Au nom d'Allah, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux

Louange à Allah, Seigneur de l'univers, et paix et salutations à notre Maître et Prophète, Ab-al-Qasim Al-Mustafa Muhammad, et à sa Lignée pure, immaculée et élue, en particulier celui qui représente le trésor d'Allah sur terre !

Vous êtes les bienvenus, chers frères, chères sœurs, et chers et glorieux citoyens de Qom. Cela fait 40 ou 41 ans maintenant, que nous organisons cette grande cérémonie. Les gens partout dans le pays, ont le regard fixé sur le peuple de Qom le 19 Dey [9 janvier de chaque année], à l'anniversaire de cet événement très important et déterminant. Tout d’abord, je souleverai quelques points sur le 19 Dey et l'événement qui s’est passé à Qom, et après cela, je parlerai du cher martyr de ces derniers jours, le martyr Soleimani.

En ce qui concerne le 19 Dey, nous devons en parler et en tirer une leçon. La plupart d'entre vous, frères et sœurs ici présents, n’étaient pas nés ce jour-là. Vous n’avez pas vécu ce jour-là, mais sa mémoire est toujours vivante. Par conséquent, nous devons tirer des leçons de cette mémoire vivante. Le passé doit toujours servir de guide et de phare pour l'avenir. Le 19 Dey [9 janvier 1978], pour défendre la position du grand dirigeant religieux et de l'honorable et grand Leader de la Révolution - qui n'était pas en Iran à l’époque - le peuple de Qom a résisté aux cruelles forces armées du régime taghuti [l’ancien régime]. Les gens n'avaient rien (pour se défendre). Qu'est-ce qui les a poussés à descendre dans les rues sinon la foi et le zèle religieux ? Notez que ce sont deux mots clés : foi et zèle religieux. Lorsqu'un certain nombre d’habitants de Qom sont descendus dans les rues et ont affronté la police et les forces armées du régime, certains sont tombés en martyrs et d'autres ont été blessés. Les éléments du régime (taghutis) pensaient qu'ils les avaient complètement neutralisés. Ce jour-là, ni les gens qui s’étaient soulevés à Qom, ni personne ne pensaient que ce mouvement entraînerait une grande transformation dans le pays et dans le monde. Mais il a eu cet impact ! Allah, le Très-Haut, a béni le mouvement lancé par le peuple, grâce à sa foi et son zèle religieux, et le mouvement s'est poursuivi. Les jours d'Arbaeen ont attiré le peuple dans l’arène, et notre magnanime imam a dirigé le mouvement jusqu'au grand soulèvement de Bahman 1357 [février 1979, date de la victoire de la Révolution islamique]. En d'autres termes, le mouvement de ces personnes sincères de Qom a provoqué cette grande révolution. Bien sûr, de nombreux autres facteurs sont entrés en jeu. Le point important est que le point de départ du mouvement se situe à la suite du soulèvement d’un peuple rempli de foi et de zèle religieux. Nous devons toujours garder cela à l'esprit. Nous pouvons accomplir de grandes tâches avec la foi et le zèle religieux, comme ce fut le cas récemment (allusion au martyre du Général Soleimani et de ses compagnons). Un grand exploit a été accompli et un grand évènement a eu lieu. Une révolution a été réalisée qui a secoué le monde entier et a provoqué une grande transformation. Elle a changé le cours de l'histoire - celle du pays, de la région et peut-être du monde. Dans l'avenir, il y aura de meilleurs jugements à cet égard. Nous devons considérer l'assistance divine sous cet angle. Nous devons adopter cette vision de la direction divine et de la main du pouvoir divin, à toutes les étapes de notre vie. Ce jour-là, les gens avaient les mains nues mais aujourd'hui heureusement, ce n’est pas le cas. Au contraire, nous sommes bien équipés. Aujourd'hui, la nation iranienne est bien équipée face aux intimidateurs mondiaux. Cependant, nous ne nous appuyons pas uniquement sur les moyens militaires qui n'ont de valeur que lorsqu'ils reposent sur la foi et le zèle religieux. Ce n'est que dans ces conditions que les moyens militaires sont efficaces et précieux. Nous devons toujours nous en souvenir face au vaste front de l'ennemi. C’est ce que veut dire Allah, le Très-Haut, quand Il dit : « Combien de fois une troupe peu nombreuse a, par la grâce de Dieu, vaincu une troupe très nombreuse ? » [Coran 2 : 249] Parfois, une petite force peut vaincre un front vaste et étendu, grâce à la puissance divine, à condition qu'elle possède la foi et le zèle religieux nécessaires.

