Skip to content

Galerie

Photo
Audio

Perspectives

Imam Khomeiny

Biographie
Discours du Guide suprême lors d'une audience accordée aux commandants du CGRI Version imprimable
16/09/2015

Ce qui suit est le texte intégral du discours prononcé le 16 septembre 2015, par l'Ayatollah Khamenei, Guide suprême de la Révolution islamique, lors d'une audience accordée aux commandants du Corps des Gardiens de la Révolution islamique (CGRI).

Au nom d'Allah, le tout Miséricordieux, le très Miséricordieux

Louange au Seigneur des deux mondes, paix et salut à notre maître et prophète Abel Qassem al-Mostafa Mohamad et à ses descendants infaillibles, purs et élus, en particulier celui qui représente le trésor d'Allah sur terre !

Soyez les bienvenus, chers frères et sœurs ! Une des plus agréables rencontres pour moi est de rencontrer les vétérans de l'époque de la Défense sacrée qui ravivez dans notre esprit les souvenirs les plus précieux, ou les chers jeunes et les nouvelles générations qui durant ces dernières décennies, ont rallié ce mouvement béni. Je souhaite qu'incha Allah, les bienfaits divins vous gratifient tous et que vous puissiez suivre dans toutes les conditions, ce droit chemin - le Droit Chemin - du saint djihad qui est le secret du bonheur et du salut de l'homme dans ce monde et dans l'Au-delà.

Premièrement, le mois béni de Dhul-Hadja est très important, il faut en être reconnaissant. Outre la noble fête de Ghadir et la fête bénie d'al-Adha qui sont également importantes - hormis ces deux événements - dans ce mois nous avons le jour d'Arafah. Il faut en être reconnaissant et nous préparer à entrer en toute humilité, au seuil de la Cour divine. C'est un grand jour, le jour d'Arafah. La poussière et la rouille recouvrent nos cœurs. L'humilité, la soumission, le rappel et le recours à Dieu font disparaître cette rouille et cette poussière. Il y a des jours déterminés, des occasions suprêmes pour nous purifier de cette poussière et de cette rouille dont un des plus importants est le jour d'Arafah. Soyez reconnaissants pour le jour d'Arafah. Les moments du jour d'Arafah, de midi au crépuscule, sont des moments très importants, chaque seconde de ces moments est un élixir qu'il ne faut pas laisser passer par ignorance.

Un exemple de ces rituels est la prière extraordinaire de l'Imam Hossein (SA) à Arafah, une prière qui est une manifestation d'humilité, de servitude et de rappel, et une prière d'imploration de Dieu. Un autre exemple est la prière de l'Imam Sajjad (SA) dans son Sahifah Sajjadyah [Livre des invocations]. Lisez-les avec attention et recueillement, ce sont vos réserves spirituelles.

La voie dans laquelle vous vous êtes engagés est éprouvante, difficile et de grande valeur. Les voies de la vie sont effectivement nombreuses. Tout le monde est en train de vivre, essaie de subvenir à ses besoins, travaille et exécute des actes permis, des actes surérogatoires ou des actes illicites. Or, cette voie que vous avez choisie, est une voie unique, c'est un joyau par rapport à la poussière et aux cailloux, et une voie majeure. Elle fait partie des voies de l'existence qui édifient l'Histoire, glorifient les peuples, sauvent les pays, bâtissent l'avenir et plus particulièrement, vous accordent la grâce divine, le paradis dans l'Au-delà et dans le monde d'Ici-bas. Ce sont les caractéristiques de cette voie. Naturellement, parallèlement, cette voie représente de la fatigue et des épreuves. Les épines et les cailloux sur ce chemin sont innombrables Il faut faire preuve de force et de dynamisme. Ces actes créeront chez vous ce dynamisme. Ne négligez pas la spiritualité, le recours à Dieu et l'humilité devant Lui. Chaque minute d'imploration devant la Cour divine, crée un précieux trésor dans le cœur. C'était la première chose que je tenais à vous faire remarquer.

Quant au Corps des Gardiens de la Révolution islamique, il est composé de quatre termes dont chacun a un sens profond. Ces mots ont une essence et une signification. Vous êtes très occupés au sein du Corps des Gardiens et vous avez de si nombreuses tâches que vous n'aurez pas autant de temps que les générations, les spectateurs et les chercheurs futurs pour vous pencher et réfléchir sur ces termes, mais cela mérite réflexion : « corps », « gardien », « révolution » et « Islam ». Il s'agit de quatre termes qui composent votre nom et votre titre.

Vous êtes un corps, la défense de la Révolution n'est pas exclusive au Corps des Gardiens mais incombe à chaque être humain et chaque croyant. La caractéristique du Corps est d'être une organisation et un ensemble discipliné. Être un corps nécessite de s'appuyer sur l'ordre, la discipline, la gestion et l'efficacité même dans les plus petits travaux. La dispersion et le désordre sont des causes de gaspillage mais l'organisation, un ensemble, un organisme et la discipline sont comme les canaux d'irrigation sous un barrage plein d'eau. Si le travail est fait avec attention, une seule goutte d'eau ne sera pas perdue et tout arrivera à destination. C'est le trait saillant du Corps des Gardiens.

Nous n'avons pas dans l'ensemble des institutions du pays une organisation autre que le Corps des Gardiens, qui ait défini pour elle-même le devoir organisationnel de la défense du plus précieux événement historique de ce pays, un événement qui a marqué le pays. Ceci dit, le fait d'être appelé « Corps des Gardiens » signifie être organisé, signifie la discipline, signifie des missions définies et précises.

