Skip to content

Galerie

Photo
Audio

Perspectives

Imam Khomeiny

Biographie
Audience accordée au président et aux directeurs de l'IRIB Version imprimable
12/10/2015

 Lors de l'audience accordée le lundi 12 octobre 2015, au président, aux responsables et aux directeurs de la radiotélévision nationale, et aux membres du Conseil de supervision de la Radiotélévision de la République islamique d'Iran (IRIB), l'Ayatollah Khamenei, Guide suprême de la Révolution islamique, expliquant les objectifs de la guerre d'influence planifiée, élargie et d'envergure de l'Arrogance contre la République islamique, a souligné que le plus important objectif de cette guerre complexe était de changer les convictions du peuple. Il a affirmé que le rôle principal de l'IRIB dans ce combat, consistait à planifier minutieusement et de façon intelligente, pour remplir au mieux ses devoirs.

L'Ayatollah Khamenei a commencées propos en rappelant l'importance de l'IRIB au sein de la RII et en allusion au grand élan médiatique qui a vu le jour grâce aux médias modernes, le Guide suprême de la Révolution islamique a souligné que les médias nationaux se trouvaient engagés dans la bataille étrange et d'envergure, sophistiquée et très importante du soft power.

Le Guide suprême de la Révolution islamique a appelé les experts engagés et motivés, à étudier et examiner minutieusement les dimensions de cette guerre d'influence. « On poursuit à travers la guerre idéologique, les mêmes objectifs que la guerre militaire mais de manière plus exhaustive et plus profonde», a-t-il fait remarquer.

Se référant aux aspects complexes et aux dangers de ce combat qui sont beaucoup plus nombreux que ceux de la guerre militaire, il a souligné : « Contrairement à la guerre militaire, la guerre idéologique et d'influence n'est ni manifeste ni compréhensible ni palpable. Elle frappe même parfois sans que la société cible enlisée dans la torpeur, n'en ressente les coups. Les conflits militaires réveillent en général, les sentiments des populations et soudent le peuple, alors que la « guerre idéologique » élimine les motivations de combat et prépare le terrain aux divergences».

Après avoir brossé un tableau des dangers les plus grands et les plus inquiétants de cette guerre par rapport aux conflits militaires, l'Ayatollah Khamenei a expliqué que la guerre idéologique ne visait pas exclusivement l'Iran mais qu'à propos de l'Iran, cette guerre préméditée et calculée, visait essentiellement à modifier le contenu et la nature du régime islamique en en gardant la forme et l'apparence.

Il a ensuite insisté sur le fait que le changement de nature et de contenu équivalait au changement des motivations, des slogans, de l'expérience révolutionnaire et des grands objectifs, avant d'ajouter : « Dans le cadre des objectifs du soft power, pour l'ennemi, il n'est nullement important que le nom de «République islamique » demeure ou qu'un dignitaire religieux soit à sa tête, l'important est que l'Iran assure les objectifs des États-Unis, du Sionisme et du réseau de puissance mondiale. Les responsables et le peuple sont la cible principale de cette guerre. A propos de la planification dans cette guerre pour les responsables, je leur en ai déjà parlé et j'en parlerai encore mais l'interlocuteur majeur de cette guerre est le peuple notamment les élites, les universitaires, les étudiants, les jeunes et les gens actifs. Ils cherchent à influencer la population et à changer une vaste gamme de ses croyances notamment chez les jeunes et les élites, et les convictions idéologiques, religieuses, politiques et culturelles font partie de ces croyances. Notre peuple a des principes idéologiques à propos de la religion, de la famille, de l'homme et de la femme, de l'indépendance, des relations avec l'étranger, de la démocratie religieuse et des différentes questions culturelles que la partie adverse tente de manipuler ou de modifier ».

