10 février 2020

Quels gouvernements ont-ils réussi à obtenir l'autorité militaire et à maintenir l'intégrité territoriale de l'Iran? Était-ce le Qajar, le Pahlavi ou la République islamique?

L'une des questions que les Iraniens notent le plus dans leur mémoire historique et considèrent comme la base la plus importante de leurs jugements historiques est la question de l'intégrité territoriale de leur pays. L'Iran a perdu des parties de sa terre natale au cours des nombreuses années sous la domination de diverses dynasties, et cela s'est poursuivi jusqu'à la Révolution islamique de 1979. La préservation de l'intégrité territoriale de l'Iran n'a été obtenue qu'après la victoire de la Révolution en Iran lorsque l'Iran a été émancipé de l'occupation étrangère en raison de la cessation des dépendances étrangères. Cet article présente un rapport d'analyse comparative sur la préservation de l'intégrité territoriale de l'Iran. L'accent principal sera mis ici sur la période de l'histoire iranienne moderne, à savoir le régime Pahlavi et la République islamique.

L'ère Pahlavi est, à bien des égards, une période contradictoire dans l'histoire iranienne contemporaine, et cette contradiction est plus importante dans la question de l'intégrité territoriale. Le régime de Pahlavi avait une puissance militaire apparemment importante, mais il a été à plusieurs reprises et gravement ravagé par des étrangers pendant son règne. Lorsque Réza Khan est arrivé au pouvoir, le nombre de militaires de l'armée iranienne est passé de 30000 à 120000. Parallèlement à cette augmentation de 400% de la taille de l'armée, son budget a également atteint plus de 50% du budget total du pays (Majd, 2011: 100) [1]. Néanmoins, lorsque les Alliés ont décidé d'entrer en Iran, cette armée n'a pas pu survivre même un jour. Comme l'Imam Khomeiny l'a expliqué, l'armée n'a pas résisté même pendant trois heures - selon ce qu'elle avait elle-même annoncé [2]. Cette violation de l'intégrité territoriale de l'Iran a également entraîné une violation évidente de l'intégrité politique de l'Iran, et les occupants ont pris le contrôle de toutes les affaires du pays, de la distribution de nourriture à la répression des dissidents [3]. L'inefficacité de l'armée pahlavi dans la lutte contre l'agression extérieure et dans la défense des frontières du pays, en particulier lorsque d'énormes dépenses ont été imposées au grand public pour l'expansion et l'équipement de cette armée, a mis de nombreux Iraniens en colère et les a frustrés (Ward, 2014: 169) [4].

Réza Khan avait formé l'armée pour la répression interne plutôt que de définir un rôle national et d'organiser des forces militaires pour faire face à un ennemi extérieur. Par conséquent, l'armée n'a même pas fait preuve de la moindre défense possible contre l'agression.

Cette passivité ne se limitait pas qu’à traiter avec les grandes puissances pendant la période de Réza Khan. Même face à des puissances régionales telles que la Turquie, le régime Pahlavi ne pouvait pas protéger ses frontières sans faire de concessions. Les vastes concessions accordées à la Turquie dans le cas de Petit Ararat et des frontières nord-ouest sont des exemples historiques de telles concessions. Une concession de frontières similaire est reconnaissable en ce qui concerne l'Irak et l'Afghanistan, qui sont révélateurs du manque de souveraineté frontalière de l'Iran dans le passé.

Pendant le règne de Mohammad Réza, fils de Réza Khan, l'Iran semblait être une puissance souveraine dans la région en raison de ses nombreux achats d'équipement à partir de l'Occident. Cependant, la plus grande perte historique de l'intégrité territoriale iranienne après le règne de Qadjar s'est produite pendant le règne du deuxième monarque Pahlavi. Au cours des administrations Nixon et Ford dans l'ensemble, Mohammad Réza Pahlavi a acheté plus de 12 milliards de dollars d'armes (Crist, 2013: 10) [5]. Rien qu'en 1977, la dépendance de l'Iran en matière d'armes vis-à-vis des autres pays s'élevait à plus de 5,5 milliards de dollars, dont 4,5 milliards représentaient la part américaine de ces exportations vers l'Iran. Plus de 31% du budget du pays à cette époque a été consacré à l'achat d'armes, tandis que la Banque mondiale a rapporté que 46% des Iraniens étaient en dessous du seuil de pauvreté à cette époque. Néanmoins, le pire des événements honteux des 50 ans d'histoire de l'Iran, à savoir la séparation de Bahreïn de l'Iran, s’est produit à la deuxième période de Pahlavi. Dans cette affaire, le régime de Pahlavi, malgré l'opposition de nombreux politiciens nationalistes locaux, a accepté de renoncer à Bahreïn sous la pression internationale, notamment des pays occidentaux, à la suite d'un référendum organisé par les puissances occidentales.

