22/09/1987
Ce qui suit est le texte intégral du discours de l'Ayatollah Sayed Ali Khamenei, Président de la République islamique d'Iran à la 42ème assemblée générale de l'ONU, le 22 septembre 1987. Au nom d'Allah, le très Miséricordieux, le tout Miséricordieux Mon Dieu, je commence [mon discours] en Ton nom et Te demande Tes conseils et Ton assistance. Ma vie, ma mort et toutes mes invocations et prières T'appartiennent.Accorde à mes déclarations la clarté et l'attrait des mots justes pour pouvoir transmettre la vérité à des centaines de millions d'oreilles et de cœurs qui cherchent actuellement la vérité avec ferveur, et aux gens des centaines de fois plus nombreux dans l'avenir, qui eux aussi, chercheront la vérité avec enthousiasme. Mon Dieu, transmets mes salutations pleines de reconnaissance et celles de ma nation à l'âme des grands prophètes, en particulier Abraham, Moïse, Jésus et Mohammad (bénis soient-ils), qui ont répandu et éternisé le message de la libération et de la connaissance humaine dans le monde entier. Je tiens également à adresser mes salutations respectueuses aux cœurs purs et éclairés qui font attention à ce message, en particulier ceux qui ont passé leur vie à le défendre. Monsieur le Président, monsieur le Secrétaire général et chers auditeurs, je suis le Président d'un pays qui fut le berceau de la civilisation et le centre de la culture humaine au cours d'une des périodes les plus importantes et les plus sensibles de l'Histoire, et qui est maintenant le territoire d'un régime construit sur les fondements de cette civilisation et sur une base culturelle unique et enrichie par l'éveil islamique. Je viens d'Iran, le berceau de la plus célèbre et pourtant la moins connue des révolutions de l'Histoire contemporaine, une révolution fondée sur la religion de Dieu qui s'inscrit dans la lignée des prophètes et des grands réformateurs divins, et dans un chemin qui a la longueur de toute l'Histoire humaine. Les racines et les bases de cette révolution idéologique se trouvent dans la vision monothéiste de l'Islam, la vision de l'homme, de l'Histoire, des événements présents, passés et futurs, la nature et la définition des intérêts qui relient l'homme au monde extérieur, au monde matériel, aux êtres humains et aux objets, ainsi que la compréhension de l'homme de sa propre existence et de toutes les choses qui constituent le système de valeurs d'une société et le rendent capable de se gérer de manière satisfaisante. Toutes ces choses sont définies dans cette vision divine du monde. Dans la pensée islamique, toute existence vient de Dieu. Toute l'existence est la manifestation de Son savoir et de Son pouvoir, et se dirige vers Lui. L'homme est Sa meilleure création et Son représentant [sur terre]. En utilisant ses capacités intrinsèques, l'être humain est capable d'améliorer et d'embellir le monde qui a été créé pour lui et de s'améliorer lui-même, de la meilleure façon possible. Il peut utiliser le savoir et la foi comme deux ailes pour atteindre la transcendance spirituelle et matérielle, tout comme il peut créer un enfer d'oppression et de corruption dans le monde, en gaspillant ou en utilisant ces capacités à mauvais escient. La foi en Dieu et l'obéissance à Ses ordres sont les critères d'orientation de l'être humain. Le monde est un champ dont la récolte se fera dans l'au-delà et la mort n'est pas la fin de cette vie mais une porte vers l'immortalité et le début d'une nouvelle joie. Dans la pensée islamique divine, les êtres humains sont des frères et des sœurs, et sont tous les serviteurs de Dieu. Il n'y a aucune différence entre les races, les couleurs et les peuples de différentes régions. Ces choses ne sont pas des motifs suffisants pour considérer une personne ou une nation comme supérieure aux autres. Les êtres humains sont reliés les uns aux autres et violer les droits d'une personne revient à violer les droits de l'humanité toute entière, indépendamment des caractéristiques géographiques et raciales. La volonté de domination et de monopolisation pousse parfois un frère à attaquer son frère, et les conséquences du sang qui a été versé n'auront pas de fin. Des violences pour des motifs similaires ont causés des fleuves de sang et les luttes entre les dominateurs et leurs victimes ont créé des océans de sang et anéantit la paix de l'humanité. Les prophètes divins ont appelé les gens à servir Dieu neutralisant ainsi, l'égoïsme et le désir de domination. Les prophètes divins ont enseigné à l'humanité les rites religieux qui lui promettent un paradis de paix et de tranquillité, même avant d'entrer dans l'au-delà. Ils ont encouragé l'homme à maîtriser son désir de consommation et de domination. Ils ont averti l'être humain des dangers du gaspillage de ses talents et de la corruption morale. Ils ont encouragé chez lui, la vertu, la droiture, l'amour, le travail, l'innovation, la connaissance et la conscience. Et ils lui ont enseigné l'invocation et l'amour de Dieu qui garantissent toutes ces entreprises et aident son âme à atteindre la transcendance. Ils lui ont également appris à défendre ces valeurs et à fermer la porte aux démons du mal, de la corruption et de la dégénérescence. Ils lui ont appris à combattre l'ignorance, l'oppression et la domination, et à développer le savoir, la justice et la liberté. Ils lui ont appris à ne pas opprimer les autres et à ne pas céder à l'oppression. Ils lui ont appris à se soulever pour établir la justice et à ne pas avoir pitié de ceux qui se dressent sur le chemin du salut et du bonheur de l'humanité. Se soumettre aux ennemis des vertus morales, de la justice et du bonheur de l'humanité, signifie accepter le vice, l'oppression, la corruption et la destruction des valeurs morales. Dans la pensée divine islamique, la religion de Dieu constitue le cadre de la vie humaine et pas seulement un joyau dans le tissu de la vie humaine. La religion procure aux êtres humains un système social et pas seulement un ensemble de rites et de cultes même si ceux-ci sont remplis d'un esprit de vie et sont en concordance avec le système social présenté par la religion, fondé sur cette vision du monde et construit à son image.