Discours du Guide suprême au 27ème anniversaire du décès de l'imam Khomeiny(ra)
03/06/2016

Ce qui suit est le texte intégral du discours prononcé le 3 juin 2016 par l'Ayatollah Khamenei, Guide suprême de la Révolution islamique, à l'occasion du 27ème anniversaire du décès de l'imam Khomeiny. Ce discours a été prononcé au mausolée de l'imam Khomeiny, au cimetière de Behesht-Zahra au sud de Téhéran.

Au nom d'Allah, le tout Miséricordieux, le très Miséricordieux

Louanges à Allah, Seigneur des Mondes, et paix et salutations sur notre Maître et Prophète Abi Al-Qassim Mustafa Mohamad, ses descendants immaculés, purs et élus, Guides des guidés, en particulier celui qui représente le trésor d'Allah sur terre.

Ce grand et glorieux rassemblement dans cet endroit, est là pour honorer la mémoire de notre cher et magnanime imam. Dans beaucoup d'autres régions du pays aussi, de tels rassemblements sont organisés en l'honneur de la mémoire de notre magnanime imam et en raison de l'amour que les gens éprouvent pour lui.

Nous sommes aux derniers jours du mois béni de Cha'ban. Il y a des indications qui montrent que notre magnanime imam tirait de nombreux avantages spirituels de ce mois. Les faits montrent que ce cœur éclairé augmentait en lumière dans ce mois. Cet extrait bien connu du Do'a Cha'abaniah : «Mon Dieu, accorde-moi la parfaite capacité de me séparer de tout et de me joindre à Toi, et éclaire les yeux de notre cœur du reflet de Tes yeux sur nos cœurs» est une invocation fréquemment répétée dans ses discours. Il avait l'habitude de réciter fréquemment cette partie du Do'a à différentes occasions. Cela montre que notre magnanime imam avait une relation étroite avec cette invocation, ses concepts et ces jours bénis. Je lui ai demandé moi-même, son avis au sujet des prières et en réponse, l'une des prières sur lesquelles il a beaucoup insisté et qu'il préférait aux autres, était le Do'a Cha'abaniah. Il y a des phrases importantes dans ce Do'a comme celle-ci : «Mon Dieu, accorde-moi un cœur dont l'enthousiasme aide à me rapprocher de Toi ! Et accorde-moi une langue dont la sincérité m'élève jusqu'à Toi. Et accorde-moi les yeux en quête de vérité qui m'orientent vers Toi !». Ce Do'a et cette sainte prière sont sollicités d'Allah, le Très-Haut. Ceci est une leçon pour nous tous. Notre magnanime imam a répété ces leçons tout au long de sa vie. Grâce à cette relation étroite, cette familiarité avec la vérité et cette proximité avec Allah, le Très-Haut, il a obtenu le pouvoir de lancer ce grand et éternel mouvement.

Nous voulons parler de notre magnanime imam. L'une des descriptions et des termes qui ont été utilisés moins que d'autres en référence à notre défunt imam est celui que je pourrais traduire par « croyant pieux et révolutionnaire ». Nous décrivons l'imam de différentes façons mais cette description que nous utilisons moins fréquemment, est une description complète. Il était à la fois, un croyant, un pieux et un révolutionnaire.

«Croyant» signifie qu'il croyait en Dieu, au but et au chemin qui l'ont aidé à atteindre cet objectif et qu'il croyait en même temps au peuple : «Il croit en Allah et croit aussi aux croyants» [Coran 9: 61]. Cette description est présentée dans le Coran au sujet du Saint Prophète (SAWA) qui croyait en Dieu mais aussi au but, au chemin et au peuple. Il était un serviteur de Dieu, assidu dans cette servitude. Il se considérait comme un serviteur de Dieu. Ceci est aussi un point très important. Notez qu'Allah le Très-Haut, loue le Saint Prophète (SAWA) dans le Coran: «Et tu es certes, d'une moralité imminente.» [Coran 68: 4] et «C'est par quelque miséricorde de la part de Dieu que tu (Mohamad) es si doux envers eux !» [Coran 3: 159]. Il y a beaucoup d'autres descriptions des caractéristiques du Saint Prophète (SAWA). Cependant, une description du Saint Prophète (SAWA) que nous, les musulmans, avons reçu l'ordre de répéter tous les jours dans les prières quotidiennes, est : «Je témoigne que Mohamad est Son serviteur et Son messager».

Cela montre l'importance de la servitude. Être un serviteur de Dieu est si important qu'Allah le Très-Haut, enseigne aux musulmans de le répéter plusieurs fois au cours de leurs prières quotidiennes. L'imam Khomeiny possédait lui aussi, cette caractéristique de serviteur. Il était un vrai pratiquant, rempli d'humilité devant Dieu. C'était un homme qui priait ardemment, un croyant et un réel serviteur.
Je voudrais insister plutôt sur la troisième description de croyant pieux et révolutionnaire, et en parler. L'imam était « l'imam de la révolution ».

Le mot «Révolution» contient d'innombrables réalités. «L'Imam de la Révolution» signifie le chef de file et toutes les qualités et caractéristiques du «révolutionnaire». C'est la raison pour laquelle les pouvoirs matérialistes étaient en colère et irrités, et bien sûr, craignaient notre magnanime imam pour son caractère révolutionnaire dont ils étaient les ennemis. Aujourd'hui encore, les ennemis du peuple d'Iran sont hostiles au caractère révolutionnaire de l'imam. Fondamentalement, les pouvoirs matérialistes ont peur du mot «Révolution». Ils paniquent devant l'expression «Révolution islamique». Les pressions qu'ils exercent viennent de cette caractéristique révolutionnaire. Plus tard, je vous expliquerai les concepts, les significations et les lignes directrices d'un révolutionnaire. Ils ont raison d'avoir peur. Bien entendu, des pressions sont exercées sous divers prétextes. Parfois, ils exercent des pressions sous prétexte de la question nucléaire, parfois des droits de l'homme ou autres. Mais la vérité est que les ennemis du peuple d'Iran et de l'Iran islamique ont peur de ce caractère révolutionnaire. Récemment - ces derniers mois - un politicien américain a déclaré que les sanctions imposées à l'Iran visaient la révolution islamique. La raison essentielle des sanctions est la Révolution de 1979. C'est une réalité indéniable. Pourquoi sont-ils opposés à la Révolution ? La raison est que ce grand, vaste, béni et riche pays - qui bénéficie de grandes richesses naturelles et humaines - était autrefois complètement dans les griffes de leur pouvoir. Il était aux mains des États-Unis, mais la révolution est venue et les a jetés dehors. C'est la raison de leur inimitié envers la Révolution. La Révolution les a chassés et a aussi inspiré les autres pays. La Révolution islamique lancée et poursuivie par le peuple iranien, est devenue une source d'inspiration pour les autres nations. Cette question nécessite un examen détaillé et il y a d'innombrables raisons à évoquer.