Compte tenu des questions susmentionnées, l'examen du bilan de la République islamique d'Iran en matière de préservation de son intégrité territoriale met en évidence son importance. Juste après la victoire de la Révolution islamique, la République islamique d'Iran a été confrontée à l'un des problèmes qui persistaient depuis l'ère Pahlavi. Les différends frontaliers avec l'Irak, qui n'avaient pas été résolus pendant la deuxième ère des Pahlavi, sont devenus le prétexte de Saddam pour attaquer l'Iran. Par conséquent, Saddam a imposé une guerre de huit ans avec le feu vert des États-Unis et le soutien de plus de 80 pays à travers le monde [6].

Pendant cette guerre, Saddam a reçu un soutien en armement de la plupart des pays occidentaux, dont les États-Unis, la Grande-Bretagne, la France et l'Allemagne. Dans le même temps, presque tous les pays arabes, à l'exception de la Syrie et d'Oman, ont soutenu Saddam. À cet égard, en 2013, Foreign Policy, citant de nouveaux documents de la CIA divulgués, écrivait : « En 1988, pendant les derniers jours de la guerre de l'Iraq contre l'Iran, les États-Unis ont appris par les images satellites que l'Iran était sur le point d'acquérir un avantage stratégique majeur. Les responsables du renseignement américain ont communiqué l'emplacement des troupes iraniennes en Irak, parfaitement conscients que l'armée de Saddam attaquerait avec des armes chimiques » [7] Et ce n'est qu'une petite partie du soutien des États-Unis et de certains pays européens à Saddam contre l'Iran.

Après huit années de guerre inégale, Saddam a non seulement échoué à saisir même un centimètre du territoire iranien, mais a également reconnu sa faiblesse en acceptant la résolution du Conseil de sécurité sur un cessez-le-feu face à l'Iran. Le résultat de la guerre pour l'Iran a été qu'il a remporté sa première victoire dans son histoire moderne et a conduit à l'avancement des capacités militaires, à la préservation de l'intégrité territoriale, a renforcé sa fierté et sa dignité nationales et a développé une armée expérimentée. Pour la première fois depuis le règne de Qadjar jusqu'en 1990, le camp formé par toutes les puissances internationales et la plupart des puissances régionales n'ont pas réussi à porter atteinte à l'intégrité territoriale de l'Iran.

Il est à noter que pendant la guerre Iran-Irak, non seulement l'Irak a bénéficié du plein soutien de l'Occident, les États-Unis à sa tête, mais l'Iran a également été sanctionné et n'a pas pu recevoir la moindre assistance militaire et non militaire de la plupart des pays du monde. L'ampleur des sanctions était si étendue que, selon l'Ayatollah Khamenei, Guide suprême de la Révolution islamique, "nous voulions importer du fil de fer barbelé, mais le pays à travers lequel le fil de fer barbelé devait traverser - l'URSS - ne laisserait pas ce produit passer par son territoire pour atteindre l'Iran! "[8]

Autorité militaire iranienne

Autorité militaire iranienne

Néanmoins, l'Iran post-Révolution islamique - qui, d'une part, avait fondé sa démarche sur l'indépendance dans le domaine de la politique et de l’idéologie, et d'autre part, avait connu huit ans de guerre injuste - comprenait parfaitement le chemin vers le pouvoir militaire et la souveraineté passait par la cessation des espoirs dans les superpuissances du monde et le recours au pouvoir et à la créativité domestiques. À cet égard, la République islamique d’Iran n’a manqué de déployer tous ses efforts pour parvenir à l’autosuffisance et à l’indépendance militaires, et c’est peut-être le plus grand résultat de la guerre américaine exécutée par le truchement de Saddam Hussein contre l’Iran.

Grâce à l'adoption de cette approche, l'Iran a restauré et amélioré diverses dimensions militaires et a réalisé des progrès importants, en particulier dans les domaines de la puissance des missiles, des véhicules blindés, des hélicoptères de combat, des sous-marins et de la formation des effectifs militaires. En conséquence, Military Watch Magazine classe l'Iran comme la 11e puissance militaire du monde [9]. Le point crucial de la croissance de la puissance militaire iranienne après la Révolution islamique est qu'une grande partie de cette croissance a été sans recours aux importations et en mettant l'accent sur la localisation de la science et de la technologie militaires. Selon la Banque mondiale, les importations militaires iraniennes en 2018 étaient d'environ 4 millions de dollars, un chiffre très faible par rapport à la plupart des pays du monde, car il représente 0,01% du total des importations mondiales en armement.

