Discours du Guide suprême lors d'une audience accordée aux membres de l'Assemblée des Experts
03/09/2015

Ce qui suit est le texte intégral du discours prononcé le 3 septembre 2015, par l'Ayatollah Khamenei, Guide suprême de la Révolution islamique, lors d'une audience accordée au Président et aux membres de l'Assemblée des Experts.

Au nom d'Allah, le tout Miséricordieux, le très Miséricordieux

Louanges au Seigneur des deux mondes, paix et bénédiction au vénéré Prophète Abel Qassem al-Mostafa Mohammad et aux Gens purs de la Demeure, en particulier celui qui représente le Trésor d'Allah sur terre.

Dieu le Très-haut a dit dans Son Livre : « C'est Lui qui a fait descendre la tranquillité dans les cœurs des croyants, pour qu'ils croissent de croyance en croyance ; or, à Dieu appartiennent les armées des cieux et de la terre ; et Dieu demeure savant, sage » [Coran, 48 : 4].

Soyez les bienvenus chers frères et messieurs. Je vous remercie pour votre bienveillance, vous avez embaumé et illuminé notre lieu de travail par votre présence. L'importance de l'Assemblée et de ses membres est qu'on sent vraiment que votre présence, Incha Allah, est une source de bienfaits. L'Assemblée des Experts peut être l'incarnation parfaite et entière de la descente de cette quiétude divine qui est un signe de la foi : « Lui qui a fait descendre la tranquillité dans les cœurs des croyants, pour qu'ils croissent de croyance en croyance ; or, à Dieu appartiennent les armées des cieux et de la terre ». Cette quiétude divine augmentera et renforcera la foi. La quiétude signifie aussi le calme face aux tumultes, aux différents événements, aux différentes nouvelles, aux hostilités et aux situations troublantes. Cette quiétude peut être souvent à l'origine de l'engagement de la pensée, de l'esprit et de l'endurance sur la voie initiatique. Dieu le Sublime, offre cette quiétude aux croyants grâce à leur foi et les rassure : « Or, à Dieu appartiennent les armées des cieux et de la terre », de quoi alors avoir peur ? Toutes les forces de la terre et des cieux, les éléments de la nature sont les armées divines qui appartiennent à Dieu. Si nous sommes croyants et des serviteurs de Dieu, ces forces seront au service des croyants. C'est cette quiétude que l'homme obtient. Il est dit dans le verset suivant : « Or, à Dieu appartiennent les armées des cieux et de la terre ; et Dieu demeure puissant et sage » [Coran, 48 : 7]. Cette grandeur et cette puissance divines sont les signes du verset : « à Dieu appartiennent les armées des cieux et de la terre ». Les croyants se meuvent dans un tel univers, dans un tel espace, ils y vivent, ils y respirent. L'Assemblée des Experts est un des lieux qui peut être la source et l'origine d'une telle quiétude.

Deux élections importantes s'effectuent dans cette Assemblée : la première est faite par le peuple qui choisit et détermine ses élus qui ont pour tâche principale une seconde élection qu'ils effectueront plus tard et qui est l'élection du leader. Deux élections se font ici. Autrement dit, l'Assemblée des Expert est l'incarnation de la présence du peuple, de la nature populaire, de la voix et des différentes tendances du peuple. Nous n'avons aucune autre institution qui effectue deux élections et reflète ainsi une volonté et des intentions indépendantes. La seconde élection est celle du leader. La différence avec les autres élections au suffrage universel, est qu'ici, les critères sont la jurisprudence et les valeurs islamiques. Par conséquent cette élection est une élection pour la souveraineté des valeurs islamiques et l'application des directives islamiques et de l'Islam dans la vie quotidienne. Les religions divines n'ont pas pour objectif de rester dans les esprits, il faut qu'elles se réalisent dans la réalité de la vie. Cela exige des moyens et des instruments. Un instrument est l'Assemblée des Experts qui garantit la souveraineté des valeurs divines, l'application des préceptes divins, la souveraineté de la religion de Dieu et de l'Islam. Par conséquent, cette Assemblée est aussi bien l'incarnation de la voix du peuple que de la démocratie religieuse ou islamique. Autrement dit, la démocratie islamique dans son intégralité, est incarnée dans cette Assemblée. L'importance de cette Assemblée réside justement ici. Lorsque cette Assemblée se réunit, elle fait preuve d'une disponibilité, d'une indépendance intellectuelle et d'une perspicacité qui seront à l'origine de la quiétude et de la sérénité des croyants. En réalité, cette quiétude divine se répand de cette Assemblée, dans la société. Il est donc important d'être très attentif dans les étapes de ces deux élections, aussi bien le choix par le peuple des Experts que le choix par les Experts du leader. Il faut respecter à la lettre, les mesures nécessaires et l'indépendance intellectuelle. Nous avons des choses à dire au sujet des élections dont nous parlerons plus tard. Ici nous ne voulons pas entamer ce sujet.

