Skip to content

Galerie

Photo
Audio

Perspectives

Imam Khomeiny

Biographie
Discours du Guide suprême lors d'une rencontre avec des lycéens et des étudiants Version imprimable
02/11/2016

Ce qui suit est le texte intégral du discours prononcé le 2 novembre 2016, par l'Ayatollah Khamenei, Guide suprême de la Révolution islamique, lors d'une rencontre avec des lycéens et des étudiants à l'occasion de la « Journée nationale de lutte contre l'arrogance mondiale »

Au nom de Dieu, le Tout-miséricordieux, le Très-miséricordieux

Toutes les louange à Allah, le Seigneur des Mondes, et que la paix de Dieu et Ses salutations soient sur notre maître et prophète, Abel-Qassem Al-Mustafa Mohamad (AS) et les membres de sa sainte famille (AS), les immaculés, purs et élus, en particulier celui qui représente le trésor d'Allah sur terre.

C'était une réunion très brillante en raison de la présence des jeunes et des adolescents. Le reflet de la lumière divine qui éclaire les cœurs sincères de la jeunesse, illumine et éclaire aussi l'environnement. Cette humble personne que je suis, bénéficie de la sincérité de vos cœurs et du reflet de la lumière divine qui existe dans vos cœurs purs. Vous êtes les bienvenus. Vous avez commencé la réunion d'une très bonne façon et la très belle récitation magistrale des versets que le cher frère avait choisis et après cela, la belle chanson qui a été exécutée en chœur - au bon contenu et très mélodique - ont imprégné la réunion du parfum de vos initiatives.

Cette réunion avait lieu à l'occasion du 13 d'Aban [3 novembre] jour au cours duquel plusieurs événements coïncident - l'exil de notre magnanime Imam Khomeiny et le massacre des étudiants dans les rues de Téhéran - et ont fait de cette journée, une journée exceptionnelle, ainsi que la confiscation et la prise de l'ambassade des États-Unis ou pour parler plus correctement, du « Nid d'espionnage américain ». Par conséquent le 13 Aban nommé «Jour de lutte contre l'arrogance» qui est une appellation correcte à mon avis, est le jour de la jeunesse. C'est le jour de la jeunesse pieuse, révolutionnaire, courageuse, audacieuse et novatrice. C'est le jour de ces jeunes qui font tout leur possible pour empêcher l'ennemi de faire de nouveaux mouvements et d'avancer. En ce sens, le 13 Aban est le jour de la jeunesse.

Beaucoup d'années se sont écoulées depuis ce jour, mais son message est encore vivant. Si vous avez entendu dire que l'Imam avait qualifié ce mouvement de « Deuxième Révolution », il y a certaines raisons pour cela. Dès la victoire de la Révolution et même avant la Révolution, l'ennemi a tenté d'esquisser des complots. Quelques jours avant la Révolution, les Américains ont envoyé des agents dans notre pays pour lancer un coup d'État et déjouer le mouvement populaire. Bien sûr, ils ne l'ont pas fait mais après la victoire de la Révolution, ils ont déployé toutes sortes d'efforts, comme les efforts politiques du Sénat américain qui dès les premiers jours de la Révolution, a pris position contre la République islamique et annoncé son hostilité et sa décision d'imposer des sanctions. Les méthodes employées étaient officielles et publiques, ou parfois non officiels. Ils ont contacté leurs agents et leurs mercenaires à l'intérieur du pays, pour pouvoir profiter de l'existence de différentes ethnies à l'intérieur du pays pour créer des discordes. Bien sûr, ils ont reçu une gifle. Nos ethnies arabes, turques, kurdes, lors et turkmènes, qui étaient la cible de ces complots, et notre pieuse jeunesse se sont dressées toutes ensemble contre les États-Unis. À cette époque, ces jeunes ne s'appelaient pas les Gardiens de la Révolution islamique ou les Bassidjis, mais ils étaient les gardiens et les protecteurs de la Révolution, et s'étaient mobilisés pour sauvegarder le chemin de la Révolution dans le vrai sens du terme, et ils ont déjoué ce complot américain. Ainsi, dès les premières heures, les Américains ont commencé à comploter en plus de ce qui se faisait à l'intérieur de l'ambassade des États-Unis à Téhéran.