Vous ne devez pas oublier cette leçon, mes chers amis. Les responsables de l'information, les grands oulémas qui vivent à Qom et dans d'autres parties du pays, les jeunes actifs dans les domaines culturels, et les masses populaires ne doivent pas permettre qu’on oublie cette leçon sans précédent, que nous avons eue juste devant nos yeux, et qui commença en toute sincérité en se fondant sur la foi et le zèle religieux. Allah, le Très-Haut, bénit ces mouvements. Allah, le Très-Haut, réitère tout au long du Coran, que les gens ne doivent pas oublier ce qui est arrivé aux communautés précédentes, « Et de ne point être pareils à ceux qui ont reçu le Livre avant eux. Ceux-ci trouvèrent le temps long et leurs cœurs s'endurcirent » [Coran 57 : 16]

Un jour, le peuple d’Israël a acquis un tel pouvoir spirituel qu'il a réussi à vaincre le Pharaon qui torturait le peuple, les femmes et les enfants. Ils ont réussi à résister jusqu'à ce qu'Allah, le Très-Haut, leur ouvre la voie et les aide à réaliser ce grand succès, en noyant le Pharaon et ses troupes. Cependant, après une courte période « Ceux-ci trouvèrent le temps long et leurs cœurs s'endurcirent ». Après un certain temps, ils ont changé, leurs cœurs se sont endurcis et ils ont perdu leur confiance en Dieu, leur patience et leur endurance, et abandonné leur mouvement sur le chemin de Dieu. Le résultat a été : « L'avilissement et la misère s'abattirent sur eux ; ils encoururent la colère de Dieu » [Coran 2 : 61].

Ceci est un des versets à ce sujet, mais il y en a beaucoup d’autres où Moïse (as) dit à Baní Israël, « Ô mon peuple, votre Seigneur ne vous a-t-Il pas déjà fait une belle promesse ? L'alliance a-t-elle donc été trop longue pour vous ? » [Coran 20 : 86]. Il y a quelque temps, vous étiez sous la pression du Pharaon. Est-ce que cela s'est produit il y a si longtemps pour que vous l'ayez déjà oublié et que vous disiez : « Moïse, désigne-nous une divinité semblable à leurs dieux » [Coran 7 : 138].

Ce sont des leçons. Ce sont des points que j'ai toujours répétés. Aujourd'hui, la jeunesse pieuse, engagée et enthousiaste, est meilleure que celle du début de la Révolution en termes de quantité et de qualité. C’est le cas aujourd'hui. Nous ne sommes pas mécontents, mais vous devez prendre soin de suivre la bonne voie. Il y a une grande leçon qui nous est présentée par le Coran, le Saint Prophète et Dieu : « Allah suffit pour quiconque lui fait confiance » [Coran 8 : 49]. Nous ne devons pas oublier cette leçon et nous devons toujours la garder à l’esprit.