Une autre dimension d'un gardien et d'une organisation consiste à ne pas vieillir. La succession sans interruption des générations, le transfert des sciences et des expériences de génération en génération, ne laisseront pas l'organisation dépérir. Elle se renouvelle constamment. Il ne s'agit pas seulement du transfert du savoir de génération en génération, elle s'accroît aussi. Autrement dit, aujourd'hui le Corps des Gardiens est parvenu à des sciences dans différents domaines, auxquelles, il y a trente ans, il n'avait pas accès. Les acquis scientifiques du Corps des Gardiens dans différents domaines, sont en pleine croissance et s'approfondissent. Voilà une autre caractéristique d'une organisation et d'une institution.

Une autre caractéristique est la formation de nouveaux éléments, à la fois, des éléments internes et des éléments externes. Des gens sont formés dans un organisme régulier, des éléments compétents et avisés y sont formés. Dans un manque d'organisation, nous n'aurons pas cette caractéristique. Outre la formation interne, il y a aussi la formation externe. Aujourd'hui, le Corps des Gardiens influe sur l'opinion publique, sur l'édification des jeunes et des êtres humains. Les éléments du Corps des Gardiens qui travaillent dans d'autres organismes sont nombreux. Le Corps des Gardiens envoie régulièrement ses éléments dans d'autres appareils pour les gérer et ils influent sur ces ensembles et ces organisations. Par conséquent la formation des hommes et l'augmentation des éléments doués, constituent une autre caractéristique du Corps des Gardiens.

Le Corps des Gardiens est l'incarnation de l'autorité sur le terrain, c'est la spécificité du Corps des Gardiens. L'autorité sur la scène politique et de propagande est une affaire, l'autorité sur le terrain en est une autre. L'autorité sur le terrain favorise l'émergence de l'autorité politique. Si vous jouissez d'une autorité sur le terrain, vous pouvez conquérir, vous pouvez travailler, vous pouvez repousser, vous pouvez attirer. Lorsqu'une nation a une telle caractéristique ou qu'un ensemble de la nation a une telle caractéristique, cela engendrera une autorité politique qui engendrera aussi une autorité identitaire et une grandeur. Le Corps des Gardiens est l'incarnation de l'autorité sur le terrain. Certes, l'autorité sur le terrain prend également sens sur la scène économique. Sur ce plan, un ensemble économique puissant, dynamique et persévérant, est aussi considéré comme une autorité sur le terrain qui doit être discutée en son temps. Par conséquent, la défense de la Révolution islamique par le Corps des Gardiens en tant que corps, en tant qu'organisation, en tant qu'un ensemble, a un sens. Sans cet ordre, sans cette organisation, nous serions victimes d'incohérences. Si un nombre de gens, tous croyants, tous partisans de la Révolution islamique voulaient tous protéger la Révolution sans cette organisation, le résultat serait différent. Cette discipline, cette organisation et l'existence de cette organisation sont des bienfaits propres au Corps des Gardiens.

Avec les particularités que j'ai évoquées, le Corps des Gardiens a la capacité de se rénover et ne vieillit pas - les gens vieillissent mais l'organisation ne vieillit pas - cela signifie qu'il faut employer tous les éléments qui peuvent contribuer à cette rénovation. L'autre caractéristique est l'ouverture à la jeunesse - heureusement on y accorde un grand intérêt et c'est une caractéristique positive - il faut, outre les experts, employer également les vétérans et les anciens, c'est-à-dire les anciens membres du Corps des Gardiens qui ont traversé les épreuves, qui ont travaillé, qui ont eu d'importantes activités dans cette rénovation. Sans eux, la rénovation sera difficile ou même parfois impossible. Il ne faut pas qu'il y ait une rupture entre les générations au sein du Corps des Gardiens avec les anciens qui ont beaucoup travaillé et traversé tant d'épreuves.

Moi-même, à l'époque, j'étais au courant de toutes les nouvelles, et plus tard, j'ai lu tous les livres sur la guerre. Lorsqu'un nouveau livre est publié et que j'ai le temps, je le lis. C'est un nouveau chapitre qui s'ouvre devant moi, j'entends de nouvelles choses. Quel monde étrange, quel profond océan représente cette période de huit années pour la nation iranienne, un océan qui ne sera pas de sitôt épuisé. Qu'on emploie ceux qui y étaient actifs et efficaces. Bien entendu, je ne veux pas dire que nous devions donner un avantage à tous ceux qui étaient actifs à cette époque, non, j'ai dit à maintes reprises que nous tous et moi à l'approche des 80 ans d'une manière, vous les jeunes d'une autre, les vieux d'une autre, sommes tous en train de traverser des épreuves et exposés à la dérive. Il se peut qu'à chaque moment, l'homme dérape.

Juger si l'on est abstinent ou ivre ne se fera qu'à l'issue finale
Personne ne sait dans quel état il arrivera à sa fin.
[Hafez].

Parfois quelqu'un qui aurait passé toute sa vie dans le droit chemin, pourrait tout perdre dans une épreuve difficile. Je ne prétends pas que tous ceux qui étaient présent là-bas, on créé une enceinte de sécurité que personne n'osera approcher, non mais il faut honorer ce passé et en être reconnaissant. Ceux qui ont su au long de ces années, préserver ce bagage et se préserver, sont précieux. Voilà le sens du Corps en tant qu'organisation et ensemble discipliné. Voilà pour le premier élément de votre nom. Certes, si l'on voulait en parler et l'expliquer, il faudrait en parler davantage. Ces quelques mots suffisent pour le moment.

