a rappelé : « Le fait que l'Iran se place actuellement au sixième rang mondial dans le domaine de la construction de centrales à gaz n'est qu'un petit exemple des grandes capacités de la main-d'œuvre de notre pays. Cette capacité qui a commencé à germer à l'époque de la Guerre imposée et des sanctions, s'est entièrement épanouie dans différents domaines ».

Son Éminence a qualifié les réalisations du Groupe MAPNA de « gloires pour le pays et ses employés », et a déclaré que les différentes organisations gouvernementales devaient soutenir ces groupes.

Il a aussi mentionné que le soutien à la production nationale constituait une des bases de l'économie de résistance, en disant : « A l'ombre de cette politique, les organisations non gouvernementales doivent créer un marché pour les producteurs en les soutenant davantage, et également contrôler minutieusement les importations de produits étrangers similaires aux produits iraniens».

Le Guide suprême de la Révolution islamique a décrit la production nationale et les relations avec le monde extérieur comme d'autres bases de l'économie de résistance, en soulignant : « Nous devons évoluer et nous épanouir de l'intérieur, mais nous devons aussi être actifs et présents sur les marchés internationaux grâce à nos relations avec le monde extérieur ».

L'Ayatollah Khamenei a déclaré que la confiance en soi, l'estime de soi et le recours aux bénédictions divines étaient des facteurs qui contribuaient au djihad dans la gestion.

« Le recours à Dieu et la sollicitation de Son soutien attirent certainement l'aide et l'assistance divine de façons imprévisible » a-t-il ajouté.

Il a ensuite défini la confiance aux entreprises et aux complexes fondés sur le savoir comme un autre pilier de l'économie de résistance et souligné la nécessité du soutien du gouvernement précisant : « Les progrès ne doivent nous satisfaire et nous arrêter dans nos activités mais servir d'encouragements pour plus de progrès et pour parcourir les chemins inexplorées et les raccourcis ».

L'Ayatollah Khamenei a cité comme exemple le cas de l'énergie nucléaire déclarant : « Lorsque nous avions besoin d'uranium enrichi à 20% pour le réacteur de recherches de Téhéran et la production de médicaments dont les gens ont besoin, et que nous étions prêts à en acheter, les tyrans mondiaux les États-Unis à leur tête, ont trouvé toutes sorte de prétextes pour nous faire obstacle. Lorsque la République islamique d'Iran a décidé d'enrichir de l'uranium à 20%, ces mêmes tyrans ne nous ont pas crus mais dès que les scientifiques iraniens ont accédé à cette technologie et ont réussi, grâce à leur intelligence, leur esprit d'innovation et leur bonne gestion, à produire des plaques et des barres de combustibles, toutes les puissances du monde ont proposé à l'Iran de l'uranium enrichi pour que nous n'en produisions pas à l'intérieur. Le monde souffre de ces mauvais tours et des mauvais comportements des grandes puissances. Le comportement illogique des tyrans vis-à-vis de la République islamique dépend de notre faiblesse et de notre pouvoir. Chaque fois que nous nous renforçons, ils sont obligés de se comporter de manière polie et raisonnable. Prêtez attention à cette vérité qui est la clé pour résoudre tous les problèmes du pays ».

 
< Précédent   Suivant >

^