Skip to content

Galerie

Photo
Audio

Perspectives

Imam Khomeiny

Biographie
Extrait du discours du Guide suprême lors d'une visite au centre d'industrie automobile Version imprimable
29/03/2010

Au nom de Die le Très Miséricordieux, le tout Miséricordieux

[...] Ma visite aujourd'hui dans cette usine qui est un immense secteur industriel, revêt également un sens symbolique. Par ce geste, nous voulons insister sur la valeur et le rôle indéniable de l'industrie dans les progrès du pays. Nous entendons par industrie, les produits qui émanent de votre imagination, de votre créativité et de votre confiance en vous-mêmes.

Nous croyons que l'industrie joue un rôle essentiel dans le progrès du pays, en d'autres termes, le facteur principal de la modernisation d'un pays est son progrès industriel.
Il existait autrefois une idée dangereuse qui avait été inculquée et existe encore peut-être chez certains, qu'il existe une contradiction entre une vie rationnelle et de progrès, et le respect des valeurs spirituelles, éthiques et religieuses. Certains croyaient que la société devait se détacher de la spiritualité, de la morale et de la religion, pour progresser. Si nous choisissions de respecter les règles religieuses et morales, et la spiritualité, nous devions abandonner le développement et les possibilités d'une vie moderne. Cette opinion erronée avait des raisons historiques et sociologiques.

Le point sur lequel nous voulons insister est que la République islamique, instaurée dans le cadre de la religion et de l'Islam, a démenti cette idée. Nous voulons et nous pouvons mener une vie logique, raisonnable et moderne, tout en restant fidèles à nos valeurs morales et à notre foi religieuse, et en respectant les obligations et les règles religieuses.

L'Islam est à la fois la religion de la spiritualité et de la science. La société islamique aux 4° et 5° siècles de l'Hégire, était la société la plus moderne de l'époque. Les personnalités scientifiques de cette époque brillent encore dans les milieux scientifiques. Pourtant, nous sommes tombés en décadence et en déclin.

Aujourd'hui nous avançons et il est nécessaire de continuer ce mouvement, autant dans les domaines scientifiques que spirituels et éthiques. Il est possible d'imaginer une industrie moderne qui tienne compte des exigences de la religion, de la morale et de l'humanité. Nous exigeons que les ouvriers et les responsables du secteur industriel manifestent cette vérité, et manifestent leur souci de la religion et dans la même mesure, du progrès industriel.

En ce qui concerne le secteur industriel, nous ne nous contentons pas de ce qui a été réalisé jusqu'ici dans ce pays qui mérite beaucoup plus, sans négliger ou sous-estimer pour autant les efforts accomplis et les résultats obtenus. C'est juste le début et le point de départ du travail.

Nous avons vécu et subi une longue période de stagnation dans le secteur de l'industrie automobile, votre remarquable savoir-faire a émergé lorsque vous avez réussi, grâce à votre détermination, à mettre fin à ce retard et à cet état de sommeil et de morosité qui s'était prolongé une trentaine d'années, depuis les débuts de l'industrie automobile. En quarante ans d'industrie automobile, nous avons fait des progrès ces trente dernières années. Nous sommes longtemps restés dans la phase de montage et de copie. On ne peut pas le reprocher aux responsables des années soixante, à l'époque de la Révolution et de la Défense sacrée, où cette salle servait d'entrepôt militaire comme tous les autres endroits publics du pays d'ailleurs. Il est cependant possible de demander des explications sur ce qui se passait ici avant la Révolution. Le temps normal pour passer de l'étape de montage à la fabrication d'automobile est de quatre à cinq ans. Pourquoi cela avait-il duré si longtemps ici ?

La faute revient à ceux qui ne pensaient pas aux intérêts du pays, qui ne se souciaient guère de l'honneur du pays et qui étaient indifférents au gaspillage et à la perte des ressources nationales. Aujourd'hui la création d'un moteur national, fabriqué 100% en Iran, depuis sa conception et sa planification, jusqu'à la construction des différentes pièces, est la preuve de la grandeur de l'Iran. Cela a une grande signification. Il ne s'agit pas seulement de la construction d'un moteur, la question est plus importante, le monde contemporain est le terrain d'une compétition entre plusieurs productions automobiles et la voiture est l'un des produits industriels les plus représentatifs, à la fois par sa grande popularité et à cause de la place irremplaçable qu'elle a dans la vie quotidienne. Dans ce monde de compétition, vous avez réussi à démontrer les capacités iraniennes et cela a une grande valeur. [...]

L'autonomie industrielle est l'une des étapes préalables au développement d'un pays. Dans tous les secteurs industriels nous devons pouvoir nous tenir débout et développer nos capacités. Bien sûr, nous vivons dans un monde d'échanges, néanmoins les échanges doivent être bilatéraux, c'est-à-dire qu'il faut donner et recevoir. Tant que vous ne serez pas indépendants dans le domaine industriel, vous ne pourrez pas imposer vos idées. C'est ce que nous réclamons et ce dont nous avons fortement besoin. La République islamique mérite cela. Grâce à notre Histoire, notre immense héritage culturel, l'élan de notre peuple, les dispositions de notre jeunesse et les innombrables talents que possède notre pays, nous devons devenir un pays industriel développé dans le monde de l'Islam qui nous accueillera favorablement. Je parlerai plus loin des exportations qui sont une des questions essentielles, et le monde constatera comment la République islamique, en comptant sur son intelligence et ses capacités, est arrivée à faire de tels progrès.