Notre imam révolutionnaire a sauvé le pays de ce bourbier grâce à la Révolution. Notre chère jeunesse qui n'a pas vu ni connu l'époque révolutionnaire, doit porter une attention particulière à cette question qui est la question principale. Un peuple qui ne connait pas la question principale, sera induit en erreur. La question est que la Révolution est venue et a sauvé le pays du bourbier de la dépendance, de l'arriération, de la corruption politique et morale, et de l'humiliation internationale. Nous souffrions de ces maux-là. Nous étions dépendants, humiliés, retardés ou plutôt gardés en arrière. Ils nous avaient gardés en arrière dans la science, dans l'économie, dans la technologie, sur la scène internationale et dans tous les domaines, et en échange, nous avions ces hautains, Américains et Anglais, qui nous surveillaient. A cette époque, nous exportions quatre fois plus de pétrole qu'à l'heure actuelle, et la population était la moitié de la population d'aujourd'hui. Cependant, la plupart des régions du pays étaient privées des services publics qui sont après tout, les devoirs des gouvernements. Le pays était dans la pauvreté, l'arriération et la corruption morale. Le pays était dans un état terrible au niveau des infrastructures - dans le domaine des routes, de l'eau, de l'électricité, du gaz, des écoles, des universités et des services publics. Il souffrait d'une arriération et de la pauvreté dans tous ces domaines. Ils (le gouvernement du Shah et ses complices ndt) offraient aux étrangers les richesses naturelles du pays. Seul le gouvernement au pouvoir bénéficiait de cette situation et faisait taire les gens par la ruse, la force et la menace. Cependant, les gens se rendaient compte des réalités et étaient en colère. Le résultat est qu'ils ont suivi l'appel spirituel et divin de notre magnanime imam qui a conduit à la Révolution.

Notre magnanime imam a changé la direction du pays provoquant une profonde transformation. Il a changé le chemin du peuple d'Iran. Il a changé les rails et nous a tournés vers des objectifs ambitieux. Ces objectifs - qui nous ont conduits avec l'aide de la Révolution et de l'imam de la Révolution, et ont guidés la société iranienne dans cette nouvelle direction - sont extrêmement importants. Le résumé de tous ces objectifs est la souveraineté de la religion de Dieu. La souveraineté de la religion de Dieu signifie l'instauration de la justice sociale dans le vrai sens du terme. Cela signifie la fin de la pauvreté, de l'ignorance et de l'oppression. Cela signifie le règne des valeurs islamiques. Cela signifie la fin des maux sociaux, la santé physique, morale et spirituelle, et la garantie du progrès scientifique pour le pays. Cela signifie la garantie de la dignité nationale, de l'identité nationale et de la puissance internationale de l'Iran. Cela signifie l'activation des capacités que Dieu a mises dans ce territoire. Toutes ces définitions font partie de la souveraineté de la religion de Dieu. C'est l'imam qui nous a conduits vers ce chemin qui est totalement opposé au chemin vers lequel nous avions été traînés à l'époque des «Taghut» (ennemis de l'islam, ndt).

Ces objectifs vers lesquels le train de la communauté islamique se déplace - grâce à la Révolution- sont des objectifs difficiles à atteindre. Ils exigent du temps et des efforts. Cependant, la réalisation de tous ces objectifs est possible à condition que le train continue d'avancer sur le rail de la Révolution. L'imam nous a montré le chemin. Il nous a défini les normes et les critères. Il a identifié les objectifs et a lui-même, commencé le mouvement. Nous avons effectué de nombreuses réalisations jusqu'à aujourd'hui grâce à la direction de la Révolution. Cependant, il y a un long trajet à parcourir pour atteindre ces objectifs. Nous pouvons les atteindre à condition que le train continue à avancer sur les rails où l'imam a conduit le train de la communauté islamique. Après la disparition de l'imam, chaque fois que nous avons agi de manière révolutionnaire, nous avons progressé et chaque fois que nous avons négligé le comportement révolutionnaire et le mouvement djihadiste, nous avons pris du retard et échoué. Ceci est une réalité. J'ai été moi-même un responsable au cours de toutes ces années. S'il y a eu des défauts, l'humble personne que je suis est aussi à blâmer. Chaque fois que nous avons conservé notre conception révolutionnaire, chaque fois que nous avons agi d'une manière djihadiste et chaque fois que nous nous sommes déplacés dans cette direction, nous avons progressé. Et chaque fois que nous avons fait preuve de négligence, nous sommes tombés en arrière. Nous pouvons rattraper ces retards si nous avançons et agissons de manière révolutionnaire.

Cette déclaration s'adresse à la génération actuelle et à toutes les générations futures. Cette déclaration s'adresse à nous tous. Les fonctionnaires et les responsables politiques, culturels et sociaux sont tous les interlocuteurs de la présente déclaration. Les jeunes, les personnalités académiques, les étudiants en sciences islamiques, les hommes d'affaires, les villageois et les citadins sont tous les interlocuteurs de la présente déclaration. Tout le monde doit savoir que ce si ce trajet est parcouru dans une approche révolutionnaire, les progrès seront assurés. Si nous avançons de manière différente, un destin terrible nous attend. L'imam avait l'habitude de dire : « [Si cela se produit] L'islam sera giflé au visage ». Si nous changeons de chemin, le peuple iranien sera giflé au visage, tout comme l'Islam.