Le Guide suprême de la Révolution islamique a souligné que changer les idées sur le passé était un autre objectif de cette guerre idéologique. « Notre peuple a des convictions à propos de l'ancien régime corrompu et despotique, que cette guerre cherche à transformer, en présentant ce passé noir, laid et abject, comme un passé brillant», a fait remarquer le Guide suprême de la Révolution islamique qui a rappelé que décourager les gens à propos du présent et de l'avenir était un autre objectif de ce combat.

«Ils veulent faire croire aux jeunes que la situation actuelle du pays est déplorable et qu'il sera impossible d'accéder au progrès dans l'avenir, pour enlever à la jeune génération sa joie, son dynamisme, sa quête du savoir et ses espoirs en l'avenir», a mis en garde le Guide suprême de la Révolution islamique, soulignant qu'un autre objectif était de créer de fausses croyances chez les jeunes, au sujet du monde notamment des États-Unis et de l'Europe, et de brosser un faux tableau de bien-être et de sécurité dans les pays industrialisés. En conclusion de cette partie de son discours, il a souligné : « L'ultime objectif de cette guerre planifiée consiste à un anéantissement de l'intérieur de la République islamique et d'une mutation des convictions du peuple et surtout de la foi des jeunes ».

En allusion aux moyens dont dispose l'ennemi dans ce combat idéologique, le Guide suprême de la Révolution islamique a ajouté : « Les progrès croissants de l'espace virtuel sont au service des objectifs de cette guerre mais plus importants encore sont l'armée immense des élites intellectuelles, politiques, littéraires et sociales, des experts en télécommunications et dans différentes disciplines artistiques que ce réseau puissant et influent a créée et mise au service de cette guerre idéologique. La planification et la cohérence dans le travail sont les caractéristiques saillantes des acteurs et des exécuteurs de cette guerre. Tous les moyens audiovisuels et médiatiques des ennemis du peuple iranien véhiculent et suggèrent les intentions et les objectifs de cette guerre ».

Le Guide suprême de la Révolution islamique, rappelant qu'une religion réduite au minimum et « laïque » en accord avec toutes les conduites individuelle et sociales, était un des objectifs occultes des programmes sociaux des médias étrangers, a déclaré : « Ils sont très sérieux dans la poursuite de leurs objectifs et suivent un programme précis, mais nous, sommes restés en arrière dans ce domaine».

L'Ayatollah Khamenei a loué les efforts de l'IRIB précisant toutefois, qu'il fallait les approfondir et propager sans exagération ni ostentation, les objectifs dans la mesure des capacités de l'IRIB et de manière artistique, pour satisfaire et convaincre les interlocuteurs.

Pour le Guide suprême de la Révolution islamique, la tâche la plus importante pour réaliser concrètement les objectifs de l'IRIB face à la guerre idéologique de l'ennemi, consiste à acquérir une analyse de base, correcte et réaliste, des conditions nationales, régionales et internationales de la RII.

«Cette analyse orientera les esprits aux différents niveaux de la gestion et de la Radiotélévision, et sera également la base de toutes les activités», a indiqué le Guide suprême de la Révolution islamique qui a ajouté : « Éviter les exagérations dans les capacités, accorder un intérêt spécial aux problèmes, rester imperméable à la propagande des étrangers, éviter la superficialité et tenir compte des potentiels et des compétences permettront d'acquérir cette analyse de base à la Radiotélévision. Une juste comparaison de la situation du pays avec les révolutions importantes dans le monde, après la même époque, pourra contribuer à une conception réaliste des conditions du pays».

En référence aux problèmes, aux guerres civiles et même au retour de certaines révolutions contemporaines aux anciens régimes, l'Ayatollah Khamenei a souligné qu'il fallait comparer la situation actuelle de l'Iran avec celle des États-Unis 40 ans après la Déclaration de l'indépendance, et à celle de la France 40 ans après la grande Révolution, pour se faire une meilleure idée des conditions de l'Iran actuel et de ses progrès spectaculaires.

