Skip to content

Galerie

Photo
Audio

Perspectives

Imam Khomeiny

Biographie
Points de vue sur l'Organisation de la Conférence Islamique Version imprimable
13/01/2008

 

 

 

L'Organisation de la Conférence Islamique

dans l’optique du Guide suprême

 

 

Formation, statut, buts 

Le plan de la formation de l'Union interparlementaire islamique compte parmi les initiatives précieuses des pays islamiques, et nous devons rendre hommage à ceux qui ont franchi des pas dans cette direction. Pourtant, ce qui garantit sa continuité et son progrès, c'est l'examen des programmes du monde de l'Islam et la volonté de trouver des solutions et de les présenter aux pays islamiques, d'une part, et à l'OCI, de l'autre, car le règlement des problèmes complexes du monde de l'Islam ne sera possible qu'avec la participation active de tous les pays islamiques et leurs efforts collectifs, dans le cadre des organisations islamiques, comme l'OCI.(Message à l'occasion de la formation de l'Union interparlementaire islamique, le 15 juin 1999) 

Cette organisation peut être le symbole de la véritable unité des pays islamique dans la résolution de leurs questions et pour leurs intérêts communs. Elle peut parler au nom de ses membres, revendiquer et agir, et jouir d'une puissance financière, économique et politique, et jouer le rôle de médiatrice dans le règlement des problèmes entre ces membres. Elle peut coordonner les efforts pour atteindre un objectif commun, juger et donner des consultations, partout, où cela s'avère nécessaire.(Cérémonies d'inauguration du 8ème Sommet de l'OCI, le 9 décembre 1997)

L'existence d'une organisation puissante peut d'une part, faire reculer les étrangers de la région, par un langage empreint de la dignité islamique, et de l'autre, neutraliser tout prétexte pour cette présence inconvenante, de même qu'au moment où cela s'avère nécessaire, une force des pays islamiques peut garantir la sécurité et la paix dans la région. A présent, les minorités musulmanes, dans certains pays du monde, souffrent énormément de discriminations. C'est le devoir de tous les Musulmans de les aider. Mais pour une aide sérieuse et acceptable, dans le cadre des relations internationales, un centre inter-islamique est indispensable, et le meilleur centre, c'est l'OCI. Il y a des dizaines de travaux inachevés qui, pour chacun d'entre eux, les efforts de tous les pays islamiques sont indispensables.(Cérémonies d'inauguration du 8ème Sommet de l'OCI, le 9 décembre 1997)

Aujourd'hui, le monde de l'Islam détient bien moins de 20% du commerce mondial, en comparaison avec son taux démographique. Et en ce qui concerne le commerce inter-islamique, il est encore très inférieur. Etant donné l'influence de l'économie sur la politique, l'OCI doit jouer un rôle plus actif dans le domaine économique. Aujourd'hui, certains pays islamiques sont dotés de précieuses possibilités et capacités scientifiques, industrielles, culturelles dont d'autres pays ont besoin. L'OCI peut intervenir, effectivement, dans la distribution équitable et rationnelle de ces possibilités et capacités. A l'aide de ces comités spéciaux, l'OCI peut s'occuper de ces affaires et régler les problèmes par les efforts efficaces de ses membres. En vue de rendre plus actif l'OCI, nous n'avons besoin que d'une volonté collective et des aides financières des pays islamiques riches. L'opposition éventuelle des pays qui subissent des préjudices de l'unité islamique ne pourra, aucunement, dresser des obstacles sur ce chemin, si nous sommes dotés d'une ferme volonté.(Cérémonie d'inauguration du 8ème Sommet de l'OCI, le 9 décembre 1997)

L'OCI doit suivre de près ses résolutions, jusqu'à leur application totale, pour que ses réunions se traduisent par des acquis pour les peuples des pays membres. En outre, elle doit pouvoir créer l'Union interparlementaire, réaliser un marché commun, créer une cour islamique, et, finalement, représenter 55 pays islamiques et un milliard et plusieurs centaines de millions musulmans, en tant que membre permanent du Conseil de sécurité, de même qu'elle doit pouvoir jouir du droit de veto, tant que ce droit existera. C'est ce que doit être l'avenir de l’Umma  islamique.(Cérémonies d'inauguration du 8ème Sommet de l'OCI, le 9 décembre 1997)

 

Le parlement islamique

Les problèmes internationaux ne seront réglés que par la coopération inter-islamique. Nous souhaitons la formation d'un parlement islamique qui regroupe les représentants de l’Umma, afin de profiter des grandes capacités des Musulmans, dans les prises de décisions concernant le règlement de leurs problèmes.(Message à l'occasion de la formation de l'Union interparlementaire islamique, le 15 juin 1999)

 

 
< Précédent   Suivant >

^