Après avoir capturé ce centre, après avoir compilé, rassemblé et collé à grande peine, les morceaux de papier déchiquetés car les documents avaient été détruits dans une déchiqueteuse, et après avoir transformé ces documents en livres, les complots conçus à l'intérieur de l'ambassade des États-Unis tout au long de cette période, sont devenus clairs et évidents. Il existe environ 70 livres. Les avez-vous lus ? Pourquoi n'y a-t-il aucun extrait de ces livres dans les manuels de nos écoles primaires et secondaires, et dans nos universités ? Pourquoi ? C'est une de mes objections. Le nouveau ministre de l'éducation [Fakhruddin Ahmadi Danesh-Ashtiani] est présent à cette réunion. Pourquoi n'incluez-vous pas ces sujets dans les manuels scolaires ? Pourquoi ne permettez-vous pas à notre nouvelle génération, de comprendre ce que les États-Unis ont fait dans notre pays et quels complots ils fomentaient à notre encontre ?

Le mouvement des étudiants pour capturer l'ambassade a été une réaction à cette malveillance et a été lancé de manière victorieuse empêchant les mouvements de cette superpuissance, aveugle et avide - les États-Unis - à l'intérieur du pays. C'est cela que signifie la Révolution. Cette superpuissance qui s'était habituée pendant 25, 30 ans, à voir toutes ses volontés et ses souhaits se réaliser en Iran qui lui appartenait ainsi que son gouvernement, son régime, son monarque, son pétrole, ses ressources, son avenir et toutes ses propriétés - a tenté d'attaquer quand toutes ces choses lui furent enlevées. Cependant, ils ont vu comment nos jeunes ont continué à déjouer, à maintes reprises leurs attaques. Le peuple d'Iran était ferme et le chef de file de ce grand mouvement était notre magnanime Imam Khomeiny.

J'étais au courant du détail des événements qui ont eu lieu ce jour-là, et je me rendais souvent au Nid d'espions pour parler aux jeunes qui s'étaient rassemblés là-bas, et à d'autres personnes du Conseil révolutionnaire dont je faisais partie à cette époque. Donc, je sais ce qui a été fait dans les différentes régions du pays pour neutraliser ce mouvement. Cependant, l'Imam est resté ferme. Mes chers enfants ! La question des États-Unis est celle que j'ai présentée.

Je voudrais rectifier deux notions erronées qui sont propagées dans l'opinion publique en premier lieu, par l'appareil de l'arrogance et les États-Unis, et en second lieu, par certains individus à l'intérieur du pays. Certains de ces individus - je ne veux pas accuser tout le monde - sont attachés aux services de renseignement, à des organisations politiques ou des centres américains spéciaux, et certains d'entre eux ne sont pas attachés à ces organisations. Ceux sont des gens fatigués qui ont des regrets, et qui petit à petit, se sont laissé attirer par les plaisirs matériels. Les premiers transmettent ces idées et ces deux notions erronées aux deuxièmes qui les développent et les propagent à partir de différentes chaires et de différents endroits, à l'intérieur et à l'extérieur des universités, dans la presse et ailleurs. Aujourd'hui, je tiens à rectifier ces deux notions erronées.