Soyez attentifs ! Il y a beaucoup de choses à dire à cet égard. Je voudrais profiter de cette occasion pour vous dire et dire au peuple d'Iran que mes chers amis, la Révolution est une richesse exceptionnelle et unique pour notre peuple et notre pays. Nous avons payé un prix important pour cela. Un prix lourd a été payé pour y parvenir, mais les avantages sont cent fois plus importants que le prix qui a été payé. Les gens ont gagné au change. Huit ans de guerre, l'agitation et les sanctions sont le prix que nous avons payé. Toutes ces choses sont le prix de la Révolution, mais il y a eu sur ce chemin, des bénéfices cent fois plus importants. Dès le début, les pertes et les avantages étaient entremêlés. Nous avons à la fois payé et fait des bénéfices. Pendant la guerre, nos jeunes sont allés au front et sont tombés en martyrs, mais le peuple et la jeunesse du pays ont fait de grands progrès grâce à cette guerre coûteuse. Dès le début, les frais et les bénéfices étaient entremêlés. Cependant, plus nous avancions, plus les prix diminuaient et devenaient faciles à supporter tandis que les profits augmentaient. Aujourd'hui, nous et le peuple iranien, pouvons profiter des bénéfices de la révolution sans trop de frais. Aujourd'hui, cela est possible. La Révolution a pris racine. L'arbre de la République islamique est devenu fort, de nombreuses réalités sont devenues claires et de nombreuses solutions ont vu le jour. Aujourd'hui, les circonstances sont plus claires pour les gens d'Iran. Le terrain est mieux préparé et le chemin plus facile. Il y a encore des frais, mais ils sont plus légers et plus évitables que dans le passé.

Un autre point important est que cette Révolution n'a pas vu le jour avec un coup d'État. Elle n'a pas vu le jour avec un mouvement militaire, comme certaines révolutions où les officiers renversent le gouvernement et le remplacent par un autre. Ce ne fut pas le cas dans notre Révolution. Cette révolution a été menée par le peuple. Elle est née grâce à la volonté, l'esprit révolutionnaire et la foi du peuple. Et elle s'est défendue, a survécu et a grandi grâce à cette même puissance. Ce sont les gens qui ont fait preuve de courage. C'est le cher peuple d'Iran qui a fait preuve de résistance et a incarné ce saint verset: «Certes ceux auxquels on disait: "Les gens se sont rassemblés contre vous; craignez-les" - cela accrut leur foi - et ils dirent: "Dieu nous suffit; Il est notre meilleur garant"» [Coran 3: 173]. Nous étions tout le temps menacés. Ils [les ennemis] nous ont constamment menacés d'attaques et de sanctions. Cependant, les gens n'ont pas eu de peur de ces menaces, pas plus qu'ils ne se sont laissés intimider et paralyser par les sanctions. Ils ont continué le mouvement avec courage et dignité. Cela doit être le cas aussi aujourd'hui. Notre peuple, nos compatriotes de différents milieux sociaux, notre jeunesse, nos religieux, nos commerçants, nos personnalités académiques, nos chercheurs, nos fonctionnaires, nos responsables et nos députés doivent rester révolutionnaires et avancer d'une manière révolutionnaire. Plus tard, je ferai référence à un certain nombre de critères et de normes à cet égard. Tout le monde doit rester révolutionnaire afin que nous puissions avancer sur cette voie et la poursuivre avec succès.

Il est faux de penser que les révolutionnaires sont ceux qui vivaient à l'époque de l'imam ou ceux qui se tenaient à ses côtés à l'époque des activités révolutionnaires ou du gouvernement islamique. Si le terme «révolutionnaire» signifie cela alors seuls nous, les vieux et les vieillards, sommes des révolutionnaires. La révolution appartient à tout le monde ! Les jeunes sont des révolutionnaires et peuvent rester révolutionnaires s'ils suivent les critères et les normes que je mentionnerai plus tard. Les jeunes d'aujourd'hui peuvent être des révolutionnaires plus fermes que les anciens combattants que nous étions à cette époque ! A l'époque de la Défense sacrée, des gens ont offert leur vie pour cette Révolution. Ils ont rejoint le front et ont donné leur vie pour l'exécution de l'édit de l'imam. Ce sont eux qui sont à 100% des révolutionnaires. Les révolutionnaires sont ceux qui sont prêts à se sacrifier. Par conséquent, nous ne devons pas limiter les révolutionnaires aux individus qui étaient aux côtés de l'Imam dans les activités révolutionnaires ou le connaissaient. Non, la Révolution est une rivière qui coule et tous ceux qui ont vécu dans l'Histoire selon ces caractéristiques et font des efforts dans cette voie, sont des révolutionnaires même s'ils n'ont jamais vu l'imam. Vous, les jeunes, vous en êtes pour la plupart, des exemples.

Il est également faux de penser que telles ou telles personnes révolutionnaires sont obligatoirement des extrémistes ou quand on veut se référer aux révolutionnaires, d'utiliser le terme «extrémistes». C'est une erreur. Être révolutionnaire ne signifie pas être extrémiste. Ces deux mots venus des étrangers et des ennemis de l'Iran, ne devraient pas être utilisés en Iran dans notre discours politique. Ils divisent les gens en «extrémistes» et « conservateurs ». Nous ne faisons pas une telle division. Ils qualifient les révolutionnaires d'extrémistes et les indifférents de conservateurs ! Ceci est une étrange distinction. Ils répètent cela dans leurs radios, dans leur propagande et dans leurs discours, mais nous ne devons pas le répéter avec eux. Un révolutionnaire est un révolutionnaire, un point c'est tout !

Il est également faux d'attendre de tous ceux qui sont révolutionnaires qu'ils agissent d'une manière unique ou d'attendre qu'ils aient le même comportement révolutionnaire. Non ! Comme nous, les religieux, le disons, il y a place pour différents degrés dans le fait d'être révolutionnaire. Il est possible qu'une personne ait des performances par rapport aux concepts et dans ses activités révolutionnaires, qu'une autre personne n'ait pas, mais elles se trouvent quand-même sur le même chemin. Si nous accusons tous ceux qui n'ont pas de bonnes et complètes performances d'être des indifférents ou des anti révolutionnaires, cela est une erreur. Il est possible que la valeur du mouvement d'une personne soit 100 fois plus importante que celle d'autres individus plus faibles, mais tous sont sur le même chemin. La chose importante est que leur mouvement reste conforme aux critères révolutionnaires. Ce sont les critères qui sont importants. L'important est qu'une personne qui n'avance pas de manière complètement résolue, ait des critères révolutionnaires. Si ces critères existent, cette personne est un révolutionnaire, qu'il s'agisse d'un individu révolutionnaire, d'un groupe d'individus révolutionnaire, d'un gouvernement révolutionnaire ou d'une organisation révolutionnaire. Le principal est que nous connaissions ces critères.

