Le Guide suprême a reçu le Président vénézuélien, Nicolas Maduro
22/10/2016

 Ayatollah Khamenei meets with Nicolás MaduroLe Guide suprême de la Révolution islamique d'Iran a reçu dans la soirée du samedi 22 octobre 2016, le Président vénézuélien, Nicolas Maduro. Lors de cette rencontre l'Ayatollah Khamenei a rappelé l'échec des politiques et des plans américains au Moyen-Orient, et a affirmé que la baisse du prix de pétrole n'était en fait qu'un moyen pour faire pression sur les pays indépendants des États-Unis, ajoutant : « Une résistance intelligente aux pressions extérieures aboutira sans aucun doute à la victoire».

L'Ayatollah Khamenei a souligné que le pétrole avait été utilisé comme une arme pour engendrer les crises actuelles dans des pays indépendants. « Dans le passé, alors que certains pays musulmans empêchaient tout accès à leur pétrole pour résister au régime sioniste, les Occidentaux criaient au scandale et dénonçaient une politisation du pétrole. Aujourd'hui, ce sont ces mêmes pays qui en compagnie de certains pays membres de l'OPEP et d'autres pays de la région qui subiront les mauvaises conséquences de ces politiques, se servent du pétrole comme arme politique en totale coordination avec les États-Unis», a-t-il dit.

Le Guide suprême a ajouté qu'il était possible de sortir victorieux de ces complots sournois en poursuivant des politiques intelligentes et en renforçant les coopérations.

Il a aussi rappelé l'échec cuisant des Américains au Moyen-Orient, malgré les grands investissements et les dépenses financières qu'ils y avaient faits avec leurs alliés. « Certains pensent que les États-Unis sont infaillibles, c'est une grave erreur. Les erreurs récurrentes commises par les Américains au cours des 15 dernières années leur ont beaucoup nui et les ont affaiblis dans la région», a-t-il précisé.

Le Guide suprême de la Révolution islamique a réaffirmé que l'influence du Venezuela sur les mouvements anti-arrogants en Amérique latine, montrait la grande capacité de ce pays et souligné que le Venezuela devait saisir cette occasion et être le chef du Mouvement des pays non-alignés, ajoutant : « Les Occidentaux ne sont pas prêts à accepter une augmentation des activités du Mouvement des pays non-alignés, mais les pays indépendants doivent agir dans la direction opposée à cette volonté des Occidentaux. Si cela se produit, l'avenir sera sans aucun doute meilleur que le passé».

Son Éminence a précisé que le gouvernement de la République islamique d'Iran était sérieusement à la recherche d'une coopération accrue avec le Venezuela et a évoqué le rôle important des dirigeants et des ministres des deux pays dans la poursuite et la mise en œuvre des accords, de manière exacte et complète.

Nicolas Maduro, exprimant sa joie de voyager en Iran pour la deuxième fois et d'avoir rencontré le Guide suprême de la Révolution islamique, a déclaré: « Hugo Chavez avait compris l'Iran et ses positions de manière parfaite, et a toujours qualifié l'Iran de pays puissant ».

Le Président vénézuélien a salué la résistance puissante de la nation iranienne aux plans américains et a ajouté : « Le peuple d'Iran vit dans la paix et dans une sécurité totale alors que de nombreux pays de la région et ses pays voisins sont malheureusement confrontés à des guerres, des conflits internes et des crises ».

Évoquant la chute du prix de pétrole ces deux dernières années, le Président vénézuélien a affirmé : « L'impérialisme américain s'ingère et fomente des complots sournois contre le Venezuela, mais notre nation a résisté face à cette guerre économique et nous sommes en train de sortir progressivement, de la crise économique».

Faisant allusion aux élections présidentielles américaines, M. Maduro a déclaré : « Peu importe lequel des deux candidats remportera les élections américaines, c'est une administration décadente qui sera de toutes façons, formée aux États-Unis, et ce sera très dangereux pour l'avenir du monde».

Le Président du Venezuela a qualifié de réussies, ses réunions avec les responsables de la République islamique d'Iran et a ajouté : « Nous devons faire de notre mieux pour que nos accords aboutissent aux résultats souhaités ».

Avant d'être reçu par l'Ayatollah Khamenei, Nicolas Maduro avait rencontré un peu plus tôt dans la journée, le Président iranien, Hassan Rohani, avec qui il a abordé les questions des relations entre les deux pays et des évolutions du marché du pétrole. Il effectue depuis hier une visite de quatre jours dans la région, en Arabie saoudite, en Iran, au Qatar et en Azerbaïdjan.