Skip to content

Galerie

Photo
Audio

Perspectives

Imam Khomeiny

Biographie
Lettre du Guide suprême au Président Rouhani concernant les exigences du Plan d'action conjoint Version imprimable
22/10/2015

 Au nom d'Allah, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux

A son Excellence M. Rouhani, Président de la République islamique d'Iran et Président du Conseil suprême de sécurité nationale,

Avec mes salutations et mes sincères considérations !

Maintenant que l'accord appelé « Plan d'action conjoint » [connu en Iran par l'acronyme persan BARJAM], après un examen précis et sérieux du Parlement islamique (Majlis), de la Commission spéciale et d'autres commissions, et du Conseil suprême de sécurité nationale, a pris son cours légal et reste dans l'attente de l'annonce de mon point de vue, je juge nécessaire de vous rappeler certains points afin que Votre Excellence et les autres administrateurs directement ou indirectement impliqués dans cette affaire, ayez le temps nécessaire pour protéger les intérêts nationaux et tenir compte des affaires importantes du pays.

1. Avant tout, je considère qu'il est nécessaire de remercier tous ceux qui étaient impliqués dans ce processus difficile à toutes les étapes, en particulier l'actuelle équipe de négociations qui a fait de grands efforts pour expliquer et faire accepter les points positifs, et aux critiques qui dans une précision louable, nous ont fait remarquer les points faibles. Je tiens à remercier tout particulièrement, le président et les membres de la Commission spéciale du Majlis ainsi que les membres distingués du Conseil suprême de sécurité nationale qui ont su eux-mêmes, lever certaines ambigüités. Je voudrais remercier également le Président et les membres du Parlement islamique qui, avec l'adoption d'une loi prudente, ont montré au gouvernement le chemin correct pour sa mise en œuvre. Je tiens à remercier la radiotélévision nationale ainsi que les journalistes qui malgré leurs opinion différentes, ont été en mesure de donner une image complète de l'accord à la nation. L'ensemble de ce travail, les efforts et la réflexion sur une question qui est une question qui semble-t-il, restera dans les mémoires et sera une leçon pour la République islamique, est en lui-même, digne de louanges et de gratitude. C'est pour cette raison qu'on peut dire avec assurance, que l'aide, la miséricorde et la direction de Dieu seront les récompenses divines pour ces actions engagées car la promesse de l'aide de Dieu à ceux qui aident Sa religion, est irrévocable.

2. Votre Excellence, qui jouissez de décennies d'expérience dans les affaires de la République islamique, savez certainement que le gouvernement des États-Unis, non seulement dans le dossier nucléaire mais dans toute autre question, n'a adopté aucune approche autre que l'hostilité et le sabotage, et qu'il est peu probable qu'il change de politique dans l'avenir. Les déclarations du Président américain dans deux lettres qu'il m'a adressées où il indiquait qu'il n'avait pas l'intention de renverser la République islamique, se sont rapidement avérées mensongères avec son soutien aux perturbateurs à l'intérieur du pays, et son soutien financier aux ennemis de la République islamique. Ses menaces directes d'attaque militaire et même d'une attaque nucléaire qui peuvent être l'objet de plaintes envers sa personne, auprès des tribunaux internationaux, ont dévoilé les véritables intentions des dirigeants américains. L'opinion mondiale et des experts de nombreux pays reconnaissent clairement que les raisons de cette hostilité permanente sont l'essence et l'identité de la République islamique d'Iran, issues de la Révolution islamique. La fermeté sur les positions justes de l'Islam contre l'hégémonie, l'oppression et l'arrogance, la fermeté contre le maximalisme et le pillage des nations faibles, la dénonciation du soutien américain aux dictateurs moyenâgeux et la répression des nations indépendantes, le soutien inconditionnel au peuple palestinien et aux mouvements de libération nationale, et les slogans rationnels et mondialement populaires contre le régime usurpateur sioniste, sont les principaux éléments qui ont obligé le gouvernement des États-Unis à manifester son inimitié envers la République islamique. Cette inimitié continuera jusqu'à ce que la République islamique, grâce à sa force intérieure et sa fermeté, réussira à les décourager.

Le comportement et les discours du gouvernement américain dans ces négociations longues et fastidieuses, ont montré que ce sujet était un des maillons de cette chaîne d'inimitié envers la République islamique. Les contradictions entre leurs premières déclarations sur leur volonté de négociations directes avec la République islamique, et la rupture répétée de leurs promesses au cours des deux années de négociations, leur coopération aux souhaits du régime sioniste et leur diplomatie d'intimidation envers les organisations et les gouvernements européens impliqués dans les négociations, montrent que l'entrée trompeuse des Américains dans les négociations nucléaires n'était pas dans l'intention de résoudre les questions de façon juste, mais de poursuivre leurs objectifs hostiles contre la République islamique.

Sans aucun doute, la vigilance et l'attention des représentants de la République islamique aux intentions hostiles du gouvernement américain tout au long du processus de négociation, ont permis d'éviter de lourds dommages. Cependant, le résultat des négociations nucléaires qui s'est concrétisé dans le cadre du Plan d'action conjoint, est ponctué de points ambigus, de faiblesses structurelles et de nombreux points qui pourraient en cas de manque de soin et de contrôle continu, porter de grands dommages dans le présent et dans l'avenir.