Cette croissance et cette autorité endogènes ont conduit l'Iran à maintenir son bilan approprié de défense de son intégrité territoriale après la fin de la guerre Iran-Irak en 1988. Malgré la montée des talibans en Afghanistan et leurs tendances agressives, la République islamique a puissamment déterminé les frontières de son territoire contre les talibans, et ils n'ont pas été en mesure - même temporairement - de porter atteinte à l'intégrité territoriale de l'Iran.

L'autorité militaire et l'indépendance politique de l'Iran dans la région, comme deux armes puissantes, ont donné tellement de dignité à l'Iran dans la région que même si les puissances mondiales violent l'air, la terre ou la mer de l'Iran, elles seront réprimandées et punies. Des exemples représentatifs de cette croissance et du règne militaro-politique de l'Iran sont assez évidents dans les cas suivants:

- Arrêter un certain nombre de soldats américains qui avaient transgressé, intentionnellement ou non, l’intégrité territoriale de l'Iran;

- Atterrir le drone super espion RQ170 en 2011;

- Détecter et détruire le drone super cher et techniquement avancé américain "Global Hawk" en 2019;

 - Et la liste continue …

 

Après l'arrivée au pouvoir de Daech en Irak et en Syrie, l'Iran a toujours réagi aux événements à une distance de 40 km de sa frontière. Par conséquent, l'armée Daech n'a jamais pu se rapprocher à moins de 40 kilomètres de la frontière iranienne. Cela montre la véritable souveraineté de l'armée iranienne dont on ne se vante pas et qui ne prend pas la forme d’une simple propagande.

Après l'arrivée au pouvoir de Daech, le groupe terroriste créé par les États-Unis, comme le président américain l'a reconnu dans ses campagnes électorales, une vague d'horreur et de meurtre a sévi la région de l'Asie occidentale. Le groupe terroriste a attaqué pays après pays. Les forces militaires iraniennes dans la région, dirigées par le major-général Qassem Soleimani et d'autres commandants militaires iraniens, ainsi que la Russie et les pays attaqués par Daech, se sont engagées et ont réussi à débarrasser presque complètement la région des terroristes soutenus par les États-Unis.

Le rôle de l'Iran dans la lutte contre Daech est si important et indéniable que même les médias américains ont dû l'admettre. Newsweek a publié un article intitulé "Si l'Iran s'affaiblit, Daech se renforcera à nouveau ». Dans un autre exemple, CNN a souligné ce fait, signalant que "le rôle de Soleimani dans la lutte contre Daech doit être gardé en mémoire." [10]

La dernière manifestation, et peut-être la plus importante, de l'intégrité territoriale de l'Iran est la réaction de l'Iran à l'assassinat du major-général Soleimani. Même si l'assassinat du général Soleimani a eu lieu en dehors de la frontière iranienne, puisque ce noble martyr était un fonctionnaire iranien et qu'il s'était rendu en Irak lors d'un voyage officiel, son martyre est considéré comme une violation de la souveraineté nationale de l'Iran.  

Par conséquent, la réponse de l'Iran sous la forme d'une attaque contre la base militaire américaine d'Al-Assad se traduit par la défense de l'intégrité territoriale et de la souveraineté nationale de l'Iran. Cela représentait une attaque sans précédent contre les États-Unis et leurs bases depuis la Seconde Guerre mondiale, au cours de laquelle des dizaines de militaires américains ont été tués et des centaines ont été blessés - même si le gouvernement américain a tenté de cacher le nombre de victimes.

 

 Notes :

[1] Majd, Mohammad Gholi. Great Britain & Reza Shah: the Plunder of Iran, 1921-1941. University Press of Florida, 2011.

 

[2] https://bit.ly/393ASQK

 

[3] https://www.historytoday.com/archive/feature/iran-cold-war-crucible

 

[4] Ward, Steven R. Immortal: a Military History of Iran and Its Armed Forces. Georgetown University Press, 2014.

 

[5] Crist, David. The Twilight War: the Secret History of America's Thirty-Year Conflict with Iran. Penguin Books, 2013.

 

[6] Islamic Revolution Document Center

 

[7] https://foreignpolicy.com/2013/08/26/exclusive-cia-files-prove-america-helped-saddam-as-he-gassed-iran/

 

[8] http://english.khamenei.ir/news/7051/Iran-s-resistance-against-Saddam-can-be-a-model-for-other-nations

 

[9] https://militarywatchmagazine.com/forceapp/countries

 

[10] https://www.newsweek.com/if-iran-falls-isis-may-rise-1475818