L'Assemblée des Experts doit faire preuve d'indépendance intellectuelle. Je vais dire sur quoi repose cette indépendance intellectuelle. L'important est de ne pas se laisser enchaîner par les clichés imposés par le front de l'hégémonie. Des idées et des concepts sont diffusés jour et nuit, dans le cadre d'une ample propagande, par le système de l'hégémonie, partout dans le monde. Un des plus importants points est que nous n'en soyons pas captifs. Cette recommandation ne concerne pas uniquement l'Assemblée des Experts, c'est une recommandation à tous les responsables du pays, à tous les piliers du régime, c'est une recommandation à tous les experts politiques, sociaux et religieux, il faut qu'ils soient vigilants et conscients car « Et si tu obéis à la plupart de ceux qui sont sur la terre, ils t'égareront du sentier de Dieu » [Coran, 6 : 116], Ce n'est pas parce qu'ils (les ennemis ndt) se focalisent dans d'innombrables campagnes, sur un thème, qu'ils insistent et le répètent sous différentes formes et expressions, que nous sommes obligés de les suivre, de proposer la même chose et de la répéter. Non, nous avons nous-mêmes, nos propres principes et nos propres idées.

L'Arrogance cherche à imposer ses idées au monde entier notamment aux responsables des pays et à ceux qui ont un poids c'est-à-dire les gouvernements, les députés, les décideurs et les centres de décisions, ou pour reprendre leur expression, les think tanks. Ils cherchent à imposer leurs idées à tous ces gens et à les inculquer dans leur esprit et leur espace mental. Ils veulent qu'on voie l'univers à travers leur prisme, qu'on distingue et qu'on connaisse les concepts sur lesquels ils insistent, dans leur approche et leur regard. Une telle approche est une approche hégémonique. Dans cette approche hégémonique, ils fabriquent de toutes pièces, des concepts ou les manipulent, ils en expliquent le sens et ils veulent que tout le monde les comprenne selon leur définition, les pratique et les emploie dans leur lexique. Le terrorisme est un concept employé par l'Arrogance dans un sens particulier, comme les droits de l'homme ou la démocratie. Dans cette optique, six mois de bombardement du Yémen et de raids contre les maisons, les écoles, les hôpitaux ne sont pas du terrorisme. Les attaques répétées contre les régions palestiniennes à Gaza et en dehors de Gaza, le massacre de milliers d'enfants, de femmes et d'hommes innocents, et de personnes sans défense, ne sont pas du terrorisme. Pour eux, le fait que le peuple bahreïni demande que chacun ait sa propre voix dans ce pays, n'a aucun rapport avec droits de l'homme, cette revendication ne relève pas des droits de l'homme. La Résistance en Palestine et au Liban, est un acte de terrorisme. Les groupes qui résistent au Liban et en Palestine, combattent l'occupant, défendent leur terre et leur maison, sont des terroristes ! Ce qui se passe dans les pays despotiques du monde - qui font partie du cercle et des alliés proches de l'hégémonie et des États-Unis dans cette région - n'est pas contraire aux droits de l'homme mais le châtiment d'un criminel qui a plaidé coupable et plaidera coupable, ou le châtiment d'un fauteur de trouble qui a drogué des dizaines, des centaines ou des milliers de personnes dans un pays, est contraire aux droits de l'homme ! Ils ont leur propre définition de ces concepts et veulent que les autres aussi, les interprètent comme eux et s'expriment dans leur langage. L'attentat contre les spécialistes de l'énergie nucléaire n'est pas du terrorisme - alors que les sionistes ont presque ouvertement reconnu que c'était leur œuvre et que certains pays européens aussi ont presque reconnu qu'ils les avaient soutenus - n'est nullement considéré comme du terrorisme et il n'est pas nécessaire de le condamner, mais qu'un événement beaucoup moins important se produise au Liban ou dans un autre endroit, on réunit alors le Conseil de sécurité ! Voilà leur regard sur les questions mondiales. Ils manipulent et définissent les concepts, ils imposent leur interprétation d'un concept et attendent que le monde entier, y compris la République islamique, le comprenne d'après cette lecture, à travers leur regard et selon leur lexique. Ils attendent cela de nous. Cela est un des signes manifestes de l'hégémonie et de l'Arrogance alors que la Révolution islamique a son propre système de pensée.

