Le Commentaire le plus mémorable du Guide suprême durant l'année 1392
17/03/2014

Dans les derniers jours de l'année 1392 du calendrier iranien, le site web du Guide suprême WWW.KHAMENEI.IR a effectué un sondage d'opinion (pour la quatrième année consécutive), demandant aux internautes quel avait été le commentaire le plus mémorable de l'Ayatollah Khamenei durant cette année [du 20 mars 2013 à 20 mars 2014].

Le sondage d'opinion, auquel plus de 18.000 internautes ont pris part jusqu'au 15 mars 2014, a révélé que la phrase : « Si Israël l'attaque, La République islamique d'Iran réduira en poussière Tel-Aviv et Haïfa », que l'Ayatollah Khamenei avait déclarée dans son analyse « des menaces proférées par les dirigeants de l'entité sioniste », lors de son discours prononcé le 21 mars 2013 au mausolée de l'Imam Réza (AS), à Machhad, était le commentaire le plus important et le plus mémorable.

D'après ce sondage, la deuxième phrase qui a le plus résonné dans l'esprit des lecteurs concernait le processus des négociations entre l'Iran et les 5+1 sur le dossier nucléaire iranien. En effet, dans son discours prononcé le 21 juillet 2013, lors d'une réunion avec les membres du gouvernement de la République islamique d'Iran, l'Ayatollah Khamenei avait déclaré : « Je ne vous interdis pas de négocier sur des questions spécifiques [...], mais je ne suis pas optimiste parce que l'expérience a prouvé que les Américains étaient indignes de confiance, déraisonnables et malhonnêtes quand ils s'approchent de nous. »

La troisième place dans ce sondage revient au commentaire du Guide suprême sur le résultat des sanctions imposées à l'Iran. Dans son discours prononcé le 3 août 2013, lors de la cérémonie d'investiture du nouveau Président iranien (Hassan Rouhani), le Guide suprême de la Révolution islamique avait fait remarquer : « La grande leçon que nous avons tirée de ces pressions économiques, est que nous devons renforcer nos structures internes autant que nous le pouvons. Nous devons nous renforcer de l'intérieur, autant que nous le pouvons. »