Une de ces idées est que l'Imam (Khomeiny) lorsqu'il a dit: « Orientez tous vos cris vers les États-Unis » [Sahifa (recueil des discours) de l'Imam Khomeiny, vol 11 p 121] - ordre qui aujourd'hui, continue à être appliqué - l'a fait poussé par des préjugés et par arrogance. En d'autres termes, il n'avait pas de raison logique. C'est ce qu'ils veulent faire entendre. Ils veulent dire que nos jeunes, nos personnalités révolutionnaires, les gens et les responsables debout face aux États-Unis qui font des révélations à leur sujet, sont des fanatiques qui agissent par préjugé et dogmatisme. C'est ce qu'ils veulent dire alors que la vérité est totalement à l'opposé. Quand il (l'imam Khomeiny) a dit : « Orientez tous vos cris vers les États-Unis », il avait pour cela des raisons solides. Une raison était le fait que la politique américaine est fondée sur l'avidité et la transgression. Les 250 années de l'Histoire américaine en sont la manifestation. Bien sûr, au début de son Histoire, cette politique existait à un moindre degré mais depuis une centaine d'années ou un peu avant, cela a été clairement observé. La politique générale des États-Unis consiste à assurer leur sécurité intérieure en transgressant les droits des autres pays et en occupant autant de «zones d'influence» que possible. C'est ainsi qu'ils agissent. C'est leur politique. Ils ont appliqué cette politique dans l'Asie de l'ouest, en Iran pendant la période du Taghut (le shah) et dans nos pays voisins. Dans ce domaine, ils rivalisaient avec l'ex-Union soviétique. À l'époque du conflit entre les États-Unis et l'Union soviétique, l'Iran était leur zone d'influence. La moindre négligence après la victoire de la Révolution, aurait aidé l'ennemi que nous avions mis à la porte, à revenir par la fenêtre. Cependant, l'Imam ne l'a pas permis.

Quand il a dit: « Orientez tous vos cris vers les États-Unis », cela signifiait la défense des valeurs, non seulement des valeurs particulières aux musulmans, mais aussi de toutes les valeurs humaines. Aujourd'hui, comme les Américains eux-mêmes le reconnaissent, le gouvernement des États-Unis et le système étatsunien se sont éloignés des valeurs humaines. Avez-vous observé le récent débat entre les deux candidats aux élections présidentielles américaines [le candidat républicain Donald Trump et la démocrate Hillary Clinton, ndt]? Avez-vous entendu les vérités qu'ils ont révélées ? Les avez-vous écoutés ? Ils ont révélé la vraie nature des États-Unis et des vérités plus nombreuses en nombre [et pires] que les vérités que nous avions révélées et que certains ne croyaient pas ou ne voulaient pas croire. Le plus intéressant est que la personne qui a parlé le plus franchement a attiré le plus d'attention de la part de la population américaine. Le peuple américain a prêté plus d'attention à cet homme qui parlait plus franchement et plus ouvertement. L'autre partie l'a accusé d'adopter une méthode populiste. Pourquoi populiste ? Parce que les gens le regardaient et ont vu que ce qu'il disait était exact. Ils l'ont vu dans les réalités de leur vie. Les valeurs humaines ont été anéanties et piétinées dans ce pays. Les discriminations raciales sévissent dans ce pays. Quelques jours avant ce débat, dans sa campagne présidentielle, cet homme a dit que si vous étiez de couleur - noire ou rouge - et que vous marchiez dans les rues de New York, de Chicago, de Washington, de Californie ou d'autres villes, vous ne pouviez pas être sûrs de rester en vie encore quelques minutes ! Notez que cela a été dit par une personne qui brigue la Maison Blanche et veut dans quelques jours, gérer les affaires de l'Amérique ! Voilà le racisme américain. Il a également parlé de la pauvreté des Américains et dit que 44 millions de personnes avaient faim en Amérique ! Lui et d'autres ont dit que moins d'1% de la population des États-Unis possédaient 90% des richesses américaines. Les valeurs humaines ont été piétinées dans ce pays où règnent les discriminations, le racisme et l'anéantissement des Droits de l'homme. Quand vous criez: « Mort à l'Amérique » et quand l'Imam a dit : « Orientez tous vos cris vers les États-Unis », cela signifie « mort à toutes ces choses ». C'est à cause de ces choses que l'Imam a dit : « Orientez tous vos cris vers les États-Unis ».