Le mot « Gardiens » dans le Corps des Gardiens montre que vous êtes des « Gardiens ». La sauvegarde de la Révolution est en réalité la manifestation de la volonté révolutionnaire du pays, de la présence révolutionnaire et de l'identité révolutionnaire. Lorsque vous dites que le devoir de cette organisation est de sauvegarder la Révolution, cela signifie que la volonté révolutionnaire est inébranlable et que la Révolution a une présence ferme sur les différentes scènes. Cela est un aspect très significatif. Il ne faut pas limiter la Révolution en l'occurrence aux événements révolutionnaires du début de la Révolution et des jours de la victoire de la Révolution, cela constitue une partie de la Révolution. Quiconque étudie minutieusement le sens de la Révolution, constatera que le mouvement et le soulèvement révolutionnaires ne sont qu'une petite partie de l'ensemble de la Révolution qui signifie une évolution tous azimuts dans un ensemble humain - ou chez un peuple ou au-delà d'un peuple, d'une génération ou d'une civilisation, voilà le sens de la révolution. De nos jours, on appelle parfois les coups d'État aussi « révolution » mais la révolution a un sens beaucoup plus profond. C'est ce qui s'est produit dans notre pays. Ce qui s'est produit dans notre pays était une révolution dans le sens littéral du mot et cela se poursuit. À propos de la Révolution, j'aborderai des commentaires concernant la révolution mais dans cette partie de sauvegarde, lorsque vous dites que nous sommes les Gardiens de la Révolution, cela signifie que la Révolution est vivante, présente et existe. Si la Révolution - comme le prétendent certains ou le souhaitent certains autres - était morte, elle n'aurait plus besoin de gardiens, un mort n'a pas besoin de gardiens. Par conséquent, la Révolution est présente. La sauvegarde de la Révolution exige la présence de la Révolution, vous voulez dire que la Révolution existe. J'affirme que oui, la Révolution existe, avec force et puissance.

Lorsque vous dites : « je suis le gardien de la Révolution », un des sens et une des dimensions de ce concept est que la révolution est menacée. Oui, sans menace, il n'est pas nécessaire de protéger. On surveille là où il y a une menace, par conséquent, vous confirmez par votre nom aussi bien l'existence de la Révolution que l'existence des menaces auxquelles elle est exposée. Si nous sommes les gardiens de la Révolution, nous devons connaître ces menaces. Une des tâches importantes du Corps des Gardiens est d'observer les questions internationales pour identifier ces menaces. Observer les questions, les événements et les développements internationaux nous permettra de comprendre quelles sont les menaces. Mais il faut aussi observer les événements intérieurs, par conséquent, le Corps des Gardiens n'est pas un organisme refermé sur lui-même, isolé ou occupé à ses propres affaires administratives, c'est un organisme conscient, observateur, lucide, attentif à son environnement - attentif à l'environnement du pays mais aussi attentif à l'environnement international et régional - qui observe comme un être vivant conscient, pour repérer les menaces et repérer avec qui ou quoi la menace est en rapport. Ici, il ne s'agit pas de personne mais des menaces qui visent la Révolution, par conséquent l'observation doit être permanente. Les services de renseignements du Corps des Gardiens et tout ce qui est lié au renseignement au sein du Corps des Gardiens, sont concernés. Certes, les différents niveaux et degrés de la hiérarchie, et les cadres devront être mis au courant de ces questions. Il faut qu'ils soient informés des menaces afin de savoir ce qu'ils sont en train de faire et ce qu'ils devront faire. Si la hiérarchie du Corps des Gardiens ignore les menaces, il n'est pas évident qu'elle puisse remplir dûment sa tâche. Comprendre cette menace et d'où elle vient, créera des motivations.

Ceci étant, une des dimensions du terme gardien consiste à être au service de la Révolution, avec une vigilance et une vaillance constantes. C'est ce qu'on lit dans la lettre de l'Émir des croyants : « le frère de la guerre est conscient ». Il n'est pas nécessaire que cette guerre soit une guerre existante et préparée, non, celui qui s'est préparé à la guerre, devra être conscient. La guerre contre qui ? Nous n'avons jamais été le déclencheur d'une guerre et ne le serons jamais non plus. Nous ne faisons pas la guerre aux êtres humains, aux nations ni aux gouvernements neutres et inoffensifs. Notre guerre concerne les intrus, les ennemis ou les menaçants. Le terme arabe«لَاَرِق» signifie éveillé en permanence. Autrement dit une dimension du terme gardien est un éveil et une vigilance permanentes.

Naturellement, si vous identifiez la menace, vous pourrez vous préparer et avoir les réactions adéquates. Le jour où il n'y avait pas de menaces cybernétiques, il n'était pas nécessaire qu'on s'occupe des questions électroniques, aujourd'hui, cette menace existe, il est donc nécessaire de s'en occuper. Monsieur le commandant, notre cher Général, vient de l'expliquer. Dans ce Hosseinyah, le personnel du Corps des Gardiens est venu pour exposer ses progrès spectaculaires, brillants et considérables, aux experts. Il a été confirmé que le Corps des Gardiens a beaucoup travaillé dans ce domaine et dans tous les autres domaines. Lorsque vous avez identifié la menace, vous connaissez le moyen de la déjouer ou vous le cherchez. Si vous avez ce moyen, vous le préserverez et si vous ne l'avez pas, vous vous le procurerez.