Il y a certains critères pour être un révolutionnaire dont je veux en mentionner cinq à cette réunion. Bien sûr, d'autres critères peuvent être mentionnés mais pour le moment, je présenterai cinq particularités du révolutionnaire. Nous devons essayer d'avoir et de respecter ces critères, là où nous nous œuvrons que ce soit dans l'art, l'industrie, la politique, les activités scientifiques et les activités économiques ou commerciales. Il n'y a aucune différence. Ces critères peuvent exister chez nous tous et tout le peuple d'Iran. Ce sont les cinq critères que je vais développer respectivement.

Le premier critère est l'engagement aux principes et aux valeurs de la Révolution. Le deuxième est la promotion des idéaux de la Révolution et de grands efforts pour les atteindre. Nous devons identifier des idéaux et les nobles objectifs de la Révolution, et faire des efforts pour les atteindre. Le troisième critère est la défense de l'indépendance du pays dans tous les domaines - y compris l'indépendance politique, l'indépendance économique, l'indépendance culturelle (ce qui est le plus important) et l'indépendance sécuritaire. Le quatrième critère est d'être sensible à l'ennemi, à ses complots et à ses plans, et de refuser de se soumettre. L'ennemi doit être identifié, ses plans doivent être dévoilés et la soumission doit être évitée. Comme je l'ai dit récemment, le Coran qualifie ce refus de se soumettre à l'ennemi de «Grand djihad». J'ai parlé deux ou trois fois sur ce sujet [discours du Guide suprême lors d'une rencontre le 26 mai 2016, avec le chef et les membres de l'Assemblée des experts, et discours du Guide suprême le 23 mai 2016 à l'École militaire «Imam Hossein (as)»]. Le cinquième critère est la morale religieuse et politique, qui est très importante. Si ces cinq critères existent chez quelqu'un, il est assurément un révolutionnaire. Bien entendu, comme je l'ai signalé, il y a différents degrés de comportement révolutionnaire. Je donnerai une brève explication pour chacun de ces cinq critères.

Comme je l'ai dit, le premier critère est l'engagement aux valeurs de base et fondamentales de l'Islam. L'année dernière à la même réunion, j'ai évoqué les principes de l'imam (Khomeiny) qui sont nos principes fondamentaux. Le premier principe est l'engagement à l'Islam authentique opposé à l'islam américain. L'Islam authentique est contre l'islam américain. L'islam américain a deux branches, une branche réactionnaire et une branche laïque. Ce sont les deux branches de l'islam américain. L'Arrogance et les pouvoirs matérialistes ont soutenu et continuent de soutenir ces deux branches. Parfois, ils les créent, parfois ils les guident et parfois ils les aident. L'Islam authentique est contre ces deux branches. L'Islam authentique est l'Islam complet qui va de la vie individuelle à la formation du gouvernement islamique. L'Islam originel est l'Islam qui détermine la façon dont vous et moi, devons nous comporter en famille, dans la société, envers le gouvernement islamique et dans la formation du gouvernement islamique. Ceci est l'Islam originel. C'est un des principes que nous devons respecter.

Un autre principe est le rôle central des gens. La combinaison du rôle central des gens et de l'islam est la base de la République islamique. C'est le sens de la République islamique. Cela signifie que les gens sont l'axe central, que les objectifs appartiennent au peuple, que les intérêts sont la propriété des gens et que tout est aux mains du peuple. C'est le sens d'un régime populaire comme la République islamique avec le vote du peuple, les revendications du peuple, le mouvement du peuple, les actions du peuple, la présence du peuple et la dignité du peuple. C'est un des principes auquel nous devons vraiment être attachés.

L'un des principes de base et l'une des valeurs fondamentales sont la foi au progrès, au changement, à la réforme et aux relations avec l'environnement, bien entendu, en évitant les écarts et les erreurs qui pourraient exister sur ce chemin. L'un des principes est le changement et le progrès. Notre jurisprudence tout comme notre sociologie, nos sciences humaines, notre politique et nos différentes méthodes doivent s'améliorer continuellement. Cependant, cela doit être l'œuvre de gens compétents, d'experts, de gens habiles qui ont les qualifications requises pour introduire de nouvelles méthodes. Des individus sans instruction et sans compétences, ou qui font des déclarations extravagantes, ne sont pas compétents pour cette tache. Il faut faire attention. Toutes ces questions se définissent dans le cadre d'un chemin qui peut dévier d'un coté ou de l'autre. Nous devons prendre le chemin du juste milieu.

Soutenir les classes défavorisées est un des principes de base et une des valeurs fondamentales de la République islamique. Un autre consiste à soutenir les opprimés où qu'ils soient dans le monde. Ce sont les principales valeurs de la Révolution et elles ne peuvent pas être écartées. Si quelqu'un, une personne ou une orientation, est indifférent aux classes défavorisées et aux opprimés dans le monde, ce critère n'existe pas chez lui.

Si cet engagement aux valeurs fondamentales - qui est le premier critère - existe, le mouvement sera un mouvement continu et droit, qui ne se laissera pas prendre dans le tourbillon des événements. Toutefois, si cet engagement n'existe pas, le contraire, c'est-à-dire un pragmatisme excessif s'affichera, obligeant à prendre une direction différente chaque jour. Cela signifie que chaque événement peut nous faire glisser d'une façon ou d'une autre du mauvais coté: «Les tentations de ceci et cela, et mes propres caprices me font voler dans différentes directions comme un brin de paille». C'est à cela qu'aboutit le pragmatisme qui nous attire chaque jour dans une direction différente. Cela est contraire à l'engagement dont je parlais. Dans le Coran, cet engagement aux valeurs a été nommé « fermeté » dans la sainte sourate Houd: «Par conséquent, sois ferme sur le droit chemin comme il t'est commandé, ainsi que ceux qui sont revenus [à Dieu] avec toi !» [Coran 11: 112]. Un autre exemple est: «Quant à ceux qui disent : "Notre Seigneur est Dieu", et qui se tiennent fermes dans le droit chemin, les Anges descendent sur eux. « N'ayez pas peur et ne soyez pas affligés; mais ayez la bonne nouvelle du Paradis qui vous était promis !» [Coran 41: 30].