Maintenant, je voudrais soulever deux ou trois points au sujet de notre cher martyr - Hadj Qasim Soleimani. Un point concerne son caractère. Ces jours-ci, beaucoup de choses ont été dites au sujet de cette grande personnalité et de ce bon, cher, courageux et bienheureux camarade qui est allé vers le ciel. Ce qu'on a dit de lui et de ses traits de personnalité est correct mais je souhaite moi aussi soulever certains points qui me semblent importants :

Le martyr Soleimani était à la fois courageux et perspicace. Ses actions n'étaient pas simplement marquées par le courage. Certains ont du courage mais n'ont pas la sagesse et la perspicacité nécessaires pour utiliser leur courage. Certains possèdent cette perspicacité, mais ne font rien en pratique et de manière concrète. Ils n'ont pas le courage de passer à l'action. Notre cher martyr avait à la fois courage et la perspicacité nécessaires. Il allait au-delà du danger sans aucune crainte. Son courage s'est manifesté non seulement lors des événements récents, mais également au cours de la Défense sacrée, au cours de laquelle il était commandant de l'armée de Thar-Allah. Lui et son armée ont fait preuve d'un courage exemplaire. C'était aussi un homme perspicace. Il réfléchissait attentivement et avait toujours des raisons pour ses actions. Ce courage accompagné de cette perspicacité, s’est manifesté non seulement dans l'armée mais aussi dans le domaine de la politique. Je l'ai dit à plusieurs reprises aux amis actifs dans le domaine politique, car nous avons été témoins de son comportement et de ses actions. Il était courageux et sage également dans le domaine politique. Ses paroles avaient une énorme influence et étaient convaincantes. Surtout, il était pur et sincère. Il utilisait son courage et sa perspicacité sur le chemin de Dieu, et il n'était ni hypocrite ni prétentieux. La sincérité est très importante. Nous devons nous entrainer à la sincérité.

Une autre qualité chez lui, était qu'en plus d'être un commandant qui maîtrisait les actions militaires, il était aussi très attentif aux principes religieux. Parfois, les gens oublient les principes religieux dans l'arène de la guerre, disant qu'ils n’ont pas le temps pour cela, mais il était lui, très prudent à cet égard. Il n'utilisait pas d'armes s'il ne le jugeait pas nécessaire. Il prenait soin de ne pas transgresser les droits d'autrui. Il faisait preuve de prudence dans des domaines que beaucoup de gens négligent. Il embrassait le danger, mais en même temps, il protégeait la vie des autres autant qu'il le pouvait. Il faisait attention à la vie de ses camarades, de ses soldats et de ses collègues d'autres nations qui se tenaient à ses côtés.

Un point important à cet égard, est qu'en ce qui concerne les problèmes intérieurs du pays - car la plupart des commentaires à son sujet, concernent ses batailles et ses activités régionales - il n'appartenait à aucun parti ni à aucune faction, mais en même temps, il était un révolutionnaire au sens parfait du terme. La Révolution et être révolutionnaire étaient ses lignes rouges. Certains devraient éviter d’essayer de minimiser cet aspect de sa personnalité. C'est une réalité à son sujet. Il était consacré à la Révolution et être un révolutionnaire était sa ligne rouge. S’il ne cherchait pas à se lier avec différents partis, différentes factions et autres, il était par contre très attaché à l'idée d'être un révolutionnaire. Il était attaché à la Révolution et aux brillantes directives de notre défunt imam Khomeiny (que Dieu lui accorde le paradis).

Un exemple de sa perspicacité et de son courage - les ennemis le savent peut-être, mais certains amis ne le savent peut-être pas - est qu'il a réussi à déjouer tous les complots illégitimes des Américains en Asie de l’ouest, avec l'aide des peuples de la région - ou avec le soutien qu'il leur a offert peut-on dire. Cet homme a réussi à résister à tous les complots fomentés grâce à l'argent et aux efforts de la propagande des Américains, aux capacités diplomatiques des Américains et à l'intimidation qu'ils exercent sur les politiciens - en particulier dans certains pays faibles. Il a réussi à déjouer tous les projets qu'ils avaient élaborés en Asie de l’ouest.