L'importance de cette révolution et la raison du séisme qu'elle a provoqué dans le monde, ne viennent pas du fait qu'elle a renversé un gouvernement, non, la raison est qu'elle a proposé un nouveau système de pensée au monde et aujourd'hui, partout dans le monde, ce système de pensée progresse en dépit de tout ce qu'ils font pour le cacher et le renier. Nombreux sont les cœurs dans le monde - aussi bien dans le monde de l'Islam qu'en dehors du monde de l'Islam - qui sont attirés par ce système qui a su préserver sa fraîcheur et sa vivacité.

Un des importants éléments de ce système de pensée qui a justement beaucoup d'attrait, est le rejet de l'injustice, de l'arrogance, du despotisme - le despotisme de tout bord, des gouverneurs et des gouvernements dans leur pays à l'encontre de leur propre peuple, ou cette dictature que l'hégémonie a établie dans le monde - qui représente une partie du système de pensée. La grandeur des peuples, la grandeur nationale, et dans les pays islamiques, la grandeur islamique, le refus des peuples de s'appuyer sur les autres et de dépendre des grandes puissances, tout cela fait partie du système de pensée de l'Islam. L'indépendance totale - l'indépendance est une affaire très importante - l'indépendance intellectuelle, l'indépendance politique, l'indépendance économique, la plus importante étant l'indépendance intellectuelle qui entraine les autres indépendances, tout cela sont des éléments du système de pensée islamique et de l'école de pensée islamique. Ce sont ces éléments qui attirent, qui sont nouveaux, ne dépériront jamais et sont intarissables.

Le célèbre slogan « Indépendance, Liberté, République islamique » est un mouvement du particulier au général. Nous disons d'abord « Indépendance» ensuite « Liberté ». L'indépendance fait partie de la liberté, autrement dit, la liberté individuelle est une face de la pièce et la liberté vis-à-vis de l'hégémonie des puissances et des superpuissances est l'autre face, et est aussi un aspect de la liberté. Par conséquent l'indépendance fait partie de la liberté. Ceux qui souhaitent la liberté mais ignore l'indépendance - malheureusement certains soi-disant intellectuels rejettent le concept d'indépendance et les manifestations de l'indépendance dans un sophisme apparemment logique qui est en réalité contre la logique - sont contre la liberté. L'indépendance est une partie indissociable de la liberté, autrement dit, elle fait partie intégrante de la liberté. Une partie du concept de liberté est l'indépendance d'un pays. La liberté à l'échelle d'un peuple signifie l'indépendance. Tout cela fait partie des principes de la République islamique autrement dit, la République islamique n'est pas seulement pour la liberté ou l'indépendance, mais embrasse ces concepts ainsi que de nombreux autres concepts. Lorsque nous expliquons cela à nos interlocuteurs, nous constatons que cela leur plait et attire les cœurs.