Tout cela n'est qu'un côté de la question. L'autre coté qui est un autre facteur important est que dès les premiers jours, ils ont préparé le terrain pour porter un coup fatal au peuple d'Iran. En d'autres termes, ils ont donné refuge à Mohamad Reza [le dernier Shah d'Iran, détrôné en 1979, ndt.] pour le garder, préparer le terrain pour d'autres complots, renforcer leurs agents dans le pays avec lui au sommet du système, et répéter ce qu'ils ont fait le 28 Mordad 1332 [19 août 1953, date du coup d'état porté contre le gouvernement nationaliste iranien de Mossadegh, ndt] vingt-cinq ans plus tôt. Le 28 Mordad, Mohamad Reza s'est enfui de l'Iran. Les Anglais et les Américains se sont alors joints et sont secrètement entrés à l'intérieur du pays. Plus tard, ils ont utilisé différentes ambassades, ils se sont cachés, ils ont équipé et préparé leurs agents, ils ont profité de la négligence des gens de cette époque et ont fait revenir Mohamad Reza qui une fois de retour, a mis un joug autour du cou du peuple et créé une situation désastreuse pour le peuple d'Iran. Ils voulaient répéter ce scénario mais l'Imam les en a empêchés. Il a bloqué leur chemin. Il a secoué le peuple d'Iran qui s'est réveillé. Par conséquent, ces slogans anti-américains et ces cris contre les États-Unis ne sont pas le résultat de préjugés, de la stupidité et de l'obstination mais des slogans fondés au niveau rationnel et idéologique. Les jeunes et ceux qui peuvent écrire et parler dans la presse, les universités, les salles de classe et diverses autres chaires, doivent savoir que si les Iraniens scandent des slogans antiaméricains aujourd'hui et le font depuis 30 ans, ils le font pour de solides raisons.

Au cours de ces années, nous avons également lutté contre Saddam pendant huit ans, que les Américains ont fermement soutenu pendant toute cette période. Ils l'ont aidé autant qu'ils le pouvaient. Ils ont fait preuve d'inimitié envers nous avant, pendant et après la guerre, et pendant et après la publication du « Barjam » [Plan global d'action conjoint sur le nucléaire entre l'Iran et les 5+1, ndt.], de différentes façons. Il y a quelques jours, ce négociateur américain [John Kerry] a dit ouvertement - cela a été aussi diffusé sur nos antennes - qu'ils avaient imposé d'autres sanctions à l'Iran après cet accord. C'est dans la nature des États-Unis. Par conséquent, la résistance du peuple d'Iran aux États-Unis a des raisons logiques. Ainsi, prétendre que les gens se sont dressés contre les États-Unis par obstination est contraire à la vérité. Les gens ont résisté aux États-Unis pour des raisons logiques. C'était la correction de la première erreur.

La deuxième fausse idée propagée par les Américains et par certaines personnes à l'intérieur du pays, et qui est plus dangereuse que la première, est que les problèmes de notre pays seront résolus si nous faisons des concessions aux États-Unis.

C'est une de ces erreurs étranges et très dangereuses. Ils disent que si nous faisons des concessions (aux Usa), les problèmes du pays seront résolus. Eh bien, nous pouvons donner des dizaines de raisons qui prouvent le contraire. C'est une déclaration fausse et trompeuse. Les compromis avec les États-Unis ne résoudront en aucune façon, les problèmes du pays. Non seulement cela ne résoudra pas les problèmes économiques, politiques, sécuritaires et moraux, mais cela les aggravera encore davantage. Il y a 10 ou 15 raisons que nous pouvons donner sur cette question et nous pouvons en faire toute une liste. La dernière concerne l'accord nucléaire. Au cours des négociations, j'ai dit à maintes reprises qu'ils trahiraient leurs promesses, qu'ils étaient des menteurs et qu'ils ne tenaient jamais leurs promesses. Vous êtes témoins de la situation aujourd'hui ! Aujourd'hui, je ne suis pas le seul à dire qu'ils (les Usa) trahissent leurs promesses. Les honorables responsables du pays et nos négociateurs eux-mêmes, qui ont fait tous ces efforts et négocié avec eux pendant un an et demi, et ont eu plusieurs réunions à l'étranger pendant 10, 15 ou 20 jours, se sont donné tant de peine et ont tant discuté à la table des négociations, le disent aussi.