Le Guide suprême de la Révolution islamique a ensuite évoqué l'impératif d'une analyse de base exhaustive à la Radiotélévision iranienne, et rappelé : « Dans ce cadre, il faut tenir compte des campagnes d'intoxication étrangères et ne pas oublier que ces derniers, soucieux de réaliser les objectifs du soft power, présentent l'Iran au monde et même aux Iraniens de façon déformée, et présentent le monde de manière tendancieuse ».

L'Ayatollah Khamenei a proposé aux responsables et aux directeurs de l'IRIB de faire un parallèle entre la situation de la RII et celle de certains pays de la région qui ont vécu ces quatre dernières décennies sous la domination des États-Unis, pour parvenir à une analyse de base réaliste.

« Une telle comparaison montrera à quoi mène la capitulation et quels sont les bienfaits et les progrès de la résistance», a affirmé le Guide suprême de la Révolution islamique qui après avoir expliqué la nécessité pour la Radiotélévision iranienne, d'une analyse de base qui constituera la pierre angulaire de tous les programmes et émissions, s'est penché sur la seconde tâche de l'IRIB dans le suivi plus concret et plus artistique de ses devoirs, soulignant que la définition et l'élaboration d'une pensée de base fondamentale étaient des nécessités.

L'Ayatollah Khamenei en allusion aux stratégies notifiées à l'IRIB, lors de la prise de fonctions de M. Sarafraz au début de son mandat à la Radiotélévision, a souligné : « Toutes ces stratégies devront être suivies dans le cadre d'une planification minutieuse et sage, et bien entendu, dans certains cas, de bons travaux ont été effectués.

L'Ayatollah Khamenei a qualifié le média national, de média du régime, du pays et de la Révolution. « La Radiotélévision est le premier front dans la lutte contre la guerre idéologique. Les directeurs et les employés de l'IRIB sont les généraux et les soldats de cette guerre», a précisé le Guide suprême de la Révolution islamique qui a tenu à remercier les directeurs et les employés de l'IRIB, notamment le directeur de la Radiotélévision iranienne, M. Sarafraz, dont il a salué la persévérance, le travail laborieux, la discipline, le mode de vie simple loin du luxe, la probité, le courage et l'audace dans les prises de décision, la créativité et les initiatives. « Ces qualités précieuses et admirables, sont indispensable pour l'IRIB qui est une organisation indépendante des trois pouvoirs, et sont des particularités qui doivent continuer à exister », a réitéré le Guide suprême de la Révolution islamique.

Avant l'intervention du Guide suprême de la Révolution islamique, le président de l'IRIB, M. Sarafraz a présenté un compte rendu sur les plans et les démarches entreprises dans cette organisation.

En allusion aux défis et aux problèmes de l'IRIB, le président de la Radiotélévision de la RII a souligné : « la réforme de la structure administrative et l'amendement des statuts et des règlements, les préparatifs au lancement d'un média ouvert, la planification pour renforcer notre présence sur la toile et les réseaux sociaux des téléphones portables, la promotion qualitative des productions de l'IRIB comptent parmi les plus importantes activités et approches de la Radiotélévision ainsi que le suivi des thèmes stratégiques, en l'occurrence le discours de la Révolution islamique, l'Économie de résistance, le mode de vie iranien et islamique, la croissance scientifique, la fondation d'un Centre de rédaction de scénario, la re-conception de la chaîne pour les enfants et les jeunes, la mise en place du groupe d'esthétique, le recrutement d'un personnel jeune et croyant, pour la direction des différents secteurs, l'augmentation de l'audience et de l'influence des chaînes Al-Alam et Press TV, le lancement de l'Agence de presse de l'IRIB, le renforcement du professionnalisme à la chaîne d'information continue, l'insistance sur les analyses et les commentaires des événements, le lancement des chaînes azérie, kurde et urdu au Service extérieur, la reconstruction des archives, un intérêt accru pour la musique religieuse et révolutionnaire, le renforcement de la confiance et du sentiment de sécurité du peuple ».

 
< Précédent   Suivant >

^