Le résultat de cette vision est que le peuple aura de confiance en lui, aujourd'hui notre nation a acquis cette assurance. Dieu soit loué, cette confiance se renforce au fil des jours dans notre pays. Quoiqu'on [l'ennemi] ait constamment créé des obstacles, réprimé et obstrué sous différentes formes, son chemin, cette assurance s'est heureusement développée dans notre pays. La confiance en soi, la liberté intellectuelle, la liberté individuelle - non dans le sens des libertés individuelles occidentales et américaines qui sont à l'antipode de la liberté qui signifie le mode de vie islamique - l'initiative, la synergie et l'unité nationale sont des choses que nous possédons et qui grâce à cette vision, se manifestent dans la mentalité, l'action et la réalité de la société, et dans le sens des valeurs islamiques. En fait, tout cela permet à la nation de s'épanouir. Une nation qui a une vision indépendante, une assurance au niveau national, des initiatives, de l'innovation, un travail laborieux, une unité de ton parmi toutes les forces et un mouvement constant, pourra s'épanouir. Notre nation heureusement, est en pleine croissance malgré des obstacles innombrables dont je vais vous parler.

Imaginez le jour où l'Iran enregistrera des progrès semblables à ceux des pays développés actuels dans le domaine scientifique, technologique ou des richesses. Imaginez un pays avec ces caractéristiques : une science développée, une industrie développée, 150 à 200 millions d'habitants dotés de spiritualité, qui en d'autres termes, ne cherche pas la domination, ni la tyrannie ni à imposer ses diktats, aide les opprimés et se dresse devant les fanfaronnades des arrogants du monde. Un tel pays bien entendu, serait intolérable pour l'Arrogance mondiale ! Tout ce qu'on fait aujourd'hui contre la République islamique, consiste à empêcher que cela se produise un jour et que la République islamique devienne un pays développé, avec tous les critères de progrès matériel, et en même temps doté de spiritualité, de quiétude spirituelle, d'un mode de vie islamique, de fraternité, d'unité nationale, de synergie nationale, sans agresser ni attaquer autrui. Ils ne veulent pas que cela arrive un jour pour l'Iran islamique. Tout ce qu'ils font, tous leurs efforts et tous leurs complots ont cet objectif. Voilà le sujet de la querelle. Leur hostilité vient du fait que si un pays islamique avec de telles caractéristiques voit le jour, l'Arrogance s'effondrera et il n'y aura plus de trace d'associationnisme [kufr-athéisme]. Vous pouvez comprendre aisément qu'un pays qui parviendrait à se développer ainsi et à réunir tous ces éléments matériels, en s'appuyant sur Dieu le Sublime, en louant Allah, remerciant Allah, obéissant à Allah, se prosternant devant Allah, soumis et humble devant les préceptes divins, exercerait un attrait et un magnétisme phénoménal dans le monde, et attirerait les cœurs de toutes les nations ! Ils ne veulent pas que cela arrive. C'est la raison de leur hostilité. S'ils combattent notre progrès scientifique, s'ils se dressent contre notre présence diplomatique dans les pays - car ils disent explicitement que l'Iran représente un poids important dans la région, qu'il a une influence sur les pays et les peuples, - et s'ils exercent ces pressions économiques, c'est pour qu'une telle situation ne se produise pas et qu'un tel jour n'arrive pas.

Nous nous trouvons aux antipodes, nous, la nation iranienne et nos jeunes, avec notre esprit d'initiative, nos oulémas, nos intellectuels et nos universitaires. Il nous incombe à tous de faire avancer, malgré ces hostilités, notre mouvement fondamental autour de ce système de pensée. Il incombe à tout un chacun d'œuvrer, de persévérer, de travailler, d'être conscient de ce que l'ennemi cherche à accomplir et de rester vigilant. C'est une sensibilité que je voudrais voir chez tous les responsables du pays, qu'ils soient conscients de ce que l'ennemi cherche à faire, qu'ils connaissent l'objectif de l'ennemi, le sens des sourires de l'ennemi, éventuellement une contribution à court terme de l'ennemi dans une affaire, ou même éventuellement un mot de sa part - ce qui est très peu probable - dans l'intérêt de la République islamique. Il ne faut pas nous laisser tromper par de telles paroles, soyons conscients de ce que l'ennemi cherche à faire.