A ce propos, je voudrais faire quelques remarques. Tout d'abord, si l'industrie nationale nous importe en l'occurrence celle de l'automobile qui nous intéresse ici, nous devons impérativement régulariser notre système de droits de douane sur les importations. Des importations incontrôlées seront très néfastes au pays. Les organismes législatifs qui gèrent les politiques administratives, doivent en tenir compte. L'abondance de marchandises à bas prix est intéressante mais la formation et la croissance de l'industrie nationale importent davantage. Il n'est pas correct pour des raisons variées, qui sont généralement sans fondements, que nous ouvrions nos portes aux importations. J'ai souvent rappelé aux responsables des différents secteurs de l'administration qui pensaient qu'augmenter et faciliter les importations améliorerait la qualité des produits intérieurs, qu'il valait mieux insister sur l'amélioration des produits. Il y a des politiques qui peuvent forcer les producteurs intérieurs à augmenter la qualité de leurs produits. La pire option pour cela est d'ouvrir sans contrôles, nos portes aux importations. Il existe de meilleures options.

L'autre question importante est celle de la recherche et du développement technologique. De nos jours, toutes les industries, y compris l'industrie automobile, ont besoin de la science. Les chercheurs sont sans cesse au travail et en recherche pour produire des modèles plus complets, plus beaux, à moindre consommation et à meilleur marché. Cela n'est réalisable que dans un travail scientifique, une réflexion et une grande attention. La sphère de la recherche scientifique doit être ouverte à tous. Les différents organes et complexes industriels, leurs directeurs et les responsables gouvernementaux en rapport avec l'industrie, doivent investir dans la recherche. Cela aidera le secteur industriel à se maintenir dans les moments difficiles de concurrence avec des rivaux de taille.

Une question très importante au sujet de nos industries et surtout l'industrie automobile, est celle des exportations. Les organisations gouvernementales concernées doivent s'efforcer de trouver des marchés pour l'exportation. C'est un travail délicat qui exige des efforts multiples et multilatéraux. Certains de nos voisins gagnent des milliards de dollars grâce aux exportations de voitures [...]

L'autre question est celle de l'environnent. J'ai remarqué à travers vos explications et vos rapports, que l'environnement est une de vos préoccupations et je voudrais pour ma part, mettre l'accent là-dessus. L'un des principaux facteurs envisagés lors de la fabrication des moteurs et de toutes les machines industrielles, doit être son adaptation avec l'environnement.
La destruction de l'écosystème commet des dégâts dont les conséquences touchent un peuple, une région géographique ou même toute la planète, et peuvent devenir fatals. La question de l'environnement importe beaucoup et l'Islam a insisté sur ce sujet. La protection de l'environnement est une question qui occupe le monde et qui a toujours fait partie des enseignements de l'Islam. C'est donc une question importante dont il faut tenir compte.

Si je voulais dire en quelques mots ce que je pense de votre travail, chers frères, je dirais que votre esprit d'initiative, votre intelligence et vos efforts garantissent l'avenir du pays et du peuple.

Nous connaissons des pays qui sont entrés après nous dans ce secteur et qui nous ont dépassés grâce à leur persévérance dans le travail et le soutien des dirigeants. L'une des grandes faiblesses que j'ai remarquée dans certains de nos gouvernements, est l'abandon des projets à mi-chemin. On se lance avec passion et ferveur dans les travaux qui sont bloqués à mi-chemin. Pourquoi ? Parce que les responsables ne soutiennent pas les projets, soit au niveau financier, soit au niveau administratif en levant les obstacles et en encourageant les travaux. Il arrive parfois qu'un petit problème reporte un projet à long terme. [...] heureusement l'actuel gouvernement est actif, attentif, assidu et engagé dans le vrai sens du terme. Notre Ministre est une personne jeune, motivée et passionnée, et j'espère qu'il mènera à bien les affaires.

Le secteur de l'agriculture qui constitue à mon avis, le pilier de la formation et de la survie de notre pays, dépend aussi de l'industrie. Les progrès de l'agriculture passent inévitablement par les progrès de l'industrie. Le fait que j'insiste sur l'industrie ne doit pas être interprété comme un oubli de l'agriculture. L'industrie aide aux progrès de l'ensemble du pays et en particulier du secteur agricole. Il faut que le secteur industriel progresse. Ces progrès sont réalisables grâce à la recherche, l'innovation et le savoir-faire qui existent grâce à Dieu, chez nos jeunes. [...]

Le sujet soulevé par l'un des intervenants à propos des relations entre les milieux industriels et universitaires, est très important. Depuis des années, je propose aux universités et au gouvernement d'établir des liens étroits entre l'université et l'industrie. Nous avons besoin de centres scientifiques destinés à la recherche industrielle, comme la recherche dans l'industrie automobile par exemple.

Que les salutations soient sur vous et que la Miséricorde de Dieu et Ses bénédictions soient vous accompagnent

 
< Précédent   Suivant >

^