Le deuxième critère consiste à faire de grands efforts pour atteindre nos idéaux et refuser d'abandonner ces nobles idéaux et ces objectifs. Le contraire de ceci est la paresse, le conservatisme et le découragement. Certains tentent de décourager la société et notre jeunesse en disant: «Cela est inutile, cela est impossible, nous n'y parviendrons pas, comment pourrions-nous réussir avec toute cette opposition et cette inimitié ?». Ceci est à l'opposé du second critère qui exige que nous ne changions pas de cap dans la réalisation des objectifs et des idéaux, et que nous ne nous soumettions pas aux pressions. Bien entendu, quand vous prenez un chemin sur lequel il y a des inimitiés, ils [les ennemis] vous créent des obstacles mais cela ne doit pas vous empêcher d'avancer et de poursuivre votre chemin. Nous ne devons pas céder aux pressions et nous ne devons pas être satisfaits de la situation actuelle, car si nous sommes satisfaits de la situation actuelle, le résultat sera le retard. J'ai répété à plusieurs reprises que les jeunes devaient avancer vers le progrès et des changements positifs. Si nous nous contentons de ce que nous avons - par exemple, nous avons fait certaines réalisations dans le domaine scientifique qui sont reconnues par tout le monde. Tout le monde reconnait que nous avons fait des progrès dans ce domaine - si nous nous contentons de cet acquis, nous allons rester ou revenir en arrière. Le chemin vers le progrès est un chemin continu. Nous devons continuer à avancer jusqu'à la réalisation de nos nobles idéaux.

Le troisième critère est le respect de l'indépendance. L'indépendance est très importante et comprend l'indépendance nationale, régionale, mondiale et internationale. Nous devons préserver l'indépendance du pays et du régime dans tous ces domaines. Cela signifie que nous ne devons pas nous laisser tromper dans le domaine politique. Un ennemi dont le but est d'obliger les gouvernements et les nations à le suivre, utilise différentes méthodes. Il n'utilise pas toujours le langage de la menace. Parfois, il vous flatte et parfois il vous écrit une lettre disant que nous devrions coopérer avec les Américains pour « résoudre ensemble les problèmes mondiaux ». Vous pourriez être tentés de coopérer avec cette superpuissance pour résoudre une question internationale. Voici comment ils parlent dans la correspondance officielle et diplomatique, mais ce n'est pas la vérité. La vérité est qu'ils ont un plan et que vous devrez jouer dans leur terrain. C'est lui (l'ennemi) qui vous dira comment vous devez jouer où vous devrez aller et quelle tâche vous devrez effectuer afin que l'objectif pour lequel un plan a été élaboré, soit réalisé. C'est la raison pour laquelle nous ne voulons pas rejoindre la «coalition américaine» dans les questions régionales - syriennes ou semblables à la Syrie - bien qu'ils nous l'aient demandé avec insistance, à plusieurs reprises. Ils ont un programme et certains objectifs qu'ils veulent atteindre. Bien sûr, ils sont prêts à profiter de la puissance, de l'énergie et de l'influence de n'importe quel pays, y compris la République islamique. Si la République islamique se laisse tromper et entre dans leur jeu, cela signifie qu'elle aura agi selon leur programme et complété leur plan. Ceci est contraire à l'indépendance. En apparence, cela est différent d'un gouvernement ou d'une personne qui viendrait régner sur le pays et nous ferait sentir que notre indépendance est menacée, mais en fait cela est aussi contraire à l'indépendance politique.

L'indépendance économique est importante mais d'abord, je voudrais parler de l'indépendance culturelle. À mon avis, l'indépendance culturelle est plus importante. L'indépendance culturelle réside dans le choix d'un mode de vie islamique et iranien. Il y a deux ou trois ans, j'ai parlé longuement du mode de vie [cf. Discours du Guide suprême prononcé le 14 Octobre 2012 lors d'une rencontre avec les jeunes de la province du Khorasan du Nord]. Le mode de vie concerne l'architecture, la vie sociale, l'environnement, les relations sociales et différentes autres questions. Imiter l'Occident et les étrangers dans le mode de vie, est exactement à l'opposé de l'indépendance culturelle. Aujourd'hui, le système de domination travaille sur cette question. L'organisation de l'information et les nouveaux moyens de communication sont des outils pour dominer la culture d'un pays. Je ne dis pas que nous devons rejeter ces outils. Ce n'est pas ce que je veux dire. Ce sont des outils qui peuvent être bénéfiques mais le contrôle de l'ennemi sur ces outils doit être éliminé. Vous ne pouvez pas par exemple, donner le contrôle de vos chaines de radio et de télévision à l'ennemi. C'est aussi le cas pour l'Internet, le cyberespace et les services et les outils d'information. Ces choses ne doivent pas être aux mains de l'ennemi. Cependant, c'est le cas aujourd'hui. Aujourd'hui, ces outils et ces instruments servent à l'infiltration culturelle de l'ennemi. Aujourd'hui, ce sont les outils dont se sert l'ennemi pour sa domination culturelle.