Aujourd'hui, l'ennemi est indubitablement l'Arrogance mondiale. L'Arrogance n'est pas une entité illusoire, c'est une réalité avec des éléments comme les États-Unis, qui sont le meilleur exemple, et derrière l'administration américaine, les compagnies, les trusts, les cartels, les capitalistes qui dévorent le monde et sont majoritairement sionistes, et se sont répandus partout non seulement aux États-Unis mais aussi en Europe et dans certains autres endroits où ils exercent une grande influence. Voilà la réalité de l'Arrogance. L'Arrogance s'effondrera face à ce mouvement islamique, d'autant que ce mouvement a vu le jour avec la Révolution islamique assurée par la présence de la République islamique, elle-même assurée tant qu'elle restera dans ligne de la Révolution. L'avenir aussi avancera ainsi. Nous sommes témoins de choses qui nous donnent vraiment espoir. Parfois nous organisons chez nous, des expositions sur les progrès dans différents secteurs. Ceux qui peuvent être annoncés, sont annoncés les autres qui ne peuvent pas l'être, ne sont pas annoncés. Mais nous les visitons - nos jeunes sont vraiment prodigieux. De jeunes gens, motivés, croyants, compétents, doués et enthousiastes, confiants en Dieu, récitant les invocations, célébrant la prière, attentifs, récitant les versets coraniques, accomplissent des tâches phénoménales et font un bon travail. Incha-Allah, ces progrès seront bientôt à la disposition de la République islamique.

J'ai rappelé que nous sommes un pays avec tous ces moyens et ces richesses. L'autre jour, devant les frères du gouvernement, j'ai dit qu'on m'avait remis un compte-rendu selon lequel nous exploitions 14% de nos mines - une des plus importantes ressources naturelles de notre pays est le secteur des mines souterraines. Le Ministre de l'Industrie et des Mines a dit que c'était juste d'après les statistiques. Nous sommes un tel pays et avons exploité 14% de nos ressources souterraines. La situation géographique, les différents moyens culturels, la profondeur et l'influence de la culture islamique et des enseignements des Gens de la demeure [Ahl-ul-Bayt] dans le monde, ne sont pas des choses minimes. Ce sont des richesses immenses à notre disposition. Par conséquent, il revient à l'Assemblée des Experts, aux responsables du pays, aux personnalités influentes disposant de tribune, que ce soit dans la presse ou les réunions, et à tous ceux qui peuvent parler et exercer une influence, d'expliciter davantage cet avenir, de conduire les cœurs vers cet avenir, de donner espoir aux cœurs, de créer la quiétude et le calme nécessaires dans le cœur des croyants pour que nous progressions. Dieu soit loué, nous sommes en train de progresser.

Il y a une ou deux questions d'actualité, dignes d'intérêt et importantes dont je vais parler sommairement. La première est la question du Plan d'action commun [concernant les négociations nucléaires avec les 5+1, ndt], la seconde est la question du post-Plan d'action commun. A mon avis, la question du post-Plan d'action commun est plus importante que celle du Plan d'action commun. En fait, à propos du Plan d'action commun, nous avons dit tout ce que nous pensions et devions dire au long de cette période, avant et après la conclusion de cet accord. Un débat est organisé actuellement au Majlis [Parlement islamique d'Iran]. Les conditions juridiques et légales, et les questions de ce genre devront être examinées par des experts qui doivent comprendre les exigences et les impératifs juridiques de cette question, et agir conformément à cela. Nous n'intervenons pas mais ce que je dis dans un regard général - je l'ai dit aussi à Monsieur le Président - est qu'à notre avis, il n'est pas dans l'intérêt du pays que le Parlement reste écarté de cette affaire car il s'agit d'une affaire qui a pris deux années au pays et maintenant, nous sommes arrivés à des résultats. Il faut donc que le Parlement intervienne. Que doit faire le Parlement ? Je n'ai aucune recommandation à faire à l'Assemblée islamique à propos de ce qu'elle doit faire, des décisions, de l'accord ou du rejet. Je n'ai aucune recommandation à faire. L'avis à suivre est celui des députés du peuple au Parlement. Nous ne nous prononçons pas sur ce que le Parlement doit ou ne doit pas faire. Nous sommes d'avis qu'il ne faut pas écarter le Parlement. Ce sont les députés de la nation qui doivent décider.