Ce terme « gardien » comprend en effet un double sens de protection et de préservation, et d'honorer et de glorifier quelqu'un ou quelque chose, autrement dit, le célébrer et le respecter. Garder la Révolution ne signifie pas uniquement préserver la Révolution - l'explication que nous avons donnée était en rapport avec la préservation - mais aussi honorer la Révolution, donner de l'importance à la Révolution et lui rendre hommage. Lorsqu'on rend hommage à quelqu'un, cela veut dire qu'on l'honore, qu'on lui est reconnaissant et qu'on est conscient de son importance. Cela nécessite par conséquent qu'on connaisse bien la Révolution. Au niveau du Corps des Gardiens de la Révolution, dans toute la hiérarchie du Corps des Gardiens, il faut que l'initiation à la Révolution soit consciente, claire et exhaustive. Il faut avoir une juste conception de la Révolution. S'il y a des carences sur le plan culturel, il faut absolument y remédier, constatez-le vous-mêmes. Il incombe aux frères et sœurs du Corps des Gardiens, aux supérieurs et aux subalternes, d'être équipés de la logique inébranlable de la Révolution car la contre-révolution cherche aujourd'hui à s'infiltrer par différentes voies. Une des voies d'infiltration - je vais dire un mot à propos de l'infiltration car nous parlons constamment de l'infiltration de l'ennemi et mettons l'accent là-dessus- consiste à ébranler les convictions révolutionnaires et religieuses. Ils (les ennemis) portent atteinte aux connaissances révolutionnaires et religieuses, et veulent s'infiltrer dans ces domaines. Ils utilisent tous les moyens dont ils disposent, les universitaires, les militants étudiants, des élites intellectuelles et scientifiques, et d'autres éléments pour s'infiltrer. Il incombe aux frères à tous les niveaux du Corps des Gardiens, d'avoir cette disponibilité, cette autorité et cette logique. Avant la Révolution, nous avons utilisé cette logique dans de nombreux cas. A l'époque, les jeunes qui participaient aux débats - les débats coraniques ou sur La Voie de l'éloquence et Le Coran que je dirigeais - me disaient qu'à l'université, ils l'emportaient sur les marxistes alors qu'avant, ils se trouvaient à court d'arguments et qu'ils avaient maintenant leur mot à dire, leur logique, un raisonnement, qu'ils prouvaient et évoquaient des vérités. Ce jeune qui fait partie du Corps des Gardiens, doit avoir cette force de persuasion, cette logique et cette puissance d'expression. Cela fait partie des tâches fondamentales de la sauvegarde et de la célébration de la Révolution. Autrement dit, c'est en honorant la Révolution et en rendant hommage à la Révolution, que nous exprimons notre gratitude.

Une autre dimension de la sauvegarde et de la défense de la Révolution est la connaissance de l'ennemi. Il faut connaître l'ennemi. Certes vous connaissez l'ennemi. L'ennemi est l'Arrogance mondiale dont les symboles parfaits sont les États-Unis et les régimes rétrogrades, les mercenaires et des faibles. L'ennemi vous est connu et il faut profiter de cette connaissance. Il faut identifier les points faibles de l'ennemi - à la fois ses points faibles théoriques et pratiques- il faut mettre tout cela devant ceux qui ont besoin qu'on en fasse l'étalage. Les ennemis de la Révolution islamique sont ceux qui il y a dix ou quinze ans, ont débarqué dans la région avec le slogan d'y établir la sécurité. Constatez aujourd'hui dans quelle partie de cette région existe la sécurité ! L'insécurité s'est propagée partout dans cette région, à l'ouest de l'Asie et au nord de l'Afrique. Lorsqu'ils ont attaqué l'Afghanistan, leur slogan était la lutte contre le terrorisme, mais aujourd'hui le terrorisme a envahi toute la région et quel terrorisme !! Un terrorisme barbare, cruel dont les adeptes brûlent vifs des êtres humains - leurs ennemis - aux yeux du monde. Ils utilisent différents moyens technologiques pour retransmettre de telles scènes dans le monde entier. C'est cela le terrorisme ! Les takfiris aujourd'hui agissent ainsi, ils tuent l'enfant devant sa mère, ils décapitent les parents devant leurs enfants. Ils (les usa) étaient venus dans la région avec ce slogan et cette prétention - je ne dis pas que c'était leur véritable souhait, mais uniquement une prétention - de démanteler le terrorisme dans la région. Aujourd'hui quel endroit de la région n'est pas confronté au terrorisme ? Ils étaient venus, selon leurs déclarations, établir la démocratie. Aujourd'hui, les régimes les plus rétrogrades, les plus despotiques, les plus dictatoriaux de la région, avec l'aide des États-Unis et des alliés des États-Unis, sont toujours en place et poursuivent leurs exactions. Il s'agit en vérité d'un des problèmes fondamentaux des États-Unis et des politiciens américains qui continuent à soutenir ces régimes alors que depuis des années, leurs slogans anti-dictature et en faveur des droits de l'homme sont bafoués par ces régimes. Cela a suscité de nombreuses questions parmi les intellectuels, l'élite politique et les penseurs étatsuniens auxquelles ils sont incapables de répondre. C'est à un tel ennemi et une telle créature que nous sommes confrontés avec « ses droits de l'homme », « sa démocratie », « son terrorisme » et « sa prétention d'établir la sécurité et la paix ». Ils disaient qu'ils combattaient pour la paix, où est cette paix ? Ils ont répandu la guerre dans toute la région, quelle partie de la région n'est pas touchée par la guerre ? Voilà l'ennemi devant lequel la Révolution s'est dressée, celui devant lequel vous vous êtes vaillamment dressés, une telle créature avec tous ces paradoxes, avec tous ces points faibles et toutes ces carences théoriques et pratiques. Voilà cet ennemi. Une des caractéristiques d'un gardien de la Révolution est qu'il ouvre les yeux, voit ces réalités, connaît l'ennemi et connaît aussi bien la Révolution que l'ennemi. Cela aussi est le travail d'un gardien. Certes à propos de la sauvegarde, du sens de la sauvegarde et de la profondeur de ce terme, si on voulait encore en parler, cela ferait tout un livre.