Pour parler brièvement, je dirai que l'indépendance économique est le refus d'être absorbé dans l'économie mondiale. Remarquez qu'ils [les Américains] ont eux-mêmes déclaré après les négociations nucléaires, que l'accord nucléaire devait faire en sorte que l'économie de l'Iran fusionne avec l'économie mondiale. Que signifient cette fusion et que signifie l'économie mondiale ? L'économie mondiale est-elle un système équitable, raisonnable et rationnel ? Pas du tout. Cette économie dont le programme a été formulé par la «communauté mondiale» et qui se manifeste partout dans le monde est en fait, un plan et un système conçus principalement par les capitalistes sionistes et non-sionistes, pour contrôler les ressources économiques de l'ensemble du monde. Ceci est la réalité de la communauté mondiale et de l'économie mondiale. Si un pays intègre son économie dans l'économie mondiale, ce ne sera pas une source de fierté, mais plutôt une perte et une défaite ! A l'époque des sanctions, ils avaient un objectif économique. Lorsque des sanctions nous ont été imposées, les Américains eux-mêmes, ont déclaré que le but des sanctions était de paralyser l'économie iranienne. Maintenant, les négociations nucléaires ont abouti avec certains résultats. Ici encore, ils poursuivent un objectif économique. L'un de leurs objectifs est de cibler notre économie. Ils veulent dissoudre l'économie de l'Iran dans l'économie internationale et mondiale dirigée par les États-Unis.

L'indépendance économique ne peut être atteinte que par l'économie de résistance. Nous avons nommé cette année : "Année de l'économie de Résistance, mesures et actions". Heureusement, le gouvernement a commencé à la mettre en œuvre. Selon le rapport qui m'a été donné, de bonnes tâches ont été effectuées. Si cela continue avec la même force et au même rythme, et que le gouvernement avance avec le même sérieux, le peuple en constatera sans aucun doute, les résultats. Nous avons besoin de l'économie de résistance. Toutes les grandes décisions économiques doivent être définies dans le cadre de l'économie de résistance. Si nous signons un contrat financier ou industriel avec tel ou tel pays, il faudra voir dans ce contrat, la place de l'économie de résistance. C'est une erreur de croire que l'amélioration économique du pays ne peut être atteinte que par des investissements étrangers. Bien entendu, les investissements étrangers sont une bonne chose mais cela ne remplit qu'une des parties du puzzle. L'activation des capacités nationales est plus importante que les investissements étrangers. Nous avons beaucoup de capacités inexploitées qui doivent être activées. Ceci est plus important. Bien entendu, les investissements étrangers sont nécessaires à côté, mais nous ferions une erreur en faisant tout dépendre des investissements étrangers. Parfois, on dit qu'ils apporteront de nouvelles technologies avec eux. Très bien, il n'y a aucun mal à cela. Nous sommes d'accord avec l'apport de nouvelles technologies, bien sûr, s'ils (les étrangers) le font vraiment ! S'ils ne le font pas, comme je l'ai déjà dit, nos jeunes qui ont réalisé de grandes choses dans le domaine de la nanotechnologie, dans le domaine nucléaire et dans le domaine des technologies complexes, et ont aidé l'Iran à être parmi les premiers cinq, six, dix premiers pays dans le monde, dans de nombreux domaines, ne peuvent-ils pas rendre nos puits de pétrole plus productifs, améliorer nos raffineries de pétrole ou améliorer les domaines qui doivent être améliorés et où nous avons besoin des technologies étrangères ? Bien sûr, si ces technologies sont transférées au cours de nos transactions avec les étrangers, nous sommes d'accord et n'avons pas d'objections.

Notez qu'aujourd'hui dans le monde, les analystes qui travaillent sur les questions économiques et politiques parient sur l'économie de résistance de notre pays tellement cette question est importante et sensible. Ils discutent pour savoir si l'économie de résistance de l'Iran sera définie et atteindra ou non ses résultats, et font des paris tellement cela est important ! Telle est la signification de l'indépendance. C'était le troisième critère que nous avions mentionné plus haut.

Le quatrième critère est la sensibilité à l'ennemi. Nous devons connaître l'ennemi et être sensibles au moindre de ses mouvements. Ceux qui étaient aux premières lignes dans la Défense sacrée, savent qu'il y avait des gens dans nos quartiers généraux, qui surveillaient avec précision à l'aide de leurs agents, le moindre geste de l'ennemi. Quand l'ennemi faisait un mouvement, ils se demandaient quel était son objectif et pourquoi il agissait ainsi. Ils en cherchaient la raison. Ils étaient attentifs à tout mouvement de l'ennemi. Nous devons connaître l'ennemi et identifier ses plans. Nous devons être attentifs à ses intrigues, à ses paroles et à ses déclarations. Nous devons trouver l'antidote au poison qu'il va probablement utiliser, et être prêts à déjouer ses complots. Ceci cela que signifie la sensibilité à l'ennemi.

Eh bien, qu'est-ce qui est à l'opposé de cette sensibilité ? La première chose est la négation de l'existence de l'ennemi. Lorsque nous parlons d'ennemi, certains disent : «Vous souffrez d'une phobie du complot ». Pour moi, parler d'une phobie du complot est en soi, un complot pour diminuer notre sensibilité. Ils disent: «Quel ennemi ? Quelle haine ?» et nient les choses les plus évidentes. Les États-Unis sont les ennemis de la Révolution. Il est dans la nature de l'impérialisme mondial d'être hostile à un régime comme celui de la République islamique car leurs intérêts sont totalement différents. L'impérialisme mondial trahit, mène des guerres, crée et organise des groupes terroristes, réprime les mouvements de libération et exerce des pressions sur les opprimés comme les opprimés de Palestine et d'autres pays comme la Palestine. Ceci est dans la nature du front de l'arrogance. Depuis 100 ans, les États-Unis et l'Angleterre exercent des pressions sur le peuple de Palestine. Ils l'ont fait avant la formation du régime sioniste en 1948, après cela et jusqu'à aujourd'hui. Ils exercent des pressions sur le peuple de Palestine. Voici comment le front de l'arrogance se comporte. L'Islam ne peut pas garder le silence sur cette question. Le gouvernement islamique ne peut pas voir cela et rester indifférent. L'arrogance mondiale aide directement ceux qui bombardent le peuple du Yémen. Les États-Unis soutiennent ouvertement et directement, les bombardements au Yémen. Quels secteurs bombardent-ils ? Est-ce qu'ils bombardent les lignes de front ? Non, ils bombardent les hôpitaux, les marchés, les écoles et les places publiques, et les États-Unis les aident. Eh bien, la République islamique ne peut rester indifférente. Ces deux systèmes sont ennemis l'un de l'autre. Ils sont à l'opposé l'un de l'autre par nature. Comment cette inimitié peut-elle être niée ? Les États-Unis ont lancé le coup d'État du 28 Mordad et renversé le gouvernement national. Les États-Unis font preuve d'hostilités envers nous depuis la Révolution. A l'époque des Taghut (le régime du shah), les États-Unis ont créé la Savak (service de renseignement iranien sous le régime de Shah) qui torturait les gens et les combattants révolutionnaires. Pendant les huit ans de guerre, les États-Unis ont aidé notre ennemi. Les États-Unis ont abattu un avion de ligne iranien et bombardé nos plates-formes pétrolières. Les États-Unis nous ont imposé des sanctions. Est-ce que tout cela ne prouve pas leur hostilité ?