En ce qui concerne les mesures après le Plan d'action commun, à notre avis, il y a des questions dont les responsables du pays doivent tenir compte. Bien entendu, nous en avons parlé et nous parlerons de tout cela avec nos chers frères du gouvernement. Nous le disons pour informer ces messieurs ici présents. Premièrement, bien qu'apparemment nous ayons devant nous six États, le seul membre actif est l'administration américaine qui s'est entièrement impliquée, sue, s'évertue et fait des efforts. Les responsables américains font des déclarations qu'il faut éclaircir une fois pour toutes. En fait, nous sommes une partie dans cette affaire et les Américains sont l'autre partie. Parfois ils disent que le régime des sanctions sera maintenu. Sur quoi avons-nous donc négocié pendant tout ce temps ? Nous avons négocié pour que le régime des sanctions soit levé, que les sanctions soient levées. Il est prévu que « le cadre des sanctions soit maintenu » ! J'ignore ce que signifie « le cadre des sanctions doit être maintenu». Ils vont sans doute donner certaines interprétations, mais ce qui ressort de cette parole est aux antipodes de la raison pour laquelle nous avons négocié. Pourquoi aurions-nous négocier ! Nous faisions notre travail, nous avions installé 19000 centrifugeuses et nous aurions pu atteindre en une période pas forcément longue, le nombre de 50000 à 60000 centrifugeuses. Nous n'avions aucun problème pour le faire. Nous produisions du combustible à 20% et nous aurions pu continuer. Nous aurions pu faire des recherches et progresser. Nous aurions pu continuer de la même manière et avec la même vitesse, comme dans les autres domaines. Nous avons négocié, cédé dans certains cas, et fait des concessions pour que les sanctions soient levées. S'il est prévu que les sanctions ne soient pas levées, dans ce cas, ces concessions n'auraient aucun sens. Les responsables (américains) doivent déterminer cela et ne pas dire par exemple, que c'est pour persuader leurs rivaux à l'intérieur, qu'ils parlent ainsi. Bien sûr, il y a des querelles aux États-Unis, de véritables querelles. Je ne pense pas que ces querelles soient fictives ou imaginaires, ils ont vraiment des divergences dont la cause est évidente mais ce qui est dit officiellement, nécessite une réponse. Si une réponse n'est pas donnée, cela se stabilisera. C'est un point.

Le second point est que lorsqu'ils parlent de cette partie des sanctions qui doivent être levées, ils disent qu'elles seront « suspendues » ou « gelées », ce n'est pas ce que nous avions dit. Il va de soi que les sanctions économiques devront être levées et nous avons exigé qu'elles soient levées « tout de suite » ! Ils ont commenté ce « tout de suite » et nous n'avons rien dit, pas de problème. Nos amis ici, ont défini ce « tout de suite » d'une manière et ont choisi un règlement progressif, nous ne nous y sommes pas opposé. Mais il faut que les sanctions soient levées, pas de suspension ni de gel de sanctions. S'ils se contentent de suspendre, eh bien, nous aussi nous suspendrons ici. S'il en est ainsi, pourquoi accomplirions-nous des démarches concrètes ? Par conséquent, c'est l'abrogation des sanctions qui compte. Bien entendu, ils ont dit que dans certains cas, la levée des sanctions ne relevait pas de l'administration américaine qui est l'autre partie des négociations. Ils ont dit qu'ils les arrêteront et utilisons des procédures légales, et des choses de ce genre mais celles qui relèvent du gouvernement des États-Unis ou des pays européens, doivent être levées entièrement.