En ce qui concerne la Palestine, les Américains avaient l'intention de faire oublier la question de Palestine et de garder les Palestiniens en état de faiblesse pour qu'ils n'osent pas parler de combats, mais cet homme a réveillé les Palestiniens. Il a fait en sorte qu'une petite région comme la Bande de Gaza - qui n’est qu’une petite bande de terre - résiste au prétentieux régime sioniste. Il a créé une situation tellement désastreuse pour les sionistes, qu'ils ont demandé un cessez-le-feu après seulement 48 heures ! Cela a été fait par Hadj Qasim Soleimani. Il a libéré les Palestiniens. Il les a aidés à se lever et à résister. C'est ce que nos frères palestiniens m'ont dit maintes et maintes fois. Bien sûr, j'étais au courant de ses exploits, mais ils tenaient à en témoigner. Tous les dirigeants palestiniens ont dit la même chose lors de leurs nombreux voyages dans notre pays. Quand nous avions des rencontres avec des responsables qui étaient en contact avec lui - c'étaient des réunions officielles ordinaires - il s'asseyait dans un coin pour ne pas être vu. Si nous avions besoin de connaître son opinion et de son témoignage, nous devions le chercher ici et là. Il ne se mettait jamais en vue et n'était pas prétentieux.

Les plans américains en Irak, en Syrie et au Liban, ont été déjoués grâce à l'aide et aux actions de ce cher martyr. Les Américains voudraient que l'Irak soit comme le régime taghuti de l'Iran - le régime Pahlavi qui existait dans le passé - ou comme l'Arabie saoudite d'aujourd'hui. Ils veulent une région pleine de pétrole où ils peuvent faire ce qui leur plaît. Comme cette personne (Trump) l'a dit, ils veulent que ce pays soit une « vache à lait ». Ils veulent que l'Irak leur soit soumis. Cependant, des personnalités pieuses et courageuses, des jeunes et des responsables religieux d'Irak ont résisté aux Américains et Hadj Qasim (que Dieu lui accorde le paradis) a aidé et soutenu ce vaste front dans son intégralité. Il est devenu un conseiller et un partisan actif dans ce pays. La même chose peut être observée dans le cas de la Syrie et du Liban. Quant au Liban, les Américains veulent priver le Liban de son élément d'indépendance le plus important - en d'autres termes, les Forces de résistance et le Hezbollah - pour que le Liban soit sans défense face à Israël qui pourrait alors avancer jusqu'à Beyrouth comme ils l'ont fait il y a plusieurs années. Cependant, le Hezbollah s’est renforcé chaque jour davantage. Aujourd'hui, le Hezbollah est à la fois les mains et les yeux du Liban et notre cher martyr a joué un rôle brillant et éminent dans ce domaine, grâce à sa perspicacité et son courage. C’était un brave moudjahid et un frère compatissant.

Les nations sont heureusement éveillées. Aujourd'hui, les nations sont éveillées mais le rôle de notre cher martyr et de ses camarades en Irak, a été exemplaire. Le martyr Abu Mahdi (que Dieu soit satisfait de lui) était un homme pieux et courageux, un exemple parfait de celui dont « le visage brillait de Ta lumière » [Al-Kafi, Vol 4 page 562]. Il avait un visage lumineux, spirituel et divin. Le martyr Soleimani a pu faire un excellent travail avec l'aide de ces personnes pieuses, courageuses et brillantes. Ces points concernaient notre martyr. Bien sûr, on peut dire beaucoup plus de choses sur notre cher martyr, mais cela suffit pour le moment.