Lors de la réunion qui a eu lieu il y a environ un mois à New York - la rencontre des ministres des Affaires étrangères- à laquelle participait aussi notre honorable ministre des Affaires étrangères, notre ministre des Affaires étrangères a présenté une longue liste d'accusations contre eux. Il leur a dit qu'ils avaient fait des choses qu'ils n'auraient pas dû faire et qu'ils ne faisaient pas ce qu'ils auraient dû faire. Ils n'avaient aucune réponse à apporter à cet acte d'accusation. Ils sont comme ça. Ils disent que nous devons nous entendre avec eux sur la question de la Syrie, du Hezbollah, de l'Afghanistan, du Pakistan et de l'Irak. Avec qui devrions-nous nous entendre ? Faut-il s'entendre avec ceux qui n'ont jamais cessé de se montrer hostiles envers nous, un seul instant ? Leur objectif est d'empêcher la nation iranienne de progresser et d'empêcher que les problèmes économiques de notre pays soient résolus. Dans ces circonstances, viendront-ils pour nous aider à résoudre nos problèmes ?

L'autre partie est constituée de menteurs, de trompeurs, de gens indignes de confiance qui vous poignardent dans le dos. Quand ils donnent quelque chose d'une main, ils tiennent - comme ils le disent eux-mêmes - une pierre dans l'autre main, pour frapper la tête de l'adversaire. L'autre partie est composée de gens de ce genre. Deuxièmement, est-ce que les États-Unis sont censés résoudre les problèmes du peuple iranien ? Les États-Unis souffrent eux-mêmes de crises ! Pourquoi ne le disent-ils pas ? C'est ce que disent toutes les organisations importantes du monde qui ont leur mot à dire sur ces questions. C'est ce que disent les Américains eux-mêmes. Les États-Unis sont en pleine crise et sont confrontés à des crises économiques, internationales, politiques et morales. Les États-Unis eux-mêmes, sont en crise. Aujourd'hui, les dettes du gouvernement des États-Unis sont presque égales au produit intérieur brut de l'ensemble des États-Unis ! C'est un signe de crise reconnu par les économistes qui disent que quand les dettes d'un gouvernement approchent de son PIB, ce gouvernement est en crise et cette économie est une économie en crise. Aujourd'hui, les États-Unis sont dans cette situation. Ses dettes représentent presque plus de 60% de son PIB. Qui veulent-ils aider ? Ce qu'ils veulent au contraire, c'est absorber les ressources des autres pour en sortir. Viendront-ils aider l'économie d'un autre pays ? Voilà ce qui en est en termes d'économie.

En politique aussi, ils sont en crise. Je vous dis en toute confiance que si un peuple déclenche un soulèvement contre un dictateur, un gouvernement ou un régime n'importe où, son slogan sera «Mort à l'Amérique». Il n'y a pas d'exception. Un jour, le slogan «Mort à l'Amérique» était particulier à notre pays mais aujourd'hui, les premiers slogans de tous ceux qui organisent des soulèvements en Asie de l'Ouest, en Asie de l'Est, en Europe même, en Amérique latine et en Afrique, sont des slogans anti américains. C'est la situation politique dans laquelle se trouvent les États-Unis. Pouvons-nous imaginer une crise pire que celle-là ?

Les États-Unis avaient un programme pour la région de l'Asie de l'Ouest. Vous ne vous en souvenez pas. Bien sûr, cela n'est pas très ancien, mais vous les jeunes, vous ne vous souvenez pas de ces jours en tout cas où leur secrétaire d'État de l'époque a déclaré qu'ils voulaient créer "Le Grand Moyen-Orient". Elle a mentionné « Le Grand Moyen-Orient » au sujet du Liban et de la guerre des 33 jours. Que signifie « Le Grand Moyen-Orient » ? Ils parlent du Moyen Orient pour la région de l'Asie de l'Ouest. « Le Grand Moyen-Orient» désigne une région s'étendant du Pakistan à la région méditerranéenne. Cela signifie que tous les pays situés dans cette région, sont des pays du Moyen-Orient. Les États-Unis avaient élaboré un plan général pour l'ensemble de cette région afin de garder tous ces pays sous leur contrôle, avec Israël comme pivot. C'est ce que signifie «Le Grand Moyen-Orient». Aujourd'hui, le « Grand Moyen-Orient » que la secrétaire d'État avait conçu - cette pauvre personne était une dame - est à un stade où ils désespèrent sur la question de la Syrie, de l'Irak, du Liban et de l'Afrique du Nord. Ils se sont complètement enlisés sur la question de la Libye. Ils sont intervenus dans la question du Yémen et désespèrent maintenant de trouver une solution. Voilà la situation politique et internationale des États-Unis. Y a-t-il une crise pire que celle-là ? Et voilà que ce pays prétend venir à notre aide et résoudre nos problèmes !

