Skip to content

Galerie

Photo
Audio

Perspectives

Imam Khomeiny

Biographie
Points de vue sur les Réformes Version imprimable
02/08/2008

La réforme dans l'optique du Guide suprême

Les réformes sont indispensables pour tout régime politique. Elles sont un besoin primordial pour toute société et nous aussi, nous en avons fortement besoin.

Les réformes impliquent de faire état des points positifs et des points négatifs et d'améliorer les points faibles. C'est la définition des réformes révolutionnaires et islamiques.
Bien entendu, les ennemis de la République islamique envisagent un changement radical des fondements du Régime islamique et à leurs yeux, la réforme signifie le renversement de la République islamique et l'instauration d'un régime au service des ennemis despotiques.
Nulle administration ne doit se considérer comme exempte de critiques et de défauts. Toutes les administrations du pays doivent être remises en question pour qu'elles réforment leur programme, dans le cadre et la direction des objectifs du Régime islamique.
Les réformes sont des nécessités qui doivent s'appliquer dans notre pays. Elles ne se réalisent pas par la force ou la contrainte de tel ou tel responsable. Dans notre pays, les réformes constituent un élément intrinsèque de notre identité révolutionnaire et religieuse.
Sans réformes continues, le régime se corromprait et se détournerait de ses objectifs, les réformes sont donc indispensables.
Cependant soit les réformes sont des réformes révolutionnaires et islamiques avec lesquelles tout le peuple et tous les responsables sont d'accord, soit elles sont des réformes américaines auxquelles s'opposent toutes les couches de la société et tous les dirigeants.
Les réformes à l'américaine sont le symbole de la corruption et seront fatales à la République islamique. Ces puissances ne cherchent que leurs propres intérêts, elles appuient trompeusement sur le réformisme, sans soutenir sérieusement les réformes et en s'opposent aux véritables réformes.

La réforme consiste à lutter contre la pauvreté, la corruption et la discrimination. Toute vraie réforme tourne autour de ces principes. Les pires corruptions dans la société sont la propagation de la misère, l'augmentation de l'écart entre les riches et les pauvres, le pillage des fonds publics, l'injustice dans l'application des lois et enfin l'indifférence vis-à-vis des capacités et des aptitudes des gens de talent.

Le premier pas à franchir pour la réforme, consiste à nous réformer intérieurement. Il faut que l'ensemble des responsables du pays se libère des démarches et des comportements non islamiques, cela une fois réalisé, les projets avanceront.
Si les réformes, le progrès et l'innovation ne s'appuient pas sur les valeurs de la Révolution, la société en sortira bloquée. C'est le pilier fondamental, prenons donc ces valeurs au sérieux sans en ignorer certaines au profit d'autres, et poursuivons sérieusement le chemin du progrès et de l'évolution, dans le respect de nos valeurs.

Les réformes doivent en priorité, être définies pour nous-mêmes et présentées au peuple, pour que personne ne puisse les définir selon ses propres désirs. Sans définition précise des réformes, les modèles imposés l'emporteront.
Les réformes doivent être exécutées et dirigées par un centre puissant et avisé. Il est très probable que la réalisation en deux ans, d'un projet qui exige une dizaine d'années, cause de nombreux problèmes et des dommages irrémédiables.

L'autre point est le respect de la Constitution dans les réformes. Bien entendu, la Constitution est toujours la question primordiale et respectée, et concerne le rôle subtil de l'Islam comme source et origine des lois et des structures du pays.
La Constitution, dans sa structure et son identité, doivent être rigoureusement préservées. La Constitution est notre grand consensus national, religieux et révolutionnaire.
Evidemment dans certains secteurs, les réformes se font lentement et difficilement comme dans le secteur économique, par exemple, pour la distribution équitable des revenus, la lutte contre la pauvreté, ou la réforme du système bureaucratique.

 
< Précédent   Suivant >

^