Quant à la Révolution, nous avons parlé de la sauvegarde de la Révolution. La Révolution est une affaire permanente, ce n'est pas un évènement qui a eu lieu à telle ou telle date, où les gens sont descendus dans la rue pendant dix jours, vingt jours, deux mois ou six mois, et ont renversé le gouvernement. Est-ce que la révolution se limite à cela ? Non, cela n'est qu'une partie de la révolution qui est une vérité immortelle. La révolution signifie changement. Des changements profonds ne se produisent pas en six mois, en un an, en cinq ans d'autant plus que le changement et les transformations - c'est-à-dire le changement d'État et les évolutions - n'ont pas de limite temporelle. Elle [la révolution] ne s'épuise pas, voilà la révolution. La révolution est un fait permanent. Il y a des gens qui disent des choses dont la source, comme ils le disent eux-mêmes, sont les think tank étrangers. Ici aussi, certains répètent ces déclarations dans les journaux et les revues. Ils répètent ces choses en iranien, mais leurs sources sont là-bas - en l'occurrence, ils disent que la révolution est terminée. Un ignorant apparaît et dit qu'il faut confier la révolution au musée. Il y a des personnes moins idiotes qui ne parlent pas si ouvertement mais à demi-mots, laissant sous entendre que la révolution est terminée et qu'il s'agissait de transformer la révolution en République islamique. La révolution n'est absolument pas en mesure d'être transformée c'est la République islamique qui doit être l'incarnation de la Révolution c'est-à-dire de cet état de rénovation et d'évolution permanente. Sans cela, la République islamique n'existerait pas et ce ne serait pas un gouvernement islamique. La Révolution islamique doit être une révolution permanente.

Que fait la Révolution ? La Révolution en premier lieu, définit et détermine les idéaux. Certes les idéaux sublimes sont immuables, contrairement aux moyens et aux évolutions quotidiennes, les idéaux fondamentaux sont immuables. Autrement dit, depuis la création de l'homme jusqu'à aujourd'hui, la justice a été un idéal. Il n'y a jamais eu d'époque où la justice n'ait pas été un idéal tout comme la liberté - les idéaux sont ainsi - c'est la révolution qui détermine les idéaux, qui les retrace et ensuite avance vers eux. Si nous voulons définir l'idéal en un mot et en donner une expression coranique, ce sera l'idéal de « la vie pure » : « Nous leur ferons vivre une vie pure » [Coran, 16 : 97] « Répondez à Dieu et au messager lorsqu'il vous appelle à ce qui donne la vie » [Coran, 8 : 24]. Le Prophète (as) et tous les messagers appellent à la vie mais de quelle vie s'agit-il ? C'est certes de la vie pure dont il s'agit.

Que signifie la vie pure ? La vie pure concerne tout ce que l'homme a besoin pour une vie meilleure et pour son bonheur. En l'occurrence, l'honneur national fait partie de la vie pure. Un peuple avili, assujetti n'a pas de vie pure. L'indépendance, ne pas dépendre des étrangers et des autres, fait partie de la vie pure. Il ne faut pas chercher uniquement la vie pure dans les prières et les livres mais dans les réalités de la vie. La vie pure d'un peuple est en l'occurrence, le fait que ce peuple vive dans le respect, dans la dignité et dans l'indépendance. Actuellement, certains écrivent des livres sur le rejet de l'indépendance de l'être humain ! On est vraiment étonné de voir comment ces individus osent dire de telles choses. Un bandit barre la route à une caravane au tournant d'un col et réclame tout ce que les voyageurs possèdent, et il se trouve quelqu'un pour dire : « oui, c'est dans notre intérêt aujourd'hui de le rejoindre et de faire tout ce qu'il dit ! ». La négation de l'indépendance a le même sens ! Nous avons dit que l'indépendance et la liberté sont à l'échelle d'un peuple. On défend apparemment la liberté et on attaque l'indépendance. L'indépendance signifie la liberté, cependant il ne s'agit pas de la liberté d'un individu mais de la libération d'un peuple de tout ce qui lui était imposé comme la répression, l'arriération ou la colonisation. Il s'agit de l'affranchissement des peuples du joug des oppresseurs. Un peuple qui est libéré de ces choses-là, deviendra indépendant.