Dieu soit loué, nous sommes dans une situation tout à fait différente ! C'est l'œuvre de Dieu. C'est la miséricorde de Dieu qui a donné le courage, la perspicacité et la résistance au peuple d'Iran afin qu'il puisse supporter les difficultés. Les hommes et femmes croyants de cette nation ont contribué à la gloire du peuple d'Iran au Moyen-Orient. L'Iran est considéré comme un pays brillant en Irak, en Syrie, au Liban, au Yémen, dans la région du Golfe Persique et partout où vous regardez, alors qu'ils [les États-Unis] sont en pleine crise économique et politique, et sur le plan international. Ils connaissent une crise morale. En ce qui concerne la moralité - qu'il s'agisse des questions liées à l'éthique sexuelle ou à la corruption financière- les déclarations qu'ils font eux-mêmes et ce qui est publié dans leur propre presse, en sont la preuve. Bien entendu, ce qu'ils disent est très inférieur aux réalités. Ce que ces deux honorables candidats à la Présidence disent - dont l'un va se rendre à la Maison Blanche dans quelques jours et deviendra le Président de ce pays - est probablement vrai. Ils sont opposés l'un à l'autre mais ont contribué avec succès, à révéler la vraie nature des États-Unis et à en détruire la réputation. Comment ce pays pourrait-il venir à l'aide de l'Iran ? Pourquoi prétend-on que si nous résolvons nos problèmes avec les États-Unis et faisons des compromis avec les Américains, les problèmes du pays seront résolus ? Ce n'est pas vrai ! Aucun compromis avec les États-Unis ne résoudra les problèmes du pays. Au contraire, cela ne fera que les augmenter. Si nous avons des problèmes politiques et économiques, nous devons les résoudre nous-mêmes. C'est vous, les jeunes, qui devez résoudre nos problèmes.

Permettez-moi de vous dire quelque chose, chers jeunes. Après tout, vous les jeunes, êtes ce que j'ai de plus chers. Vous êtes comme mes enfants. Vous êtes nos enfants. Vous êtes nos jeunes. Vous êtes notre espoir. Notre avenir est entre vos mains. L'avenir de ce pays est entre vos mains. Quand nous serons partis de ce monde, c'est vous qui resterez. C'est vous qui devrez gérer ce pays. Chers jeunes, vous devez vous préparer pour l'avenir. Vous devez vous préparer à la gestion de ce pays. La résolution des problèmes du pays - les problèmes d'aujourd'hui et les problèmes que nous aurons plus tard, ou les problèmes que chaque pays et chaque nation auront car après tout, aucun pays n'est sans problème - réside dans la volonté et la résistance du peuple. La force de la volonté, de la résistance, de la détermination et de la fermeté doit venir de l'intérieur du peuple. Il faut ouvrir les yeux, compter sur Dieu et avoir confiance en soi. Si nous comptons sur Dieu et sur nous-mêmes, nos esprits deviendront forts dans les domaines scientifiques, administratifs et de gestion. Ce que je voudrais souligner, c'est l'importance de l'esprit révolutionnaire. Vous devez préserver cet esprit. Que signifie «Esprit révolutionnaire» ? Il s'agit de la capacité des individus révolutionnaires à faire preuve de courage, à prendre des mesures et des initiatives, à faire preuve d'innovation, à franchir les impasses, à délier les nœuds, à rejeter la peur, à espérer en l'avenir et à avancer vers un avenir prometteur en s'appuyant sur Dieu. C'est ce que j'appelle la perspective révolutionnaire. Une personne révolutionnaire et celle qui préserve en elle-même, cet esprit.