Un autre chapitre sur le martyr Soleimani concerne les bénédictions qui ont suivi son martyre. Chaque fois que ce cher martyr nous faisait un rapport - verbal ou écrit sur les tâches qu'il avait effectuées - je le louais verbalement et de tout mon cœur, mais je m'incline aujourd’hui devant ce qu'il a commencé et ce qu’il a apporté au pays et à toute la région [le public pleure]. Un grand exploit a été accompli. Il a soulevé une tempête. Sa spiritualité et son martyre l'ont élevé de cette manière. Voyez comment les Iraniens et les Irakiens lui disent adieu, comment les gens de Kadhamayn, de Bagdad, de Najaf et de Karbala se sont comportés lors de leurs adieux à ce corps déchiqueté [le public pleure]. Je remercie son âme pure du fond du cœur.

Son martyre a montré au monde entier que la Révolution est vivante dans notre pays. Certains prétendaient que la Révolution était terminée et qu'elle était morte - bien sûr, certaines personnes essaient toujours de faire en sorte que cela se produise. Cependant, son martyre a montré que la Révolution était vivante. Vous avez vu ce qui s'est passé à Téhéran et dans d'autres villes. Bien sûr, je suis profondément désolé et touché par l’amer incident qui s’est produit à Kerman à la suite duquel certains de nos chers compatriotes de Kerman ont perdu la vie, et je tiens à présenter mes condoléances à leurs familles. [Se référant à la mort d'un certain nombre de personnes à Kerman lors de la cérémonie d'enterrement du martyr Qasim Soleimani, à la suite d'une bousculade] J'espère que les âmes pures de ces défunts seront associées au martyr Soleimani. Avec son martyre, Soleimani a ouvert les yeux voilés de poussière. Les ennemis se sont sentis petits face à la grandeur de la nation iranienne. Bien sûr, ils ne l’avouent pas, mais ils n'ont pas d'autre choix. Les ennemis qui tentent de décrire ce grand moudjahid et ce général et commandant de la lutte contre le terrorisme, comme un terroriste - en d'autres termes, les Américains injustes et menteurs qui délirent et se déchaînent tout le temps, et dont les paroles sont vraiment sans valeur - avaient de telles intentions mais la nation iranienne les a giflés au visage

 

Un point important et notable concerne notre responsabilité à l'heure actuelle. Un incident important s'est produit. La question de la vengeance est une autre question. Hier soir, nous leur avons donné juste une gifle. Ce qui est important en matière de confrontation – car ce genre d’actions militaires ne compenseront jamais ce qu'ils ont fait - est que la présence nuisible des États-Unis dans la région, doit prendre fin. Ils ont déclenché des guerres dans cette région. Ils ont provoqué des discordes, des séditions et des destructions. Ils ont provoqué la destruction des infrastructures. Bien sûr, ils ont fait la même chose partout où ils ont mis les pieds, dans le monde. Nous avons notre propre région sous nos yeux et ils veulent commettre les mêmes actes de corruption et de destruction, dans notre cher Iran et la République islamique. Cela doit prendre fin. Cette région n'accepte plus la présence américaine. Les nations régionales et les gouvernements populaires de la région sans aucun doute, ne l'accepteront pas non plus. Cette [vengeance militaire] est une question importante sous un autre volet.