Un des éléments qui assure la vie pure consiste à faire progresser la science et la civilisation mondiale. Une nation qui peut faire progresser le savoir mondial et la civilisation mondiale, qui les fait avancer, qui met devant l'humanité une nouvelle échelle pour assurer sa promotion, constitue un des éléments de la vie pure. Ce n'est pas le cas des Occidentaux qui ont apporté beaucoup de progrès matériels, inventé de nouvelles choses et continuent à le faire, mais qui ont conjugué cela à une chose qui fera inévitablement tomber cette échelle. Oui, ils ont placé une échelle mais agissent de telle sorte qu'ils tomberont certainement de l'échelle car ils ont négligé la morale. Constatez vous-mêmes comment de nos jours, les actes les plus abjects et les plus hideux sont devenus ordinaires et légaux dans la culture occidentale, et que si quelqu'un s'y oppose, il sera condamné pour la seule raison que « l'homme a le droit de faire ce qu'il veut » ! Or, l'homme veut beaucoup de choses. Où de telles dépravations vont-elles mener l'Occident ? Ils n'ont aucun remède autrement dit, il n'y a aucune issue de secours. La voie dans laquelle ils se sont engagés, les enfonce dans la dépravation et sera très néfaste à l'Occident. Elle anéantira tout. On a vraiment pitié des peuples de ces pays et de ces nations, on a vraiment pitié d'eux car ce sont des gens très malheureux. Quant aux élites, aux intellectuels, aux programmateurs et aux politiciens, ils travaillent sur leurs objectifs néfastes et funestes. Le progrès dans les sciences et la civilisation doit être conjugué avec la spiritualité, [j'insiste] la spiritualité. L'autre jour, lors d'une réunion qui je crois a été diffusée à la télévision, j'ai dit : « Imaginez quel attrait aura la République islamique d'Iran pour les musulmans et les non musulmans, dans 20 ou 30 ans, avec 200, 180 ou 150 millions d'habitants, des progrès extraordinaires sur les plans matériels, scientifiques et industriels, le tout dans une ambiance de spiritualité et de justice. Ce sera vraiment beau. Ils [les ennemis] veulent que cela ne se produise pas. La vie pure signifie donc diriger le pays vers une telle situation. La Révolution souhaite que nous arrivions à ce stade. Le bien-être, la justice, la joie, le dynamisme et l'enthousiasme dans le travail, la science, la technologie, tout cela fait partie de la vie pure avec la clémence, les caractéristiques islamiques, le mode de vie islamique qui font aussi partie de la vie pure. La discipline fait également partie de la vie pure et ce mouvement vers la vie pure est intarissable. « N'est-ce pas vers Dieu qu'évoluent les affaires? » [Coran, 43 : 53] ; C'est une évolution vers Dieu. L'évolution signifie passer d'un état à un autre avec un changement dans son for intérieur et une amélioration continue. On appelle cela une évolution. L'homme évolue vers Dieu et la société idéale islamique est une société dans laquelle cette évolution existe. Cette évolution est intarissable et éternelle, comme la révolution.

Une des caractéristiques de la vie pure et de cette révolution, qui est évoquée également dans le Coran, est la foi en Allah et le rejet du taghut [le rebelle] : « Celui donc qui reniera les taghuts et aura foi en Dieu, aura certes saisi l'anse la plus solide, celle qui ne rompt pas.»  [Coran, 2 : 256]. « L'anse la plus solide » est comme une corde à laquelle vous vous accrochez pour ne pas tomber, pour ne pas glisser, pour ne pas faire une chute. On appelle cela « l'anse la plus solide ». Le fait que vous ayez foi en Allah et que vous reniiez les taghuts, est « l'anse la plus solide ». Ces deux choses vont ensemble : la foi en Allah et le déni des taghuts, ce sont deux choses indissociables. Je vais dire encore une fois qu'il est difficile de retirer aux hommes leur foi en Allah, la campagne des ennemis repose donc sur le déni des taghuts qu'ils cherchent à affaiblir progressivement. Ils essaient de priver des hommes de cet aspect. Eh bien oui, avoir en même temps foi en Allah et aux taghuts est impossible. La foi en Dieu et le déni des taghuts vont de paire.

La désidéologisation était un des thèmes dont on parlait beaucoup ces dernières années, ensuite, cela a cessé pour quelques années et a repris récemment. On désidéologise la diplomatie et la politique intérieure. Cela est contraire à la justice et à la vérité. Cela signifie qu'on ne fait pas intervenir les principes et les bases de la Révolution et de l'Islam dans la politique intérieure et étrangère. Comment pourrait-on ne pas les faire intervenir alors que ces politiques doivent être formées sur la base de ces principes comme les autres domaines d'ailleurs. Faites attention, il s'agit d'un point délicat. Le savoir signifie se diriger vers une réalité, découvrir une réalité et s'initier à cette réalité. Certes, l'idéologie n'a pas de sens dans ce domaine, mais savoir quelle réalité nous poursuivons ou laquelle nous ignorons - selon les occidentalistes - exige une intervention de l'idéologie, de la pensée et de la réflexion. Nous ne recherchons pas tel savoir parce qu'il est nuisible. Nous choisissons un savoir qui est utile. Nous avons un savoir nuisible et un savoir utile. Par conséquent, même à propos de la science, la réflexion, la croyance et les convictions ou selon les occidentaux, l'idéologie, interviennent.

