Skip to content

Galerie

Photo
Audio

Perspectives

Imam Khomeiny

Biographie
Points de vue sur la religion Version imprimable
27/07/2008

La religion est avant tout, une vision et un mode de connaissance du monde, de l'homme, de son chemin et de son destin. L'ensemble de ces connaissances constitue la base de la religion. La religion considère l'homme comme le centre de l'univers.
L'homme est l'unique créature qui peut penser et résoudre les énigmes de l'univers.

Le monde est conçu comme le champ principal où la religion doit appliquer sa mission. La religion est venue pour orienter et guider les hommes dans ce vaste monde. De ce point de vue et selon cette conception du monde, la religion et le monde sont inséparables. La religion ne peut trouver un autre endroit que le monde pour remplir sa mission.

Sans la créativité et le rôle constructif de la religion, le monde serait dépourvu de spiritualité, d'amour et d'esprit. Le monde se transformerait en une jungle régie par la loi de la jungle et la sauvagerie. Dans ce monde, l'homme doit se sentir en paix et en sécurité, pour pouvoir avancer sur le chemin de la transcendance spirituelle et du progrès.

La séparation de la religion et du monde signifie l'exclusion de la spiritualité de la vie, de la politique et de l'économie, et plus précisément la disparition de la justice et de la spiritualité. Le monde offre une occasion unique de vie à tous les êtres humains. Il est en même temps rempli d'événements divers, d'attractions, de malheurs et d'amertumes qui encouragent le perfectionnement et l'épanouissement de l'Humanité.

Du point de vue religieux, ce sont des moyens qui permettent à l'homme de continuer son chemin vers la transcendance spirituelle et l'épanouissement des talents que Dieu lui a accordés. Dans ce sens, le monde est inséparable de la religion.

Toutefois, le monde a aussi un autre sens. Dans les textes islamiques, le monde a été parfois défini comme le règne de la sensualité, de l'égoïsme et de la soumission aux désirs. D'après nos hadiths, ce monde-là n'est pas compatible avec la religion.

A notre avis, ce sont les peuples qui sont les agents principaux. Dans la pensée islamique, la théocratie n'est pas contradictoire avec la démocratie. Ces deux idéologies sont cohérentes.
Un gouvernement religieux ne s'installera pas tant que les gens ne seront pas religieux et l'existence d'un état religieux témoigne d'une société religieuse, c'est la volonté du peuple qui a mis au pouvoir ce gouvernement.

L'objectif de la souveraineté de la religion divine est l'amélioration des conditions de vie des opprimées et l'application des règles divines, parce que le bonheur, la justice et la liberté ne se réalisent que par l'application des lois religieuses.
Où l'homme peut-il trouver la liberté, sinon sous l'égide de la religion qui subvient à tous ses besoins.

Les besoins principaux de l'homme moderne n'ont pas changé depuis 1000 ou 10000 ans. Les principaux besoins humains sont la sécurité, la liberté, le bien-être, la connaissance et la justice.
Les nouveaux besoins qui apparaissent au fil du temps, ne peuvent être satisfaits que si les besoins fondamentaux sont satisfaits, et cela ne se réalise que par la religion divine.

Le Saint Prophète (SWA) a présenté la même orientation lorsqu'il a apporté l'Islam.
Il insistait régulièrement sur la spiritualité et fournissait à son peuple, les moyens de répondre à ses besoins matériels, et la science pour gérer sa vie. Quand il s'agissait de questions spéciales qui exigeaient l'avis de spécialistes, il recommandait de rechercher la science et la connaissance.

Le Moyen-âge qui est un des siècles les plus sombres de l'Europe est l'époque d'un grand développement scientifique pour les musulmans. Les Européens et la majeure partie de leurs historiens nient cette réalité qu'ils s'abstiennent de mentionner, et nous les croyons sans protestation.

Le dix-neuvième siècle, qui a été le point culminant de la recherche scientifique en Occident, a été également l'époque du rejet de la religion. Cette idéologie a affecté notre pays, et les principaux fondements de nos universités reposent sur le principe de la laïcité. Les savants religieux ont tourné le dos aux universités et les universitaires se sont éloignés des savants et des centres d'enseignement islamique.

Ceux qui prétendent, faisant mine de soutenir la religion, que la religion ne doit pas s'occuper des affaires politiques, ignorent qu'il s'agit d'une nouvelle stratégie de l'Arrogance contre l'islam et la Renaissance islamique.

L'idée de la séparation de la religion et de la politique a été proposée, il y a plusieurs siècles. Mais cette idée a été initialement proposée par les agents de l'Arrogance et les dictateurs qui dominaient la communauté et qui voulaient se débarrasser de tout contrôle sur la nation et le pays.

Dans ce contexte, il est évident qu'ils s'opposaient à l'influence des lois islamiques dans leur monarchie. C'est pourquoi, les dirigeants autocratiques sont considérés comme les pionniers de la thèse erronée de la séparation du religieux et du politique.

 
< Précédent   Suivant >

^