Tout individu ou tout mouvement qui travaille pour l'Islam et au nom de l'Islam, s'il fait confiance aux États-Unis, commet une grave erreur pour laquelle il sera giflé au visage, comme certains l'ont été dans le passé. Ces dernières années, des mouvements islamiques leur ont fait confiance et se sont liés d'amitié avec les Américains par intérêt, par «sagesse politique» comme ils le disent eux-mêmes, ou par tactique. Ils prétendaient que c'était des «mouvements de tactiques». Cependant, ils ont été punis et giflés au visage, et actuellement en subissent les conséquences. Si quelqu'un qui avance au nom de l'Islam et dans le sens de l'Islam, fait confiance aux États-Unis, il fait une grave erreur. Bien entendu, nous avons beaucoup de petits et grands ennemis. Nous avons aussi de petits et moyens ennemis, mais les principaux ennemis sont les États-Unis et l'Angleterre. L'Angleterre est vraiment un pays malfaisant ! L'Angleterre a montré une hostilité à notre égard dans le passé à l'époque des taghut (le régime du Shah), à l'époque révolutionnaire, après la victoire de la Révolution, et le fait encore actuellement. L'Angleterre a toujours fait preuve d'inimitié à notre égard. Aujourd'hui, l'appareil de propagande du gouvernement anglais a publié certains « documents » contre l'imam à l'occasion de l'anniversaire de son décès. L'Angleterre a publié un document contre notre magnanime imam, pur et intègre ! D'où ont-ils sorti ce document ? Ils l'ont trouvé dans les documents américains. Les États-Unis qui ont abattu un avion de ligne iranien avec environ 300 passagers - auraient-ils des scrupules à falsifier des documents ? Une autre grande partie de l'hostilité à la République islamique vient du régime sioniste, néfaste et cancéreux. Ce sont nos principaux ennemis. Nous devons connaître cet ennemi et être attentif à ses complots. Même s'il nous donne une prescription économique, nous devons être prudents comme si un ennemi vous donnait un médicament pour telle ou telle maladie. Vous feriez normalement preuve de prudence car il est possible que ce médicament soit empoisonné. Les conseils politiques et économiques de l'ennemi doivent de même, recevoir une attention particulière de notre part. C'est ce que signifie être attentif à l'ennemi. Naturellement, si nous sommes attentifs, nous ne nous soumettrons plus à l'ennemi. Comme je l'ai déjà dit, le refus de se soumettre à l'ennemi est le Grand djihad. C'était le quatrième critère.

Le cinquième et dernier critère est la morale religieuse et politique qui est différente de la morale individuelle. La morale individuelle est nécessaire et se manifeste dans le rejet des péchés: «Préservez vos personnes et vos familles, d'un Feu dont le combustible sera les gens et les pierres !» [Coran 66: 6]. Nous devons nous éloigner du feu de l'enfer et de la colère divine. Ceci est la morale individuelle. La morale sociale - morale islamique liée à la société - signifie que nous fassions des efforts pour la réalisation des directives de l'Islam. Tous ces idéaux dont nous avons parlé sont des idéaux islamiques. Ce n'est pas un simple calcul rationnel. Être engagés aux idéaux, poursuivre la justice sociale, soutenir les classes défavorisées et les opprimés, faire face aux puissances oppressives et arrogantes, et ne pas céder devant elles sont des exigences islamiques. L'Islam l'exige. Ce n'est pas un simple calcul, intelligent et humain, mais une obligation religieuse. Toute personne qui sépare ces choses de l'Islam n'a pas compris l'Islam ! Sans aucun doute, celui qui cherche à séparer les aspects idéologiques et pratiques de l'Islam des domaines sociaux et politiques, n'a pas réussi à connaître l'Islam. Le Coran nous dit: «Adorez Allah et évitez le Taghut» [Coran 16: 36]. Adorer Dieu - c'est-à-dire, appliquer la religion de Dieu - et éviter le Taghut sont les deux choses que Dieu nous demande. Il y a un autre verset qui dit: «Les croyants combattent dans le sentier de Dieu, et ceux qui ne croient pas, combattent dans le sentier du Taghut. Eh bien, combattez les alliés du Diable, car la ruse du Diable est certes, faible» [Coran 4: 76]. Ce sont les ordres du Saint Coran. Lorsque nous appelons nous-mêmes, notre peuple, nos jeunes et nos responsables à leurs responsabilités envers ces principes, cela est non seulement un conseil rationnel et politique, mais aussi une exigence religieuse. L'observer signifie faire preuve de piété et d'une morale religieuse qui inclut la morale politique. Si cette morale religieuse est observée, la morale politique le sera aussi tout naturellement. La morale politique signifie d'éviter d'entrer dans des terrains dangereux qui peuvent profiter à l'ennemi.

Je voudrais vous faire quelques conseils à la fin de mes déclarations. [Le premier conseil est que] Dans la feuille de route que nous avons mentionnée, l'imam est un modèle complet. L'imam est au plus haut niveau dans tous ces critères. Nous avons été en relation avec l'imam pendant de nombreuses années et de différentes manières quand il enseignait à Qom, quand il était en exil à Najaf, et quand il était au sommet du gouvernement et au sommet du prestige politique et international. Nous l'avons vu de près dans toutes ces situations. L'imam était au plus haut niveau dans tous les critères dont nous avons parlé. Vous devez être attentifs aux déclarations et au comportement de l'imam. Notre chère jeunesse devrait lire et établir une relation étroite avec son Sahifa [Collection des discours et des lettres de l'imam Khomeiny]. Vous devriez lire son testament et y réfléchir profondément. Ceci est le premier conseil.