Un autre point à noter est qu'ils disent dans leurs propos, des choses qui sont totalement hors sujet et ne concernent pas l'accord nucléaire, ce sont des choses qui ne concernent nullement ce sujet. Les messieurs et les dames au sein de l'appareil gouvernemental américain, emploient la même rhétorique que les Britanniques au XIXe siècle. Ils ont véritablement deux siècles de retard sur le monde et l'Histoire ! Ils parlent comme parlait Lord George Curzon naguère, dans le Golfe Persique à propos de l'Iran ou de la région, alors que le monde a changé. Aujourd'hui, les superpuissances n'ont plus le pouvoir, les compétences et le même carrure, d'autre part, elles ont en face d'elles, la République islamique qui n'est pas comme tel ou tel pays arriéré dans tel ou tel continent, pour que vous vous imaginiez que vous pouvez faire ce que vous voulez. Pas du tout, il s'agit de la République islamique, avec les compétences dont vous connaissez vous-même, une partie, et dont vous ignorez une partie que vous connaitrez peut-être dans la pratique. Vous ne pouvez pas continuer à menacer et à parler ainsi.

Ils disent qu'ils attendent des responsables ou du gouvernement de la République islamique qu'ils agissent de façon différente ! Qu'est-ce que cela veut dire ? Différente de quoi ? Différente du passé ? Non, une telle chose ne se produira pas. Si selon eux, « agir d'une façon différente » signifie transgresser les valeurs islamiques et violer notre engagement aux préceptes islamiques, une telle chose ne se produira pas. Ni le gouvernement ni le Parlement ni les responsables ne le feront et si quelqu'un voulait le faire, le peuple n'accepterait pas ni le régime. Cela n'a pas de sens. Par « agir de façon différente », ils veulent dire que la République islamique doit entrer dans le cadre des politiques des États-Unis dans la région. Les États-Unis ont certaines politiques dans cette région. Ils ont des points de vue. Un de ces points de vue est qu'il faut que les forces de la Résistance dans la région, soient totalement anéanties. Un autre de leurs points de vue est que l'administration américaine doit dominer entièrement l'Irak, la Syrie et d'autres pays. Voilà leurs points de vue et leurs objectifs. Ils s'attendent à ce que nos responsables, notre gouvernement et nos hommes politiques agissent dans le sens de ces politiques mais cela ne se produira pas.

Parmi les choses qu'ils disent et auxquelles nous sommes sensibles, ils disent que le Plan d'action commun a mis à offert aux États-Unis des opportunités aussi bien à l'intérieur qu'à l'extérieur de l'Iran, et dans la région. Ce sont les Américains qui le disent, cela figure parmi leurs propos. Je tiens à dire à nos amis au sein du gouvernement et à ceux qui assument différentes responsabilités, qu'ils ne doivent en aucun cas, permettre aux États-Unis un tel opportunisme à l'intérieur du pays. Quant à l'extérieur, il faut faire en sorte que de telles opportunités ne soient pas mises à la disposition des États-Unis car cela provoquerait indubitablement plus de souffrances, d'asservissement et d'arriération pour les peuples. Il ne faut absolument pas leur permettre de profiter des opportunités à l'intérieur du pays. Nous l'avons dit et nous avons annoncé que nous ne négocierons à propos d'aucune autre question en dehors de la question nucléaire, avec les Américains. Nous l'avons dit aussi bien aux responsables de la diplomatie qu'aux autres responsables. La raison est que leur orientation (des Usa) est aux antipodes et à l'opposé de la nôtre. Cela est une partie de l'affaire.