Certains agissent à l'opposé et ont des propos qui contredisent les nôtres. Certains gèrent les affaires d'une manière opposée et découragent les jeunes. Ils leur font perdre leur confiance dans la Révolution et les détournent de la ligne de l'Imam. Dans de telles circonstances, l'esprit révolutionnaire sera ruiné. Ils se plaignent de l'époque actuelle. Ils se plaignent aussi de l'époque actuelle ! Qui construit l'époque actuelle ? Comme le dit le poète Saeb: « Le crime des bâtisseurs de l'époque est pire que celui de l'époque » [d'après un poème de Saeb Tabrizi, poète iranien du XVIIe siècle, ndt]. Qui construit notre époque ? C'est nous qui construisons notre époque. Nous sommes les bâtisseurs de l'époque actuelle. Si l'époque actuelle est mauvaise, nous devons nous remettre en cause parce que c'est nous qui l'avons construite. Lorsque nous ne prenons pas des mesures fermes, lorsque nous ignorons les recommandations de l'Imam (qui avait un regard perçant et un cœur perspicace plein de sagesse, qui comprenait les choses, qui prenait des décisions correctes et nous éclairait le chemin, son Testament est devant nous et ceux qui ont des doutes n'ont qu'à lire son Testament, lorsque nous éloignons les gens de ces enseignements, lorsque nous faisons dériver la jeunesse, que nous l'entraînons dans la décadence alors que par la nature, les jeunes ont tendance à observer la morale et lorsque nous les attirons vers l'immoralité, il est clair que le résultat sera mauvais et que notre époque sera ruinée. Bien sûr, ils n'ont pas réussi à le faire et ils ne réussiront pas non plus dans l'avenir. Nos jeunes sont très purs. Par contre si nous encourageons la décadence au nom de la liberté, et si nous encourageons les concessions et la soumission à l'ennemi au nom de la raison, notre époque sera ruinée. Ce chemin (de la révolution) doit être suivi avec fermeté. Le Commandeur des croyants (AS), dit dans le Nahjul Balaghah : « Les cœurs se renverseront et les hommes seront induits en erreur » [Nahjul Balaghah, Sermon 151]. Certains cœurs un jour, étaient sur le droit chemin. Ils étaient sur la bonne voie et avançaient de la bonne manière, mais plus tard, ils ont dévié de ce chemin. Le mot arabe "zigh" signifie « renversement », ce terme existe dans le Coran [Coran 3: 8] et le verset signifie: «Mon Dieu, ne laisse pas nos cœurs se renverser». Cela signifie: «Mon Dieu, si nous comprenions bien les choses, ne nous fais pas souffrir d'un manque de compréhension».

Le Commandeur des croyants (as) dit : « Certains avançaient sur le droit chemin, mais leurs cœurs ont dévie ». Pourquoi ont-ils dévié ? Dieu n'opprime personne. C'est nous-mêmes qui sommes corrompus par les biens matériels, des sentiments déplacés, le goût du pouvoir, de mauvaises fréquentations et des jeux de partis. C'est ainsi que nos cœurs se renversent et se détournent du droit chemin et de la résistance initiale que nous avions, « Et les hommes seront induits en erreur après avoir été dans la justesse ». Un jour, ils étaient des hommes justes mais ils se sont égarés. Ce sont des dangers que nous devons éviter avec l'aide de Dieu.

Mon conseil à vous, chers jeunes, est que vous gardiez les yeux ouverts et fassiez preuve de perspicacité. Vous ne devez pas accepter toutes les paroles d'un orateur. Le point de départ du mouvement et de la Révolution a été notre magnanime imam Khomeiny. Vous devez considérer ses paroles comme des normes et des critères. Vous devez voir ce qu'a dit l'imam. Il ne faut pas croire ceux qui prétendent que si l'Imam était présent aujourd'hui, il agirait de telle ou telle manière. Ce n'est pas vrai. C'est totalement faux. Nous avons passé beaucoup d'années avec l'Imam et nous le connaissons mieux que quiconque. Si l'Imam était présent aujourd'hui, il pousserait le même cri d'Abraham et le même cri du Briseur d'idole. C'est ce cri qui a réveillé les gens et les a aidés à faire la Révolution [le public scande " Mort à l'Amérique"]. Quand vous dites : «Mort à l'Amérique», je suis d'accord et je n'ai aucune objection à faire à ce sujet ».

Avec mes salutations et que la miséricorde d'Allah et Ses bénédictions vous accompagnent !

 
< Précédent   Suivant >

^