Le deuxième conseil est que nous ne devons pas oublier l'expérience que nous avons acquise au cours des négociations nucléaires. Cette expérience nous a montré que si nous faisons des concessions aux États-Unis, ils n'arrêteront pas pour cela, leur rôle destructeur. Nous avons expérimenté cela pendant les négociations nucléaires. Nous avons tenu des réunions avec les 5+1 et nous avons même négocié avec les Américains séparément, sur la question nucléaire. Nos frères et nos responsables diligents sont arrivés à des accords et des résultats. L'autre partie - les États-Unis - a pris des engagements. La République islamique a rempli ses engagements, mais les Usa peu fiables, transgresseurs et malhonnêtes, ont manqué à leurs promesses jusqu'à aujourd'hui ! Très bien, c'est une expérience. Bien sûr, beaucoup de gens le savaient mais ceux qui ne le savaient pas, devraient maintenant le savoir ! Lorsque vous discutez avec les États-Unis sur n'importe quelle question, si vous faites des concessions, ils poursuivront leur rôle destructeur. C'est le cas dans tous les domaines, sur la question des droits de l'homme, des missiles, du terrorisme, du Liban et de la Palestine. Si vous reculez sur vos principes et vos croyances - bien entendu, cela est impossible - eux, ils ne reculeront pas. Au début, ils entrent dans l'arène avec des mots doux et des sourires, mais quand vient le temps de l'action, ils manquent à leurs promesses et ne respectent pas leurs engagements. Cela est devenu une expérience habituelle pour le peuple d'Iran. Vous devez attacher une grande importance à cette expérience. Ceci est le deuxième conseil. [Le Public scande des slogans exigeant du gouvernement plus de perspicacité]. Faites attention, faites attention! Faites attention au troisième conseil. Si vous le suivez, vous pourriez revenir sur certains de ces slogans.

Le troisième conseil est de ne pas briser l'union entre le gouvernement et le peuple. Vous pouvez aimer un gouvernement et ne pas en aimer un autre. Une personne peut ne pas aimer celui que vous aimez et aimer celui que vous n'aimez pas. Ceci est possible et ne pose pas de problèmes. Les campagnes électorales, les divergences d'opinion et même les critiques sont de bonnes choses et sont légitimes, mais le gouvernement et les gens doivent rester côte à côte. Si un incident se produit et s'avère être une menace pour le pays, le gouvernement et les gens doivent se tenir et travailler ensemble. Vous ne devez pas provoquer une hostilité et un sentiment de rancune, mais préserver l'unité entre l'administration et le peuple. Ceci a été mon conseil dans tous les gouvernements élus après la disparition de l'imam après laquelle certaines responsabilités m'ont été confiées. Malgré les politiques et les orientations différentes des gouvernements, les gens doivent les soutenir et préserver leur unité. Cela n'est d'ailleurs pas en contradiction avec des critiques, des discussions et des revendications. Ces choses sont très bonnes. Les compétitions électorales sont nécessaires. Les trois branches du gouvernement - le gouvernement, le Majlis et le pouvoir judiciaire - doivent aussi rester unies. Cela ne contredit pas la puissance du Majlis qui doit respecter ses devoirs envers l'administration et les fonctions qui ont été spécifiées dans la Constitution. Le parlement peut demander, exiger, légiférer et questionner les ministres. Cependant, les trois branches doivent rester unies et se tenir sous le même drapeau dans les questions fondamentales du pays. Tout le monde doit agir ainsi de même que les forces armées et le peuple. Donc, mon troisième conseil est de ne pas permettre que des sentiments personnels ou des sentiments partisans en général, surmontent la raison. La raison veut que l'ennemi de loin, sente que nous sommes unis. Il doit exister un sentiment d'unanimité dans tout le pays. Les déclarations qui divisent, suscitent des hostilités et créent deux pôles parmi les gens ou à l'intérieur du gouvernement, sont au détriment du pays.

Le quatrième conseil est que la confrontation avec les États-Unis est une confrontation avec un front dont le pivot et le centre sont les États-Unis, mais qui s'étend à des endroits différents et pourrait même atteindre aussi notre pays. Par conséquent, vous ne devez pas faire preuve de négligence. Être attentif aux mouvements hostiles des États-Unis signifie être prudents vis-à-vis de ce front dans son intégralité. Vous devez savoir que le mal ne vient pas seulement des services de sécurité américains mais aussi de leurs agents dans des gouvernements régionaux ou sous d'autres formes.

Le cinquième conseil est que la distance entre nous et l'ennemi doit être respectée et mise en relief. Vous ne devez pas permettre que la distance qui existe entre nous et cet ennemi hostile à la Révolution, à la République islamique et à l'imam, disparaisse. Quelques orientations à l'intérieur du pays, ignorent ce point et n'établissent pas de lignes rouges entre elles et l'ennemi. La frontière qui les séparait a disparu. C'est comme les frontières d'un pays. Sans frontières, les gens pourraient aller d'un côté ou de l'autre, par erreur. Vous devez respecter les lignes rouges et garder vos distances avec l'ennemi.

Le sixième et le dernier conseil est la confiance à la promesse divine ; «Si vous aidez la cause d'Allah, Il vous aidera» [Coran 47: 7]. Chers jeunes, vous devez savoir que vous serez victorieux, n'en déplaise à l'ennemi !

Mon Dieu, associe notre cher imam avec Tes saints ! Mon Dieu, associe nos chers martyrs aux martyrs de l'islam ! Mon Dieu, guide, approuve et protège les responsables de ce pays, où qu'ils soient et quels que soient leur poste et leurs fonctions ! Mon Dieu, accorde-nous la sympathie du cœur sacré de l'Imam du Temps (que nos âmes lui soient sacrifiées), fais que nous bénéficions des prières de ce grand Imam (AS) ! Mon Dieu, fais que nos paroles et nos actes servent Ta cause et Ton chemin, et accepte-les de notre part par Ta générosité ! Mon Dieu, par la bénédiction de Mohamad (SAWA) et de ses descendants immaculés, fais nous vivre et mourir sur ce chemin.

Avec mes salutations et que la miséricorde d'Allah et Ses bénédictions vous accompagnent !