On entend beaucoup ces jours-ci, des déclarations de nos détracteurs et de nos ennemis qu'un certain nombre de personnes répètent à l'intérieur du pays, déclarations en vérité paradoxales mais dont ces gens-là ne s'aperçoivent pas du paradoxe. Une de leurs déclarations est qu'ils répètent sans répit : « vous êtes un pays puissant, influent et efficient », on l'entend beaucoup aujourd'hui dans le monde. Or, un nombre de personnes - des personnes faibles et imprévoyantes à l'intérieur du pays - refuse d'accepter cela alors que ceux qui observent de l'extérieur, ne cessent de reconnaître - aussi bien nos amis que nos ennemis - que la République islamique est aujourd'hui un pays puissant dans la région, qui pèse de tout son poids sur les événements de la région. Elle est influente. Voilà une de leurs déclarations. La seconde est qu'ils nous conseillent de ne pas nous concentrer autant sur le concept de Révolution, la révolution et l'esprit révolutionnaire. Ce sont deux déclarations contradictoires. Cette autorité et cette influence sont le résultat de la Révolution, sans Révolution, il n'y aurait pas d'esprit révolutionnaire. Sans action révolutionnaire, nous n'aurions pas acquis cette influence. Dire : « vous êtes influents, vous êtes puissants, laissez de côté la Révolution pour que nous puissions vivre ensemble » signifie en fait : « abandonnez la Révolution pour que vous perdiez votre pouvoir et que nous puissions vous avaler ». Ils l'ont dit ouvertement à des personnes liées à la République islamique qui ne se rendent pas compte de la portée et du sens de ces paroles. Le sens de : « jusqu'à quand voulez-vous rester révolutionnaires et parler de la Révolution, rejoignez la communauté mondiale » est : « Abandonnez cette influence dont vous disposez actuellement, cette efficacité dans la région, cette profondeur stratégique dont vous êtes tenant parmi les peuples ». Autrement dit « affaiblissez-vous pour que nous puissions vous avaler ». Quand ils disent : « rejoignez la communauté mondiale », ils entendent par « communauté mondiale », une poignée de puissances arrogantes, oppressives et tyranniques, cette phrase signifie : « laissez-vous absorber dans nos plans ». Voilà ce que signifient ces paroles. La Révolution a de telles dimensions. À propos de la sauvegarde de cette Révolution, il y a beaucoup de chose à dire, mais je m'arrêterai ici.

Quant au mot Islam dans « révolution islamique », il signifie que la Révolution est une révolution islamique. Certains insistent pour dire « la Révolution de 57 » [l'année 1357 du calendrier iranien est celle où la Révolution islamique a triomphé coïncidant avec l'année 1979 du calendrier chrétien, ndt.]. Ils ne veulent pas prononcer le nom de l'Islam. Ils ont peur du nom de l'Islam et de la Révolution islamique. L'Islam est le pilier, l'essence et le contenu de notre Révolution. Évidemment notre Islam est l'Islam authentique et non un Islam déviationniste, erronée, superficiel et naïf d'individus comme les takfiris. Il s'agit d'un Islam reposant sur la raison et les textes authentiques - un islam raisonnable - un Islam reposant sur le Coran, un Islam fondé sur les enseignements du prophète et des Gens de la demeure (as), doté de pensées claires et d'une logique solide. C'est de cet Islam dont il s'agit, un Islam défendable dans les réunions les plus avancées du monde.

Dieu soit loué, les différentes dimensions de cette Révolution dans les sociétés islamiques, ont été expliquées bien qu'ils (les ennemis) dépensent tant d'argent et tant de pétrodollars pour endiguer ce mouvement, heureusement, sans que nous ayons fait un travail très laborieux - nous avons beaucoup négligé la propagande et l'information - cette pensée puissante et ferme a progressé. Aujourd'hui dans les différentes régions du monde de l'Islam, Dieu soit loué, cette réalité existe, il y a beaucoup de témoignages qui vont dans ce sens. Les peuples, les peuples musulmans aiment vraiment la République islamique et apprécient ses responsables. Nos Présidents, là où ils se sont rendus tout au long de ces années, lorsque les gens en ont eu le droit, ont été très bien accueillis. Cela a été le cas au Pakistan, au Liban, au Soudan et dans de nombreux autres pays. Évidemment, là où l'on empêche le peuple de manifester sa sympathie, c'est une autre affaire. Lorsque les peuples de ces pays musulmans prennent conscience qu'ils peuvent exprimer leurs opinions et leurs sentiments, ils le font et cela grâce à l'Islam et grâce au recours au Coran. Cet Islam qui est uniquement une question personnelle, l'Islam laïc qui approuve une partie de la religion et en rejette une autre partie, cet Islam où le Jihad, la recommandation du bien et la prohibition du mal, la mort en martyr sur le sentier d'Allah, ont été supprimés n'est pas l'Islam de la révolution. L'Islam de la révolution est celui que nous voyons dans le Coran - dans de nombreux versets coraniques - dans notre discours et dans le testament de l'imam Khomeiny et les souvenirs oraux et écrits de l'imam. Voilà notre Islam, il ne s'agit pas uniquement d'un mouvement épique mais de protéger une révolution dotée de ces aspects et de cette essence islamique, un mouvement aux sens islamiques, qui peut exercer une influence positive dans le monde.

Le Corps des Gardiens de la Révolution islamique a un tel poids sémantique, il faut travailler beaucoup, être très vigilant et reconnaissant. Il incombe à tout un chacun d'être reconnaissant envers le Corps des Gardiens. Affaiblir cet organisme et ces paroles insensées qu'on entend parfois à propos du Corps des Gardiens, sont des choses qui font plaisir à l'ennemi et le rendent heureux. Nous ne disons pas que tous ceux qui disent de telles choses sont inféodés à l'ennemi, non, pour certains d'entre eux, c'est par ignorance et parce qu'ils ne comprennent pas, mais pour certains autres, ils ont probablement pour mission de dire de telles choses et d'exprimer de tels propos.