Notre responsabilité en tant que peuple et en tant que membre de la République islamique est d’abord, d’identifier l’ennemi. Nous devons identifier l'ennemi et nous ne devons pas commettre d’erreur dans cette identification. Ne dites pas que tout le monde le sait. L'ennemi, oui, vous savez tous qui il est. L'ennemi est le front de l'arrogance, le sionisme et les États-Unis. Vous le savez, mais il y a un énorme effort pour prouver le contraire et changer l'opinion des gens avec des appareils de propagande complexes. Tout le monde doit être vigilant. Il est très important de connaître l'ennemi et de savoir quel est son plan, ce qu'il fait et ce qu'il voudra faire ensuite. Après cela, nous devons savoir avec quelles méthodes nous devons affronter le plan ennemi. Notre peuple doit le savoir parce que nous comptons sur le peuple. La République islamique n'est rien et n’a aucun sens sans la volonté et l'assistance du peuple, et sans ses votes de confiance et sa volonté. Le peuple doit connaître l'ennemi, connaître ses méthodes et savoir comment il doit les affronter. C'est le devoir des intellectuels. Aujourd'hui, nous ne manquons heureusement pas d'hommes courageux et perspicaces dans le pays. Nous avons des personnes perspicaces, courageuses, intelligentes et bien informées dans les domaines militaires, scientifiques et politiques. Par conséquent, nous devons écouter ce qu'ils ont à dire. Ce qu'ils jugent nécessaire de faire doit être correctement mis en œuvre dans le pays et dans la société. Nous ne manquons pas de personnes de ce genre. Heureusement, le nombre de gens instruits dans « l'école de l’imam » augmente quotidiennement. Un jour, l'imam a déclaré pendant la guerre, que la formation des jeunes et la croissance de ces jeunes arbres prometteurs étaient la clé de la révolution. L'imam l'a dit et ce qu'il a dit était tout à fait correct car il était un homme plein de sagesse. Toutes les victoires et toutes ces tâches importantes sont petites par rapport à la construction de gens exceptionnels. Aujourd'hui, nous en avons heureusement beaucoup.

Nous devons identifier l'ennemi. Je tiens à dire de manière catégorique, que l'ennemi est composé des États-Unis, du régime sioniste et du front de l'arrogance. L'appareil de l'arrogance n'est pas seulement composé des États-Unis et de ces gouvernements, il est composé d'une collection de sociétés de pillards et d’oppresseurs mondiaux opposés à tous les centres qui luttent contre l'oppression et le pillage. Ce sont eux qui constituent l'ennemi. Nous ne considérons pas comme un ennemi tel ou tel gouvernement à l'intérieur ou à l'extérieur de la région, qui dirait quelque chose contre nous. Nous ne les considérons pas comme un ennemi tant qu'ils n'agissent pas au service de l'ennemi et contre la République islamique. C'est ceux-là que nous considérons comme l’ennemi. Par conséquent, nous ne devons pas nous tromper dans l’identification de l'ennemi. Si nous savons qui est l'ennemi et comment nous devons l'affronter, nous réussirons. Le plan de l'ennemi est de saper la détermination et la volonté de notre peuple, dans divers domaines. C’est le plan de base de l'ennemi. Il veut que le peuple ait des doutes dans sa foi et sa détermination. Ce sont les deux éléments et mots-clés dont j'ai parlé précédemment : la foi et le zèle religieux. Susciter des doutes dans la foi et le zèle religieux du peuple, est ce que l'ennemi recherche. Ils savent que si cela se produit, le pouvoir offensif et même défensif de la République islamique sera influencé et détruit. C'est pourquoi ils organisent des complots. Bien entendu, ce n'est pas le seul complot élaboré par les États-Unis et d'autres puissances similaires, mais c'est le plus important. Ils fomentent des complots contre la République islamique dans le domaine de la politique, de l'économie - vous constatez actuellement les sanctions - et de la sécurité. Quelques jours avant l'incident du mois de novembre [2019] - lié au prix de l'essence et à d'autres questions économiques - un agent américain ainsi que quelques Iraniens mercenaires et perfides, se sont réunis dans un petit mais vraiment malveillant et maléfique pays européen, pour concevoir des plans et comploter contre la République islamique. Leur complot a été ce que nous avons vu les jours qui ont suivi la question de l'essence. Ce jour-là, les gens étaient mécontents de la hausse du prix de l'essence et certains sont descendus dans la rue pour protester. Cependant, dès que les gens - une partie du peuple, ils n'étaient pas très nombreux - sont entrés dans l'arène, des individus trompés, des agents et des mercenaires se sont lancés dans l’application du complot de l'ennemi. En d'autres termes, leur mission était de détruire les centres gouvernementaux et publics, d'incendier des bâtiments, de tuer des gens, de saboter et de déclencher une guerre. C'était leur projet. Bien sûr, quand je dis « quelques jours avant l'incident », c'était juste un effort pour le mettre à jour, car ils avaient déjà préparé le complot, formé des agents et donné de l'argent à ces mercenaires. Donc, ils font de telles choses et font tout ce qu'ils peuvent. Ce jour-là, j'ai dit lors d'une réunion avec le peuple [réunion du Guide suprême avec un certain nombre d'infirmiers], que des éléments américains s’étaient réjouis à Washington, le jour où cet incident s'est produit dans notre pays. Ils avaient dit à un politicien que l'Iran était proche de sa fin, mais après deux jours, ce sont eux qui étaient proches de la fin. Ils étaient très déçus et vraiment déprimés. Le plan de l'ennemi doit être compris et nous devons tenir compte de nos principes fondamentaux face à ce plan. Les principes fondamentaux sont les principes idéologiques - islamiques ou révolutionnaires - et l'unité nationale. L'unité qui a heureusement été observée lors des funérailles autour des purs cercueils du martyr Soleimani et des martyrs qui l'accompagnaient, doit être préservée. Le peuple doit adopter cette orientation : l'orientation de la Révolution, le respect des révolutionnaires, des martyrs et de tout ce qui rappelle les valeurs révolutionnaires.