L'autre partie concerne l'économie, les questions politiques sont une partie de l'affaire. Les questions économiques sont très importantes. Nous avons demandé à nos frères au gouvernement, de préparer un plan opérationnel et fonctionnel pour réaliser les politiques de l'Économie de résistance. Nous l'avons dit à la réunion avec le gouvernement et aussi à monsieur le Président, et nous attendons que ce plan soit, Incha Allah, préparé. L'Économie de résistance est une politique indivisible, nous ne pouvons pas l'accomplir en partie, non, il s'agit d'un ensemble complet dont les éléments se complètent les uns les autres. Elle nécessite un plan opérationnel unique qui concerne tous les éléments. Certes, nos frères au gouvernement ont l'intention de travailler dans cet esprit et s'y adonneront, et si Dieu le veut, cette tâche se réalisera. Si cela se produit, peu importe pour nous que l'argent qui reviendra en Iran, soit par exemple cent milliards de dollars ou cinq milliards, autrement dit, cela sera une affaire de second plan. Certes, ce que le monde nous doit, nos avoirs à l'étranger - qui ont été si injustement bloqués - devront être employés, cela est indiscutable, mais la réalisation de l'Économie de résistance n'est nullement liée à cet argent bloqué à l'étranger, et est beaucoup plus importante. À notre avis, si nous parvenons à mettre en place cette Économie de résistance grâce à un plan opérationnel et non seulement dans les paroles, et à l'appliquer sur le terrain, nos affaires avanceront et le peuple nous aidera. Nous avons dit qu'un centre opérationnel et actif devra être créé au sein du gouvernement, Incha Allah, qu'on en fasse le suivi, qu'on détermine la tâche de chaque appareil pour savoir qui se chargera de quelle tâche, qu'on établisse un programme et un calendrier, qu'on fixe un délai pour l'accomplissement de cette tâche par l'appareil concerné, et qu'on en fasse le suivi jusqu'à ce que, Incha Allah, ce travail soit effectué et que cet immense mouvement national se réalise.

Ce que je voudrais dire au terme de mes propos, est que nos forces croyantes partout dans le pays, doivent savoir que le mouvement général est orienté vers les idéaux et les objectifs islamiques, il n'y aucun doute à ce sujet. Que tout le monde reste disposé et prêt, que les forces croyantes, sincères et engagées, partout dans le pays - et Dieu soit loué, elles constituent la majorité absolue dans le pays - soient prêtes à travailler. Être prêt à travailler ne signifie pas être prêt à la guerre mais être prêt à accomplir un travail économique, culturel et politique. Que tout le monde soit prêt sur les différentes scènes. Nous devrons tous être prêts. Face aux positions des ennemis - des ennemis si acharnés qui agissent jour et nuit - il nous incombe aussi d'agir jour et nuit, et d'être totalement prêts. La promesse divine est véridique, la promesse de Dieu le Sublime, est vraie. Il ne faut pas douter de la promesse divine. J'ai dit une fois qu'il fallait solliciter l'aide divine et ne pas douter de la promesse divine. Dieu le Sublime a maudit : « À eux le mauvais tour ! Et Dieu est en colère contre eux, et Il les maudit, et leur a préparé l'Enfer; et quelle mauvaise demeure ! » [Coran, 18 : 6]. En d'autres termes, Dieu a maudit ceux qui Lui prêtent de mauvaises intentions. Il faut avoir confiance en Dieu qui dit : « Si vous aidez la Cause de Dieu, Il vous aidera » [Coran, 47 : 7] ; Croyez à la promesse de Dieu qui dit : « Et très certainement Dieu secourt ceux qui Le secourent. » [Coran, 22 : 40]. Croyons en cela. Si vraiment notre intention est le triomphe de la religion divine - c'est le sens du triomphe divin - sachons que Dieu le Sublime, assurera la victoire, n'en doutons pas. Si nous agissons dans cet esprit, cette quiétude dont j'ai parlé, remplira nos cœurs Incha Allah.


Mon Dieu ! Par Mohammad et la famille de Mohammad, accepte ce que nous avons dit, ce que nous avons entendu et ce que nous faisons sur Ton sentier. Accepte-le de notre part, par Ta bonté, et fais en sorte que le cœur béni de l'Imam du Temps (as) soit satisfait de nous.

Avec mes salutations et que la miséricorde d'Allah et Ses bénédictions vous accompagnent !