Il faut honorer le Corps des Gardiens. Il est une grande grâce divine pour le pays. Je le dis aussi à vous-mêmes, la première personne qui doit l'honorer c'est vous-même. Autant que vous le pouvez, renforcez le tissu spirituel, intellectuel, idéologique et pratique du Corps des Gardiens. Il faut rejeter les prétextes que pourraient avancer certains individus dans les différents domaines économiques, financiers ou politiques. Suivez la ligne droite et juste de la Révolution. Ne recherchez pas des choses qui pourraient porter atteinte à l'honneur du Corps des Gardiens. En premier, c'est à vous-mêmes qu'il incombe de préserver cette dignité, cet honneur véritable - non un honneur imposé que nous voulons vous imposer, non, c'est une réalité - sauvegardez-la et en tant que membres du Corps des Gardiens de la Révolution islamique, soyez conscients des menaces.

Comme nous l'avons déjà dit, aujourd'hui, l'infiltration de l'ennemi est une des plus importantes menaces pour le pays. Les ennemis cherchent à s'infiltrer. Que signifie l'infiltration ? L'infiltration économique est possible, bien entendu, mais c'est la moins importante comme peut-être aussi l'infiltration sécuritaire. L'infiltration sécuritaire n'est pas négligeable mais par rapport à l'infiltration intellectuelle, culturelle et politique, elle a moins d'importance. L'infiltration sécuritaire a ses propres éléments et les différents responsables - notamment le Corps des Gardiens lui-même - endigueront avec autorité, in-cha-Allah, l'infiltration sécuritaire de l'ennemi.

Sur les plans économiques, les yeux perspicaces des responsables économiques doivent être ouverts, il faut qu'ils veillent à ce que les ennemis ne parviennent pas à s'infiltrer sur le plan économique car l'infiltration de l'ennemi ébranle les bases de l'économie puissante là où ils se sont infiltrés économiquement, là où ils ont réussi à s'agripper comme un cauchemar, à l'économie des pays et des peuples, ces pays l'ont payé cher. Il y a dix ou quinze ans, le Président d'un de ces pays qui figurait parmi les pays développés de notre région, lors d'un déplacement à Téhéran et d'une rencontre, nous a dit qu'à cause de l'infiltration économique, ils étaient devenus pauvres et nécessiteux du jour au lendemain. Il disait la vérité. Tel ou tel capitaliste arrive à faire plier l'échine à un pays d'où il retire son capital et où il exerce des manipulations pour faire plier l'économie de ce pays. Cela est très important mais l'économie culturelle et l'économie politique sont moins importantes par rapport à l'infiltration politique et l'infiltration culturelle qui sont plus importantes. L'ennemi essaie de modifier sur le plan culturel, les croyances qui ont gardé sur pied la société, il cherche à les déplacer, à leur porter préjudice, à les détériorer et à faire des brèches. Ils dépensent et dépensent des milliards de dollars dans cet objectif. Voilà ce que signifie l'infiltration culturelle.

L'infiltration politique vise les centres de prises de décision et si cela échoue, ils chercheront à s'infiltrer dans les centres d'élaboration des décisions. Lorsque les appareils politiques et les appareils directionnels d'un pays tombent sous l'influence d'ennemis arrogants, les prises de décisions dans ce pays seront par la force, conformes aux demandes, aux souhaits et à la volonté des arrogants. Dans un pays sous influence politique, le mouvement et les orientations de ce pays dans les appareils directionnels seront conformes à la volonté des arrogants. C'est ce qu'ils veulent. Ils n'aiment pas qu'un des leurs domine un pays comme ils le faisaient au XIXe siècle et au début du XXe siècle en Inde par exemple, qu'un de leurs agents dirigeait. Aujourd'hui, cela n'est plus possible. Pour eux, il vaut mieux que des gens issus du peuple soient à la tête du pays mais pensent comme eux, ont les mêmes volontés et décident comme eux et conformément à leurs intérêts. Voilà ce que signifie l'infiltration politique. L'objectif est de s'infiltrer dans les centres de prises de décision, s'ils échouent, ils chercheront à s'infiltrer dans les centres d'élaboration de décisions car il y a des lieux où l'on élabore des décisions. Voilà ce que fait l'ennemi.

Si nous sommes conscients, leurs espoirs se transformeront en déception. Ils attendent le jour où la nation iranienne et la République islamique d'Iran s'endormiront, ils attendent cet instant et promettent que dans dix ans, l'Iran ne sera plus l'Iran actuel et que les autres pays ne feront rien Voilà ce qu'ils s'imaginent. Il ne faut pas permettre que cette idée et cet espoir satanique se renforcent chez l'ennemi. Il faut renforcer ici, les bases de la Révolution et l'idée révolutionnaire de sorte que la mort ou l'existence de tel ou tel personne n'ait aucune influence sur le mouvement révolutionnaire du pays. Voilà le devoir fondamental des élites du Corps des Gardiens et de toutes les élites révolutionnaires du pays.

Seigneur ! Gratifie-nous tous de Tes bienfaits et de Ta guidance ! Ce que nous avons dit et entendu, établis-le sur Ton sentier et accepte-le par Ta grandeur!

Avec mes salutations et que la miséricorde d'Allah et Ses bénédictions vous accompagnent !

 
< Précédent   Suivant >

^