3. Les 9 articles de la loi récemment adoptée par le Majlis et les 2 articles de la résolution adoptée par le Conseil suprême de sécurité nationale contiennent des points utiles et significatifs, qui doivent être observés. Il y a aussi certains points importants en plus des points mentionnés dans ces deux documents, qui seront annoncés ci-dessous.

Premièrement : Considérant que l'accord pour des négociations de la part de la République islamique, avait pour objectif essentiel la levée des sanctions économiques et financières injustes, et que la levée des sanctions dans l'accord, a été reportée après des mesures concrètes de l'Iran, des garanties puissantes et suffisantes doivent être fournies afin de prévenir toute transgression des parties adverses, à savoir une promesse écrite du Président des États-Unis et de l'Union européenne au sujet de l'annulation des sanctions. L'Union européenne et le Président des États-Unis, devront nous donner une garantie écrite de la levée complète des sanctions et toute déclaration sur le maintien du régime des sanctions, serait une violation flagrante du Plan d'action conjoint.

Deuxièmement : Au cours de ce délai de huit ans, l'adoption de sanctions anti-iraniennes, à tout niveau et sous tout prétexte, à compter les prétextes obsolètes de soutien au terrorisme ou de violation des droits de l'Homme, par tout pays impliqué dans les négociations nucléaires, serait une violation du Plan d'action conjoint et le gouvernement iranien pourra selon l'alinéa 3 de la ratification du Parlement, prendre les mesures nécessaires et interrompre les activités du Plan d'action conjoint.

Troisièmement : Les actions liées aux deux points suivants ne seront entamées que lorsque l'Agence [AIEA] aura annoncé la clôture du dossier relatif aux questions actuelles et passée des PMD (éventuelles dimensions militaires).

Quatrièmement : la rénovation des installations nucléaires d'Arak, avec le maintien de son statut de réacteur à eau lourde, ne sera opérationnelle que lorsqu'un contrat, définitif et sûr, concernant le plan de substitution avec les garanties nécessaires, aura été fixé.

Cinquièmement : Toutes les négociations concernant l'échange de l'uranium enrichi contre du yellowcake avec les gouvernements étrangers, ne seront entamées que lorsqu'un contrat fiable avec les garanties nécessaires, aura été signé. Les transactions et le transfert devront se faire progressivement et par étapes.

Sixièmement : Conformément à la ratification du Majlis, des plans et des programmes préliminaires nécessaires pour le développement à moyen terme de l'industrie de l'énergie nucléaire, qui comprennent le plan de développement par étapes dans les 15 années qui suivent et dont l'objectif est 190 000 UTS, doivent être élaborés et examinés avec soin par le Conseil suprême de sécurité nationale, et faire disparaitre de façon satisfaisante, toutes les préoccupations au sujet de certains points mentionnés dans les annexes du Plan d'action conjoint.

Septièmement : L'Organisation de l'énergie atomique devra programmer des recherches et des développements à différents niveaux, de sorte qu'à la fin du délai de 8 ans, il n'existe aucun problème technique pour un enrichissement conforme aux modalités du Plan d'action conjoint.

Huitièmement : Il faut faire attention au fait qu'en ce qui concerne les ambiguïtés du document du Plan d'action conjoint, l'interprétation de la partie adverse n'est pas admissible et que la seule référence est le texte des négociations.

Neuvièmement : L'existence de complexités et d'ambiguïtés dans le texte du Plan d'action conjoint, et la possibilité de violation des promesses, de ruse et de tromperie dans la partie adverse en particulier de la part des États-Unis, exige la création d'une commission forte, informée et vigilante, pour surveiller les travaux, le respect des engagements de l'autre partie et la réalisation des questions énoncées ci-dessus. La composition de cette équipe et ses devoirs seront définis et votés au Conseil suprême de sécurité nationale.
Compte tenu de ce qui a été dit, la résolution de la réunion 634 du Conseil suprême de sécurité nationale en date du 94/5/19, est ainsi confirmée.

Comme cela a été rappelé à Son Excellence et aux autres responsables gouvernementaux dans de nombreuses réunions et dans les réunions publiques avec nos chers compatriotes, bien que la levée des sanctions soit une nécessité et un droit de la nation iranienne, la croissance économique, l'amélioration des conditions de vie et le règlement des problèmes actuels ne pourront être réalisés qu'en prenant au sérieux toutes les dimensions de l'économie de résistance. Nous espérons que cette question sera poursuivie dans le plus grand sérieux, notamment avec le renforcement de la production nationale qui doit être l'objet d'une attention spéciale. Il faut également veiller à ce que la situation après la levée des sanctions, n'aboutisse pas à des importations incontrôlées et notamment à l'importation de produits américains, qui doit absolument être évitée.

Je demande à Dieu le Tout-Puissant qu'Il accorde le succès à Votre Excellence et aux autres responsables.

Sayed Ali Khamenei
21 octobre 2015

 
< Précédent   Suivant >

^