Nous devons tous savoir que l'hostilité de ce front dont j'ai parlé, n'est pas temporaire mais fait partie de leur nature et durera. Ils frapperont chaque fois qu'ils le pourront. Le remède à cela est de nous renforcer dans les domaines militaires, sécuritaires, politiques et économiques. Nous devons nous renforcer dans ces différents domaines, afin que l'ennemi ne puisse pas nous porter des coups car cette hostilité fait partie de sa nature. Certains pensent que si nous reculons et faisons quelques compromis, les Américains cesseront de faire preuve d'hostilité. Cette façon de penser est une grosse et grave erreur. Certains pensent que nous ne devrions pas mettre les États-Unis en colère - certains le disent ou l'écrivent dans les journaux - c'est exactement le contraire de ce que dit le Seigneur du monde : « Et l'image que l'on donne d'eux dans l'Evangile est celle d'une semence qui sort sa pousse, puis se raffermit, s'épaissit, et ensuite se dresse sur sa tige, à l'émerveillement des semeurs. [Dieu] par eux [les croyants] remplit de dépit les mécréants. » [Coran 48 : 29]

La croissance de personnalités pieuses, de jeunes pousses fortes et de jeunes religieux remplit de dépit « les mécréants ». Le but est de mettre l'ennemi en colère. Et c'est pourquoi ils sont encore plus en colère. Ils sont en colère contre les jeunes actifs dans le domaine des sciences, du djihad, des services publics et militaires. Ils sont en colère contre eux. [Le public dit : « Allahu Akbar » et le Guide suprême répond : « Je vous suis très reconnaissant, mais ce slogan montre que vous êtes fatigués »]. J'espère que vos voix seront toujours fortes, vos langues toujours éloquentes et vos pas toujours fermes sur ce chemin, et que Dieu accordera sa miséricorde à nos chers martyrs et aux martyrs récents – le martyr Soleimani, le martyr Abou Mahdi et leurs chers camarades, irakiens ou iraniens. J'espère que Dieu accordera Sa miséricorde à tous ceux qui facilitent le chemin de cette nation.

Le projet de loi que notre parlement a ratifié hier, était un très bon projet de loi [qui qualifie tous les commandants et responsables du Pentagone, et le ministère de la Défense de terroristes]. Et le projet de loi que le Parlement irakien a ratifié avant-hier, sur l’expulsion des forces américaines d’Irak, était également très bon. J'espère que Dieu accordera Ses bénédictions à chacun d'eux, afin qu'ils puissent suivre ce chemin avec succès.

Avec mes salutations et que la miséricorde d'Allah et Ses bénédictions vous accompagnent !